Incident de l'USS Liberty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Incident du USS Liberty)
Aller à : navigation, rechercher
Incident de l'USS Liberty
Les secours arrivent après l'attaque
Les secours arrivent après l'attaque
Informations générales
Date 8 juin 1967
Lieu Mer Méditerranée près de la Péninsule du Sinaï
Casus belli Non établi à ce jour
Issue
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau d’Israël Israël
Forces en présence
1 victory ship équipé en navire d'écoute 2 Mirage III,
2 Dassault Mystère,
3 vedettes lances-torpilles.
Pertes
34 morts,
au moins 171 blessés.
Aucune
Guerre des Six Jours
Coordonnées 31° 23′ N 33° 23′ E / 31.39, 33.3831° 23′ Nord 33° 23′ Est / 31.39, 33.38  

Géolocalisation sur la carte : Méditerranée

(Voir situation sur carte : Méditerranée)
 Différences entre dessin et blasonnement : Incident de l'USS Liberty.

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
 Différences entre dessin et blasonnement : Incident de l'USS Liberty.

L'USS Liberty attaqué vire pour échapper aux torpilles.

L'incident de l'USS Liberty désigne une attaque opérée par l'armée israélienne pendant la guerre des Six Jours, le 8 juin 1967 sur l'USS Liberty, navire de l'US Navy destiné à collecter de l'information et équipé par la NSA.

L'attaque, menée par des avions et des bateaux torpilleurs israéliens, cause la mort de 34 soldats américains et en blesse au moins 171. Officiellement, il s'agit d'une regrettable erreur, version dont doutent de très nombreux observateurs.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Au moment de l'attaque, le Liberty croisait dans les eaux internationales à 25 kilomètres au large de la péninsule du Sinaï. Après avoir surveillé pendant six heures le navire américain, l'armée israélienne lance des attaques par voie aérienne et par torpilleur. L'attaque dure plus de 30 minutes. Les canots de sauvetage sont coulés à la mer. Les canots sont mitraillés par les israéliens et des hélicoptères israéliens tentent même de se poser sur le navire [1].

Dès l'arrêt des hostilités, les rapports révèlent que les pilotes israéliens se préparaient à secourir les rescapés qu'ils croyaient égyptiens mais une fois arrivés sur place cette aide fut refusée par l'équipage du Liberty[réf. nécessaire].

Tandis que les israéliens s'éloignent, le USS Liberty est rejoint par deux destroyers soviétiques qui l'escortent jusqu’à la VIieme flotte américain au large de Chypre.

Conséquence[modifier | modifier le code]

Réaction Israélienne et américaine[modifier | modifier le code]

Israël affirme que l'incident était dû à une mauvaise identification du navire et se justifie en donnant plusieurs versions.

Dans un premier temps, les israéliens affirment qu'ils l'ont confondu avec un destroyer égyptien, mais il est difficile de confondre par beau temps la silhouette d'un destroyer pourvu de tourelles avec celles d'un navire espion.

Puis dans un second temps les israéliens affirment alors que un navire égyptien présent aurait bombardé la cote. Cependant le navire égyptienne ne disposait d'aucun navire capable d'effectuer de tels tirs et le Mossad le savait.

Puis, dans un troisième temps, les israéliens changent encore de version et affirment qu'ils ont confondu le navire avec un vapeur égyptien utilisé pour le transport des chevaux, même si ce navire est deux fois moins long que le USS Liberty. Les israéliens parlent ensuite de confusion avec un chalutier soviétique.

Les israéliens et les américains lancent deux commission d’enquête mais, fait exceptionnel, le congrès américain n'est pas autorisé à enquêter [1]. Le témoignage des marins américains est en partie tronqué [1].

De nombreuses voix aux États-Unis estiment que l'attaque était délibérée. Cette position est motivée par les différentes versions données par les israéliens, par les nombreuses données recueillies, par les témoignages des survivants de l'attaque, et par la déclassification de documents top secret américains et israéliens. En effet, les officiers a bord du navire affirment que les conditions météorologiques étaient idéales le jour de l'incident, la visibilité était parfaite et un grand drapeau des états unis flottait sur la navire.

Plus contraignant, des enregistrements audio déclassifiés de l’armée de l'air israélienne laissent entendre un pilote de reconnaissance communiquer avec sa tour de contrôle, correctement identifier le navire USS Liberty par ses initiales « C-T-R-5 » et être informer qu'il s'agissait d'un navire américain. Il est aussi intéressant de noter que l'attaque sur le navire eut lieu près de neuf heures après la première mission de reconnaissance citée ci avant.

Les organisations sionistes présentes aux États-Unis , notamment l'AIPAC ou l'Anti-Defamation League font un lobbying intense auprès des médias américains et multiplient les lettres ouvertes affirmant que Israël est innocent [2].

Le Pentagone décrète un black-out médiatique total, et les membres de l’équipage sont menacés de prison s’ils parlaient de l’attaque. Le président américain Lyndon Johnson aurait déclaré que « peu [lui] importait que le navire coule, il ne mettrait pas ses alliés dans l’embarras[3] ». Une note de l'ambassade des États-Unis au Caire vers le Département d'État datée du jour même de l'attaque confirme la fragilité de la version officielle des États-Unis[4].

Conclusion[modifier | modifier le code]

Même si les États-Unis n'acceptèrent jamais officiellement les explications israéliennes, l'affaire est très vite close malgré les protestations des victimes survivantes qui reçoivent une indemnité de 6 millions de dollars que Israël paya pour couvrir les dégâts matériels et physiques[5].

Motif réel de l'attaque[modifier | modifier le code]

De nombreuses théories ont été avancées pour expliquer cette attaque.

Pour l'historien français Henry Laurens, aucune explication définitive ne peut être donnée actuellement, le plus probable, au regard des conditions d'engagement de l'armée israélienne, est que ces derniers n'ont pas cherché à identifier le navire perçu comme une menace[6].

Une des explication avancée est que les Israéliens s’apprêtaient à déplacer leurs troupes pour attaquer les Égyptiens mais que le navire espion aurait pu informer les États-Unis des mouvements, les américains auraient alors pu faire pression sur Israël en menaçant de prévenir les égyptiens [1]

Dans le reportage documentaire de la BBC Dead in the Water, il est suggéré qu'il s’agissait pour les israéliens de simuler une agression égyptienne qui aurait poussé l’entrée en guerre des États-Unis au côté d’Israël et aurait donné lieu en 1969 à un accord secret entre les deux pays, le premier reconnaissant au second le droit de posséder l'arme nucléaire[7]. Cette version expliquerait l'acharnement à couler la navire et à ne laisser aucun survivant [7].

En novembre 2001, le mensuel Le Monde diplomatique publie un article de l'écrivain et journaliste néo-zélandais Nicky Hager, affirmant notamment que l'attaque pourrait avoir eu pour objectif « d’empêcher la collecte d’informations sur les atrocités militaires commises à 20 kilomètres de là seulement, dans la ville égyptienne d’El-Arish, où des soldats israéliens étaient en train de fusiller des centaines de civils et de prisonniers ligotés[3] ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Le USS Liberty - Rendez vous avec X », sur France Inter,‎ 2005
  2. « Israel Didn't Premeditate Its 1967 Attack on the U.S.S. Liberty », sur New York Times,‎ 1998
  3. a et b Nicky Hager, Au cœur du renseignement américain Le Monde diplomatique, novembre 2001
  4. Torpedoing USS Liberty, documents déclassifiés de la National Security Agency (NSA), 8 juin 1967
  5. Documentaire AlJazeera de Richard Belfield America : The Day Israel Attacked America
  6. Henry Laurens, La question de la Palestine à partir de 1967, cours au Collège de France, 7 novembre 2007, Consultable en ligne
  7. a et b Dirk Pohlmann, Israël et le tabou de la bombe, documentaire sur Arte, 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Bamford, Body of Secrets, Doubleday, 2001 (ISBN 0-385-49907-8).
  • (fr) Nicolas de Poli, l'USS Liberty, accident, ou attaque deliberée?, 1999

Documentaires[modifier | modifier le code]

Documents[modifier | modifier le code]