Institut d'études politiques de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut d’études politiques de Strasbourg
Image illustrative de l'article Institut d'études politiques de Strasbourg
Informations
Fondation 1945
Type Institut d'études politiques (institut interne de l’Université de Strasbourg)
Localisation
Coordonnées 48° 35′ 04″ N 7° 46′ 16″ E / 48.5843722, 7.7710676 ()48° 35′ 04″ Nord 7° 46′ 16″ Est / 48.5843722, 7.7710676 ()  
Ville Strasbourg
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Campus Campus Central de Strasbourg
Direction
Président Alain Howiler
Directeur Sylvain Schirman
Chiffres clés
Enseignants 90
Étudiants 1000
Divers
Site web www-iep.u-strasbg.fr/

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Institut d’études politiques de Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut d’études politiques de Strasbourg

L'institut d’études politiques de Strasbourg, également dénommé « Sciences Po Strasbourg », est un établissement français public d’enseignement supérieur créé en 1945, situé à Strasbourg, et institut interne de l'université de Strasbourg (anciennement de l'université Strasbourg III). C’est l’un des neuf instituts d’études politiques de France, et il est considéré à ce titre comme faisant partie des grandes écoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’IEP a été créé par décret[1] le sous le nom d’institut d’études politiques de l’université de Strasbourg. Il prend son nom actuel en application du décret du 18 janvier 1969[2]. Il est ainsi le plus ancien IEP de province[3].

En 2009, Sciences Po Strasbourg est classé 2e IEP derrière celui de Paris dans le classement SMBG des Meilleures Formations Post-Bac & Post-Prépa[4]. Dans la catégorie « grandes écoles de commerce », il est classé 13e de France pour le choix des DRH selon le classement 2009 du magazine Le Nouvel Économiste[5].

En janvier 2013, l'Institut d'études politiques a fusionné avec l'Institut des hautes études européennes (IHEE), dont la vocation était de faire de l'Europe un sujet de recherche. Désormais hébergé par l'IEP, l'IHEE est devenu le Centre des hautes études européennes[6].

Admission[modifier | modifier le code]

Les locaux de l'institut d’études politiques de Strasbourg, avenue de la Forêt noire.

Pour la première année d'études, les détenteurs d’une mention « Très bien » ayant obtenu une note supérieure à 17 au Bac peuvent présenter leur dossier, et en cas de validation, peuvent entrer à condition d'avoir passé le concours [1].

En 2007, le nombre de places au concours d’entrée est fixé à 150, avec trois épreuves : une dissertation à caractère historique, une épreuve écrite de langue, avec au choix russe, italien, allemand, anglais, et espagnol et une épreuve optionnelle de géographie, de mathématiques ou de sciences économiques et sociales.

À partir de 2008, les six instituts d'études politiques d'Aix-en-Provence, Lyon, Lille, Rennes, Strasbourg et Toulouse organisent un concours d'entrée commun d'accès en première année ouvert aux terminales et aux bacheliers de l'année précédente[7]. Le concours se compose de trois épreuves : une dissertation portant sur une question contemporaine, une dissertation d'histoire et une épreuve de langue vivante. En 2008 et les années suivantes, environ 1100 places, réparties entre les six IEP, étaient proposées aux 9 000 candidats[8], les lauréats étant admis en fonction de leurs choix préférentiels et de leur rang de classement.

Cursus[modifier | modifier le code]

Depuis la réforme « LMD », il offre en cinq ans une formation pluridisciplinaire et prépare aux concours administratifs (dont celui de l'ÉNA et de l'INET), au travail dans des organisations internationales ou aux carrières dans l’entreprise. Une année d'études à l’étranger s'inscrit désormais obligatoirement dans le cursus lors de la troisième année.

Il dispense un enseignement complet et pluridisciplinaire[9].

Le premier cycle[modifier | modifier le code]

En première année les étudiants suivent par exemple le cours de Sylvain Schirmann en histoire des relations internationales, ceux de Nicolas Eber et Laurent Weill en sciences économiques.

Les deux semestres de la troisième année sont consacrés à un séjour à l'étranger:

Le cycle du master[modifier | modifier le code]

En quatrième année, les étudiants entrent dans l’une des trois sections :

  • économie et entreprises ;
  • administration publique ;
  • études européennes et relations internationales.

À l’issue de la cinquième année sont délivrés les masters suivants :

  • En administration publique :
    • Carrières et actions publiques (CAP)
    • Administrations locales et régionales en Europe (ALORE)
  • En affaires européennes, internationales et stratégie :
    • Politiques européennes, quatre parcours :
      • European Politics
      • Affaires publiques
      • Coopération franco-germanique
      • Coopération franco-polonaise
    • Droit de l'économie et de la régulation en Europe (DERE)
    • Sécurité extérieure et sécurité intérieure de l'Union européenne (SESI)
  • En management, économie et entreprise :
  • En culture, communication et médias :
    • Politique et gestion de la culture (PGC)
  • En expertise, recherche et enseignement :
    • Sciences sociales du politique (SSP)

Des doubles diplômes sont par ailleurs proposés avec le Glendon College (Université York à Toronto au Canada), l'Université libre de Berlin (Allemagne), l'université européenne ViadrinaFrancfort-sur-l'Oder en Allemagne) et l'université Jagellon de Cracovie (Pologne), l'université libre de Bruxelles (Belgique) et l'université CharlesPrague en République tchèque).

Laboratoires et groupes de recherche[modifier | modifier le code]

Frontières, acteurs et représentations de l'Europe (FARE) est un laboratoire centrée sur deux thèmes : la construction européenne et les « frontières » visibles et invisibles de l'Europe (à l'intérieur comme à l'extérieur). Il regroupe les enseignants-chercheurs en histoire de l'université de Strasbourg (de l'université Strasbourg III à l'origine[10].[précision nécessaire]

Le groupe de sociologie politique européenne (GSPE) est le laboratoire de science politique de l'IEP de Strasbourg et de l'université de Strasbourg. Associé au CNRS depuis janvier 2005, il est hébergé dans la Maison inter-universitaire des Sciences de l'Homme d'Alsace depuis septembre 2007[11].[précision nécessaire]

Le laboratoire de recherche en gestion & économie (LaRGE) est créé en 1997 par la fusion de deux laboratoires créés en 1990 respectivement au sein de l'université Strasbourg I et de l'université Strasbourg III[12].

Vie estudiantine et associative[modifier | modifier le code]

La vie associative de l’IEP est rythmée par l’intégration des nouveaux étudiants à la rentrée, un gala en décembre, une Comédie Musicale en février-mars, la Semaine des Arts en avril, le Critérium inter-IEP en mars, et la Désinté après les examens fin mai[13].

L'école compte plusieurs associations étudiantes[14] comme un bureau des élèves (BDE), un bureau des sports (BDS), une association d'œnologie (Œnopo), un Bureau des arts (BDA), une radio d'émission politique (Déclik Politik) (aujourd'hui fermée), une association caritative et écologique (Bureau des initiatives) qui dispense des cours à de jeunes enfants dans la banlieue strasbourgeoise de Hautepierre et organise des événements comme des concerts solidaires ou des collectes de denrées alimentaires, une association d'art oratoire (EJO - École des jeunes orateurs) ou encore une association (Propos) qui rédige le journal de l'école depuis 1990. Créé à la rentrée 2007, « Sciences Po Forum » organise des débats et des conférences et publie un journal d'analyse politique et de recherche ; tandis que « Sciences Po Avenir » s'occupe de l'insertion professionnelle des jeunes diplômés. Est également créée en 2009 une association type Junior Conseil : « Sciences Po Strasbourg Consulting ». Enfin, l'année 2010 a vu la naissance d'une nouvelle association, « Stras'Diplomacy », visant à promouvoir les relations internationales, notamment à travers la participation à des Modèles des Nations unies. L'école est également à l'origine de la plateforme IEPMag, qui permet à des étudiants de tous les IEP de France de partager des publications. Une fanfare ("Stras' Boum Boum") a également été créée au sein de l'école, essentiellement en vue du Critérium mais aussi pour animer les différents matchs sportifs universitaires.

Locaux[modifier | modifier le code]

L'IEP Strasbourg se situe avenue de la Forêt Noire, dans les locaux de l'ancienne faculté de pharmacie (déplacée sur le Campus d'Illkirch) datant de 1988. En 2010, le directeur évoque un projet de construction de nouveaux locaux, car le bâtiment est trop exigu pour contenir les effectifs actuels, car initialement prévu pour 800 étudiants[15]. À compter de la rentrée 2015, Sciences Po Strasbourg occupera de nouveaux locaux dans l'enceinte historique de l'ancien hôpital civil, à proximité du quartier de la petite France et de l'ENA. L'établissement pourra désormais accueillir plus de 2000 étudiants sur 14 000 mètres carrés, il sera doté de 9 amphithéâtres et 32 salles de cours.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret nº 45–2287 du 9 octobre 1945 portant création de l’institut d'études politiques de l’université de Strasbourg, publié au Journal officiel de la République française du 10 octobre 1945, p. 6383
  2. Décret nº 69-56 du 18 janvier 1969 relatif aux instituts d’études politiques d’Aix, de Bordeaux, de Grenoble, de Lyon, de Strasbourg et de Toulouse (abrogé)
  3. (fr) « Histoire de l'IEP Strasbourg  » sur le site officiel de l'Institut d’études politiques de Strasbourg, consulté le 7 avril 2009
  4. (fr) « Classement des Meilleurs IEP », sur meilleures-grandes-ecoles.com (consulté le 14 avril 2010)
  5. (fr) « Classement 2009 des ESC - Choix des DRH - Nouvel Economiste » (consulté le 14 avril 2010)
  6. http://ihee.unistra.fr/fileadmin/upload/DUN/IHEE/Fichiers/Rapprochement_IEP/Rapprochement_IEP.pdf
  7. (fr) [PDF] « Communiqué de presse : un seul concours pour six instituts » sur le site internet de l'Institut d'études politiques de Toulouse,
  8. (fr) « Hexa succès... » (mot du Directeur) sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes,
  9. (fr) « Histoire de l'IEP Strasbourg » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Strasbourg
  10. (fr) « Présentation » sur le site officiel du FARE, consulté le 6 août 2009
  11. (fr) « GSPE » sur le site officiel du Laboratoire en politique, religion, institutions et sociétés de l'université de Strasbourg, consulté le 6 août 2009
  12. (fr) « Présentation » sur le site officiel du Laboratoire de recherche en gestion & économie, consulté le 5 août 2009
  13. (fr) « Passation de pouvoir au BDE de l'IEP » sur le site officiel de l'Association Fédérative Générale des Étudiants de Strasbourg,
  14. (fr) « Les Associations Étudiantes » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Strasbourg
  15. (fr) Camille Stromboni, « Sciences po Strasbourg selon son directeur, Sylvain Schirmann », sur letudiant.fr,‎ mars 2010

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]