Institut mutualiste Montsouris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IMM.
Institut mutualiste Montsouris
Image illustrative de l'article Institut mutualiste Montsouris
Présentation
Coordonnées 48° 49′ 21″ N 2° 19′ 58″ E / 48.822576, 2.33285548° 49′ 21″ Nord 2° 19′ 58″ Est / 48.822576, 2.332855  
Pays France
Ville Paris
Adresse 42 boulevard Jourdan
14e arrondissement
Site web www.imm.fr
Géolocalisation sur la carte : Paris

L’Institut mutualiste Montsouris (IMM) est un hôpital privé à but non lucratif, qui participe au service public hospitalier. Situé 42 boulevard Jourdan dans le 14e arrondissement de Paris, il est accessible à tous. Les praticiens de l'IMM n'exercent pas d'activité privée et ne pratiquent pas de dépassements d'honoraires.

L’institut mutualiste Montsouris (IMM) est un établissement de santé privé d’intérêt collectif (ESPIC). Il résulte de la fusion en 1999 de l’hôpital international de l’université de Paris et de la clinique médico-chirurgicale de la Porte de Choisy.

L’IMM constitue une structure hospitalière de taille moyenne, puisque sa capacité d’accueil est de 364 lits et places d’hospitalisation en médecine–chirurgie–obstétrique (MCO), de 23 lits de réanimation / soins continus, ainsi que de 38 lits d’hospitalisation complète et 30 places d’hospitalisation de jour en psychiatrie infanto-juvénile (secteur 75 I 02).

Sa capacité a sensiblement augmenté au cours de l’année 2010 grâce au développement du département de pathologie cardiaque avec la reprise de l’activité de l’hôpital Foch (six lits supplémentaires), du département mère-enfant (cinq lits supplémentaires) et enfin la création du département d’oncologie (10 lits d’hospitalisation complète et 10 lits d’hospitalisation de jour).

La capacité MCO de l’IMM est donc passée de 332 à 363 lits. Implanté à la périphérie sud de Paris (territoire de santé 75-3) dans un environnement hospitalier extrêmement dense et concurrentiel, l’IMM développe principalement des activités lourdes ou complexes à dominante chirurgicale dans la plupart des domaines pathologiques, en dehors de la neurochirurgie et de l’ORL.

Cette orientation lourde, très proche de l’activité des centres hospitaliers universitaires, constitue une différence notable par rapport aux établissements de santé de même taille et l’une des principales caractéristiques de l’IMM. L’IMM a connu une forte évolution de son activité au cours des années 2000. En effet, entre 2008 et 2012, l’activité globale de l’établissement, mesurée par le nombre de RSS a fortement augmenté (+33,7 %). Ce sont les séjours chirurgicaux et notamment les séjours chirurgicaux réalisés en ambulatoire qui ont connu la plus forte croissance.

Dans le cadre des activités de recherche, l'IMM accueille des externes et des internes de la faculté de médecine Paris Descartes.

Activités hospitalières[modifier | modifier le code]

  • AMP (Assistance Médicale à la Procréation) : consultations d'infertilité, inséminations, fécondations in vitro standard, ICSI (Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde), don d'ovocytes.
  • Centre IVG
  • Chirurgie gynécologique : troubles de la statique pelvienne et l’incontinence urinaire (prolapsus), pathologies utérines bénignes (polypes, fibromes, hystéroscopie diagnostique et opératoire, traitement chirurgical), pathologie ovarienne (kystes ovariens), chirurgie de la stérilité (réparation de trompes altérées, section d'adhérences pelviennes par chirurgie cœlioscopique), pathologies cancéreuses (cancers de l'utérus, des ovaires et du sein, par chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie), traitement des malformations génitales (chez l’adolescente et la femme adulte), pathologie bénigne et cancéreuse de la vulve et du vagin (prise en charge chirurgicale du lichen, des épisiotomies douloureuses…). L'Institut Montsouris propose une chirurgie par robot, moins invasive pour la patiente.
  • Chirurgie vasculaire : anévrismes, maladie de l’aorte thoracique, artériopathies oblitérantes des membres inférieurs, atteintes des artères rénales et digestives, affections des troncs supra-aortiques et des artères à destinées cérébrales, syndrome du défilé thoraco-brachial, pathologies des veines caves, anévrismes des artères poplitées, chirurgie des accès vasculaires pour hémodialyse, varices
  • Dialyse : centre d'hémodialyse (13 postes) ; formation à l'autodialyse
  • Médecine interne : maladies générales et polypathologies, diabétologie, rhumatologie, maladies infectieuses, diagnostic et traitement des tumeurs gynécologiques, hématologie. Examens proposés : capillaroscopie unguéale, biopsie des glandes salivaires accessoires, biopsie médullaire, ponction articulaire, ponction lombaire, ponction pleurale, ponction d’ascite. Activités en diabétologie : consultation diététique, repas hebdomadaire avec la diététicienne et l'infirmière d'éducation, salle de kinésithérapie, enseignement par le médecin. Gestes thérapeutiques effectués : infiltrations intra-articulaires, infiltrations des canaux carpiens, infiltrations épidurales hautes et basses, infiltrations péritendineuses.
  • Obstétrique (maternité) : maternité de niveau 1 ; plus de 2 000 accouchements par an.
  • Oncologie médicale : chimiothérapie en hôpital de jour ou en hospitalisation complète ; sont également hospitalisés les patients pour complications des chimiothérapies ou de la maladie.
  • Ophtalmologie : chirurgie de la cataracte, traitement de la cataracte secondaire par laser, chirurgie du glaucome, traitement du glaucome chronique par laser, opération du ptérygion, traitement de la rétine par laser, angiographie en fluorescence et au vert d'indocyanine
  • Orthopédie : chirurgie orthopédique : chirurgie du rachis cervical et lombaire, prothèse totale de hanche, du genou et de l'épaule, chirurgie de la cheville et du pied (hallux valgus, hallux rigidus, maladies de Morton, de Freiberg et de Ledderhose), syndrome du canal carpien, compression du nerf cubital au coude
  • Pathologie cardiaque : pathologie coronaire (affections liées à la maladie coronaire, infarctus à la période aiguë, syndrome de menace, complications de l'infarctus, coronarographie et l'angioplastie coronaire), pathologies valvulaires (acquises ou congénitales des valves aortique, mitrale, tricuspide et pulmonaire), pathologies de l'aorte thoracique (anévrisme et dissection), pathologies vasculaires (prise en charge des pathologies vasculaires des carotides, de l'aorte : thoraco-abdominales, abdominales et des pathologies vasculaires rendues complexes par leur association possible à d'autres pathologies graves), rythmlologie (pose de pacemaker).
  • Pathologies digestives : maladies du tube digestif supérieur dites sus-mésocoliques : estomac et œsophage (notamment le reflux gastro-œsophagien et le cancer de l'œsophage ou du cardia) ; maladies pancréatiques et hépatobiliaires, notamment la chirurgie foie et du pancréas par cœlioscopie ; cancérologie (notamment hépatique et colorectale) ;maladies inflammatoires du tube digestif (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique) ; pathologie périnéale et proctologique (prolapsus, hémorroïdes, fistules anales).
  • Psychiatrie de l'adolescent: anorexie mentale, addictions. Le centre Émergence Espace Tolbiac, rattaché au département de psychiatrie, propose une prise en charge des addictions : produits psychoactifs (drogues, alcool, médicaments), jeux vidéo… Est également rattaché le Centre Médico-Psychologique (CMP) La Harpe, centre de consultations et de soins destiné aux enfants et adolescents de la naissance à 20 ans, ainsi qu'à leurs parents. Le CMP est une structure sectorisée qui répond aux demandes des familles qui habitent les 5e et 6e arrondissements de Paris, ou celles dont les enfants sont accueillis dans des structures divers des 5e et 6e arrondissements de Paris.
  • Réanimation médico-chirurgicale : activité médicochirurgicale lourde en particulier en pathologie cardiovasculaire, digestive et thoracique
  • Thoracique : diagnostic et le traitement des maladies de l'appareil respiratoire de l'adulte : poumons, bronches, trachée, plèvre, médiastin, côtes et paroi thoracique, diaphragme, artères pulmonaires : traitement chirurgical des tumeurs malignes (cancers) primitives ou secondaires (métastases) du poumon, des bronches et du médiastin, traitement chirurgical des affections de la paroi thoracique et du diaphragme (tumeurs bénignes et malignes, déformations thoraciques acquises et congénitales), pathologie médicale pulmonaire : (affections respiratoires aiguës et chroniques), chirurgie endoscopique et nouvelles technologies en chirurgie mini-invasive (maladies pulmonaires, pleurales et médiastinales, hyperhidrose (sympathectomies), lésions de l'œsophage intrathoraciques), fibroscopies bronchiques, EFR, traitement endoscopique des affections trachéo-bronchiques (prothèses, désobstruction), traitement de la maladie veineuse thrombo-embolique (phlébite et embolie pulmonaire), chirurgie endocrinienne (thyroïde, parathyroïdes) ; lobectomies pulmonaires par thoracoscopie pour cancer.
  • Urologie : cancer de la prostate, adénome de la prostate, tumeurs et rein, cancer du rein, tumeurs et cancer de la vessie

Plateau technique :

  • bloc opératoire
  • imagerie médicale : radiologie conventionnelle, IRM, scanner
  • laboratoire de biologie médicale
  • laboratoire d'anatomie pathologique
  • pharmacie

Équipements de l'hôpital[modifier | modifier le code]

L’IMM dispose 24 h/24 d’un plateau technique complet et de haute technicité composé de :

  • 17 salles de bloc opératoire, et une salle de soins post-interventionnelle (SSPI) attenante, comprenant notamment matériel de laparoscopie, matériel de cœlioscopie, matériel de thoracoscopie, robot…
  • un département de réanimation : 10 lits de réanimation, quatre lits de surveillance continue, neuf lits de réanimation post-chirurgie cardiaque ;
  • une structure d’hospitalisation de jour chirurgicale et médicale ;
  • une plate-forme d’exploration pneumologique, digestive, urologique, ORL, cardiovasculaire comprenant : Une plate forme d’endoscopie trachéo-bronchique, Une plate forme d’endoscopie digestive, une plate forme d’endoscopie ORL, Une plate forme d’exploration écho-endoscopique, un centre d’exploration fonctionnelle respiratoire, un centre d’exploration fonctionnelle œsophagienne, un centre d’exploration fonctionnelle cardiovasculaire ;
  • une plate-forme de consultation, digestive, urologique, ORL, cardiovasculaire ;
  • un service de bronchoscopies interventionnelles ;
  • un département d’anatomopathologie avec tumorothèque et centre de ressources biologiques, possibilité de réaliser les examens extemporanés ;
  • un département d’imagerie avec un matériel d’imagerie standard, un matériel d’imagerie interventionnelle, un matériel d’échographie et de Doppler, scanner de 64 barrettes (Discovery CT 750 HD), IRM (1,5 tesla), matériel de radiofréquence ou de cryothérapie au bloc opératoire et en imagerie, matériel permettant les échographies per-opératoires, matériel permettant les radios des pièces opératoires ;
  • une pharmacie à usage intérieur comprenant Rétrocession et UPC (unité de préparation centralisée, pour la chimiothérapie) ;
  • une structure de recherche clinique avec deux attachés de recherche clinique ;
  • un département de biologie avec un laboratoire central — bactériologie, biochimie, hématologie, immunologie, immuno-hématologie… —, un dépôt de sang médicalisé autorisé 24 h sur 24, une banque de tissus pour têtes fémorales ;
  • un service de procréation médicalement assistée pour les cryoconservations de gamètes.

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Le département de recherche clinique, crée en mars 2010, est sous la responsabilité d’un médecin clinicien de l’établissement (0,5 ETP), qui assure notamment la gestion des appels à projets et apporte une aide méthodologique sur les protocoles. Un poste de responsable adjoint (1 ETP) a été créé pour prendre en charge les aspects réglementaires liés à la recherche et organiser le travail de l’équipe actuellement constituée d’un assistant de recherche clinique hospitalier (1 ETP), d’une secrétaire de recherche (0,4 ETP) et d’une stagiaire technicienne d’études cliniques (0,75 ETP).

Le département de recherche clinique a pour missions principales :

  • d’assurer la gestion administrative et réglementaire des recherches selon les bonnes pratiques cliniques (BPC) ;
  • d’organiser les mises en place des études en formalisant les différents circuits et documents spécifiques,
  • d’assurer la fonction de TEC en support aux investigateurs.

Au 1er janvier 2013, 41 recherches biomédicales (RBM), 5 recherches en soins courants (SC) et 8 recherches non interventionnelles (RNI) sont en cours à l’IMM. Dix des quatorze départements médico-chirurgicaux et médico-techniques participent à ces recherches en tant qu’investigateurs selon la répartition suivante:

  • Chirurgie vasculaire : 1 RNI mise en place en 2012.
  • Pathologie cardiaque : 4 RBM et 3 RNI dont une mise en place en 2012.
  • Mère-enfant : 2 RBM mises en place en 2012.
  • Réanimation polyvalente: 2 SC mises en place en 2012.
  • Pathologie digestive: 8 RBM dont une mise en place en 2012, 1 SC et 3 RNI.
  • Thoracique : 7 RBM et 1 SC.
  • Médecine interne : 3 RBM et 3 RNI.
  • Urologie : 1 SC et 3 RBM dont 1 mise en place en 2012.
  • Oncologie : 9 RBM dont 4 mises en place en 2012 et 1 RNI .
  • Psychiatrie : 5 RBM dont 1 mise en place en 2012.

Il est à noter qu’une vingtaine de ces recherches sont financées par le PHRC ou le STIC. Quatre RBM sont coordonnées par un investigateur de l’IMM. La plupart sont des études de comparaisons de stratégie thérapeutique.

Le Département de Recherche clinique prend en charge la soumission des projets au CEPAR (Comité d’Évaluation des Protocoles et d’Aide à la Recherche) et fait partie du Comité de pilotage du CRB-IMM nouvellement mis en place.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]