Instrument scientifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un instrument scientifique est un instrument utilisé en sciences, permettant d'acquérir des données, des échelles nanométriques aux échelles macroscopiques.

Ce sont la plupart du temps des instruments de mesure (spectromètre par exemple) ou d'observation (microscope polarisant par exemple), ou de plus en plus, les deux à la fois.

Caractérisations[modifier | modifier le code]

Une caractéristique essentielle pour qualifier de scientifique un instrument, au-delà de sa simple destination, est la reproductibilité de son fonctionnement et la précision de sa mesure.
La reproductibilité n'étant pas absolue, elle est évaluée et quantifiée au moyen du concept d'incertitude analytique, sa validité étant conditionnée à une gamme de conditions opératoires et selon un protocole de manipulation, devant être explicités. C'est un des enjeux de la standardisation et normalisation des instruments et protocoles de mesure.

Evolution et tendances[modifier | modifier le code]

De nouvelles techniques apparaissent régulièrement, avec par exemple dernièrement ;

  • Grâce à l'informatique, en combinant plusieurs instruments de type « capteurs » (plusieurs télescopes par exemple), on obtient l'équivalent d'un instrument « virtuel », plus puissant
  • un laser de puissance permettant la volatilisation à ultra-haute température, d'une fraction nanométrique de matériau en vue de l'acquisition d'un spectre de fluorescence (technique LIBS pour Laser Induced Breakdown Spectroscopy en anglais),

Tendance à l'informatisation[modifier | modifier le code]

Ils comportent un système d'enregistrement et de mémorisation des mesures, ou l'opérateur doit les noter pour les analyser par ailleurs.
Les instruments scientifiques sont de plus en plus enrichis de composants électroniques, souvent pilotés par ordinateur avec parfois des logiciels experts, ce qui permet de récupérer les données sous forme de fichiers directement exploitables pour l'analyse.
Un enjeu nouveau est donc celui de l'interopérabilité.

Double tendance à la miniaturisation et au gigantisme[modifier | modifier le code]

Des microdétecteurs font leur apparition et certains prévoient des instruments nanométriques et dans le même temps des instruments géants tels que les accélérateurs de particules sont construits. Ces instruments couteux sont généralement construit par des consortiums scientifiques impliquant de nombreux pays, pour être utilisés ensuite par des équipes internationales ou accueillir des projets construits dans d'autres pays

Réglages[modifier | modifier le code]

De nombreux instruments peuvent faire preuve de dérive dans le temps, et/ou demander des réglages comme un réglage de la ligne de base ou une (re)calibration.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]