Inséparable rosegorge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Inséparable rosegorge (Agapornis roseicollis) est une des neuf espèces d'inséparables, groupe de petits perroquets africains.

Sous-espèces et taxinomie[modifier | modifier le code]

Découvert en 1793, l'Inséparable rosegorge fut tout d'abord considéré comme une sous-espèce de l'Inséparable à tête rouge[1]. Cette espèce comporte deux taxons :

  • roseicollis (Vieillot, 1818) de Namibie et d'Afrique du Sud ;
  • catumbella Hall, 1952 du sud-ouest de l'Angola (entre le quinzième parallèle et le quinzième méridien) dans les zones sèches qui vont de la mer jusqu'à 1 600 m d'altitude.

Cette sous-espèce se distingue du taxon type par la coloration plus rouge que rose du masque facial et par une extension plus importante de ces deux couleurs sur la poitrine, la coloration verte est également plus intense et plus brillante.

La péninsule du Cap est peuplée par une population difficile à attribuer à l'une des deux sous-espèces, peut-être s'agit-il d'une forme intermédiaire.

Présentant un très modeste cercle orbital (en filoplumes et presque imperceptible) et mâles et femelles étant difficilement distinguables, l'inséparable rosegorge constitue la transition entre le groupe des espèces à cercle orbital blanc (constitué par de la peau nue) et celui des espèces avec un net dimorphisme sexuel.

Répartition[modifier | modifier le code]

En Angola, l'Inséparable rosegorge n'est pas très abondant. Il peuple la région de Sumba et probablement les régions situées plus au nord.
Cet oiseau est également présent en Namibie, notamment dans l'est autour de la région des marais de l'Okavango et dans la région frontalière avec le Botswana.

Au Zimbabwe, sa présence a été signalée à plusieurs reprises près des chutes Victoria. Toutefois, en raison des mouvements complexes (sédentarité, erratisme) de cet oiseau dans ce pays, son aire de nidification n'est pas encore très définie dans l'est de cet État.

Description[modifier | modifier le code]

Les adultes ne présentent pas de dimorphisme sexuel. Ils mesurent 15 à 18 cm et pèsent 43 à 63 g. Ils présentent une coloration générale vert pâle, un peu plus sombre sur les parties supérieures. Le croupion est bleu brillant. La face et le haut de la poitrine sont rose pêche, d'où le nom d'espèce. Les yeux sont roux jaunâtre. Le bec présente une coloration corne à l'extrémité noire et une cire blanche. Les pattes sont grises.

Chez le jeune, le vert est plus pâle, le rose de la tête plus nuancé et le bec de couleur chamois avec de très nettes traces noires sur la mandibule supérieure. Les couleurs d'adulte apparaissent progressivement: les marques noires du bec s'atténuent puis disparaissent vers 3-4 mois puis le rose du front se mue en rouge et le rose pâle de la tête devient plus vif vers 6 mois lors de la première mue. Les couleurs définitives n'apparaîtront réellement qu'à la mue suivante, vers l'âge d'un an.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cet oiseau peuple les régions boisées sèches (jusqu'à 1 500 m d'altitude mais parfois 1 800 m), les savanes clairsemées de grands arbres, les fourrés et les champs. Il apprécie les abords des cours d'eau[2].

Il se déplace généralement en groupes de 10 à 20 individus mais des bandes de quelques centaines d'oiseaux peuvent se former dans des zones de cultures riches en maïs aux graines encore laiteuses ou de prairies présentant une abondance d'épis en phase de maturation, ou encore près de sources d'eau particulièrement abondantes. Ces dernières sont à l'origine des tendances nomades de cette espèce.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cet oiseau se nourrit surtout de graines mais également d'herbes et de baies.

Reproduction[modifier | modifier le code]

L'Inséparable rosegorge se reproduit en couples isolés ou en colonies. Quel que soit le mode de nidification, les couples restent très unis. Ainsi, chacun élabore un langage particulier renforçant son union et permettant à chacun des deux partenaires de demeurer en contact auditif avec l'autre.

Des cas de nidification en compagnie d'autres oiseaux, en particulier des plocéidés, sont connus.

Le nid est construit le plus souvent dans le creux d'un arbre mais cette espèce peut également réaménager les nids en coupe d'autres oiseaux ou utiliser des anfractuosités rocheuses. À défaut de tels sites, l'inséparable rosegorge est capable de construire de véritables nids en coupole, en tressant des brindilles et des herbes.

Les femelles de cette espèce découpent des morceaux de la taille d'une allumette qu'elles coincent dans les plumes de leur croupion pour les transporter jusqu'au nid[1]. Elles constituent ensuite une assise douillette dans la chambre de couvaison.

La saison de reproduction commence généralement entre février et mars. Elle se prolonge jusqu'en juin et juillet, parfois même jusqu'en octobre.

La femelle pond 4 à 6 œufs espacés de deux jours, parfois plus. Les pontes de 9 à 12 œufs ne sont cependant pas rares. La couvaison, menée exclusivement par la femelle, dure 22 ou 23 jours. Les jeunes quittent le nid à l'âge de 45 jours, deviennent indépendants à 2 mois et prennent la livrée adulte vers 6 mois.

Les femelles atteignent leur maturité sexuelle entre 9 et 11 mois et les mâles entre 11 et 13 mois[2].

Mutations[modifier | modifier le code]

Des mutations de couleur ont été observées à l'état sauvage : plumage vert plus clair ou plus foncé, vert écaillé de jaune, lutino ou coloration faciale rose clair.

En captivité, de nombreuses mutations ont été sélectionnées : ino, aqua, turquoise, facteur foncé, facteur violet, cinnamon, edged dilute, panaché, pallid, bronze fallow, pale fallow, masque orange, opaline...

Captivité[modifier | modifier le code]

Les inséparables rosegorges font partie des Psittacidae les plus fréquemment élevés en raison de la facilité de leur maintenance et de leur reproduction. Ils sont souvent conseillés aux éleveurs débutants car ils sont robustes et peuvent rester l'hiver dehors à condition d'avoir un abri pour se réfugier[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gille D. & François B. (2003) La famille des inséparables, CDE, Sainte-Reine-de-Bretagne, 151 p.
  2. a et b Dominique Mario et Gino Conzo (trad. Giusi Furno et Sandrine Morel), Le Grand Livre des perroquets, Paris, de Vecchi,‎ 2004, 287 p. (ISBN 2732835404, OCLC 420002720)

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Forshaw J.M. (2006) Parrots of the World. An identification guide. Princeton University Press, Princeton, Oxford, 172 p.
  • Gille D. & François B. (2003) La famille des Inséparables. CDE, Sainte-Reine-de-Bretagne, 151 p.
  • del Hoyo J., Elliott A. & Sargatal J. (1997) Handbook of the Birds of the World, Volume 4, Sandgrouse to Cuckoos. BirdLife International, Lynx Edicions, Barcelona, 679 p.
  • Mario D. & Conzo G. (2004) Le grand livre des perroquets. de Vecchi, Paris, 287 p.