Indignité nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le crime d'indignité nationale est une faute d'une très grande gravité commise par un militaire ou un civil, elle est appliquée en France notamment durant la période d'épuration. La dégradation nationale en est la peine.

Le crime est défini à la suite de la Seconde Guerre mondiale par l'ordonnance du 26 août 1944, remplacée par celle du 26 décembre 1944, peu après la fin de l'occupation allemande. Durant cette période, des juridictions d'exception furent constituées et des crimes nouveaux furent créés, dont celui d'indignité nationale.

Éléments constitutifs du crime[modifier | modifier le code]

Le crime d'indignité nationale consiste à avoir « postérieurement au 16 juin 1940, soit sciemment apporté en France ou à l'étranger une aide directe ou indirecte à l'Allemagne ou à ses alliés, soit porté atteinte à l'unité de la nation ou à la liberté des Français, ou à l'égalité entre ceux-ci » (ordonnance du 26 décembre 1944)[1].

Au vu de l'ordonnance du 26 décembre 1944, l'adhésion à certains partis ou mouvements (Milice, LVF, PPF,, etc.), la participation à certains actes (expositions en faveur de l'Allemagne ou de ses doctrines) ou l'exercice de certaines fonctions (emplois supérieurs dans les services de propagande, au commissariat général aux questions juivesetc.) relèvent notamment du crime d'indignité nationale.

Juridictions compétentes[modifier | modifier le code]

La qualification juridique du fait d'indignité nationale pouvait être retenue à titre accessoire (moins souvent à titre principal) par la Haute Cour de justice ou les cours de justice compétentes pour des actes de collaboration punis par les textes de droit commun, ou à titre principal par les chambres civiques rattachées aux cours de justice, pour les actes de collaboration non punis par les textes de droit commun. Elle pouvait être suspendue si le condamné se réhabilitait par des actions de guerre ou de résistance.

Voie de recours[modifier | modifier le code]

Pourvoi en cassation pour le motif d'atteinte aux droits essentiels de la défense (le pourvoi n'est pas suspensif).

Peine encourue (Dégradation nationale)[modifier | modifier le code]

L'indignité nationale est punie de la peine de la dégradation nationale à perpétuité ou à temps (cinq ans et plus). La dégradation nationale entraîne la mise au ban du condamné. Il perd bon nombre de droits :

  • exclusion du droit de vote,
  • inéligibilité,
  • exclusion des fonctions publiques ou semi-publiques,
  • perte du rang dans les forces armées et du droit à porter des décorations,
  • exclusion des fonctions de direction dans les entreprises, les banques, la presse et la radio, de toutes fonctions dans des syndicats et organisations professionnelles, des professions juridiques, de l'enseignement, du journalisme, de l'Institut de France,
  • interdiction de garder ou porter des armes.

Le tribunal peut ajouter des interdictions de séjour et la confiscation de tout ou partie des biens. Le versement des retraites est également suspendu.

Personnes frappées de 1944 à 1951[modifier | modifier le code]

50 223 cas de dégradation nationale (dont 3 578 par les cours de justice et 46 645 par les chambres civiques), 3 184 peines suspendues « pour faits de résistance »[2]. On notera parmi les condamnés le Maréchal Pétain.

Maintien de l'usage[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La mise en accusation pour indignité nationale a été réactivée au moment de la Guerre d'Algérie[réf. nécessaire]. Certains porteurs de valise, comme Jean-Jacques Brochier, ont été condamnés pour indignité nationale bien après 1951, pour des faits ne relevant pas d'« une aide directe ou indirecte à l'Allemagne ou à ses alliés », mais pour avoir « porté atteinte à l'unité de la nation ou à la liberté des Français, ou à l'égalité entre ceux-ci. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'année politique 1944-1945, Éditions Le Grand siècle, 1946, p. 104.
  2. Henry Rousso, « L'épuration en France, une histoire inachevée », dans Vingtième Siècle. Revue d'histoire, no 33, janvier-mars 1992, PFNSP, p. 92.

Articles connexes[modifier | modifier le code]