Inlandsis Ouest-Antarctique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'inlandsis Ouest-Antarctique est la partie de l'inlandsis continental qui recouvre l'Antarctique occidental et situé à l'ouest de la chaîne Transantarctique. L'inlandsis Ouest-Antarctique est délimité par la barrière de Ross, la barrière de Filchner-Ronne et des glaciers qui s'écoulent dans la mer d'Amundsen.

Description[modifier | modifier le code]

Le volume de l'inlandsis de l'Antarctique est estimé à 25,4 millions de km3. Cependant, l'inlandsis Ouest-Antarctique représente à peine moins de 10 % de ce dernier, ou 2,2 millions de km3[1]. La masse de la glace a poussé les roches sous-jacentes à s'enfoncer d'une profondeur comprise entre 0,5 et 1 km[2] dans un processus appelé dépression isostasique.

Quand la glace recouvrant l'inlandsis atteint la côte, elle continue à s'étaler au-dessus de l'eau. Cela forme une grande plaque de glace rattachée au continent[3].

Fonte éventuelle[modifier | modifier le code]

En janvier 2006, dans un rapport commandé par le gouvernement britannique, le directeur du British Antarctic Survey, Chris Rapley, avertit que l'inlandsis Ouest-Antarctique pouvait commencer à se désintégrer. Il a été supposé que cette désintégration entraînerait l'élévation du niveau de la mer d'environ 3,3 m[4], bien que la fonte complète de l'inlandsis Ouest-Antarctique contribuerait quant à elle, à une augmentation de 4,8 m du niveau des mers[4].

Une étude menée par des chercheurs de la NASA et de l' Université de Californie à Irvine et publiée en mai 2014 dans les revues Science et Geophysical Research Letters conclut qu'une partie de l'Inlandsis Ouest-Antarctique, fondant rapidement, semble être dans un état de déclin irréversible, rien ne pouvant stopper les glaciers ; 40 ans d'observation du comportement des six plus grands glaciers de cette région de la mer d'Amundsen dans l'Antarctique occidental : Pine Island, Thwaites, Haynes, Smith, Pope et Kohler indiquent que ces glaciers "ont passé le point de non-retour" ; ils contribuent déjà de façon significative à l'élévation du niveau niveau des mers, relâchant annuellement presque autant de glace dans l'océan que l'Inlandsis du Groenland entier ; ils contiennent assez de glace pour élever le niveau général des océans de 4 pieds (1,2 mètres) et fondent plus vite que la plupart des scientifiques s'étaient attendu ; l'auteur principal Eric Rignot a déclaré que ces découvertes nécessiteront une révision en hausse des prévisions actuelles d'élévation du niveau des océans[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matthew B. Lythe et David G. Vaughan, « BEDMAP: A new ice thickness and subglacial topographic model of Antarctica », Journal of Geophysical Research, vol. 106, no B6,‎ juin 2001, p. 11335–11352 (DOI 10.1029/2000JB900449)
  2. (en) John B. Anderson, Antarctic marine geology, Cambridge University Press,‎ 1999 (ISBN 0-521-59317-4), p. 59
  3. (en) "Ice Shelves" version archivée du 20 février 2008 de cette page. Consulté le 8 août 2010.
  4. a et b (en) J.L. Bamber, R.E.M. Riva, B.L.A. Vermeersen, A.M. LeBrog, « Reassessment of the potential sea-level rise from a collapse of the West Antarctic Ice Sheet », Science, vol. 324, no 5929,‎ 2009, p. 901 (PMID 19443778, DOI 10.1126/science.1169335, lire en ligne)
  5. (en)West Antarctic Glacier Loss Appears Unstoppable, site du Jet Propulsion Laboratory consulté le 23 mai 2014.