Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir STIC.
Crânes humains à l'IRCGN

L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), créé par décision ministérielle le 24 octobre 1990 et connu auparavant sous le nom de Section technique d'investigation criminelle de la gendarmerie (STICG), est une structure de la gendarmerie nationale française, chargée des aspects scientifiques des investigations. Basée à Rosny-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, la STIC a vu le jour le 23 février 1987 suite à l'affaire Grégory, les pouvoirs publics prenant conscience des insuffisances de l'investigation criminelle de la gendarmerie, ils chargent un polytechnicien, le commandant Serge Caillet[1], de créer un sixième laboratoire français de police scientifique à côté des 5 laboratoires de la police nationale déjà existants[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

L'IRCGN compte actuellement 249 personnes, dont la moitié de sous-officiers de gendarmerie, un quart d'officiers de gendarmerie et une trentaine de personnels civils (ingénieurs, techniciens et administratifs).

L'Institut est divisé en quatre services :

  • une division service-organisation ;
  • trois divisions criminalistiques, elles-mêmes divisées en 12 départements :

Parallèlement est créé en 1994 un service Assurance qualité, cellule de saisine et scellés à l'interface des 4 autres services. Chargé de mettre en place la politique Assurance Qualité, ce service permet à l'IRCGN de devenir le premier laboratoire français à être accrédité par la COFRAC en 2007[2].

Affaires[modifier | modifier le code]

Le travail de l'IRCGN a permis de mener l'opération Némésis qui a démantelé un réseau d'échange de photos et vidéos pédophiles.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Documentaire « Les vrais experts : quand la science enquête » diffusé sur France 3 le jeudi 2 mai à 23h45
  • vidéo sur youtube intitulée "les vrais experts" / "the reals experts".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 2012, général de corps d'armée commandant la gendarmerie outre-mer
  2. a et b Jacques Pradel et Stéphane Munka, Police scientifique la révolution : Les vrais experts parlent, Paris, SW Télémaque,‎ 2011 (ISBN 978-2-7533-0126-9)
  3. Reconstitution de visage, morphoanalyse du sang

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]