Institut Balseiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 09′ 57″ S 71° 26′ 39″ O / -41.16583, -71.44417

Instituto Balseiro.

L'Instituto Balseiro est, au niveau argentin, l'équivalent d'une grande école française. Il a les mêmes libertés et une organisation similaire, mais comme toute unité académique argentine, elle ne peut pas délivrer de diplômes et doit nouer un partenariat avec une université. C'est donc l'Université nationale de Cuyo, pourtant à 1 000 km au nord, qui délivre ses diplômes[1].

La qualité de ses diplômés est reconnue dans tous les grands centres de recherche mondiaux, et les diplômes de deux de ses spécialités (physique et génie nucléaire) reçoivent systématiquement l'équivalence de Master aux États-Unis.

Il se trouve à 9,5 kilomètres de la ville de San Carlos de Bariloche, Province de Río Negro, dans les Andes patagoniennes, à la frontière avec le Chili. Le campus se trouve à l'intérieur du Centre atomique Bariloche[2] de la CNEA, le CEA argentin.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Institut Balseiro a été créé en 1955 sous le nom d'Institut de physique de Bariloche. Ses parrains ont été la Comisión Nacional de Energía Atómica (CNEA) de l'Argentine et l'Universidad Nacional de Cuyo. Une très émouvante évocation de ses dix premières années d'existence peuvent être lues ici (en espagnol d'Argentine).

Titulaires des chaires au 1er août 1955[modifier | modifier le code]

Nous donnons la composition du corps professoral au 1er août 1955 :

Principaux jalons dans la vie de l'Institut[modifier | modifier le code]

  • 22 avril 1955 : Signature de l'accord entre la CNEA et l'Universidad Nacional de Cuyo qui donne naissance à l'Institut.
  • 1er août 1955 : Début des cours, dont 15 étudiants de 3e année (équivalents actuels d'étudiants de Licence) et 8 enseignants.
  • 20 mai 1958 : Remise de diplômes de la première promotion de Bac+5 (Licenciados) en Physique.
  • 26 mai 1958 : Première soutenance d'une thèse doctorale en Physique
  • 16 avril 1962 : L'Institut prend le nom de son fondateur, le Prof. Dr José Antonio Balseiro, décédé dans la fleur de l'âge.
  • 5 avril 1977 : Un nouvel accord entre l'UNC et la CNEA donne naissance à la spécialité de Génie nucléaire.
  • 1er août 1977 : Début des cours des premiers étudiants de 3e année en génie nucléaire
  • 19 juin 1981 : Remise des diplômes des premiers ingénieurs nucléaires.
  • 1982 : Divergence du réacteur nucléaire RA-6, de conception et réalisation locale, utilisé pour la formation des ingénieurs nucléaires de l'Institut.
  • 1er septembre 1986 : Soutenance de la première thèse doctorale en Génie nucléaire.
  • 2002 : Création de la spécialité Génie mécanique.
  • 2002 : Création de la Maestría en physique.
  • 2003 : Création du Maestría en physique médicale.
  • 2009 : L'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA) octroie à l'Institut le statut de Centre Collaborateur

Activité académique[modifier | modifier le code]

Depuis 2012 l'Institut octroie 4 diplômes de 3e cycle et y 5 spécialisations :

  • Carrières Bac+5 et Bac+6 :
    • Licenciatura en Physique (Bac+5)
    • Génie nucléaire (Bac+6 au début, Bac+5 à présent)
      • À la différence d'autres écoles qui font du nucléaire une spécialisation après le diplôme d'ingénieur, les matières nucléaires sont la colonne vertébrale de l'enseignement. Les diplômés font leur apprentissage du nucléaire sur trois ans (les promotions les plus anciennes, sur trois ans et demi), ce qui leur permet de mûrir des compétences interdisciplinaires. Il n'est donc pas surprenant qu'un diplômé puisse être compétent dans des disciplines aussi variées que la thermohydraulique, la neutronique, le contrôle de réacteurs, la sûreté nucléaire, la science des matériaux, le cycle de combustibles et la radioprotection.
    • Génie mécanique (Bac+5)
    • Génie en télécommunications (Bac+5)
  • Spécialisations
    • Spécialisation en applications technologiques du Génie nucléaire
    • Maestría en physique
    • Maestría en physique médicale
    • Doctorat en physique
    • Doctorat en génie nucléaire

Les lecteurs français sont invités à ne faire aucun rapprochement entre

  • la Licenciatura argentine (Bac+5) et une Licence française (Bac+3)
  • ou bien la Maestría argentine (diplôme de spécialisation post Bac+5 ou Bac+6) et la Maîtrise française (Bac+4).

Ce sont des diplômes tout à fait différents.

Centres d'enseignement supérieurs en France ayant des accords avec l'Institut Balseiro[modifier | modifier le code]

L'Institut Balseiro a ou a eu des accords avec ces centres d'enseignement français:

  • Université Aix-Marseille 2 - Méditerranée (Physique)
  • Université de Caen Basse-Normandie (Sciences, Génie)
  • ENISE - École Nationale d'Ingénieurs de Saint-Étienne (Sciences, Génie)
  • Institut National Polytechnique de Grenoble (Sciences, Génie)
  • Institut technologique FCBA (Sciences, Génie)
  • Université Paris 11 - Paris Sud (UNITE MIXTE DE PHYSIQUE CNRS/THALES) (Sciences, Génie)
  • Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie (Sciences, Génie)

Métriques de productivité académique[modifier | modifier le code]

L'Institut Balseiro a obtenu ces métriques de productivité :

Ranking Iberoamericano SIR 2012[3]

  • 681 articles publiés
  • dont 50,7 % d'articles en collaboration internationale
  • Ratio de citations vers ses articles : 1.0 (dans la moyenne mondiale)
  • Pourcentage d'articles publiés dans le 25 % supérieur de revues scientifiques : 67,0 %
  • Pourcentage d'articles dans le 10 % supérieur d'articles les plus cités dans leur spécialités respectives : 10 %

Ranking Iberoamericano SIR 2010[4]

  • 608 articles publiés
  • dont 55,43 % d'articles en collaboration internationale
  • Ratio de citations vers ses articles : 1,03 (3 % en dessus de la moyenne mondiale)
  • Pourcentage d'articles publiés dans le 25 % supérieur de revues scientifiques : 66,45 %

L'astéroïde Balseiro[modifier | modifier le code]

Le 26 septembre 2007, l'Union Astronomique Internationale (UIA) a accepté la proposition du Dr José Lolich, directeur de l'Institut Balseiro, de donner le nom du fondateur de l'Institut à l'astéroïde 6109, découvert le 29 août 1975 par le Grupo Telescopio Astrográfico Doble de la Estación Astronómica Dr. Carlos Cesco de l'Universidad Nacional de Cuyo, la même université à laquelle appartient cette grande école. L'astéroïde portant le nom du Dr. Balseiro prend sa place à côté de ceux portant le nom d'autres scientifiques argentins célèbres: (4617) Zadunaisky; (2548) Leloir (prix Nobel de Chimie) et (2550) Houssay (prix Nobel de Médecine), entre autres.

L'astéroïde Meckbach[modifier | modifier le code]

7971 Meckbach (9002 P-L) est le nom donné à un astéroïde découvert le 17 octobre 1960 par Cornelis Johannes van Houten, Ingrid van Houten-Groeneveld et Tom Gehrels de l'Observatoire Palomar. Il rend hommage au Prof. Dr Wolfgang Meckbach professeur fondateur de l'Institut Balseiro, professeur émérite, et chercheur du Centro Atómico Bariloche.

Une biographie très intéressante des premiers années de vie du Prof. Dr. Meckbach, incluant son service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, son arrivée en Argentine après la guerre et son rôle de pionnier dans la physique des collisions atomiques en Argentine, peut être trouvée ici (en espagnol).

Le Centre atomique Bariloche[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Programme nucléaire argentin.

La création de l'Institut Balseiro est une heureuse et inattendue conséquence de l'arrêt du Projet Huemul

  • Le Projet Huemul était un projet vendu au Président Perón pendant les années 1950 par un obscur docteur en physique autrichien appelé Richter. Ce dernier, soi-disant capable de contrôler la fusion nucléaire, avait demandé l'achat de coûteux équipements scientifiques. Quand l'imposture eût été découverte, un physicien argentin formé en Allemagne, Gaviola, avait entrepris les démarches auprès des autorités militaires afin de fonder un institut de physique en utilisant les équipements ainsi à l'abandon. Les dons de négociateur de Gaviola n'étant pas à la mesure de son talent, il n'a pas obtenu du gouvernement militaire de l'époque qui entretemps avait renversé Perón les conditions qu'il voulait ; le jeune José Antonio Balseiro, un brillant docteur en physique formé en Angleterre, réussit alors à faire avec ce qu'il a pu obtenir des militaires, l'Institut qui porte aujourd'hui son nom.

L'Institut et le Centre atomique de Bariloche ont été créés alors dans des anciennes casernes où Perón lui-même avait passé une partie de sa carrière comme jeune officier instructeur de troupes de montagne. Les spartiates dortoirs des étudiants sont des anciennes chambres pour des militaires.

Le corps enseignant est issu du corps de cadres du Centre atomique, et le campus et les groupes de recherche partagent les installations, dont la bibliothèque et le réacteur nucléaire de conception et réalisation argentine RA-6.

Cette symbiose entre enseignants-chercheurs en activité, et des étudiants en contact avec la réalité de la recherche scientifique, ont été reconnus comme la base du succès de l'Institut Balseiro.

La vie des étudiants de l'Institut Balseiro[modifier | modifier le code]

Rappelons qu'en Argentine, il n'y a pas d'écoles préparatoires; les écoles de physiciens et d'ingénieurs recrutent après le Bac et forment leurs étudiants elles-mêmes pendant cinq à six ans, dans des unités académiques appelées Facultés. L'Institut Balseiro est une exception, car il recrute à Bac+2; les étudiants sont admis après deux années complètes d'études universitaires scientifiques. Ceci permet de ne cibler que des étudiants ayant fait ses preuves.

La sélection se fait d'abord par dossier. Sur environ deux mille dossiers, une centaine sont retenus pour l'examen d'admission ; l'examen écrit est sélectif et réduit les candidats à la moitié. Le choix définitif se fait sur les résultats de l'examen oral. Les enseignants-chercheurs sont conscients qu'ils sont en train de choisir leurs futurs collègues ; les questions ne visent donc pas tant la justesse des résultats (à ce niveau, toutes les réponses des candidats seront plus ou moins justes), mais visent plutôt à discerner lesquels des candidats ont une pensée à la fois originale, structurée et rigoureuse.

Afin d'éviter que des différences socioéconomiques n'empêchent l'admission d'étudiants brillants mais n'ayant pas les moyens de vivre à Bariloche, il a été décidé que tous les étudiants de Bac+5/Bac+6 et plusieurs étudiants des spécialisations recevront une bourse de l'État argentin qui leur permet de vivre sans avoir besoin de travailler.

En échange, les exigences imposées aux étudiants sont draconiennes. Deux examens finaux ratés sur une même matière en un mois, signifient la fin immédiate de la bourse et de la scolarité. De plus, la moyenne requise pour approuver les cours est beaucoup plus élevée que dans les autres universités ; avoir la moyenne n'est simplement pas assez pour conserver sa place.

Le rythme des études est semestriel : quatre mois de cours, un mois d'examens, et un mois de vacances.

Les étudiants peuvent habiter dans les chambres du campus, mais plusieurs préfèrent, à la fin de leurs études, louer des chambres comme colocataires à l'extérieur du Centre atomique.

Des étudiants étrangers sont formés aussi dans l'Instituto Balseiro, notamment des Péruviens, mais aussi d'autres étudiants en provenance d'autres pays de langue espagnole. Cependant, quelques cours ou séminaires peuvent être dictés en anglais ; l'acquisition de la capacité à s'exprimer oralement et par écrit dans la langue anglaise est l'une des exigences le plus remarquables de la scolarité.

Les étudiants élisent des représentants du Centre d'étudiants, qui désigne un représentant auprès du Conseil académique de l'Institut.

Cependant, tout n'est pas étude et examens dans la vie des étudiants. La disco L'Électron fou perdure dans la mémoire des anciens à cause de ses soirées animées par des DJ étudiants, un ciné-club tous les soirs des vendredis anime les rencontres sociales autour du septième art, les étudiants pratiquent des sports, dont le football, la randonnée, l'escalade et le ski (le Centre atomique se trouve à moins de 30 km du plus grand centre de ski du pays, le Cerro Catedral, de la taille d'une station de ski moyenne française comme Valmorel en Savoie).

Quelques anciens de l'Instituto Balseiro[modifier | modifier le code]

Plusieurs anciens de l'Instituto Balseiro se sont illustrés à l'étranger. Cette liste est forcément incomplète mais reflète la variété et la qualité de leur formation.

  • Leonardo Falicov : docteur en physique, professeur émérite à l'université Berkeley, spécialiste de la matière condensée, docteur honoris causa de l'université de Cambridge.
  • Carlos Castro Madero : docteur en physique, Fellow de l'American Nuclear Society (ANS), Prix 1990 de la ANS pour la personnalité de l'année pour le développement de l'énergie nucléaire en Amérique Latine. Ancien Président de la CNEA (le CEA argentin) et ancien membre du Bureau des gouverneurs de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique).
  • Juan Maldacena : docteur en physique, professeur associé à Harvard, professeur à l'université de Princeton. Auteur de travaux sur les supercordes. Prix Yuri Milner à la Physique fondamentale 2012. Edward A. Bouchet Award of the American Physical Society, 2004; Xanthopoulos International Award for Research in Gravitational Physics, 2001 ; Sackler Prize in Physics ; UNESCO Husein Prize for Young Scientists ; Alfred P. Sloan Foundation Fellowship ; MacArthur Fellowship 1999 ; Dirac Medal, 2008; Prix Dannie Heineman pour la physique mathématique 2007. Son site se trouve ici.
  • Jorge Sobehart : docteur en physique, directeur chez Citigroup Risk Architecture. Auteur de plusieurs modèles financiers de risque chez Citigroup et Moody's.
  • Rubén Carcagno: Ingénieur nucléaire, Chef du Département Instrumentation et Tests, Fermilab. Exceptional Performance Recognition Award du Fermilab en 2008.
  • Pablo Esquinazi: docteur en physique, professeur à l'Université de Leipzig (Allemagne), chercheur en physique du solide.
  • Félix Rey: docteur en physique, chercheur à l'institut Pasteur à Paris, responsable de l'Unité de virologie structurelle. Elu à l'Académie des Sciences française en novembre 2010.
  • Manuel Balanzat: docteur en physique, professeur à l'Université de Caen.
  • Elbio Dagotto: docteur en physique, Distinguished Professor à l'Université du Tennessee à Knoxville, Distinguished Scientist du Oak Ridge National Laboratory, nommé en 2008 Outstanding Referee de la American Physical Society, auteur de travaux sur les nanomatériaux. Reconnu par le Thompson-ISI parmi les 250 physiciens les plus cités. Fellow de la American Physical Society, membre du Solid State Sciences Committee de l'Académie Nationale des Sciences (États-Unis), ancien éditeur de division de la Physical Review Letters (1998–2002).
  • Henri Godfrin: docteur en physique, Médaille d'Argent du CNRS 2001, Helmholtz Award, directeur de recherches au CNRS.
  • Orlando Auciello: docteur en physique, chercheur senior au Argonne National Laboratory, spécialiste des nanomatériaux, Fellow de l'American Association for the Advancement of Science, auteur ou coauteur de 450 travaux, auteur de 15 brevets et de 18 livres. Voir aussi: ici.
  • Francisco de la Cruz: docteur en physique, né à Barcelone en Espagne et naturalisé argentin. Chercheur en basses temperatures, Chevalier des Palmes Académiques, Fellow de la APS, Foreign Associated Member de la National Academy of Sciences des États-Unis.
  • Juan Stamm'ler Jaliff : ingénieur nucléaire, ancien directeur de production chez ABB.
  • Karen Hallberg: docteur en physique, spécialiste en physique quantique. Reportage dans http://www.lanacion.com.ar/nota.asp?nota_id=1324453
  • Jorge Pullin : docteur en physique d'origine britannique, reconnu par ses travaux dans l'étude des collisions entre trous noirs et en gravité quantique. Professeur de la Louisiana State University, titulaire de la Horace C. Hearne Jr. Chair, de l'Institute for Theoretical Physics. Éditeur de la revue électronique PRX de l'American Physics Society. Fellow de la APS et de la AAAS.
  • Conrado Varotto, docteur en physique né à Padoue en Italie, naturalisé argentin. Ancien chercheur en sciences de matériaux à Stanford, ancien Directeur de branche à la CNEA, ancien Directeur Général d'INVAP (société exportatrice de technologie nucléaire et aérospatiale), actuellement DG de la Commission Nationale d'Activités Spatiales d'Argentine. Médaille d'or du Gouvernement Italien, 2001. Chevalier de l'Ordre de l'Etoile de la solidarité Italienne, 2003.
  • Horacio Pastawski, docteur en physique, spécialiste en physique théorique, membre de l'Academia Nacional de Ciencias argentine
  • Miguel Santini, ingénieur nucléaire. Directeur, Pickering Regulatory Program Division, Canadian Nuclear Safety Commission

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

L'Institut Balseiro dans l'actualité[modifier | modifier le code]