Ineos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

INEOS

Création 1997
Personnages clés Jim Ratcliffe (en)[1], PDG
Forme juridique Privé
Siège social Drapeau de Suisse Rolle (Suisse)
Produits Produits pétrochimiques
Effectif 15 000
Site web www.ineos.com
Chiffre d’affaires Environ 45 milliards de dollars[2]

Ineos est une compagnie privée du secteur de la chimie. Son siège est situé dans le petit village de Rolle dans le canton de Vaud en Suisse.

Historique[modifier | modifier le code]

La société est née en 1998 à la suite d'un Management buy-out de la part des salariés de l'ancienne usine de BP à Anvers. Ineos se développe par croissance externe en rachetant de nombreux sites de productions, en profitant de la vague de restructurations dans l'industrie chimique et pétrochimique européenne à la fin des années 1990 et au début des années 2000. La plupart des filiales d'Ineos appartenaient autrefois à des compagnies comme Amoco, BASF, Degussa, BP (Innovene, incluant des actifs qui appartenaient auparavant à Solvay et avaient été rachetés par BP pour être intégrés dans cette branche Innovene), ICI, Dow Chemical, et UCB. En 2005 Ineos a racheté Innovene, une filiale de BP spécialisée dans les dérivés pétroliers (utilisant comme matière première les produits issus des vapocraqueurs pour synthétiser des polymères notamment).

En 2009, Ineos a un chiffre d'affaires de 47 milliards de dollars, dispose de 64 sites industriels répartis dans 14 pays et employant 15500 personnes.

La compagnie pétrolière chinoise, PetroChina et Ineos ont finalisé le 1er juillet 2011 leur partenariat dans le négoce et le raffinage en Europe. L’accord se traduit par la constitution de deux filiales communes entre Petrochina et Ineos pour l’exploitation de la raffinerie de Grangemouth en Écosse et celle de Lavéra en France. L’investissement qui s’élève à 1 015 millions de dollars pour l’acquisition par Petrochina. L’accord cadre de partenariat, conclu en janvier dernier, a depuis été soumis à l’approbation d’un certain nombre d’instances de régulation et sociales. Les deux sites restent intégrés dans la production pétrochimique en aval d'Ineos à la suite de la finalisation. La société tête de groupe de PetroChina, China National Petroleum Corporation (« CNPC »), et Ineos sont également en train de rédiger un contrat de coopération stratégique pour partager l'expertise et les technologies de raffinage et pétrochimiques de leurs entreprises respectives.

En juin 2014, Ineos annonce une coentreprise, Inovyn, avec Solvay sur le PVC et la filière chloro-vinyle. Solvay souhaite se désengager de cette coentreprise dans les trois ans suivant sa création[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour 2011, le magazine Bilan le classe au 7e rang des fortunes en Suisse.
  2. http://www.ineos.com/abo_int.html
  3. « Solvay entérine son projet de coentreprise avec Ineos pour créer Inovyn », La Tribune, 26 juin 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]