Insight

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Insight (homonymie).

En psychologie, l’insight[1] est la découverte soudaine de la solution à un problème sans passer par une série d'essais-erreurs progressifs. Ce phénomène a été mis en évidence chez le chimpanzé par Wolfgang Köhler dans une série d'expériences menées à Tenerife de 1913 à 1920. A l'heure actuelle, le terme d'insight est également utilisé en psychologie et en psychiatrie pour déterminer le niveau de "conscience du trouble", c'est-à-dire si le patient reconnaît ou non souffrir de telle ou telle maladie.

Le phénomène d’insight[modifier | modifier le code]

Köhler utilise le terme anglais insight (qui traduit le terme allemand Einsicht - compréhension, discernement) pour nommer le temps fort d’une résolution, compris comme passage d'une configuration perceptive à une seconde configuration, plus satisfaisante car porteuse en elle-même des réorientations, des regroupements, des suggestions d'actions susceptibles de remédier aux tensions inhérentes à la configuration antécédente. L’insight c'est donc la découverte soudaine d'une solution qui ne devient apparente que par une réorganisation des éléments du problème. Köhler y voyait comme un modèle de la productivité de la pensée, en tout cas un corrélat perceptif de ce moment de discernement où l’organisation du champ, soumise à la tension d’un problème, débouche enfin sur une solution.

Köhler donne par exemple cette description d'un exercice réalisé par le singe Sultan :

Sultan tries to reach the fruit with the smaller of the two sticks. Not succeeding, he tears at a piece of wire that projects from the netting of his cage, but that too is in vain […] He suddenly picks up the little stick, once more goes up to the bars directly opposite the long stick, scratches it towards him with the « auxiliary », seizes it, and goes with it to the point opposite the objective (the fruit), which he secures.

Traduction :

Sultan essaie d'atteindre le fruit avec le plus petit des deux bâtons. N'y arrivant pas, il arrache un bout de fil de fer qui pend du grillage de sa cage, mais échoue encore... Soudain il reprend le petit bâton, va du côté des barreaux le plus proche du grand bâton, le rapproche de lui grâce au bâton "auxiliaire", s'en empare, puis le ramène du côté adjacent à son objectif (le fruit), dont il se saisit.

Au lieu de procéder par essais et erreurs et de se rapprocher graduellement de la solution, l'animal saisit soudainement la solution qui lui échappait jusqu'alors et qui lui permet d'attraper le fruit en dehors de sa cage.

L’insight est donc d’abord un mode d’appréhension des phénomènes, une interprétation qui entend constituer en objet scientifique un moment cognitif spécifique : la saisie brusque d’une modification favorable du champ pratique, qui est localisée, incarnée dans une configuration perceptive virtuellement en train de basculer. C'est ce moment de restructuration perceptive où se manifeste le pouvoir de changer la signification donnée d’un objet en une signification neuve, et par là d’anticiper sur la nouvelle fonction possible (la branche devient bâton, la caisse-pour-s’asseoir devient la caisse-à-traîner-et-empiler).

L'insight en psychanalyse[modifier | modifier le code]

Insight n'est pas un terme freudien, anglicisme, il n'a pas d'équivalent français, il est une traduction d'"Einsicht" qui signifie moment privilégié de prise de conscience. Dans la première topique il s'agit de rendre conscient l'inconscient alors que dans la seconde topique il s'agirait de passer d'un niveau non-organisé, le ça à un processus organisé le moi (Wo es war, soll Ich werden), ou autrement dit, passer des processus primaires aux processus secondaires.

C'est Hermine von Hug-Hellmuth qui l'a défini la première de la façon moderne dont on l'utilise maintenant: elle dit que la finalité de l'analyse est de promouvoir l'insight le plus complet des pulsions et des sentiments inconscients [2] Selon R.Horacio Etchegoyen [3], l'insight doit être conçu comme intransmissible: je ne puis avoir d'insight que de moi-même. L'insight de l'analyste regarde le contre-transfert alors que celui du patient passe en grande partie par l'analyse de son transfert. Il donne par ailleurs un exemple clinique assez illustratif, il s'agit d'un patient qui voyage avec un ami qui conduit et qui, subrepticement lui frôle la jambe; il dit alors: À cet instant, j'ai ressenti une rare excitation et je me suis rendu compte que mon ami était l'amant de ma femme ce qui est une construction délirante ("l'expérience délirante primaire" de Karl Jaspers). Pour un phénoménologiste, cette construction est incompréhensible alors que pour l'analyste précité Etchegoyen, il s'agit d'un montage défensif dont l'insight aurait pu être, à l'opposé du délire : Mon amitié avec Untel a une composante érotique, j'éprouve un certain sentiment homosexuel pour lui, à preuve l'excitation ressentie.... Le moment d'insight serait alors venu à la place du vécu délirant. L'insight est une nouvelle connexion de signification modifiant la notion que le sujet a de lui-même. Pour Paula Heimann l'insight doit être considéré comme l'acte essentiellement personnel de se voir soi-même. Quelle que soit la définition retenue en psychanalyse, l'insight, pour produire son effet comme facteur de progrès - et pas comme préalable d'une cure ! - doit être accompagné d'une élaboration (verbale) ou perlaboration sans quoi il ne devient qu'un phénomène de catharsis sans effet à long terme. La catharsis comme effet exclusif ressort d'une vision pré-psychanalytique (les cures de Freud et Breuer) ou de traitements actuels désignés sous l'appellation néo-catharsis (certaines formes d'hypnose, etc.).

L'insight en marketing[modifier | modifier le code]

En marketing, le terme d'insight a une définition tout à fait différente qu'en psychologie. On utilise le terme d'insight consommateur (consumer insight) pour qualifier une idée d'un consommateur qui peut être porteuse sur le plan du développement d'activité pour l'entreprise qui choisira de l'exploiter et d'y répondre par un produit. Contrairement à une approche "d'offre" où c'est l'entreprise ou la marque qui prend l'initiative d'une innovation produit, l'insight est donc bien l'expression d'un besoin du consommateur donc, d'une "demande" dont l'entreprise ou la marche choisira ou non de se saisir.


Pour être plus précis, ce besoin consommateur est structuré autour de trois composantes [4]:

- l'idée elle-même, exprimée ainsi « j'aimerais pouvoir », « il serait pratique de »,

- la motivation au sein de laquelle cette idée est ancrée « parce que pour moi il est important de »,

- la tension qui fait que cette motivation est contrariée ou seulement partiellement satisfaite, le « mais... »,


Ainsi l'insight s'exprime selon une phrase du type « j'aimerais pouvoir manger cinq fruits et légumes par jour, parce que je sais que c'est important pour la santé, mais je n'ai pas toujours le temps de cuisiner ».

L’insight est donc une idée structurée et problématisée mais aussi l’expression d’une frustration ou d'un désir non encore satisfait. Il est donc porteur d'une tension qui conditionne l’enjeu commercial pour une entreprise qui souhaiterait y répondre par une innovation produit ou service.

Les insights peuvent être obtenus à partir de sources très variables : des séances de créativité, des études qualitatives, des études quantitatives, un travail de veille, une démarche prospective, etc. Quelle qu'en soit la source, les "matériaux" recueillis (idées, besoins, observation, etc.) doivent ensuite être exprimés sous la forme problématisée (idée/motivation/tension). Il est ensuite possible de tester la puissance de ces insights par enquêtes par sondage grâce à un insight score qui permet finalement d'étudier si l'on doit investir plus avant dans l'idée et concevoir un concept et un produit en réponse. Les idées de réponses produits sont alors clairement architecturées (idea architects) permettant d'optimiser la réponse produit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Wolfgang Köhler, Intelligenzprüfungen an Anthropoiden, 1917. Une édition révisée est parue en 1921 puis a été traduite en anglais sous le titre Mentality of Apes sous lequel l'ouvrage est plus connu. Une version plus complète est parue dans la traduction française sous le titre L’intelligence des singes supérieurs, Félix Alcan, Paris, 1927.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Köhler utilise le mot anglais insight comme traduction de l'allemand Einsicht. C'est pourtant le mot anglais qui est utilisé en français.
  2. A very intelligent catatonic patient who posseded insight to a remarkable degree, International Journal, 1921
  3. Fondements de la technique psychanalytique, Ed.: Hermann, 2005, ISBN 270566517X
  4. cf. http://www.insightquest.fr/quest-ce-quun-insights.html

Article connexe[modifier | modifier le code]

Effet eurêka (en)