Institut d'Estudis Catalans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de l'Institut d'Estudis Catalans

L'Institut d'Estudis Catalans (Institut d'études catalanes, ou IEC) est une institution académique, scientifique et culturelle catalane dont le but est la recherche scientifique dans tous les domaines, et plus spécialement la recherche dans tous les aspects de la culture catalane. Son domaine s'étend à tous les territoires de langue et culture catalane : Andorre, Catalogne, Pays valencien, Îles Baléares, frange d'Aragón, territoire du Carche, Murcie, département des Pyrénées-Orientales et la commune d'Alghero dans l'île italienne de Sardaigne.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il est composée de cinq sections : historico-archéologique, de sciences biologiques, de science et technologie, de philologie et de philosophie et sciences sociales. L'ensemble de l'Institut d'Estudis Catalans ressemblerait à l'Institut de France et ses sections aux académies.

Celle de philologie, qui est chargée de la langue catalane est l'équivalent catalan de l'Académie française. Son travail est officiellement accepté dans une grande partie des Pays catalans : en Catalogne, aux îles Baléares et en Andorre, des territoires où le catalan a un statut d'officialité, ainsi que dans deux territoires où le catalan n'est pas officiel  : les Pyrénées-Orientales[1] et la frange d'Aragon où la majorité des institutions et des associations suivent les normes de l'IEC. Dans la Communauté valencienne, c'est l'Académie valencienne de la langue, dont le positionnement a toujours été commun avec celui de l'IEC, qui est officiellement chargée des questions linguistiques depuis sa création en 1998. Les universités de Valence, Castellón et Alicante reconnaissent l'IEC comme institution normative.

L'IEC compte aussi avec 28 sociétés scientifiques affiliées, avec plus de 8 000 associés de toutes les spécialités. Parmi ses œuvres, on peut notamment citer le Dictionnaire de la langue catalane, consultable sur internet, ainsi que le Dictionnaire catalan-valencien-baléare. L'institut continue à travers ce dictionnaire le travail de Pompeu Fabra, grand grammairien de la langue catalane.

Son siège principal est à Barcelone, mais il y a également des sièges régionaux à Perpignan (Perpinyà), Lérida (Lleida), Castelló de la Plana, Valence (València) et Alicante (Alacant).

Son président actuel est Salvador Giner, élu pour un mandat de quatre ans en juin 2005.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1906 pendant le Premier congrès international de la langue catalane, on encouragera la création d'une entité pour organiser la culture des pays catalans. L'IEC sera fondé le 18 juin 1907 par Enric Prat de la Riba, alors président de la Province de Barcelone. Antoni Rubió i Lluch sera élu le premier président de l'institut, et Josep Pijoan son premier secrétaire.

Elle fut une des organisations créées à l'époque pour promouvoir le catalan et la culture catalane. Parmi les autres, on peut citer la Biblioteca de Catalunya, l' Escola Industrial, l' Escola Superior de Belles Arts, et l' Escola del Treball.

L'institut s'occupa d'abord fondamentalement à l'étude de l'histoire et à classer et préserver l'art roman des Pyrénées.

En 1911 l'institution fut agrandie de trois sections : historico-archéologique, présidée par Rubió, philologique, dirigée par Antoni Maria Alcover, et scientifique, présidée par Miquel Àngel Fargas. Eugeni d'Ors devint secrétaire de toute l'organisation, les trois membres déjà nommés devenant présidents par périodes de quatre mois.

En 1912 fut créée la Société catalane de biologie, qui s'affilia à l'IEC, et en 1913 furent créées les « Bureaux lexicographiques », dont les normes orthographiques seront déclarées officielles par la mancomunitat un an plus tard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Institut d'Estudis Catalans.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Charte en faveur du catalan, où le Conseil général des P.-O. reconnaît l'IEC

Sources[modifier | modifier le code]