Industrie nucléaire en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les centrales nucléaires en Suisse.

La Suisse utilise l'énergie nucléaire pour produire de l'électricité, depuis 1969. En 2012, le pays compte 5 réacteurs dans 4 centrales. Ces réacteurs ont fourni 26 344 GWh d'électricité, représentant 41,3 % de l'électricité produite en 2007.

À la suite des accidents nucléaires de Fukushima, le conseil fédéral annonce le une sortie progressive de l'énergie nucléaire programmée pour 2034[1]. Cette décision a été confirmée le 28 septembre 2011 par le Conseil des États tout en n’interdisant pas cette technologie et en exigeant la poursuite de la recherche sur le nucléaire[2], [3].

Historique[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, la Suisse tente de développer son propre programme nucléaire civil. Il est cependant stoppé en 1969 par l'accident de la centrale nucléaire de Lucens[4]. Les 4 centrales nucléaires sont mises en service entre 1969 et 1984, toutes avec des technologies importées[4]. Les premiers mouvements d'opposition de la population à cette énergie se déroulent en 1970.

En 1988, les projets des centrales nucléaires de Kaiseraugst et Graben sont abandonnés, bien que bénéficiant de certaines des autorisations requises. D'autres projets de centrales ont aussi vu le jour à Verbois, Inwil et Rüthi[5].

Le , le peuple rejette l'initiative intitulée «Pour un abandon progressif de l'énergie atomique», avec 52,9 % de non. Le même jour la votation sur l'initiative populaire « Halte à la construction de centrales nucléaires (moratoire) » est acceptée avec 54,5 % de oui[6]. Cette votation aboutit au gel des autorisations de construction de centrales nucléaires en Suisse, pour une durée de dix ans[7]. La votation populaire du a rejeté les projets Sortir du nucléaire (pour la désaffectation progressive des centrales nucléaires) et Moratoire-plus (pour la prolongation du moratoire) respectivement par 66,3 % et par 58,4 % de non[8].

Le le conseil fédéral décide le remplacement des actuelles centrales et le développement des centrales à gaz[4].

En juin 2008, le groupe Atel - maintenant renommé groupe Alpiq depuis sa fusion avec le groupe EOS - annonce avoir déposé, auprès de l'Office fédéral de l'énergie une demande de construction d'un site à proximité de celui de Gösgen, ce site aurait une puissance de 1 600 MW[9].

Le 15 novembre 2010, l’Inspection Fédérale de la Sécurité Nucléaire (IFSN) a déclaré « adéquats » les trois sites proposés (Mühleberg (BE), Beznau (AG) et Gösgen (SO)) pour la construction de trois nouvelles centrales nucléaires en Suisse, le type de réacteur reste à choisir[10], [11].

À la suite des accidents nucléaires ayant touchés les installations de Fukushima, la cheffe du DETEC (département fédéral ayant notamment en charge l'énergie) Doris Leuthard décide le 15 mars, de la suspension des procédures en cours concernant les demandes d'autorisation pour la construction des 3 nouvelles centrales[12]. Le , le conseil fédéral confirme la sortie progressive de l'énergie nucléaire[1] en décidant de ne pas renouveler les centrales nucléaires en service et opte pour leur arrêt définitif une fois que celles-ci auront atteint 50 ans, c'est-à-dire entre 2019 et 2034[13]. Le 28 septembre 2011, le Conseil des États a confirmé l’arrêt de la construction de nouvelles centrales nucléaires tout en exigeant la poursuite de la recherche dans le nucléaire[2].

Production électrique[modifier | modifier le code]

Part du nucléaire dans la production d'électricité[modifier | modifier le code]

En 2009 la production d'électricité d'origine nucléaire représentait 39 % de l'énergie électrique produite dans le pays, contre 55 % avec des centrales hydroéléctriques et 6 % pour les autres types de production (biomasse, éolien et solaire)[14].

1970 1980 1990 2000 2005 2008 2009
Puissances des centrales électriques [GWe] 10.54 13.99 16.56 18.91 19.12 19.40 -
Hydraulique 9.62 11.45 13.13 14.90 15.01 15.25 -
Nucléaire 0.35 1.94 2.95 3.20 3.22 3.22 -
Biomasse 0.57 0.60 0.49 0.80 0.86 0.87 -
Éolien - - 0.00 0.00 0.01 0.01 -
Solaire - - 0.00 0.02 0.03 0.05 -
-
Production électrique (TWh) 34.89 48.16 54.07 65.35 57.92 66.97 67.02
Hydraulique 31.27 33.54 30.68 37.85 32.76 37.56 37,14
Nucléaire 1.85 13.66 22.30 24.95 22.02 26.13 26,12
Biomasse 1.76 0.96 1.01 2.37 2.93 2.91 3,24
Éolien - - - 0.003 0.01 0.02 0,03
Solaire - - 0.09 0.17 0.20 0.35 0,5
-
Consommation électrique totale(TWh) 25.09 35.25 46.58 52.37 57.33 58.73 62,02

Réacteurs nucléaires[modifier | modifier le code]

Les cinq réacteurs nucléaires suisses produisent quasi essentiellement de l'électricité. Les centrales de Gösgen et de Leibstadt ont des réseaux de chaleur à distance qui alimentent des industries voisines. Cependant, l'énergie fournie sur ces réseaux de chaleur est très faible par rapport à l'énergie fournie au réseau électrique. Les caractéristiques relatives à chaque réacteur sont les suivantes[15]. La puissance brute correspond à la puissance délivrée sur le réseau augmentée de la consommation interne de la centrale. La puissance nette correspond quant à elle à la puissance délivrée sur le réseau et sert d'indicateur en termes de puissance installée.

Centrale nucléaire Nom du réacteur Rg Type Modèle Puissance [MW] Exploitant Construct. Début constr. Raccord. au réseau Mise en service comm.
therm. (MWt) brute (MWe) nette (MWe)
Beznau BEZNAU-1[16] 1 REP WH - 2 loops 1 130 380 365  NOK WH sept 1965 juil 1969 sept 1969
BEZNAU-2[17] 3 REP WH - 2 loops 1 130 380 365  NOK WH jan 1968 oct 1971 déc 1971
Gösgen GOESGEN[18] 4 REP PWR 3 Loop 3 002 1 035 970  KKG KWU déc 1973 fév 1979 nov 1979
Leibstadt Leibstadt[19] 5 REB BWR 6 3 600 1 220 1 165  KKL GETSCO jan 1974 mai 1984 déc 1984
Mühleberg Mühleberg[20] 2 REB BWR 4 1 097 390 373  BKW GETSCO mars 1967 juil 1971 nov 1972

Production énergétique nucléaire de 1970 à 2010

Réacteur 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010
Beznau 1 1 947 2 491 2 651 2 634 2 562 2 850 2 539 3 096 2 674
Beznau 2 0 2 547 2 559 2 629 2 636 2 561 3 071 2 801 2 857
Gösgen 0 0 5 936 6 748 7 131 7 821 7 804 7 588 8 029
Leibstadt 0 0 0 6 769 7 596 7 674 8 823 5 768 8 775
Mühleberg 0 2 344 2 482 2 501 2 478 2 669 2 817 2 855 3 009
Total 1 947 7 382 13 628 21 281 22 403 23 575 25 054 22 108 25 344

Réacteurs de recherche[modifier | modifier le code]

Déchets nucléaires[modifier | modifier le code]

Depuis la mise en service de la première centrale jusqu'à début 2007 l'industrie du nucléaire a produit 7 500 m3 de déchets faiblement, moyennement et hautement radioactifs. Ces déchets sont en partie entreposés dans le dépôt intermédiaire central pour déchets radioactifs de Würenlingen. Avec la mise hors service des centrales actuelles et leurs démantèlement, il faudra compter 95 000 m3 de déchets radioactifs supplémentaires[22].

Des recherches relatives au stockage définitif des déchets radioactifs sont en cours au laboratoire souterrain du Mont-Terri.

Accident nucléaire[modifier | modifier le code]

Le seul accident nucléaire connu est celui de la centrale nucléaire de Lucens: le , lors d'un démarrage, un problème de refroidissement entraîna une fusion partielle du cœur et une contamination radioactive massive de la caverne où était situé le réacteur. L'accident est classé au niveau 4 sur les 7 que compte l'échelle Ines. La caverne a été décontaminée le 03 mars 1969 et le réacteur démantelé au cours des années suivantes. La caverne a été partiellement comblée par du béton en 1992 et les derniers déchets ont été acheminés au centre d'entreposage temporaire de déchets nucléaires à faible radioactivité de Würenlingen en septembre 2003.

Article détaillé : [[Centrale_nucléaire_de_Lucens#Accident]].

Réglementation[modifier | modifier le code]

L'autorité de surveillance suisse pour la sécurité et la sûreté des installations nucléaires dans le pays est l'Inspection Fédérale de la Sécurité Nucléaire (IFSN). Son siège est à Brugg dans le canton d'Argovie. Elle emploie environ 170 personnes.
Selon les dispositions de la loi sur l’énergie nucléaire, l’exploitant est responsable de la sécurité de ses installations [23]. L’IFSN vérifie si l’exploitant satisfait à ses obligations et responsabilités et en tire une base d’appréciation propre à partir de ses propres analyses, inspections et entretiens de surveillance. L’activité de surveillance de l’IFSN se subdivise en deux missions principales qui sont l’expertise des installations et la surveillance de leur exploitation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Suisse sortira du nucléaire en 2034, la Tribune de Genève, consulté le 25 mai 2011.
  2. a et b La Suisse vote la sortie progressive du nucléaire - Le Nouvel Obs - 28 septembre 2011
  3. Les parlementaires suisses ont approuvé la sortie progressive du nucléaire - Orange actu - AFP 28/09/2011
  4. a, b et c http://www.tsr.ch/info/suisse/3165786-chronologie-de-la-politique-nucleaire-en-suisse.html?wysistatpr=ads_rss_texte
  5. Énergie nucléaire, sur le site de l'OFEN, consulté le 2 octobre 2008.
  6. Votation populaire du 23 septembre 1990, sur le site admin.ch, consulté le 2 octobre 2008.
  7. Détail de l'initiative populaire sur le moratoire du nucléaire, sur le site admin.ch, consulté le 2 octobre 2008.
  8. Votations populaires du 18 mai 2003, sur le site admin.ch, consulté le 2 octobre 2008.
  9. Annonce du projet d'Atel, archives sur le site du monde.fr, consulté le 2 octobre 2008.
  10. Nouvelles centrales nucléaires: selon l'IFSN les trois sites proposés seraient adéquats (info www.admin.ch)
  11. La guerre du nucléaire est relancée(info letemps.ch)
  12. « Berne adopte un moratoire nucléaire », sur www.lenouvelliste.ch (consulté le 15 mars 2011).
  13. La Suisse pourrait sortir du nucléaire d’ici 2034
  14. (en) « Switzerland (profile) », sur www-pub.iaea.org/ (consulté le 17 mai 2011)
  15. (en) « Power reactor information system – section Suisse », sur www.iaea.org/ (consulté le 16 mai 2011)
  16. (en) « Nuclear Power Reactor Details - BEZNAU-1 », sur www.iaea.org (consulté le 13 mai 2011)
  17. (en) « Nuclear Power Reactor Details - BEZNAU-2 », sur www.iaea.org (consulté le 13 mai 2011)
  18. (en) « Nuclear Power Reactor Details - GOESGEN », sur www.iaea.org (consulté le 13 mai 2011)
  19. (en) « Nuclear Power Reactor Details - Leibstadt », sur www.iaea.org (consulté le 13 mai 2011)
  20. (en) « Nuclear Power Reactor Details - Mühleberg », sur www.iaea.org (consulté le 13 mai 2011)
  21. Le réacteur Crocus sur le site de l'EPFL
  22. Revue energeia, OFEN, février 2007, page 7
  23. "Obligations générales du détenteur de l’autorisation d’exploiter"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]