Infanterie cycliste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'infanterie cycliste désigne les soldats d'infanterie qui manœuvrent sur le champ de bataille en utilisant des bicyclettes. Son apparition remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque la bicyclette devint populaire en Europe, aux États-Unis et en Australie.

Troupes indiennes dans la Somme en 1916.

Usage initial[modifier | modifier le code]

De nombreuses expériences ont été menées pour rechercher des applications militaires à la bicyclette et ont abouti à la mise en place d'unités complètes avec des missions et des matériels spécifiques.

En France[modifier | modifier le code]

Les premières expérimentations datent d'un décret du 2 avril 1892, sous la direction du Capitaine Gérard. Il crée dans son régiment, le 87e de ligne, un groupe de 12 cyclistes qu'il augmente jusqu'à atteindre l'effectif d'une compagnie en 1898. Entre 1893 et 1895, il invente une bicyclette pliante capable de franchir des terrains non-préparés. Ce modèle est lancé puis produit par Peugeot. Des unités expérimentales sont créées à partir de 1895 dans diverses unités. Le 17 juin 1896, leur tenue est fixée. Le 9 mai 1899, le 2e et le 6e corps sont dotés de compagnies cyclistes. En 1903, toutes les compagnies cyclistes sont transférées à des corps de chasseurs. Le 20 mai 1905, elles sont transformées en compagnies permanentes. Puis l'intérêt pour des unités cyclistes se perd et ne refait surface que dans les années 1911-1912. Le 4 avril 1913, les compagnies sont transformées en dix groupes de chasseurs cyclistes qui sont subordonnés aux dix divisions de cavalerie de l'armée française. Ces groupes comprennent 2 capitaines, 1 médecin, 1 officier des détails, un état-major de 17 hommes, trois pelotons à 2 officiers et 8 sous-officiers, 121 caporaux et chasseurs et chacun divisé en 3 escouades soit au total 417 hommes. Leur rôle est de soutenir la cavalerie amie et de lui apporter des capacités de combat d'infanterie contre la cavalerie et l'infanterie adverse. Ces groupes sont utilisés lors de la bataille des frontières et la bataille de la Marne, mais leur activité s'arrête avec la guerre de mouvement. Elle reprend lors des phases de mouvement de 1916 à 1918.

le 6eGCC photographié à Vienne (France) août 1914
Le 6eGCC photographié à Vienne (France) août 1914

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Des unités à bicyclettes apparaissent à partir des années 1880. La première unité permanente est formée par la milice (Volunteer) en 1888, le 26th Middlesex Rifle Volunteers Battalion. Pendant la guerre des Boers, la bicyclette est employée de manière intermittente mais aucune unité n'est déployée. En 1908, à la suite de la réforme de Lord Haldane qui transforme les unités de "volunteers" en Territorial Force, 9 bataillons de cyclistes sont formés :

En 1908, un dixième bataillon est créé,

En 1910, l'Essex and Suffolk Cyclist Battalion est coupé en deux et donne naissance aux :

En 1911 deux autres bataillons sont créés :

Enfin, au début de 1914 est créé le quatorzième bataillon cycliste :

  • Le Huntingdonshire Cyclist Battalion.

Aucune de ces unités territoriale n'est déployée en France en 1914 et sont utilisées pour défendre les côtes britanniques.

En 1915, l'Army Cyclist Corps est fondé pour regrouper tous ces bataillons auquel se joignent dix huit autres bataillons formés par des régiments de Yeomanry de deuxième ligne :

  • 1st Cyclist Battalion, rattaché au I Corps.
  • 2nd Cyclist Battalion (Yorkshire Dragoons), rattaché au II Corps.
  • 4th Cyclist Battalion rattaché au IV Corps.
  • 5th Cyclist Battalion (North Irish Horse), rattaché au V Corps.
  • 6th Cyclist Battalion, rattaché au VI Corps.
  • 7th Cyclist Battalion, rattaché au VII Corps.
  • 8th Cyclist Battalion, rattaché au VIII Corps.
  • 9th Cyclist Battalion, rattaché au IX Corps.
  • 10th Cyclist Battalion, rattaché au X Corps.
  • 11th Cyclist Battalion, rattaché au XI Corps.
  • 13th Cyclist Battalion, rattaché au XIII Corps.
  • 15th Cyclist Battalion, rattaché au XV Corps.
  • 17th Cyclist Battalion, rattaché au XVII Corps.
  • 18th Cyclist Battalion, rattaché à la 1st Army.
  • 19th Cyclist Battalion, rattaché au XIX Corps.
  • New Zealand Cyclist Battalion, rattaché au XXII Corps.
  • Australian Cyclist Battalion, rattaché au Australian Corps.
  • Canadian Cyclist Battalion, rattaché au Canadian Corps.

La quasi-totalité de ces unités n'ont pas été employées comme unités cyclistes mais remises à la disposition de l'infanterie de ligne comme réserve. Lorsque les unités ont pu être employées dans leur rôle normal lors des phases de mouvements, leur emploi n'a pas convaincu.

L'Army Cyclist Corps est dissous en 1919 et les dernières unités reviennent à l'infanterie de ligne en 1922.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Des hommes du 25e régiment d'infanterie de l'armée de terre des États-Unis en 1897.

L'expérimentation la plus massive des unités à bicyclettes est organisée par le premier Lieutenant Moss de la 25e Infanterie des États-Unis (un régiment d'infanterie composé uniquement d'Afro-Américains avec des officiers blancs). Utilisant une grande variété de bicyclettes, le lieutenant Moss et ses troupes effectuent d'épiques expéditions à bicyclette parcourant de 800 à 1 600 km à la fois. À la fin du XIXe siècle, l'armée américaine évalue l'utilisation de la bicyclette pour le transport de troupes sur de longues distances. Les Buffalo Soldiers stationnés dans le Montana parcourent ainsi des centaines de kilomètres en tout-terrain à une vitesse impressionnante.

En Belgique[modifier | modifier le code]

Comme bien d'autres armées, l'armée belge adopte le vélo et le donne à ses carabiniers qui deviendront les carabiniers-cyclistes. Ils participeront à la première victoire alliée contre l'Allemagne (La bataille de Haelen, le 12 août 1914), où ils reçurent de l'adversaire le surnom de « Diables noirs ». Pendant l'entre-deux-guerres, l'armée belge mis également sur pied une unité de cyclistes frontières coiffés d'un béret semblable à celui des Chasseurs ardennais mais bleu.

En Suède[modifier | modifier le code]

Militaire de l'armée suédoise en 2004.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, l'armée suédoise comptait six régiments d'infanterie à vélo. Ils étaient équipés de bicyclettes militaire suédoises. Les plus courantes étaient les m/42, un vélo droit et sans dérailleur, produit par différents grands fabricants suédois de vélos. Ces régiments ont été supprimés entre 1948 et 1952, et les bicyclettes conservé pour un usage général dans l'armée. Au début des années 1970, l'armée commence à les vendre comme surplus militaire. Ils deviennent très populaires grâce à leur faible coût et à leur faible entretien, spécialement chez les étudiants. Pour répondre à cette popularité, une entreprise indépendante, Kronan, a commencé à produire une version modernisée du m/42 en 1997.

En Suisse[modifier | modifier le code]

L'armée va acquérir un nouveau modèle pour la fin 2012, avec le fabricant zurichois Simpel pour 2800 pièces à près de 2500 francs l'unité. Ce moyen de transport désigné "Vélo 12" doit servir non seulement à l'exercice des soldats mais aussi aux transports dans les casernes et les places d'armes.

Histoire au combat[modifier | modifier le code]

La première utilisation connue de la bicyclette au combat date du « Jameson Raid » précédant la Seconde Guerre des Boers, pendant lequel des cyclistes ont fait office de messagers. À la guerre, les cyclistes militaires effectuaient également des missions de renseignement ; cependant, différents combats ont impliqué de l'infanterie cycliste des deux côtés.

Première et Seconde Guerres mondiales[modifier | modifier le code]

Deux Bersaglier en 1917.
Soldats allemand, 1914.

Pendant la Première Guerre mondiale, la bicyclette était extrêmement utilisée que ce soit dans l'infanterie, le renseignement, la transmission des informations ou pour les soins médicaux. L'armée allemande conduit une étude sur l'usage de la bicyclette et publie ses résultats sous le titre Die Radfahrertruppe. Pendant ce temps, en Italie, les unités « Bersaglier » utilisent des bicyclettes jusqu'à la fin de la guerre.

Militaires de l'armée impériale japonaise à vélo lors de l'invasion des Philippines.

Lors de l'invasion de la Chine en 1937, le Japon emploie 50 000 soldats à bicyclette. Au début de la Seconde Guerre mondiale, leurs campagnes au sud pour capturer Singapour en passant par la Malaisie péninsulaire dépendent largement des soldats à vélo. La bicyclette permet le transport silencieux et flexible de centaines de soldats, capables ensuite de surprendre et de semer la confusion chez les défenseurs. Les bicyclettes permettent également de réduire les exigences de la machine de guerre japonaise, ne nécessitant ni camion ni bateau supplémentaire pour les transporter et n'utilisant pas de précieux pétrole. L'usage de la bicyclette par les Alliés durant la Seconde Guerre mondiale est limité, mais inclut des bicyclettes pour les parachutistes et les messagers à l'intérieur des lignes amies. L'opération Biting à Bruneval en 1942 est ainsi conduite par des vélo-commandos aéroportés.

Guerre non conventionnelle[modifier | modifier le code]

Unité cycliste des Tigres de libération de l'Îlam tamoul en 2004.

Bien que massivement utilisée pendant la Première Guerre mondiale, les vélos ont été largement remplacés par le transport motorisé dans les armées modernes. Cependant, ils ont repris une nouvelle vie comme « arme du peuple » dans la guérilla et les guerres non conventionnelles, où la capacité du vélo à transporter de lourdes charges (environ 180 kg) et des approvisionnements à la vitesse d'un homme qui marche le rend très utile pour les forces légères. Sur de longues périodes, les Vietcongs et l'Armée populaire vietnamienne ont utilisé des bicyclettes pour transporter l'approvisionnement de la « Piste Hô Chi Minh », évitant ainsi les attaques répétées des États-Unis et les bombardements stratégiques des Alliés. Lourdement chargés, ces bicyclettes étaient difficilement dirigeables. Le ravitailleur marchait alors à côté, poussant la bicyclette comme une brouette. Avec certains chargements très lourds, les ravitailleurs attachaient parfois des tiges de bambou au vélo pour le diriger comme avec un gouvernail (cette méthode est encore utilisée en Chine aujourd'hui). Les « vélos de transport » vietnamiens étaient reconstruits dans des ateliers dans la jungle avec un cadre renforcé pour porter de lourdes charges sur tout terrain.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

L'usage du vélo comme un moyen de transport d'infanterie a continué au XXIe siècle avec le régiment cycliste de l'armée suisse, composé de 3 000 soldats, qui a existé jusqu'en 2003.

Certains rapportent que des vélos tout terrain ont été utilisés par les forces spéciales américaines comme véhicule de renseignement lors de l'invasion américaine de l'Afghanistan et des batailles consécutives et il est, en 2009, utilisé par le contingent néerlandais de l'ISAF.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Jim Fitzpatrick, The Bicycle In Wartime: An Illustrated History [« La Bicyclette en Temps de Guerre : Une histoire illustrée »], Brassey's Inc., Washington, DC, 1998 (ISBN 1574881574)
  • (sv) Gert Ekström, Ola Husberg, Älskade cykel, Bokförlaget Prisma, 2001, 1e éd. (ISBN 9151839067)