Inigo Campioni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Inigo.

Inigo Campioni (Viareggio, Province de Lucques, 14 novembre 1878Parme, 24 mai 1944) est un officier de la marine italienne au cours de la première moitié du XXe siècle. Il sert dans les quatre guerres et est connu pour être un amiral de la Marine royale italienne (Regia Marina) au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et début de carrière[modifier | modifier le code]

Inigo Campioni est né à Viareggio, en Province de Lucques (Toscane), en Italie, le 14 novembre 1878. Son service dans la marine a commencé lorsqu'il entra à l'Académie navale italienne à Livourne en 1893. Il est diplômé en 1896[1] et a été promu aspirant à l'enseigne de vaisseau en 1898[2], puis lieutenant en 1905[3].

Campioni a participé à la guerre italo-turque de 1911-1912, en tant qu'officier à bord du croiseur cuirassé Amalfi[3].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au cours de la Première Guerre mondiale, Campioni a servi à bord des cuirassés Conte di Cavour et Andrea Doria.

Il est promu capitaine de corvette en 1916 et devient commandant du destroyer Ardito, qui, sous son commandement, escorte des nombreux convois et servit avec distinction dans le nord de la mer Adriatique lors d' un combat naval en septembre 1917 qui valut à Campioni la médaille de Bronze à la valeur militaire.

En décembre 1918, juste après la fin de la guerre, il reçoit la Croix du mérite de guerre[3].

Entre-deux guerres[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale, Campioni est promu capitaine de frégate en 1919 et capitaine-lieutenant en 1926.

Il mène des programmes de conception navale au laboratoire d'armes à La Spezia et devient attaché naval italien en France, à Paris.

En 1929 il prend le commandement du cuirassé Caio Duilio. Après avoir quitté le Caio Duilio, il devient chef d'état-major de la première flotte, embarqué sur le croiseur lourd le Trieste et de mai 1930 à mai 1931, il a servi aussi servi comme commandant du croiseur Trento[3].

En 1932, campioni est promu au grade de contrammiraglio (Commodore) et en 1934 à celui d'ammiraglio di divisione (Contre-amiral).

Il a servi comme secrétaire du chef chef de la marine pendant la seconde guerre italo-éthiopienne (1935-1936)[3].

Campioni a été promu à ammiraglio di squadra (l'équivalent de vice-amiral) en 1936 et en 1938 il a assumé le poste de chef adjoint d'état-major de la marine.

Tenu en haute estime, et figurant parmi les personnages les plus prometteurs dans la Regia Marina, il devient commandant de la 1re Escadre Navale italienne, la plus importante, embarqué en 1939 sur le Navire amiral le cuirassé Giulio Cesare[4].

La même année, il devient sénateur du Royaume d'Italie[3].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Campagne méditerranéenne[modifier | modifier le code]

Après l'entrée en guerre de l'Italie le 10 juin 1940, Campioni a commandé la Marine militaire italienne pendant les premiers mois de la campagne navale méditerranéenne contre les Britanniques : bataille de Calabre, bataille de Tarente, opération White et la bataille du cap Teulada. Fortement critiqué pour ne pas avoir su intercepter deux convois britanniques et utilisant trop prudemment sa force supérieure en nombre au cours de la dernière bataille, il fut relevé de son commandement dès le 8 décembre 1940 pour être remplacé par Angelo Iachino[3]. Il retourne au poste de chef d'état-major adjoint de la marine et devient cependant commandeur de l'ordre militaire de Savoie, pour ses faits d'armes entre juin 1940 et juillet 1941[5].

Le 15 juillet 1941, Campioni fut nommé gouverneur des îles de mer Égée (ou Dodécanèse italien), nommé commandant des forces armées de l' Axe opérant dans cette zone.

En novembre 1941, l'âge de la retraite atteint, transféré à la marine auxiliaire, il est resté néanmoins en service actif comme gouverneur et commandant de la mer Égée[3].

Campagne du Dodécanèse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne du Dodécanèse.

Inigo Campioni avait son quartier général sur l'île de Rhodes, quand l'armistice entre l'Italie et les alliés a été annoncé le 8 septembre 1943 il a refusé de collaborer avec les puissances de l'Axe.

Le 11 septembre 1943, la garnison italienne de Rhodes se rend aux forces allemandes qui capturent Campioni.

Emprisonnement et exécution[modifier | modifier le code]

Les Allemands ont placé Inigo Campioni dans un camp de prisonnier de guerre à Schokken (maintenant Skoki) en Pologne[4].

En janvier 1944, l'ont transféré dans le nord de l'Italie, administré par les fascistes du gouvernement de la République sociale italienne de Benito Mussolini qui l'a pris en charge et l'a emprisonné à Vérone.

Inigo Campioni a refusé les offres répétées de collaboration avec la République sociale sous prétexte qu'à son avis le gouvernement de la République sociale était illégal et que le gouvernement légitime de l'Italie restait celui du Royaume d'Italie, qui contrôlait la partie sud du pays et avait changé de camp et rejoint les alliés.

En raison de sa position, un tribunal militaire de la République sociale italienne de Parme estima qu'il était coupable de haute trahison et le condamna à mort.

La République sociale lui a offert le pardon à condition qu'il reconnaisse son gouvernement comme légitime pour l'Italie, mais il a rejeté l'offre et a été exécuté par un peloton composé de jeunes âgés de 17 et 18 ans sur la place de la ville à Parme le 24 mai 1944[3].

La République italienne lui a décerné à titre posthume la médaille d'or de la valeur militaire en novembre 1947[4].

Principales décorations[modifier | modifier le code]

[6]

[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Gianni Rocca, Fucilate gli ammiragli. La tragedia della Marina italiana nella seconda guerra mondiale, Mondadori,‎ 1989.
  • (it) Massimo Infante et autres, Vita e morte del soldato italiano nella guerra senza fortuna, Genève, Edizioni Ferni,‎ 1973.
  • (it) Arrigo Petacco, Le battaglie navali nel mediterraneo nella Seconda guerra mondiale, Mondadori,‎ 1976

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]