Indice rouge à lèvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ventes de rouge à lèvres : un indice pertinent?

L'indice rouge à lèvres, ou en anglais, lipstick index est un concept inventé et défendu par Leonard Lauder, président du conseil d'administration de la firme Estée Lauder. Il est censé établir une corrélation inverse entre les ventes de rouge à lèvres et le niveau d'activité économique.

Apparition de l'indice[modifier | modifier le code]

Lauder, constatant une augmentation des ventes de sa société au début des années 2000, en pleine période de récession, a affirmé que les ventes de rouge à lèvres pourraient constituer un indicateur économique, les achats de produits cosmétiques - et de rouge à lèvres en particulier - ayant tendance à être inversement corrélés à la santé économique. L'idée sous-jacente était que les femmes remplaçaient les achats plus coûteux, tels que robes et chaussures par des achats de rouge à lèvres en temps de crise économique.

Au vu de cette augmentation, Lauder avait validé son hypothèse en étudiant l'évolution des chiffres de ventes correspondant à la Grande Dépression de 1929.

Invalidation[modifier | modifier le code]

La récession de 2008 a remis en cause la validité de cette théorie, puisque sur l'année, les ventes du secteur chutaient significativement tandis que l'activité économique se réduisait, conduisant la société Estée Lauder à mettre en œuvre un plan de licenciement de 2 000 personnes[1]. Ce qui ne l'avait pas empêché de faire part d'une hausse de son chiffre d'affaires du troisième trimestre, en invoquant cet indice[2]. Inversement, les ventes du rouge à lèvres ont connu une croissance durant les périodes d'activité économique accrue. En conséquence, l'indice de rouge à lèvres a été discrédité comme indicateur économique. L'augmentation des ventes de cosmétiques en 2001 a depuis été attribuée par le NPD Group, une société de marketing spécialisée, à l'intérêt généré par l'apparition de nouveaux produits, promus par des célébrités[3].

Légende urbaine[modifier | modifier le code]

Toutefois, l'idée a la vie dure, et est régulièrement utilisée sous l'influence de la société de marketing déjà citée, NPD Group, lorsqu'un accroissement des ventes, même ponctuel, est constaté dans un segment du secteur des cosmétiques[4]. Il est également utilisé par des acteurs affichant des objectifs culturels[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. La fin de l'« indice lipstick Romain Gubert, Le Point, mars 2009
  2. Crise : existe-t-il un indice rouge à lèvres? RTL, janvier 2009
  3. (en)Lunchtime Snap: The Shaky Lipstick Index–Sales go Down, not Up, as Economy Falters Cheryl Lu-Lien Tan, The Wall Street Journal
  4. L'ultime signe de la crise : les ventes de vernis à ongles explosent Mylène Vandecasteele, L'express.be, 22 déc. 2011
  5. Signe de féminité absolue, le rouge à lèvres est devenu notre meilleur index économique Ever Magazine, 2009