Inis Mór

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inis Mór
Inishmore (en)
Carte des îles d'Aran.
Carte des îles d'Aran.
Géographie
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Archipel Îles d'Aran (îles Britanniques)
Localisation Baie de Galway, océan Atlantique
Coordonnées 53° 07′ 44″ N 9° 43′ 58″ O / 53.128889, -9.732778 ()53° 07′ 44″ N 9° 43′ 58″ O / 53.128889, -9.732778 ()  
Superficie 31 km2
Point culminant Dun Eochla (123 m)
Géologie Île continentale
Administration
Comté Galway
Démographie
Population 824 hab. (2006)
Densité 26,58 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC+0

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Inis Mór
Inis Mór
Îles d'Irlande

Inis Mór, en anglais Inishmore, littéralement « Grande île », est une île d'Irlande faisant partie des îles d'Aran dont elle est la plus grande avec quatorze kilomètres de longueur pour trois kilomètres de largeur. L'ancien nom en anglais, Inishmore, est parfois utilisé hors de l'Irlande.

Géologiquement parlant, ces îles sont le prolongement de l’ensemble karstique des Burren dans le Comté de Clare.

Inis Mór est l’île la plus peuplée des îles d'Aran avec 824 habitants en 2006. Le port de Cill Rónáin (Kilronan) est le principal village de l’archipel avec 270 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plage côté est de l'île

Histoire[modifier | modifier le code]

On y trouve plusieurs forts de l’âge du fer : Dun Aengus (Dún Aonghasa), le fort noir (Dún Dúchathair) et Dún Eoghanachta tous les trois en bon état de conservation. Ces monuments ont bénéficié récemment d’une campagne de mise en valeur afin de les préserver et de faire face à un nombre toujours plus important de visiteurs.

Inis Mór accueille à la fin du ve siècle saint Eanna (ou Enda), qui fonde la communauté monastique de Killeany. Elle devient un important foyer de formation religieuse.

Sur la falaise se trouvent les vestiges de Killeany, plus vieux monastère d'Irlande, construit en l'an 490.

Économie[modifier | modifier le code]

Falaise à Inis Mór

Située à l'extrême Ouest de l'Irlande, d'accès farouche, battues par les vents, les îles d'Aran séduisent les amateurs de tourisme vert et de tranquillité — il est possible, hors saison d'été, de marcher toute la journée en ne rencontrant quasiment personne.

Une atmosphère singulière baigne cette terre de bout de monde que les embruns traversent littéralement et où l'on voit poindre de partout les flots et d'étranges monolithes acérés. L'écrivain irlandais John Synge, au tournant du XXe siècle, raconte son arrivée à Inis Mór : « Ce fut d'abord un roc lugubre qui s'élevait obliquement pour se perdre dans le brouillard.»

Inis Mór concentre presque exclusivement toute l'activité touristique.

John Synge décrit l'île comme un « champ de rocs nus », mais les pierres, depuis des millénaire, ont été soigneusement ramassés par les paysans pour construire les fameux murets de pierres sèches qui serpentent et la parcourent dans tous les sens. Ces murailles quadrillent de petits pâturages créés, au fur et à mesure par l'apport incessant des algues, des sables et des limons donnés par la mer et recueillis dans les interstices des dalles de calcaires. Entre les murets filent des chemins de pierres et de terre, dont certains évoquent des voies romaines mais des voies dont le pavement est naturel, puisqu'il s'agit du socle même du rocher.

Les impressionnantes falaises d'Inis Mór surplombent la mer de centaines de mêtres, et permettent à des milliers d'oiseaux de mer de nicher. Les plus spectaculaires sont celles de Dùn Aegus, où se trouve, depuis trois millémaires, un étrange fort en demi-lune tourné vers le large. En bas de la falaise, où l'océan explose contre le roc en gerbes d'écumes donnant naissance à une brume vaporeuse, des pingouins et des milliers d'oiseaux y ont trouvé leur paradis.

Longtemps la pêche a été la ressource la plus sûre de l'île. Elle était pratiquée avec les fameuses barques de l'île d'Aran.

Aujourd'hui, quelques habitants ont développé une activité de gites verts, sous forme de simples mais chaleureux "bed and breakfast" avec leurs cottages aux murs blancs, leurs cheminées au feu de tourbe, et leur traditions gaéliques.

En sus du tourisme vert, il s'est développé un intéressant artisanat du tricotage à la main de pulls en pure laine, tels qu'en portent les marins.

Vue des falaises depuis Dún Aengus

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

  • Dun Aengus ou Dún Aonghasa est le fort le plus visité de l'île.
  • Dún Dúchathair , le Fort Noir.
  • Dún Eochla, fort situé au centre de l'île à coté du village d'Eochaill
  • Dún Eoghanachta, fort situé à l'extrémité ouest de l'île.
  • Na Seacht dTeampaill, (Seven Churches en anglais), ruines d'un ensemble monastique construit entre le VIIIe siècle et le XIIIe siècle.

Transports[modifier | modifier le code]

L’archipel est desservi par une ligne de ferries opérants depuis le port de Ros a' Mhíl dans le Comté de Galway et par une petite compagnie aérienne Aer Arann basée à Indreabhán près de An Spidéal. Une autre ligne de ferries part de Doolin dans le Comté de Clare.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

  • Liam O'Flaherty, célèbre romancier irlandais né en 1896 à Gort na gCapall sur l'île.
  • Robert Joseph Flaherty tourne en 1934 un documentaire Man of Aran sur les conditions de vie difficiles sur l'île. Il obtient le premier prix de la section étrangère à la Mostra de Venise. Ce documentaire est considéré comme un des films les plus importants de l'histoire du cinéma.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Îles d'Aran de John Synge - éd. Payot, collection Petite bibliothèque - 199 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :