Institut catholique d'études supérieures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ICES.
Institut catholique d’études supérieures
Image illustrative de l'article Institut catholique d'études supérieures
Informations
Fondation 1990
Fondateur Hervé Grollier
Abbé Claude Morisset
Type Établissement privé d’enseignement supérieur
Localisation
Ville La Roche-sur-Yon
Pays Drapeau de la France France
Direction
Président Éric de Labarre
Chancelier Mgr Alain Castet, évêque de Luçon
Chiffres clés
Étudiants 900
Niveau Licence et master
Divers
Mascotte L’abeille
Particularités Acronyme ICES
Site web www.ices.fr

L’Institut catholique d’études supérieures, également connu sous l’acronyme ICES, est un établissement d’enseignement supérieur privé créé en 1990 à l’initiative de la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique vendéen et des collectivités locales (essentiellement département et région).

Situé à La Roche-sur-Yon, dans le département de la Vendée, l’institut possède la marque « L’École universitaire » depuis 1993[1] ; il est membre de l’Académie catholique de France et dépend administrativement du rectorat de Nantes.

Histoire et organisation[modifier | modifier le code]

L’Institut catholique d’études supérieures (ICES) ouvre à La Roche-sur-Yon en 1990 comme antenne de l’université catholique de l’Ouest (les facultés libres de l’Ouest).

En 1993, le Conseil supérieur de l’université catholique de l’Ouest accorde à cet établissement son indépendance. François Garnier, évêque de Luçon, devient le garant institutionnel de l’établissement, assurant sous sa responsabilité le maintien de son appartenance ecclésiale[2].

Dessiné par l’architecte français Denis Laming, l’ICES comprend un bâtiment principal, érigé entre 1990 et 1991 et complété d’une aile supplémentaire en 1994. En 1997, la construction de la bibliothèque universitaire Jean-Paul-II vient achever les plans de l’architecte [3]. En 2000, sous l’implusion de Hervé Grollier, Denis Laming réalise l’intégration d’une résidence d’étudiants dans le couvent désaffecté des Sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde, voisin du bâtiment principal.

Il compte aujourd’hui huit filières d’enseignement classique (biologie, droit, histoire, langues, lettres modernes et classiques, mathématiques-informatique, physique-chimie, sciences politiques) qui permettent d’obtenir les diplômes universitaires d’État en 1er et 2e cycle[4].

En 2005, après quinze ans passé à la tête de l’institut, Hervé Grollier, cofondateur de l’établissement, quitte ses fonctions et est remplacé à la direction générale par François Boulêtreau[5]. En 2010, établissement d’enseignement supérieur privé de plein droit depuis vingt ans, l’ICES devient un institut officiellement reconnu par l’Église catholique en étant érigé canoniquement [6] par Alain Castet, évêque de Luçon, qui devient, par cet acte, chancelier du sixième institut universitaire catholique de France. En , Hervé Magnouloux remplace François Boulêtreau, directeur général, en devenant le premier président de l’ICES selon le nouveau statut accordé par l’Église catholique[7]. En , Hervé Magnouloux ayant décidé de rejoindre l’université d’Aix-Marseille son université d’origine, Alain Castet nomme Bertrand Doat, secrétaire général, à la présidence de l’ICES pour une période intérimaire. Le , Alain Castet nomme Éric de Labarre à la présidence de l’ICES[8]. Éric de Labarre, maître de conférence à la faculté de Montesquieu-Bordeaux-IV, exerçait les fonctions de secrétaire général de l’enseignement catholique depuis le .

Réseaux nationaux et internationaux[modifier | modifier le code]

Depuis 2004, l’ICES est membre de l’Union des nouvelles facultés libres (UNFL), association déclarée loi 1901, qui a pour but de traiter des questions relatives à l’avenir de l’enseignement universitaire libre et présenter aux pouvoirs publics des demandes communes.

L’Institut catholique d’études supérieures est membre du Conseil international des universités de Saint-Thomas-d’Aquin, un réseau mondial d’universités inspiré par la pensée de Thomas d’Aquin. Ce réseau, généralement connu sous l’acronyme d’ICUSTA, favorise les échanges universitaires entre étudiants, professeurs et chercheurs.

Publications et partenariats[modifier | modifier le code]

En 2008, l’ICES a créé sa propre maison d’édition, les Presses de l’ICES, dont la vocation est de faire connaître la diversité des activités de recherche, d’offrir aux chercheurs étrangers qui sont liés à l’institut la possibilité de publier en France, et de donner le point de vue de chrétiens sur des sujets d’actualité et de débats.

De plus, les Presses de l’ICES publient les Annales de Vendée, une revue semestrielle pluridisciplinaire relative aux activités de recherches de l’institut et de ses départements ainsi qu’une collection intitulée « Vademecum ». En partenariat avec les Éditions Cujas, l’ICES diffuse les actes des colloques organisés par le centre Hannah-Arendt, centre de recherche de l’institut dans la collection Travaux du Centre de recherches. L’institut entretient aussi un partenariat avec RCF Vendée en hébergeant plusieurs débats radiophoniques au sein de l’école même, et en permettant à certains de ces étudiants d’y effectuer une formation.

Promotions[modifier | modifier le code]

Chaque année, la nouvelle promotion d’étudiants est placée sous le parrainage d’une personnalité.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Bureau des étudiants de l’ICES[modifier | modifier le code]

L’Association des étudiants de l’ICES a été créée en 1992, avec pour finalité l’organisation de la vie étudiante (voyages, activités sportives, culturelles, festives). Le BDE représente les étudiants devant les autorités universitaires, administratives, et politiques. L’activité du BDE permet de promouvoir l’ICES. Une des activités principales du BDE est l’organisation du gala des étudiants de l’ICES, qui a lieu à chaque fin d’année universitaire[9]. Depuis , un deuxième gala a lieu en hiver.

Depuis l’élection de la liste « Étudiants, c’est maintenant ! » en , de nouveaux projets ont été mis en œuvre à destination des étudiants de l’ICES (participation au départ du Vendée Globe, séjour au ski, voyage à Paris, création de la soirée L’ICES a un incroyable talent, etc.).

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à la croix d’argent cantonnée de quatre abeilles d’or et chargée en cœur d’un double cœur vidé, couronné et croiseté de gueules[10].
Commentaires : Da mihi Sapientiam et Intelligentiam (donne-moi la sagesse et l’intelligence).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L’Ecole Universitaire », sur Institut national de la propriété industrielle (consulté le 30 mars 2014)
  2. Duret, Lenne et Vrignaud 1999, p. 411-412
  3. Guintard 1997, p. 280
  4. « ICES La Roche-sur-Yon », sur L’Étudiant (consulté le 30 mars 2014)
  5. Institut catholique d’études supérieures, La Lettre de l’ICES, La Roche-sur-Yon, ICES (no 39),‎ janvier 2006, 8 p. (ISSN 1285-5162), p. 8
  6. Église catholique (diocèse de Luçon), Catholiques en Vendée : la vie de l’Église de Luçon, Luçon, Association diocésaine de Luçon (no 11),‎ juin 2010 (ISSN 2106-7732), p. 3
  7. Institut catholique d’études supérieures, La Lettre de l’ICES, La Roche-sur-Yon, ICES (no 48),‎ juillet 2010, 8 p. (ISSN 1285-5162, lire en ligne), p. 1 et 8
  8. « Eric de Labarre, nouveau président de l’Ices », sur Ouest-France,‎ 1er juillet 2013 (consulté le 30 mars 2014)
  9. 20e gala de l’ICES, samedi 25 mai 2013 à la Longère de Beaupuy
  10. Institut catholique d’études supérieures, La Lettre de l’ICES, La Roche-sur-Yon, ICES (no 50),‎ juin 2011, 12 p. (ISSN 1285-5162, lire en ligne), p. 6

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]