Infanterie de marine (Russie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Infanterie de marine russe
Emblème de la VMF russe
Emblème de la VMF russe

Période 1705 - présent
Pays Russie
Branche Fusiliers marins de la Marine Russe
Type Guerre amphibie
Effectif 12 000 personnes
Anniversaire Novembre 1705 (306 ans)
Équipement embarcations de débarquement, aéronefs, aéroglisseurs, véhicules blindés.
Guerres Guerres napoléoniennes, guerre de Crimée, guerre russo-japonaise, Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale

L’infanterie de marine (en russe: Морская пехота Morskaya pekhota) est la force armée amphibie de la marine russe. En service depuis 1705, date de sa création, elle a combattu pendant les guerres napoléoniennes, la guerre de Crimée, la guerre russo-japonaise ainsi que la Première et la Seconde Guerre mondiale. Sous l’ère soviétique, c’est sur décision de l'amiral Gorshkov que la marine russe s’est vue dotée d’une infanterie de marine qui interviendra à travers le monde à de nombreuses reprises. Après la chute de l’Union soviétique, les troupes de marine russes connaissent des temps difficiles avec l’ensemble des forces armées soviétiques, se caractérisant par une nette diminution en matériel et effectif.

Historique[modifier | modifier le code]

Aux XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

C’est en novembre 1705, à la suite d'un décret de Pierre Ier, qu’un régiment « d'équipage naval » (en russe : морской экипаж) équipé et approvisionné par la Marine impériale de Russie a été pour la première fois formé pour l'embarquement et le débarquement à partir des navires de la flotte de la Baltique dans le cadre d’une opération amphibie.

Le XVIIIe siècle est également celui du baptême du feu pour l'infanterie de marine russe qui participe à plusieurs batailles célèbres qui se soldent par d’éclatantes victoires. La bataille de Gangut (1714), la déroute de la marine turque à Cesme Harbor en 1770 et enfin la prise de la forteresse d'Ismaïl sur le Danube en 1790 en sont des exemples significatifs.

En 1799, durant les guerres napoléoniennes, la Russie prend la forteresse française de Corfou. Cette même année, le débarquement russe de Naples parvient jusque dans les États pontificaux. Pendant la guerre de la Sixième Coalition, l'infanterie de marine russe s’est distinguée contre la Grande Armée à la bataille de Borodino (1812), la bataille de Kulm (1813) et le siège de Dantzig.

De 1854 à 1855, l’infanterie de marine défendait Sébastopol contre la France, le Royaume-Uni et la Turquie.

Pendant l’année 1904, durant la guerre russo-japonaise, l'infanterie de marine défendait le Port Arthur contre les forces japonaises.

Ère Soviétique[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, environ 350 000 soldats de l’infanterie de marine russe se sont battus sur le front de l’est. Au début du conflit, la marine ne disposait que d’une seule brigade de fusiliers marins de la flotte de la Baltique, ce qui impliqua la nécessité de former d'autres bataillons durant la guerre. Ainsi furent formés :

  • 6 régiments d'infanterie de marine comprenant deux bataillons disposant chacun d’un personnel de 650 hommes,
  • 40 brigades et plusieurs bataillons formés à partir des surplus d’équipages de navire dont cinq de ces brigades ont été élevées au statut de « Garde de l’Union soviétique ».
  • de nombreuses petites unités.

La situation militaire exigeait le déploiement d'un grand nombre de marins sur le front, ce qui leur a permis de contribuer à la défense de Moscou, Leningrad, Odessa, Sébastopol, Stalingrad, Novorossiisk et Kertch.

L'infanterie de marine russe a effectué plus de 114 débarquements dont la plupart ont été réalisés par des pelotons et des compagnies. Il est cependant à noter que de nombreux soldats de l’infanterie de marine qui ont servi dans l'infanterie régulière n'avaient reçu aucune formation amphibie.

lors de la Seconde Guerre mondiale, les troupes de marine russes ont mené quatre opérations amphibies majeures: deux au cours de la bataille de la péninsule de Kertch, une au cours de la campagne du Caucase et enfin, une dans le cadre du débarquement de Moonsund, dans la mer Baltique.

Pendant la guerre, cinq brigades et deux bataillons d'infanterie de marine ont reçu le statut de Garde de l’Union soviétique. Neuf brigades et six bataillons ont été décorés et beaucoup d’autres ont reçu plusieurs titres honorifiques. Le titre de Héros de l'Union soviétique a été décerné à 122 membres d'unités d'infanterie de marine.

Après la guerre, l'expérience des batailles amphibies accumulée pendant la Seconde Guerre mondiale a été un atout majeur pour l’Union soviétique lors d’opérations interarmées avec ses alliés. Par ailleurs, de nombreux éléments de l'infanterie de marine russe ont été formés au parachutisme et ont ainsi mené à bien plus d’opérations que les propres troupes aéroportées russes.

Malgré leurs brillants états de service, les troupes d'infanterie de marine russes furent dissoutes en 1947 avec quelques unités en cours de transfert vers les Forces de défense côtière.

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Troupes de marine soviétiques en 1985.
Demonstration de l’infanterie de marine soviétique en 1990.

En 1961, l'infanterie de marine a été reformée et est redevenue l'un des bras armés des forces navales soviétiques. Pour chacune des flottes de l’URSS, une unité d'infanterie de marine a été affectée à laquelle il fut ajouté plus tard une brigade. Au cours de cette période, l'infanterie de marine a reçu plusieurs versions amphibies de véhicules de combat blindés, y compris des chars en service dans l’armée rouge.

En 1989, l'infanterie de marine comprenait 18 000 soldats organisés dans la 55e division d'infanterie de marine de Vladivostok et trois brigades autonomes : la 63e brigade de la Garde « Kirkenneskaya » de Pechenga (Flotte du Nord), la 36e brigade de la garde de Baltiisk (flotte de la Baltique) et la brigade de Sébastopol (Flotte de la mer Noire).

À la fin de la guerre froide, la marine soviétique ne disposait plus que de quatre-vingts navires de débarquement ainsi que deux navires de la classe « Ivan Rogov » qui pouvait transporter un bataillon entier d'infanterie avec 40 véhicules blindés et leurs péniches de débarquement. Actuellement, l’un de ces navires a été retiré.

Avec 75 unités, l’Union soviétique avait le plus grand arsenal d’aéroglisseur de combat au monde. En outre, il est intéressant de noter qu’un bon nombre des 2 500 navires de la flotte marchande de l'Union soviétique (Morflot) pouvait accessoirement décharger armes et approvisionnement lors d’opérations amphibies.

Le 14 juillet 1991, une proclamation du gouvernement soviétique, qui a ensuite été adoptée par les États successeurs, à posé les conditions d'une « restriction en armement et équipement conventionnel » (chars, artillerie et véhicules blindés) affectés à l'infanterie de marine ou aux forces de défense côtière.

Fédération de Russie[modifier | modifier le code]

Un soldat d’infanterie de marine en exercice à Ustka, Pologne. Le marin est armé du fusil d’assaut AKS-74.

L'infanterie de la marine russe (vidéo) comprend la 55e Division d'infanterie de marine de la Flotte du Pacifique (en russe : 55-я Дивизия Морской пехоты Тихоокеанского Флота ), les brigades indépendantes de la mer du Nord et de la Baltique, le parc de véhicules militaires de la flottille de la mer Caspienne et les régiments indépendants de la Flotte de la mer Noire. La principale base Arctique de la Flotte du Nord de l'infanterie de marine est appelée Sputnik.

En 1994, l'exercice militaire dénommé "Coopération depuis la mer" a été mené dans le périmètre de Vladivostok avec la « III Marine Expeditionary Force » des États-Unis pour favoriser une relation plus étroite entre l’Infanterie de marine russe et les Marines américains. Ensembles, les deux forces ont effectué leur premier exercice sur le sol américain l'année suivante, à Hawaii. La « coopération depuis la mer » de 1995 a créé un espace d’exercice maritime en cas de « situation d’urgence » qui comprenait une formation transversale avec échange de personnel. Cette opération a abouti à l’exercice d’un assaut amphibie combiné des forces russes et américaines. Le but était d'améliorer l'interopérabilité, la coopération et la compréhension entre la Russie et le personnel des États-Unis.

À partir de 2000, la flottille de la mer Caspienne comprenait une nouvelle brigade d'infanterie de marine, la 77e, basée à Kaspiïsk. Le siège et les deux bataillons de la brigade devaient être mis en place le 1er août 2000[1]. Il a été rapporté par Agenstvo Voyenniykh Novostyei (AVN) en juin 2000 que la nouvelle brigade (qui peut avoir hérité de la 77e Division motorisée de fusiliers) [2],[3],[4] a été logée à Kaspiïsk et à Astrakhan avec 195 véhicules de combat et deux aéroglisseurs envoyés à partir de Tchoukotka par la Flotte du Nord. La brigade a également signalé disposer d’hélicoptères qui lui sont assignés.

Missions[modifier | modifier le code]

Pour chacune des principales flottes russes, il y a au moins un régiment d'infanterie de marine attaché à celles-ci. Au total, l’effectif de l'infanterie de marine russe est d’environ 12 000 hommes. Cette force dispose d’une puissance de frappe et de moyens de soutien limités, exigeant théoriquement en opération un renforcement en moins d'une semaine. Ceci s’explique par la doctrine militaire russe qui considère l'infanterie de marine comme étant une troupe de choc, le fer de lance d'une agression rapide qui doit être impérativement précédée par les renforts des forces armées terrestres déployant l‘équipement lourd.

Les principales missions de l’infanterie de marine russe seraient de saisir et de défendre les détroits ou les îles stratégiques, d’aménager des zones tactiques de débarquement maritime derrière les lignes ennemies et la défense des zones navales critiques. Durant les années 1980, les exercices de l’infanterie de marine soviétique dans les îles Kouriles au nord du Japon ont semblé indiquer que les objectifs stratégiques dans cette région étaient étendues sur différentes rives et goulots d'étranglement.

À titre d’exemple, lors d’un conflit, l’objectif de ces troupes serait très probablement la capture d'un détroit tel que celui des Dardanelles ou de Kattegat par un débarquement sur terre depuis la mer noire dans le premier cas, ou depuis la mer du nord dans le second cas. Cette attaque serait immédiatement suivie d’un renforcement rapide par l’armée russe, à la fois en homme et en équipement lourd.

Déploiement actuel[modifier | modifier le code]

Flotte du Pacifique[modifier | modifier le code]

55e Division d'infanterie de marine - Vladivostok; aujourd'hui dissoute, avec la 165e brigade d'infanterie de marine formée sur sa base.

  • 165e régiment d'infanterie de marine « cosaque » - déployés dans la brigade.
  • 390e Régiment d'Infanterie de Marine – dissous.
  • 106e Régiment d'Infanterie de Marine – dissous le 1er décembre 2007.
  • 921e Régiment d'artillerie d’Infanterie de Marine – dissous.
  • 923e d’Infanterie de Marine Anti-aérien (missiles) – dissous.
  • 84e Bataillon d'infanterie marine de chars de combat.
  • 263e Bataillon de Reconnaissance.
  • 1484e Bataillon de transmission.

La 40e brigade d’infanterie de marine « Krasnodar-Harbin », deux fois attitrée de l’ordre de la Bannière Rouge.

Le 186e Bataillon du génie d'infanterie d’infanterie de marine.

Flotte de la Baltique[modifier | modifier le code]

Fusiliers marin de la flotte de la Baltique à Brest en 2012 présentant leur armement collectif : Un mortier 2B14 Podnos de 82 mm, une mitrailleuse Kord et un lance-grenade automatique AGS-17.
  • 299e Forces du centre d’entraînement des zones côtières de la Flotte de la Baltique.
  • 336e brigade d'infanterie de marine de la Garde « Bialystok » (Ordre de Souvorov et Alexander Nevsky – Baltiisk.
    • 724e Bataillon de Reconnaissance – Mechnikovo.
    • 877e Bataillon d'infanterie de marine.
    • 878e Bataillon d'infanterie de marine séparés.
    • 879e Bataillon aérotransporté (Desant).
    • 1592e Bataillon d'artillerie automotrice.
    • 1612e Bataillon d'artillerie.
    • 1618e Bataillon d'artillerie antiaérien (anti-missiles et aéronefs)
  • 9e équipage navale – peloton d’Infanterie de Marine d’escorte militaire de navire de fret (cargo) – Sapeurs.

Flotte du Nord[modifier | modifier le code]

  • 61e brigade d'infanterie de marine « Kirkinesskaya » de l’ordre de la Bannière Rouge – Spoutnik.
    • Quartier général de la brigade.
    • 874e Bataillon d'infanterie de marine.
    • 876e Bataillon aérotransporté (Desant).
    • 886e Bataillon de reconnaissance.
    • 125e Bataillon de char de combat.
    • 1611e Bataillon automoteurs d'artillerie.
    • 1591e Bataillon automoteur d'artillerie.
    • 1617e Bataillon d'artillerie antiaérien (anti-missiles et aéronefs)
  • 75e hôpital de la Marine
  • 317e Bataillon d'infanterie de marine.
  • 318e Bataillon d'infanterie de marine.

Flotte de la mer Noire[modifier | modifier le code]

  • 810e brigade d'infanterie de marine - Kazachye Bukhta, Sébastopol.
  • 882e Régiment et bataillon d'assaut séparé.
  • 382e et un bataillon distinct.
  • Un bataillon de chars.

Flotte de la mer Caspienne[modifier | modifier le code]

  • 77e brigade d’infanterie de marine de la Garde « Moscou-Tchernigov », Ordre de Lénine et de la Bannière Rouge, Ordre de Suvorov - Kaspiïsk

Moscou[modifier | modifier le code]

  • Bataillon indépendant – Moscou.
  • Une compagnie d’escorte militaire de navires de fret – Moscou.

Organisation[modifier | modifier le code]

Un soldat d’infanterie de marine soviétique pose devant un PT-76.

Un régiment d'infanterie de marine, équipé avec les véhicules PT-76 et BRDM-2, se compose d’un bataillon de chars de combat et trois bataillons d'infanterie de marine, dont un motorisé avec les véhicules amphibies BTR-60.

Une brigade d'infanterie de marine, équipée avec le PT-76 ou le char d’assaut T-80 et BRDM-2, se compose de 2 bataillons de chars, et de 4 à 5 bataillons d'infanterie de marine, dont un motorisé avec les véhicules amphibies BTR-60. Un bataillon de chars, dispose à l'origine de 36 chars de combat. Au moins un bataillon d'infanterie est formé aux opérations aéroportées, alors que tous les autres bataillons d'infanterie sont formés pour être en mesure d'effectuer des missions aérotransportées.

Équipement[modifier | modifier le code]

L'Infanterie de Marine russe a reçu progressivement le char amphibie PT-76, mais n'ont pas encore reçu en grand nombre le char d’assaut lourd T-80. À pleine puissance, une brigade d'infanterie de marine russe peut avoir de 70 à 80 chars. Les véhicules de transport de troupes utilisés par l'infanterie de marine sont soit des BTR-80 (en bataillon aérotransporté), soit des MT-LB (dans les bataillons de débarquement). Bien que les unités d'infanterie de marine étaient censées recevoir le véhicule de combat d'infanterie BMP-3, peu ont été livrés et il est loin d'être certain qu’un tel réarmement aura lieu. Le BMP-3 peut équiper une compagnie par bataillon.

Selon le ministère de la Défense dans un communiqué publié par RIA Novosti (le 27 novembre 2009), « Toutes les unités d'infanterie de marine de la Russie seront entièrement équipées avec des armes modernes à l'horizon 2015. » Cette mise à jour de l’armée Russe inclura les chars T-90, BMP-3, le mortier automoteur d'artillerie 2S31 de 120 mm, le véhicule blindé de transports de troupes BTR-82A, du matériel de défense aérienne de gros et de petit calibre[5]. Toutefois, en 2011, aucune unité n'a reçu de nouvelles armes en raison de problèmes budgétaires rencontrés par la Russie. Cependant, certains chars d’assaut lourds T-80 sont actuellement en service.

Héros de l'Union soviétique et de la Fédération de Russie[modifier | modifier le code]

Héros de l'Union soviétique[modifier | modifier le code]

  • Marin Avramenko Mikhail (1945)
  • Officier Noah P. Adamia (1942)
  • Sergant Petrovich Artemov Pavel (1945)
  • Lieutenant Mikhail Ashik (1946)
  • Marin Balyaev Illarionovitch Yakov (1945)
  • Major Barabolko Mikhail (1945)
  • Officier Sergey G. Zimin (1943, shironintsy)
  • Marin Kafur Nasyrovich Mamedov (1942, posthume)
  • Marin Pavel D. Osipov (1945, posthume)
  • Marin Ahmed Abdulmedzhidov Dibirovich (1945)
  • Soldat Andrey Arkadevich Skvortsov (1943, shironintsy)
  • Soldat Aleksandr Fedorovich Toropov (1943, shironintsy)
  • Lieutenant Pierre Shironin (1943, shironintsy)
  • Major César Lvovitch Kunikov (1943, posthume)

Héros de la Fédération de Russie[modifier | modifier le code]

  • Officier Azarychev Gennadiy Starshina. (1995)
  • Lieutenant Vladimir A. Belyavskiy (2006)
  • Lieutenant Vladimir V. Borovikov
  • Capitaine Vdovkin Viktor
  • Major Gaponenko Pavel Nikolaevich
  • Major Andrey Y. Gushchin (1995)
  • Lieutenant de la Garde Darkovich Aleksandr (1995)
  • Officier Dneprovskiy Andrey Vladimirovich
  • Officier supérieur Zamyshlyak Mikhaïlovitch Gregory
  • Major Andrey N. Zakharchuk
  • Lieutenant de la Garde Vladimir V. Karpushenko
  • Lieutenant-colonel Klimenko Nikolaïevitch Dmitriy
  • Capitaine de la Garde Yevgeniy N. Kolesnikov (1995, posthume)
  • Major-général Kocheshkov Nikolaïevitch Yevgeniy
  • Lieutenant Kuryagin Gerasimovich Yuriy
  • Major-général Aleksandr Otrakovskiy (2000, posthume)
  • Capitaine de la GardeDmitriy Polkovnikov (1995)
  • Marin Tatashvili Vladimir Vladimirovitch
  • Lieutenant Firsov Sergey
  • Colonel Tchernov Aleksandr
  • Major-général de la Garde Sheiko Sergey (1995)
  • Major-général Shulyak Viktor

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le navire de débarquement de chars de combat « Alligator » était un navire d'assaut amphibie typique. Propulsé par des moteurs diesel, ce navire est relativement de faible tonnage avec un déplacement d'environ 4 500 tonnes. En 1978, les Soviétiques ont lancé un nouveau navire amphibie, dénommé « Ivan Rogov ». L'arrivée de la classe « Ivan Rogov » a été prise dans le bloc de l'Ouest comme l’indication que la marine soviétique avait l'intention de renforcer ses capacités militaires de projection en accroissant la puissance de son infanterie de marine. Avec deux fois la taille des navires qui l’ont précédé, le classe « Ivan Rogov » peut lancer plusieurs véhicules amphibies depuis ses portes d'étrave ouvertes et lance également des hélicoptères. Parmi les divers petits véhicules de débarquement qu’il peut envoyer, on compte des aéroglisseurs tel que le « Aist », qui peut transporter l'infanterie de marine à terre à une vitesse de cinquante nœuds.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. AVN Military News Agency, 'Chief of Staff Supervising Marine Brigade formation', 5 June 2000
  2. http://www.mondotimes.com/1/world/ru/117/3902/9580
  3. http://www.militarynews.ru/
  4. Feskov et al. 2004
  5. http://www.globalsecurity.org/wmd/library/news/russia/2009/russia-091127-rianovosti05.htm

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Naval Infantry (Russia) » (voir la liste des auteurs).