Index Librorum Prohibitorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Index Librorum Prohibitorum, 1564.

L'Index librorum prohibitorum (index des livres interdits) — aussi appelé Index expurgatorius, Index librorum prohibitorum juxta exemplar romanum jussu sanctissimi domini nostri — est une liste d'ouvrages que les catholiques romains n'étaient pas autorisés à lire, des « livres pernicieux », accompagnée des règles de l'Église au sujet des livres. Le but de cette liste était d'empêcher la lecture de livres jugés immoraux ou contraires à la foi. Depuis la « Notification de la suppression de l'index des livres interdits », émise par le Vatican en 1966, cet index perd son caractère obligatoire et n'a plus valeur de censure, même s'il reste un guide moral.

De 1559 à 1948[modifier | modifier le code]

Le premier Index romain fut publié par le pape Paul IV en 1559 à la demande de l'Inquisition, et confirmé en 1564. La Congrégation de l'Index fut instituée en 1571. L’Index fut régulièrement mis à jour jusqu'en 1961, par ajout de la Congrégation de l'Inquisition ou du pape. La liste n'était pas un simple travail de réaction ; les auteurs étaient invités à défendre leurs travaux, qu'ils pouvaient corriger et rééditer s'ils désiraient éviter l'interdiction, et une censure avant publication était encouragée.

En 1948, la 20e[1] et dernière édition contenait quatre mille titres indexés et répertoriés sous des raisons diverses : hérésie, immoralité, licence sexuelle, les théories politiques subversives, etc. On y trouvait des écrivains et des philosophes connus tels que Montaigne, Diderot, Rousseau, Descartes, Laurence Sterne, Voltaire, Daniel Defoe, Balzac, Larousse pour son dictionnaire du XIXe siècle, André Gide ainsi que le sexologue hollandais Theodor Hendrik van de Velde, auteur du manuel sur la sexualité Le Mariage parfait. Presque tous les philosophes occidentaux ont été inclus dans l’Index — même ceux qui croyaient en Dieu, tels que Descartes, Kant, Berkeley, Malebranche, Lamennais et Gioberti. Les athées, tels que Schopenhauer et Nietzsche, ne sont pas inclus en raison de la règle tridentine que les œuvres hérétiques (qui contredisent le dogme catholique) sont ipso facto interdites. Quelques œuvres importantes ne sont pas incluses, simplement parce que personne ne s'est soucié de les dénoncer. Darwin ne fut jamais mis à l’Index[2].

La mise à l’Index la plus célèbre dans l’histoire de l’Église est probablement celle des écrits de Copernic (1473-1543) sur l'héliocentrisme (5 mars 1616). La condamnation de Galilée intervint dans ce contexte, même si l'on n'est pas tout à fait sûr, aujourd'hui, que la raison réelle et complète de la condamnation était bien celle-là. Les ouvrages de Copernic et celui de Galilée ont été rayés de l'Index, partiellement en 1757, et définitivement en 1835[3].

« Parmi tous les écrits présents dans l'Index, la Bible avec ses adaptations, ses commentaires et les études bibliques, est de loin le livre le plus censuré jusqu'à la suppression de l'Index. Les éditions de la Bible en latin, en grec, dans les langues vulgaires en tout ou en partie, ainsi que des commentaires bibliques figurent nombreux dans le premier index roman. L'interdiction, maintenue pendant deux siècles, d'adapter la bible en langue vulgaire finit par assimiler dans l'imaginaire collectif les traductions bibliques aux livres hérétiques dits « Gigliola Fragnito »[4]. Plusieurs raisons justifiaient ces interdictions aux yeux des censeurs, principalement l'existence d'éditions altérées et commentées par des hérétiques, et la méfiance à l'égard d'une interprétation personnelle du texte révélé, que seule l'Église pouvait interpréter d'une façon authentique. Le contact direct avec les sources de la foi pouvait provoquer des remises en question et altérer la doctrine, la morale, et l'organisation de l'Église[5]. »

Certaines mises à l’Index furent de nature politique : dès 1559, Le Prince de Machiavel fut mis à l'index. En 1926, le journal l'Action française, mouvement nationaliste et royaliste, y fut ajouté. Bien qu'on n'y trouve pas d'ouvrages de personnages comme Adolf Hitler ou Joseph Staline, on y trouve Le Mythe du vingtième siècle d'Alfred Rosenberg[5], considéré comme le livre fondateur du nazisme avec Mein Kampf[5]. On a pris le soin d'y condamner en latin l'anarchiste Edgar Bauer, aujourd'hui relativement oublié, mais non son frère aîné, Bruno Bauer, pour qui Jésus n'avait jamais existé[6]. La Congrégation de l'Index n'était pas une mécanique impeccablement huilée mais une administration comme une autre[7].

Sans figurer nommément à l'Index d'autres ouvrages pouvaient tomber sous les interdictions des règles générales. Jesús Martínez de Bujanda et Marcella Richter du Centre d'études de la Renaissance de l'Université de Sherbrooke précisent à la page 40 de Index librorum prohibitorum: 1600-1966 (édité par Droz en 2002) que c'était le cas de Karl Marx.

Le dernier livre mis à l'Index l'a été, en 1961, sous le pontificat de Jean XXIII : il s'agit de La Vie de Jésus de l'abbé Jean Steinmann.

La toute dernière édition (la 20e) est parue en 1948, et l'Index lui-même a été définitivement aboli le 14 juin 1966 par le Pape Paul VI[8],[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les effets de l'Index se firent sentir d'un bout à l'autre du monde catholique. Pendant longtemps, au Québec ou en Pologne par exemple, il était difficile de trouver des copies des ouvrages interdits, particulièrement en dehors des villes importantes. L’Index cessa d'être une liste officielle le 14 juin 1966, sous Paul VI, après le concile de Vatican II, principalement pour des raisons pratiques.

Expression[modifier | modifier le code]

L'expression « être mis à l'Index » signifie « être exclu ».

Quelques écrivains ou savants célèbres dont des œuvres figurent dans l’Index Librorum Prohibitorum[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Encyclopaedia Britannica: Index Librorum Prohibitorum
  2. (en) Europe Features – Christiane Jacke, « Vatican opens up secrets of Index of Forbidden Books » (Le Vatican ouvre ses archives sur la censure), 22 décembre 2005, news.monstersandcritics.com
  3. Pierre-Noël Mayaud, La condamnation des livres coperniciens et sa révocation à la lumière de documents inédits des Congrégations de l'Index et de l'Inquisition, université pontificale grégorienne, 1997, sur Google Books
  4. Gigliola Fragnito, La Bibbia al rogo, La Censura ecclesiastica e i volgarizzamenti della scrittura, 1471-1605, éd. Il Mulino, 1997 (ISBN 8815057498), p. 20.
  5. a, b et c Jesus-M de Bujanda et Marcella Richter, Index librorum prohibitorum: 1600-1966, éditions Librairie Droz, 2002 (ISBN 2600008187), p. 41.
  6. Article sur Bruno Bauer dans la Stanford Encyclopedy of Philosophy. On peut y lire : « The third volume of the series denied the historicity of Christ. »
  7. On trouvera sur le site cégep du Vieux Montréal une liste complète des auteurs mis à l'Index en 1948.
  8. Cambridge University on Index.
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Jesús Martínez de Bujanda et Marcella Richter, Index librorum prohibitorum: 1600-1966, éditions Librairie Droz, 2002, p. 39.
  10. Samuel Silvestre de Sacy, folio classique, no 1161 comprenant Louis Lambert, les Proscrits, Jésus-Christ en Flandre, Gallimard, 1980, p. 267.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Jesús Martínez de Bujanda et Marcella Richter, Index librorum prohibitorum: 1600-1966, éditions Librairie Droz, 2002 (ISBN 2600008187), p. 40.
  12. On the Origins and Perpetual Use of the Legislative Powers of the Apostolic Kings of Hungary in Matters Ecclesiastical, Vienna, 1764.
  13. Principes d’économie politique, mis à l'Index en 1856 ; Seldes, G. 1934. The Vatican - Yesterday, Today, and Tomorrow, London, p. 180.
  14. Jesus-M de Bujanda, p. 734
  15. Jesus-M de Bujanda, p. 755
  16. Michaël Andrew Screech, François Rabelais
  17. Jesus-M de Bujanda, p. 797
  18. Index librorum prohibitorum ss. domini nostri Gregorii XVI pontificis maximi jussu editus, Romae MDCCCXLI., P. Rossi, 1852, p.402
  19. Dès 1559, sous son nom latin Zuinglius, Fac-similé de l'édition de 1559

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jesús Martínez de Bujanda (compilé par Marcella Richter), Université de Sherbrooke – Centre d'études de la Renaissance, Index librorum prohibitorum – 1600-1966 (vol. 11 de Index des livres interdits]), édtions Librairie Droz , 2002, 980 p. (ISBN 2600008187 et 978-2600008181) [consultable sur books.google.fr]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans le light novel To aru majutsu no Index l'un des personnages principaux a pour nom complet Index Librorum Prohibitorum car elle a mémorisé 103 000 volumes de magie interdite.