Institut de Soudure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Institut de Soudure

alt=Description de l'image Logo_Institut_de_Soudure_vectorise.png.
Création 1905
Forme juridique Association
Slogan Ce qui nous lie nous rend plus forts
Siège social Drapeau de France Villepinte (France)
Direction NC
Activité services aux entreprises
Produits inspection, contrôle, expertise, formation et certification, recherche et enseignement
Sociétés sœurs Institut de Soudure Industrie
Effectif 958
Site web www.isgroupe.com
Chiffre d’affaires en augmentation 96,2 millions d'euros (2012)
88,1 millions d'euros (2011)
Résultat net en augmentation 2,9 millions d'euros (2012)
1,2 million d'euros (2011)

L'Institut de Soudure est une société de services aux industriels assurant des prestations d'inspection, de contrôles, d'expertise, de formations professionnelle et de certification, de recherche et d'enseignement, autour des assemblages soudés.

Ses domaines clés d'intervention sont les matériaux et leurs comportements en service, les technologies d'assemblage, les contrôles non destructifs et les essais destructifs, la réglementation des équipements sous pression, la formation et la certification de personnel.

L'Institut de Soudure est reconnu par le ministère concerné comme un centre technique industriel du soudage, des assemblages et des contrôles associés en France.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Institut de Soudure, fédérateur d'une profession[modifier | modifier le code]

Création d'un organisme pour sécuriser la mise en œuvre du soudage[modifier | modifier le code]

Les carburiers, sous l'impulsion d'Ernest Sautter, président de l'Union des fabricants français de carbure de calcium, créent en 1905 l'Office central de l'acétylène (OCA), qui s'installe au 104, boulevard de Clichy, à Paris.
L'OCA a pour vocation de développer et de sécuriser les applications nouvelles du gaz acétylène : le chauffage, l'éclairage et la force motrice pendant les premières années, puis la soudure autogène (comme on disait alors).
L'OCA entreprend l'étude technique de toutes les questions touchant à l'utilisation du carbure de calcium et de l'acétylène. Il se dote d'un laboratoire de chimie, d'un laboratoire de métallographie, d'une salle pour les essais de soudage et de salles de cours[1],[2].
Le nouvel organisme est placé sous la direction de Raphaël Granjon et de Pierre Rosemberg. L'inauguration a lieu le 15 décembre 1906 : l'honneur en revient à Marcellin Berthelot, qui a été le premier à réaliser la synthèse de l'acétylène. Devant l'importance prise par le soudage, l'OCA devient en 1919 l'Office central de l'acétylène et de la soudure autogène.

Publication de la première revue sur le soudage[modifier | modifier le code]

En 1909, la Revue de la soudure autogène est créée. C'est la première publication à être entièrement consacrée au soudage. Elle est destinée aux industriels, aux ingénieurs, aux contremaîtres et aux chefs d'atelier.

1909 - Premier numéro de la Revue de la soudure autogène

La revue, rebaptisée Soudage et techniques connexes en 1947, est encore publiée en 2012 par l'Institut de Soudure. Elle continue d'apporter au monde du soudage des informations techniques, économiques et professionnelles[3].

Début de l'enseignement supérieur en soudage[modifier | modifier le code]

En 1930, l'enseignement supérieur en soudage débute au sein de l'Institut de Soudure. L'École supérieure de soudure autogène (ESSA), rebaptisée École supérieure du soudage et de ses applications en 1985, forme les cadres techniques supérieurs aux procédés de soudage.
Le métallurgiste Albert Portevin y enseigne la métallurgie appliquée au soudage. Il est le président du Comité de direction dès 1930 et restera président du Conseil d'administration de l'ESSA et de l'Institut de Soudure jusqu'en 1962[4].

1930 - Cours à l'École supérieure de soudure autogène (ESSA)

En 1936, l'Institut de Soudure crée une deuxième école préparant au CAP de soudeur. Elle deviendra l'École professionnelle de soudure (EPS) en 1946, puis l'École d'adaptation aux professions du soudage (EAPS) en 1985. L'ESSA et l'EAPS ont accueilli respectivement en septembre 2012 leurs 82e et 28e promotions.

Constitution de la filière professionnelle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, les locaux au 32, boulevard de la Chapelle à Paris, sont rebaptisés la Maison de la soudure. Ils hébergent la plupart des organismes techniques et syndicats professionnels de la filière soudage, comme l'Union française des acétylénistes ou le Syndicat national de la construction du matériel de soudage et des industries et commerces (SNS), devenu aujourd'hui le Symop.

Naissance de la normalisation en soudage et des associations professionnelles[modifier | modifier le code]

En 1936, débute la normalisation en soudage : l'Institut de Soudure contribue à la création du Comité de normalisation de la soudure (CNS).
Une décennie plus tard, en 1948, treize membres, dont l'Institut de Soudure, fonde l'International Institute of Welding (IIW). Sa mission est de fédérer la profession au niveau international par un système commun de diplômes internationaux, de qualification et de certification, de faciliter les échanges techniques et de promouvoir la recherche et la formation en soudage.

L'Institut de Soudure participe les années suivantes à la création d'autres associations professionnelles, qui continuent de jouer un rôle majeur dans leurs domaines respectifs.
En 1967, la Société française de métallurgie, la Société des ingénieurs soudeurs (SIS) et l’Institut de Soudure créent le Comité français d’études des essais non destructifs (Cofrend). Cette association loi 1901 est alors présidée par le professeur P. Bastien, membre de l’Institut de Soudure.
En 1990, l'Institut de Soudure et la Société française des ingénieurs soudeurs (SIS) fondent l’Association française du soudage (AFS). Cet organisme se voit confier la certification des professionnels du soudage selon des critères européens, puis quelques années plus tard, internationaux.

L'Institut de Soudure, au service des industries[modifier | modifier le code]

Naissance de la formation en soudage[modifier | modifier le code]

Face à l’engouement des ateliers pour le soudage, l’Office central de l’acétylène propose son premier cours pratique de soudure autogène en 1909. L’objectif est de former les ouvriers aux bonnes pratiques et aux méthodes, permettant d’éviter les accidents liés à l’emploi de l’acétylène.

Début des contrôles sur les chantiers[modifier | modifier le code]

Dès sa création, l'Institut de Soudure a estimé qu'il était aussi important de détecter les défauts dans un ouvrage que d'apprendre à bien souder. Outre la formation, l'entreprise s'oriente vers le contrôle sur les chantiers. En 1934, la Compagnie parisienne du chauffage urbain confie à l'Institut de Soudure le suivi des soudures des canalisations, en cours d'installation dans les rues de Paris.

À la même période, l'Institut de Soudure est également missionné pour surveiller les travaux de soudage au sein des entreprises et inspecter les équipements sous pression. Au milieu des années soixante-dix, l'Institut de Soudure participe à la création de deux organismes : l'Association française des ingénieurs en appareils à pression (Afiap), et avec l'Apave, l'Association pour la qualité des appareils à pression (Aquap), suite à la mise en application de l'arrêté ministériel du 24 mars 1978 relatif à l'emploi du soudage dans la construction et la réparation des appareils à pression.

En 1994, l'Institut de Soudure devient membre de l'Association pour la sécurité des appareils à pression (Asap). L'entreprise, sous couvert de l'Asap, est ainsi habilitée pour l'inspection des équipements en service et notifiée pour l'évaluation de la conformité des équipements neufs.

Le développement à l'international[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lise Bloch-See, Le Groupe des Industries de l'Acétylène et la Soudure Autogène. Ses Organismes Centraux, PSA,‎ 1935
  2. Pierre Rosemberg, L'Acétylène et ses applications, conférence faite à la Société d'encouragement pour l'industrie nationale..., Bibliothèque de l'Office central de l'acétylène,‎ 1910, 28 p.
  3. Soudage et techniques connexes
  4. Laurence Lestel, Itinéraires de chimistes : 1857-2007 : 150 ans de chimie avec les présidents de la SFC, EDP Sciences,‎ 2008, 582 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]