Influenzavirus A sous-type H2N3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les influenzavirus A sous-type H2N3 sont des virus de la grippe (de type A, sous-type H2N3). Le nom H2N3 fait référence à deux sous-types d’antigènes présents à la surface du virus :

Les virus H2N3 peuvent infecter les oiseaux et les mammifères.

Historique[modifier | modifier le code]

Le virus de la grippe H2N3 fut isolé à partir de porcs malades aux États-Unis en 2006[1].

Au début de 2007, il fut isolé à partir d'un canard et un poulet dans deux troupeaux de volailles séparées dans l'Ohio[2].

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Selon une recherche publiée par le US National Institutes of Health, le virus H2N3 est pathogène pour certains mammifères sans adaptation préalable et se transmet chez les porcs et les furets.

Ce virus représente un réassortiment entre des virus aviaires (H2, les gènes N3 et PA) et les virus de la grippe porcine. L'adaptation, l'hémagglutinine H2 dérivant d'un virus aviaire, comprend la capacité de se lier au récepteur de mammifères, une condition préalable importante pour l'infection de mammifères, en particulier chez l'homme, ce qui pose un gros problème pour la santé publique.

Par rapport au H2N2, le H2N3 est plus pathogène causant une pneumonie sévère chez les primates non humains. Les deux virus se reproduisent dans l'ensemble des voies respiratoires, mais seulement H2N3 a pu être isolé à partir de tissus pulmonaires six jours après l'infection. Tous les animaux ont éliminer l'infection d'H2N3 alors que les macaques infectés présentaient encore des changements pathologiques indicatifs de pneumonie chronique à 14 jours après l'infection. L'H2N3 a également été détecté à des concentrations significativement plus élevées dans les écouvillons nasaux et oraux indiquant le potentiel de transmission d'animal à animal. Les chercheurs ont conclu que les virus H2N3 représente une menace pour les humains car ils ont le potentiel de causer une épidémie de grande ampleur dans une population non immune ou partiellement immunisée[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]