Institution des invalides de la Légion étrangère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Insigne de l'IILE

L'institution des Invalides de la Légion étrangère est un domaine de 240 hectares situé sur les pentes sud de la Montagne Sainte-Victoire dans le sud de la France sur la commune de Puyloubier. Il dépend du Foyer d'entraide de la Légion étrangère, établissement public administratif créé en 2014[1].

Description[modifier | modifier le code]

Construit à partir de 1953 et inauguré le 15 mai 1955 par le général Kœnig, ce centre fait suite aux œuvres du service Moral de la Légion qui s'attachait d'une part à fonder au sein des garnisons des foyers d'accueil pour les légionnaires blessés ou malades et d'autre part s'occupait du reclassement des soldats dans le milieu civil.

Entrée de l'Institution

Ce centre, également appelé domaine Capitaine Danjou, du nom de l'officier qui commandait le détachement de Légion qui s'illustra à Camerone, financé par les différentes unités de Légion, comprend un bâtiment hôtel (l'hémicycle), des ateliers d'apprentissage (reliure, céramique), des vignes, une zone d'élevage ainsi qu'une boutique.

Le domaine abrite également le musée de l'uniforme légionnaire.

Carré militaire[modifier | modifier le code]

En outre, le cimetière communal de Puyloubier abrite un carré militaire où reposent bon nombre d'anciens légionnaires, certains dans une crypte commune, d'autres dans des tombes. On peut citer parmi eux :

Coordonnées[modifier | modifier le code]

Domaine "Capitaine-Danjou"
Chemin Pallière
13 114 PUYLOUBIER (France)

Tél : 04.42.91.45.01

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brunon Jean Manue Georges, Le livre d'or de la Légion 1831-1955, éditions Charles Lavauzelle, 1958

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Article 3418-1 à 3418-9 du code de la Défense »