Institut de Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Institut de Touraine est un établissement d'enseignement du français langue étrangère, situé à Tours. Depuis sa création en 1912, il a accueilli environ 250 000 étudiants.

Les origines[modifier | modifier le code]

Edmond Sourdillon, fondateur de l'Institut de Touraine

En 1897, Edmond Sourdillon, professeur au Lycée Descartes de Tours, ouvre une antenne de l'Alliance française qu'il destine à la création d'un cours de vacances pour étrangers. Ce cours trouve très vite le succès, particulièrement auprès du public britannique invité par le Board of Education de Londres à venir séjourner dans une région de France réputée pour la qualité de l'accent et la richesse de son patrimoine culturel. Langue et culture, les deux principes de l'enseignement sont déjà posés. Ce cours de vacances sera la matrice d'où naîtra l'Institut d'études françaises de Touraine, plus connu sous le nom d'Institut de Touraine.

L'Institut de Touraine, un siècle d'enseignement[modifier | modifier le code]

Le 7 juillet 1912, les efforts d'Edmond Sourdillon sont couronnés par la création de l'Institut de Touraine, dont il sera le premier directeur. Dès 1913, l'enseignement y est permanent, et l'Institut accueille déjà 300 étudiants. L'activité de l'Institut est interrompue durant la Première Guerre mondiale.

L'hôtel Torterue : l'Institut dans ses murs[modifier | modifier le code]

Vue de l'hôtel depuis les jardins.

Durant les premières années, les conférences d'enseignement se tenaient dans la salle des mariages de l'hôtel de ville de Tours. En 1921, la Mairie de la ville achète aux héritiers de la famille Torterue le bel hôtel particulier, entouré d'un grand jardin, non loin de l'ancienne basilique Saint-Martin de Tours, près du Vieux Tours, aux no 1 de la rue de la Grandière no 2 de la rue Léonard de Vinci. L'hôtel de Torterue fut édifier en 1862 par l'architecte François Martin Mariau[1] pour le compte de Louis Eugène Torterue.

Sourdillon peut préparer l'affectation de ce bel ensemble aux activités de l'Institut, mais il disparaît avant l'installation effective, qui aura lieu en janvier 1924. Deux ans plus tard, au sud du jardin, la salle Balzac est construite pour accueillir dans un cadre approprié les conférences de l'Institut.

En 1956, il faudra même adjoindre à l'Institut l'ancienne Trésorerie générale, grand bâtiment historique de la fin du Moyen Âge, pour répondre aux besoins grandissants de l'Institut.

Enfin, en 1962, l'acquisition d'une vaste maison bordant l'hôtel Torterue achèvera la constitution de l'ensemble immobilier de l'Institut que nous connaissons aujourd'hui.

L'Institut de Touraine et l'Université[modifier | modifier le code]

L'Institut, au cœur du Vieux Tours

Depuis 1921, les activités de l'Institut sont rattachées à la Faculté des Lettres de l'Université de Poitiers qui fournira de nombreux enseignants et directeurs. C'est ainsi le cas de Maurice Castelain, Doyen de la Faculté des lettres de Poitiers et directeur de l'Institut de 1937 à 1948. L'Institut de Touraine accueille même les étudiants français lorsque l'Université de Poitiers y fonde en 1948 un Institut de Lettres de Tours qui deviendra Faculté de Lettres et Sciences humaines en 1965, jusqu'à l'installation de la nouvelle Université de Tours (créée en 1968) dans de nouveaux locaux en 1972. Sur le plan pédagogique, le partenariat de l'Institut de Touraine avec l'Université de Tours aboutit en 1973 à la création du Certificat d'Etudes Françaises avalisé par l'Université.

Plus de 120 pays et 150 000 étudiants[modifier | modifier le code]

Dès 1920, 300 étudiants, dont une centaine déjà en cours annuel, fréquentent l'Institut de Touraine. Ils sont 800 en 1931. La réquisition des locaux pendant la Seconde Guerre mondiale interrompt l'essor et si la première année d'après-guerre voit encore un effectif réduit à une centaine d'étudiants, ils sont 400 en 1946, 780 en 1950, 900 en 1954, 1575 en 1960, 2030 en 1962. De nos jours, l'Institut accueille en moyenne 2200 à 2700 étudiants par an. Depuis l'origine, plus de 150 000 étudiants du monde entier ont suivi les cours de l'Institut. Les toutes premières années étaient marquées par une forte présence britannique, liée au partenariat initial de l'Institut avec le Board of Education de Londres. En 1931, les deux tiers des étudiants étaient encore anglais, suivis par les irlandais, américains et allemands. Le nombre de pays représentés a très vite augmenté, concernant bientôt tous les continents, pour atteindre 85 pays pour la seule année 1998 et 89 pour l'année 2003. Aujourd'hui, de la Chine au Mexique, du Népal à l'Éthiopie, de l'Australie à la Norvège, plus de 120 nationalités se sont rencontrées dans les classes de l'Institut de Touraine.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Le piano, le tennis de table, les échecs ou la détente au jardin ont leurs amateurs, comme le CinéClub, les Ateliers Cuisine et Vins de l'Institut ou les visites et excursions à la découverte des sites les plus fameux (châteaux de la Loire, Chartres, Mont-Saint-Michel, etc). Ville d'Art classée, Tours propose aussi ses beaux quartiers anciens animés par les 25 000 étudiants de l'université toute proche. Tout au long de l'année, de nombreux Festivals rythment la vie culturelle dans tous les domaines: Cinéma (Le Festival International du Film de genre: "Festival Mauvais Genre" où les réalisateurs du monde entier viennent présenter leur dernière création au public afin de tenter de gagner l'un des trois prix du festival.), Théâtre (Festival Acteurs-Acteurs), Danse (Festival des Danses Urbaines, Transchorégraphiques), Musique ancienne (Florilège Vocal, Festival des Musiques Anciennes, Fêtes Musicales), Jazz (Total Meeting, Emergences, Jazz-en-Touraine), Rock et Electro (Festival Aucard-de-Tours), Cirque et Arts de la Rue (Festival International du Cirque, Rayon Frais), Gastronomie (Eurogusto, Vitiloire), etc. Sans oublier la Fête de la musique (le 21 Juin) et, de mai à septembre, sur les bords du fleuve, les multiples animations de Tours-sur-Loire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]