Institut d'art de Chicago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut d'art de Chicago
Image illustrative de l'article Institut d'art de Chicago
Informations géographiques
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Chicago
Adresse 111 South Michigan Avenue, Chicago, Illinois 60603
Coordonnées 41° 52′ 46″ N 87° 37′ 26″ O / 41.879515, -87.623783 ()41° 52′ 46″ Nord 87° 37′ 26″ Ouest / 41.879515, -87.623783 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1879
Collections Antiquité, arts asiatiques, africains, amérindiens, peintures du XIIIe au XXe siècle
Nombre d’œuvres 300 000
Superficie environ 100 000 m²
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 2 000 000
Site web www.artic.edu

Géolocalisation sur la carte : Chicago

(Voir situation sur carte : Chicago)
Institut d'art de Chicago

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Institut d'art de Chicago

L'Institut d'art de Chicago (en anglais : Art Institute of Chicago) est un musée situé à Grant Park (Chicago) aux États-Unis. Deuxième plus grand musée d'art du pays après le Metropolitan Museum of Art de New York, il abrite l'une des plus importantes collections d'art des États-Unis. Ouvert au public depuis 1879, le musée fut établi initialement à l'angle sud-ouest de State et de Monroe Street. Lors de l'Exposition universelle de 1893, la ville construisit un nouveau bâtiment pour abriter les collections de l'Art Institute. Depuis 1893, le musée se trouve au 111 South Michigan Avenue.

Entre 1893 et 2005, l'Art Institute a été agrandi cinq fois, pour l'amener à une superficie de 70 000 m2. En 2005, le musée a commencé un nouveau projet d'expansion, la Modern Wing, dessinée par Renzo Piano. Ouverte le 16 mai 2009, la Modern Wing a ajouté 24 150 m2[1] pour porter la superficie totale du musée à presque 100 000 m2. La construction de la Modern Wing, pour un budget de 350 millions de $[2],[3], a été financée par des donations de riches citoyens de Chicago. Dans le nouveau bâtiment, le musée compte mieux mettre en valeur sa collection moderne qu'il estime être la troisième plus importante (après celles du Centre Pompidou à Paris et du MoMA à New York[4]).

Le musée est particulièrement renommé pour ses collections de peintures impressionnistes et post-impressionnistes. Selon un consensus bien établi, ces collections arrivent juste après celles du musée d'Orsay par leur importance. On notera en particulier Un dimanche après-midi à l'Île de la Grande Jatte de Seurat, Rue de Paris, temps de pluie de Caillebotte, Sur la terrasse de Renoir, une des trois versions de La Chambre de Van Gogh à Arles, un célèbre Autoportrait (1887) de Van Gogh, et une trentaine de peintures de Monet, dont une sélection des Nénuphars, un Pont japonais, deux exemplaires de Waterloo Bridge, un Parlement de Londres, un Arrivée du train de Normandie, Gare Saint-Lazare et six Meules de foin.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’Art Institute est fondé en 1879 en tant que Chicago Academy of Fine Arts ("Académie des Beaux Arts de Chicago"). En 1882 le nom change et peu après l'institution se trouve à l'étroit pour abriter sa collection toujours croissante et ses étudiants toujours plus nombreux. Alors que la cité se prépare à éblouir le pays pour la World Columbian Exposition de 1893, le conseil d'administration de l’Art Institute négocie, avec les autorités de la ville, la construction d'un nouveau bâtiment situé dans un parc sur Michigan Avenue et Adams Street. La conception de style Beaux-Arts classique du bâtiment est confiée à la société de Boston Shepley, Rutan and Coolidge. L’Art Institute ouvre officiellement ses portes le 8 décembre 1893[5].

Georges Seurat, Un dimanche après-midi à l'Île de la Grande Jatte (1884-86), tableau exposé au Art Institute de Chicago.

En moins d'une année, l’Art Institute reçoit, de Madame Henry Field, sa première donation importante, une collection de peintures françaises. Deux améliorations successives du bâtiment ont lieu en 1898 par l'adjonction de l'auditorium Fullerton puis en 1901, la bibliothèque Ryerson. En 1913 le musée surprend la ville en organisant l’Armory Show, une grande exposition de peintures et de sculptures d'avant-garde. Les achats exceptionnels nécessaires à cette exposition controversée sont à la base de la collection d'art moderne du musée[5].

Une nouvelle extension du musée est à nouveau requise afin d'exposer dans les meilleurs conditions une collection qui comprend maintenant presque tous les médias artistiques. La solution trouvée consiste à construire l'extension au-dessus des voies de la Illinois Central Railroad qui bordent le mur est de l’Art Institute. Cette extension est réalisée en deux étapes en 1924 et 1925. C'est à cette époque également que le musée reçoit un legs de peintures impressionnistes et post-impressionnistes de Bertha Honoré Palmer puis un don de la Helen Birch Bartlett Memorial Collection, qui comprend le fameux Un dimanche après-midi à l'Île de la Grande Jatte (1884-86) de Georges Seurat. Au cœur de la Grande Dépression, le musée reçoit l'un des plus beaux dons de son histoire, le legs de Martin A. Ryerson. Cette donation comprend aussi bien des peintures américaines qu'européennes remontant même au XVe siècle, des textiles, des gravures et des dessins, des œuvres asiatiques et des pièces des arts décoratifs européens[5].

Le manque de matériaux de construction qui suit la Seconde Guerre mondiale empêche le musée de s'étendre. Pendant les années 1950 on n'assiste qu'à quelques rénovation intérieures qui permettent de créer de nouveaux départements au sein du musée. Ce n'est qu'à partir des années 1960 que sont construites deux nouvelles structures, le B. F. Ferguson Memorial et la Morton Wing. C'est également à cette époque que Madame Stanley McCormick fait dont au musée des jardins qui bordent les deux nouveaux bâtiments.

Les années 1970 sont marquées par un accroissement important du nombre d'étudiants et de visiteurs. Cette tendance incite le musée à créer de nouveaux studios et salles de classe et une école de cinéma ainsi que de nouveaux espaces publics pour le musée.

L'énorme croissance de la collection d'art contemporain et la grande popularité de grandes expositions itinérantes conduisent à la construction du bâtiment Daniel F. et Ada L. Rice en 1988. Dans les années 1990, le musée construit de nouvelles galeries pour abriter sa collection asiatique, c'est le célèbre architecte Tadao Ando qui est chargé de les dessiner. Dès 1993, c'est le centre d'enseignement qui est totalement rénové, y compris la bibliothèque Ryerson en 1994 puis l'auditorium Fullerton en 1999.

Collections[modifier | modifier le code]

Le musée de l'Art Institute de Chicago est composé de quinze collections : africaine, américaine, amérindienne, antique, architecture et design, armes et armures, asiatique, contemporaine, arts décoratifs européens, peinture et sculpture européenne, art moderne, photographie, gravures et dessins, textiles et enfin la collection de miniatures de la salle Thorne.

Afrique[modifier | modifier le code]

La collection africaine présente des œuvres remarquables de sculpture sur bois, des masques, céramiques, meubles, textiles et travaux de perles essentiellement d'Afrique centrale et dans une moindre mesure du nord et du sud du continent[6].

Parmi les œuvres remarquables de la collection, on citera le Te'amire Maryam[7] ("les Miracles de Marie"), un parchemin richement illustré de la fin du XVIIe siècle provenant de Gondar, alors capitale chrétienne de l'Éthiopie chrétienne de la dynastie salomonide. Le manuscrit fait partie d'un groupe d'œuvres créées lors de cette période de grande innovation artistique au sein de l'Éthiopie chrétienne, les enlumineurs exploraient alors une nouvelle approche de leur art qui comprenait l'introduction d'illustrations narratives.

Amérique[modifier | modifier le code]

Winslow Homer,Après la tempête (1899).

Le département d'arts américains possède une collection de plus de mille peintures et sculptures allant du XVIIIe siècle jusqu'aux années 1950 et près de deux mille cinq cents objets d'art décoratifs allant du XVIIe siècle à nos jours, ainsi que du mobilier et de l'argenterie. On notera par exemple la collection du photographe Alfred Stieglitz et des œuvres notables de Frederic Remington, George Inness, Winslow Homer, John Singer Sargent, Mary Cassatt, Georgia O'Keeffe. On peut y admirer deux icônes de la culture américaine : American Gothic de Grant Wood (1930) et Nighthawks d'Edward Hopper (1942). On peut également y voir des œuvres d'artistes mexicains comme celles de Diego Rivera ou José Clemente Orozco[8].

Arts amérindiens[modifier | modifier le code]

La collection d'arts amérindiens se concentre sur les céramiques, sculptures, textiles et ouvrages en métal mésoaméricains et andins. Les œuvres des Indiens d'Amérique du Nord, en particulier celles des Indiens des Plaines, du sud-ouest et de Californie y sont également largement représentées[9]. Des terres cuites peintes des Anasazi côtoient des sculptures aztèques, des bois sculptés ou des tissus des Chancays du Pérou, des céramiques des Chupícuaros du Mexique, des bijoux des Coclés de Panama ou encore de la vaisselle en or des Incas.

Arts antiques[modifier | modifier le code]

Le musée présente une vaste collections d'œuvres grecques, étrusques, romaines et égyptiennes, sculptures en pierre, terre et bronze, ainsi que des pièces de monnaie, bijouterie, vases et mosaïques.

On peut citer le sarcophage richement décoré et la momie de Paankhenamun (qui signifie « Celui qui vit pour Amon »[10]) datant de la troisième période intermédiaire égyptienne lors du règne de la XXIIe dynastie égyptienne.

Architecture et design[modifier | modifier le code]

Architecture et design.

Ce département se concentre sur l'environnement bâti régional, national et international, ainsi que sur le design des objets. La collection comprend plus de 250 000 pièces architecturales, dessins et fragments datant des années 1870 à nos jours. Le musée possède des pièces majeures, comme la reconstitution complète de la Chicago Stock Exchange Trading Room de David Adler, ou des dessins de Daniel Burnham et John Wellborn Root, Bruce Goff, Bertrand Goldberg, Marion Mahony Griffin, Louis Sullivan, Ludwig Mies van der Rohe, et Frank Lloyd Wright[11].

Armes et armures[modifier | modifier le code]

La collection d'armes et armures, composée de plus de 1 500 objets, est l'une des plus importantes des États-Unis après celle du Metropolitan de New York. Les pièces, européennes pour la plupart, date d'une période s'étendant du XVe siècle au XIXe siècle; les autres sont originaires du Moyen-Orient et des États-Unis. L'exposition permanente présente 225 pièces composées d'armes et d'objets défensifs. On peut y admirer armures, épées et dagues, arme de jet et armes à feu, souvent finement travaillées et ciselées[12].

Arts asiatiques[modifier | modifier le code]

L'Art Institute possède une collection d'œuvres asiatiques couvrant une période qui s'étend sur près de cinq milénaires, allant de la Chine, au Japon, en passant par la Corée, l'Inde, l'Asie du Sud-Est, le Proche et le Moyen-Orient. Elle comprend plus de 35 000 pièces d'une grande importance archéologique et artistique, comprenant des bronzes, céramiques, peintures, miniatures et sculptures[13].

Arts contemporains[modifier | modifier le code]

La collection d'art contemporain présente une collection de plus de mille œuvres internationales. La presque totalité des mouvements artistiques depuis 1950 y sont représentés sous forme de peintures, sculptures, installations et nouveaux média. Parmi ses pièces les plus célèbres, on compte par exemple la Pitchfork Lady de Don Baum, Le Grand Arabe de Jean Dubuffet, American Collectors de David Hockney, Corpse and Mirror II de Jasper Johns, White Disk III de Ellsworth Kelly, Mirror in Six Panels de Roy Lichtenstein, Achrome de Piero Manzoni ou la Kerze de Gerhard Richter[14].

Collection de miniatures Thorne[modifier | modifier le code]

Miniature de la collection Thorne, représentant un salon français de l'époque Louis XVI.

La collection de soixante-huit miniatures Thorne présente des éléments d'intérieurs européens, de la fin du XIIIe siècle jusqu'aux années 1930 et du mobilier américain allant du XVIIe siècle jusqu'aux années 1930. Construites à l'échelle d'un pouce pour un pied, ces miniatures ont été conçues par Narcissa Niblack Thorne (1882-1966) de Chicago et réalisées, entre 1932 et 1940, par des maîtres artisans selon ses spécifications[15].

Quelques œuvres des collections permanentes[modifier | modifier le code]

Peinture européenne du Moyen Âge jusqu'au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Bartolomeo Manfredi
Cupidon châtié, (1605-1610)

Peinture européenne du XIXe siècle avant l'impressionnisme[modifier | modifier le code]

Peintures impressionniste et post-impressionniste[modifier | modifier le code]

Paul Cézanne
Les Baigneurs (1900-1905), Art Institute of Chicago
Auguste Renoir, Les Deux Sœurs (Sur la terrasse), 1881, Art Institute of Chicago

L'Art Institute of Chicago possède la plus importante collection de toiles impressionnistes en dehors de Paris[16].

Peinture moderne[modifier | modifier le code]

Peinture contemporaine[modifier | modifier le code]

Sculpture européenne[modifier | modifier le code]

Peinture américaine jusqu'à l'impressionnisme[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Stuart, Major-General Henry Dearborn, 1812
  • James McNeill Whistler, Nocturne: Azure et or - eau à Southampton (Nocturne: Blue and Gold - Southampton Water), 1872
  • Winslow Homer, Le Filet de harengs (The Herring Net) 1885
  • Winslow Homer, Côte de Maine (Coast of Maine), 1893
  • John Singer Sargent, Mrs. George Swinton (Elizabeth Ebsworth), 1897
  • John Singer Sargent, La Fountaine, Villa Torlonia, Frascati, Italie (The Fountain, Villa Torlonia, Frascati, Italy), 1907

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Art Institute of Chicago ; André Parinaud; Charles C Cunningham; Paris : Hachette-Filipacchi, 1969. (OCLC 68321769)
  • (fr) De A à Z 1963 : 31 peintres américains choisies par the Art Institute of Chicago. ; Centre culturel américain.; Art Institute of Chicago. Paris : Le Centre, 1963. (OCLC 84413378)
  • (en) The Art Institute of Chicago. ; John Maxon; New York, H.N. Abrams 1970. (OCLC 142323)
  • (en) Treasures from the Art Institute of Chicago ; James N Wood; Debra N Mancoff; Laura J Kozitka; Catherine Steinmann; Chicago : Art Institute of Chicago 2000. (OCLC 45841409)
  • (en) Miniature rooms, the Thorne Rooms at the Art Institute of Chicago. ; Art Institute of Chicago; Chicago : The Institute 1983. (OCLC 9488374)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Chicago: Economy », City-data.com (consulté en 22-12-2007)
  2. (en) Lorene Yue, « Art Institute gets $19-million donation », Chicago Business News,‎ 12 octobre 2006 (consulté le 24 août 2007)
  3. (en) « New Building: The Modern Wing », The Art Institute of Chicago (consulté le 24 août 2007)
  4. Roberta Smith, « A Grand and Intimate Modern Art Trove », The New York Times, NYTimes.com,‎ 13 mai 2009 (lire en ligne)
  5. a, b et c (en) « The Art Institute of Chicago: About Us: History », The Art Institute of Chicago (consulté le 18 juin 2007)
  6. (en) « The Art Institute of Chicago: The Collection: African », The Art Institute of Chicago (consulté le 29 juin 2007)
  7. (en) « The Miracles of Mary (Te'amire Maryam) », The Art Institute of Chicago (consulté le 29 juin 2007)
  8. (en) « The Art Institute of Chicago: The Collection: American », The Art Institute of Chicago (consulté le 2 juillet 2007)
  9. (en) « The Art Institute of Chicago: The Collection: Amerindian », The Art Institute of Chicago (consulté le 7 juillet 2007)
  10. (en) « Mummy Case of Paankhenamun », Art Museum Image Consortium (consulté le 7 juillet 2007)
  11. (en) « The Art Institute of Chicago: Architecture and Design », The Art Institute of Chicago (consulté le 22 septembre 2007)
  12. (en) « The Art Institute of Chicago: Arms and Armor », The Art Institute of Chicago (consulté le 15 juillet 2007)
  13. (en) « The Art Institute of Chicago: Asians », The Art Institute of Chicago (consulté le 22 septembre 2007)
  14. (en) « The Art Institute of Chicago: Contemporary », The Art Institute of Chicago (consulté le 22 septembre 2007)
  15. Kathleen Culbert-Aguilar et Michael Abramson, Miniature rooms : the Thorne rooms at the Art Institute of Chicago. Chicago, Ill. : Art Institute of Chicago, 2004. (ISBN 9780865592131)
  16. (en) « Chicago Superlatives » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), City of Chicago. Consulté le 10-11-2007
  17. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :