Incendie de l'Hôtel du Parlement à Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'incendie du Parlement à Montréal, Joseph Légaré, 1849
Édifices du Parlement, John Hugh Ross

L'incendie de l'Hôtel du Parlement à Montréal s'est produit le soir du 25 avril 1849 à Montréal, capitale de la colonie britannique du Canada-Uni depuis 1844. Inauguré le 24 juin 1845, l'édifice du marché Sainte-Anne qui loge le Parlement du Canada-Uni est incendié par des émeutiers alors que les députés sont en session.

Le Parlement à Montréal[modifier | modifier le code]

La salle de l'Assemblée législative, dans l'édifice du marché Sainte-Anne, à Montréal, vers 1848, James Duncan

La Province du Canada (ou Canada-Uni) naît de l'union législative des provinces du Haut-Canada (Ontario) et du Bas-Canada (Québec) en février 1841. En 1844, la capitale est déplacée de Kingston, dans le Canada-Ouest, vers Montréal, dans le Canada-Est. L'édifice du marché Sainte-Anne, situé là où se trouve l'actuelle Place D'Youville, est rénové par l'architecte John Ostell pour y accueillir le parlement provincial[1].

Lors du déménagement de la capitale, tous les livres des bibliothèques parlementaires, celle de l'Assemblée législative et celle du Conseil législatif, sont transportés par bateaux.

Des élections générales ont lieu au mois d'octobre 1844. Le parti conservateur (tory) est majoritaire et le gouverneur Metcalfe fait entrer ses principaux représentants dans son Conseil exécutif. La première session du second parlement débute le 28 novembre suivant.

La crise économique[modifier | modifier le code]

En 1843, le Parlement du Royaume-Uni adopte le Canadian Corn Act, qui favorise les exportations de blé et de farine du Canada en direction de la Grande-Bretagne par une réduction importante du droit de douane sur ces produits. La politique protectionniste des conservateurs de Stanley et Disraeli, en continuité avec la pratique coloniale de la Grande-Bretagne durant toute la première moitié du XIXe siècle, est finalement renversée en 1846, avec l'abrogation des Corn Laws et la promotion du libre-échange par le gouvernement de Robert Peel.

Les chambres commerciales du Canada craignent le désastre. La Anti-Corn Law League est triomphante, mais la classe commerciale et dirigeante du Canada, principalement anglophone et conservatrice, est en déroute. Le contre-coup économique se fait sentir dès 1847. Le gouvernement canadien fait pression sur le secrétaire d'État aux colonies afin que la Grande-Bretagne négocie une réduction des droits de douane s'appliquant aux produits canadiens sur le marché des États-Unis, seul débouché possible dans les circonstances. Un traité de réciprocité sera ultimement négocié, mais seulement 8 ans plus tard en 1854. Durant l'intervalle, le Canada connaît une importante crise politique et des membres influents de la société discutent ouvertement de trois alternatives au statu quo : l'annexion aux États-Unis, la fédération des colonies et territoires de l'Amérique du Nord britannique et l'indépendance du Canada. Deux associations de citoyens apparaissent dans le sillage de la crise économique : l'Association pour l'annexion et la British American League.

Après 1847, les craintes des chambres commerciales du Canada se confirment et les faillites commerciales s'accumulent. La valeur des propriétés est en chute libre dans les villes, particulièrement dans la capitale[2]. En février 1849, le dépôt d'un projet de loi d'indemnisation au parlement colonial ne fait qu'aggraver le mécontentement d'une grande partie de la population qui voit d'un mauvais œil l'adoption d'une série de mesures législatives par la majorité réformiste qui prend le pouvoir un an plus tôt, au début de l'année 1848.

Loi d'indemnisation pour le Bas-Canada[modifier | modifier le code]

Le 28 février 1845[3], les députés de l'Assemblée législative adoptent unanimement le texte d'une adresse enjoignant le gouverneur Metcalfe d'adopter des mesures d'indemnisation pour les habitants du Bas-Canada dont les propriétés ont été endommagées ou détruites en 1837-1838. Précédemment, au cours de la dernière session du Parlement du Haut-Canada le 23 octobre 1840[4], les députés avaient adopté une loi (3 Vict. c. 76) indemnisant certaines personnes pour des pertes encourues lors du soulèvement armé de 1837. Un crédit de 40 000 £ avait été affecté au règlement des réclamations des habitants[5], mais jamais aucune somme n'avait été dépensée, car les coffres de l'État provincial étaient vides. Contrairement à la loi adoptée en 1838, celle de 1840 prévoyait indemniser autant les victimes civiles d'actes de violence commis par les hommes du gouvernement que ceux commis par les hommes insurgés contre le gouvernement. De son côté, le Conseil spécial du Bas-Canada avait également émis une ordonnance en 1838 afin d'étudier le projet d'indemniser certaines personnes, sur la base de leur loyauté présumée à la Couronne.

Le 29 mars 1845, le gouverneur sanctionne une loi affectant le revenu des licences d'auberge du Canada-Ouest au paiement des réclamations des habitants de l'ancien Haut-Canada qui n'ont toujours rien reçu[note 1]. Une somme de 38 658 £ est amassée entre le 5 avril 1845 et le 24 janvier 1849 au moyen de cette loi[6] (plus tard, en 1846, on affectera le revenu des licences de mariages au même objet).

À la suite de l'adoption de l'adresse de 1845 concernant les pertes subies par les habitants de l'ancien Bas-Canada, le gouvernement Draper-Viger met sur pied, le 24 novembre[6], une commission chargée d'étudier les nombreuses réclamations qui s'accumulent depuis 1838, de déterminer lesquelles sont justifiées et fournir une estimation de la somme à débourser. Les cinq commissaires, Joseph Dionne, P. H. Moore, Jacques Viger, John Simpson et Joseph-Ubalde Beaudry, remettent leur premier rapport en avril 1846. Ils avaient reçu du gouvernement l'instruction de distinguer entre les réclamations provenant de personnes impliquées dans la « rébellion » et celles de personnes innocentes de toute complicité avec les insurgés. Le total des réclamations jugées recevables s'élève à 241 965 £, 10 s. et 5d., mais les commissaires jugent qu'après une enquête plus minutieuse, la somme à débourser ne dépassera sans doute pas 100 000 £. L'Assemblée adopte une loi le 9 juin 1846[7] autorisant une compensation de 9 986 £ pour des réclamations étudiées antérieurement au dépôt du rapport. Rien n'est plus accompli par la suite sur cette question jusqu'à la dissolution du parlement, le 6 décembre 1847.

Les élections générales de janvier 1848 changent la composition de la Chambre d'assemblée à la faveur du parti d'opposition, les réformistes. Le nouveau gouverneur lord Elgin, arrivé dans la colonie le 30 janvier, forme d'abord un gouvernement qui n'a pas l'appui de la majorité des députés. Ceux-ci retirent leur confiance aux membres du conseil exécutif le 3 mars[8]. Le 7 mars, le gouverneur Elgin appelle Robert Baldwin et Louis-Hippolyte La Fontaine, respectivement chefs des partis majoritaires dans les deux sections de la province, au conseil exécutif. Le 11 mars, 11 nouveaux ministres[note 2] entrent au Conseil exécutif.

Le 29 janvier 1849, Lafontaine propose à la Chambre qu'elle se forme en un comité de tous ses membres le 9 février afin de « constater le chiffre de certaines pertes essuyées par certaines personnes dans le Bas-Canada durant les troubles de 1837 et 1838, et de pourvoir à leur règlement ». Le traitement de la proposition est reporté à l'ordre du jour plusieurs fois. Le parti d'opposition, qui dénonce le vœu du gouvernement de « payer les rebelles », se montre très hostile à ce que la Chambre débute l'étude de cette question en suspens depuis 1838. Il propose divers amendements à la résolution présentée par Lafontaine : un premier, le 13 février, visant à reporter le vote de dix jours « pour donner aux habitants de ce pays le temps d'exprimer leur opinion » ; un deuxième, le 20 février, déclarant que la Chambre « n'a pas le droit de se saisir de cette proposition » puisque le gouverneur général n'a pas recommandé à cette chambre de « pourvoir à la liquidation des réclamations pour les pertes occasionnées par les rébellions dans le Bas-Canada, durant la présente session[9] ». Les amendements sont rejetés et le comité est finalement formé le mardi 20 février, mais les travaux de la Chambre sont ajournés.

Les débats du 13 au 20 février sont particulièrement acerbes et même dans la Chambre, la violence verbale des orateurs le cède bientôt à la violence physique. Les députés Henry Sherwood, Allan MacNab et Prince attaquent la légitimité du projet de loi, car selon eux il récompense les « rebelles » d'hier et constitue un affront aux loyaux sujets qui les ont combattus en 1837 et 1838. Le 15 février, les ministres Francis Hincks, et William Hume Blake rétorquent sur le même ton et Blake va jusqu'à traiter les conservateurs d'être les vrais rebelles, car, dit-il, ce sont eux qui ont violé impunément les principes constitutionnels britanniques et causé la guerre civile de 1837 et 1838[10]. M. Blake refuse de s'excuser après son discours, et une mêlée éclate parmi les spectateurs installés dans les galeries. Le président fait expulser les spectateurs qui s'agitent grandement et un affrontement entre MacNab et Blake n'est évité que par l'interposition du sergent d'armes[11].

Le 16 février, John A. MacDonald, député de l'opposition dans la circonscription de Kingston, provoque Blake en duel[12]. Alors qu'il lit des extraits de documents, MacDonald l'interrompt et lui demande de lire intégralement les phrases et les paragraphes. Blake lui rétorque qu'il « lira ce qu'il lui plaira ». MacDonald n'apprécie pas la réponse et fait passer une note à Blake par laquelle il le provoque en duel. Les deux hommes quittent la pièce pour se rendre à l'extérieur. Peu de temps après, le président ordonne la suspension de la séance et envoie les huissiers d'armes pour les ramener à leurs travaux. MacDonald revient dans la Chambre, mais Blake ne peut être trouvé. Il est amené à comparaître à la barre de la Chambre le lundi 19 février suivant pour expliquer la raison de son départ. La Chambre accepte ses explications[13]. Les deux hommes assurent que le duel est annulé[14].

La presse anglophone de la capitale (The Gazette, Courier, Herald, Transcript, Witness, Punch) s'oppose majoritairement à la mesure. Il n'y a qu'un quotidien, le Pilot, qui appuie le gouvernement. Du côté de la presse francophone (La Minerve, L'Avenir), on appuie unanimement la mesure.

Le 17 février, les principaux députés conservateurs tiennent une assemblée publique de protestation. George Moffat est élu président et divers hommes publics dont Allan MacNab, Prince, Gugy, MacDonald, Molson, Rose et d'autres prononcent des discours[15]. On prépare une pétition adressée au gouverneur dans laquelle on lui demande de dissoudre le parlement afin de déclencher de nouvelles élections, ou alors de réserver la sanction de la loi à l'autorité royale, c'est-à-dire de déférer la question au gouvernement britannique. La presse rapporta que Lafontaine est brûlé en effigie ce soir-là[16].

Le 22 février, M. Boulton propose un amendement afin qu'aucune personne ayant plaidé coupable ou ayant été reconnue coupable de haute trahison ne reçoive de compensation du gouvernement[17]. Le parti du gouvernement adopte l'amendement, mais le geste reste sans effet sur le parti d'opposition qui persiste à dénoncer une mesure qui récompense les rebelles. Certains députés libéraux, dont Papineau et Chauveau, s'opposent à l'amendement, car selon eux il a pour effet d'entraîner la reconnaissance, par le gouvernement, de la légalité de la cour martiale instituée par l'ancien gouverneur John Colborne pour faire juger les prisonniers en 1839.

Le 23 février 1849, Lafontaine présente une série de résolutions qui comprend le dépôt d'un projet de loi visant à indemniser les personnes qui ont subi des pertes matérielles au cours du conflit armé dans le Bas-Canada en 1837. Le projet de loi, qui s'intitule Acte pour indemniser les personnes dans le Bas-Canada, dont les propriétés ont été détruites durant la rébellion dans les années 1837 et 1838, autorise une dépense de 90 000 £.

Les sept résolutions sont adoptées une à une[18] le 27 février[note 3] et le projet de loi est déposé et lu le même jour, puis lu une seconde fois le 2 mars.

Le 9 mars, l'Assemblée législative adopte le projet de loi à 47 contre 18[19]. Les députés provenant de l'ancien Haut-Canada votent en faveur à 17 contre 14 et ceux de l'ancien Bas-Canada votent de même à 30 contre 4. Six jours plus tard, le 15 mars, le Conseil législatif approuve le projet de loi à 20 contre 14[20]. Le projet de loi ayant passé la chambre basse et la chambre haute du parlement provincial, il ne reste plus qu'à obtenir la sanction du gouverneur Elgin. Celle-ci survient 41 jours plus tard, le 25 avril 1849.

Le 22 mars, une foule parade dans les rues de Toronto avec des effigies de Mackenzie, Baldwin, et Blake. Arrivée à proximité de la résidence de Baldwin et devant celle de M. McIntosh sur Younge Street, là où réside Mackenzie depuis son retour d'exil, les personnes mettent le feu aux effigies. Ils jettent ensuite des pierres par les fenêtres de la maison de McIntosh[21].

Émeute au parlement[modifier | modifier le code]

Le 25 avril, le cabinet envoie Francis Hinks à Monklands pour demander au gouverneur Elgin de se rendre en ville au plus tôt afin d'apposer la sanction royale à un projet de loi tarifaire. Le premier navire européen de l'année est déjà arrivé à Québec et la nouvelle loi doit être mise en vigueur pour taxer sa marchandise. Le gouverneur se rend donc à l'Hôtel du Parlement le jour même.

Vers 17h[22], le gouverneur sanctionne le projet de loi dans la Chambre du Conseil législatif, en présence des membres du Conseil et de ceux de l'Assemblée. Pendant qu'il est sur place, le gouverneur décide de donner son assentiment à quarante et un autres projets de loi adoptés par les Chambres et qui attendent la sanction royale. Parmi ces projets de loi se trouve celui sur l'indemnisation des personnes ayant subi des pertes matérielles en 1837-1838. L'assentiment à cette loi semble surprendre quelques personnes et les galeries où s'étaient massés les visiteurs deviennent fort agitées.

À sa sortie du parlement, vers 18 h environ, une foule s'est amassée autour de l'édifice. Il se fait alors lancer des œufs et des pierres du pavé par des manifestants[23],[24] et se voit contraint de remonter dans son carrosse en hâte pour s'en retourner à Monklands, afin d'échapper aux assaillants qui le poursuivent dans les rues.

Peu de temps après l'agression contre le gouverneur, on fait sonner le tocsin dans la ville pour alerter la population. Un fiacre circule et annonce la tenue, à 20 h, d'un grand rassemblement de protestation contre la sanction du projet de loi d'indemnisation. Le rédacteur en chef du journal The Gazette, James Moir Ferres, publie une édition spéciale (Extra) dans laquelle il rapporte l'incident qui s'est produit à la sortie d'Elgin et annonce la tenue d'une assemblée massive à 20 h sur la Place d'Armes.

« […] Quand lord Elgin (il ne mérite plus le titre d'Excellence) reparut dans les rues en sortant de la Chambre du Conseil, il fut reçu par les sifflets, les grognements et les cris d'indignation de la foule. On lui lança des œufs pourris, et lui et ses aides de camp furent arrosés de cette liqueur savoureuse, et sa voiture fut couverte du contenu dégoûtant des œufs et de boue. Quand la provision d'œufs fut épuisée, on se servit de pierres pour saluer le départ du carrosse, et il fut emmené au galop au milieu des malédictions de ses compatriotes.

LA FIN A COMMENCÉ.

Anglo-Saxons, vous devez vivre pour l'avenir ; votre sang et votre race seront désormais votre loi suprême, si vous êtes vrais à vous-mêmes. Vous serez Anglais, « dussiez-vous n'êtes plus Britanniques. » À qui et quelle est votre allégeance maintenant ? Que chaque homme réponde pour lui-même.

La poupée du spectacle doit être rappelée, ou repoussée par le mépris universel du peuple.

Dans le langage de Guillaume IV, « LE CANADA EST PERDU ET LIVRÉ ». LA FOULE DOIT S'ASSEMBLER SUR LA PLACE D'ARMES, CE SOIR, À HUIT HEURES.

AU COMBAT, C'EST LE MOMENT! — Montreal Gazette, « Extra » du 25 avril, 1849[25]. »

Entre 1 200 et 1 500 personnes s'assemblent finalement au Champ-de-Mars pour y entendre, à la lueur des torches, les discours d'orateurs protestant vigoureusement contre la sanction que le gouverneur général Elgin a donnée au projet de loi d'indemnisation. Parmi les orateurs se trouvent George Moffat, le colonel Gugy et d'autres députés de l'opposition officielle. On propose d'adresser une pétition à Sa Majesté la reine Victoria pour que le gouvernement métropolitain destitue le gouverneur Elgin. Dans le récit qu'il donne de sa participation aux événements, 38 ans plus tard (en 1887), Alfred Perry, capitaine d'un corps de pompiers volontaires pour la ville, affirme que ce soir-là il monte sur la tribune pour s'adresser à la foule, met son chapeau sur la torche éclairant le texte de la pétition et dit : « Le temps des pétitions est révolu, mais, si les hommes qui sont présents ici ce soir sont sérieux, qu'ils me suivent jusqu'à l'édifice du Parlement. »[26]

La foule se dirige ensuite à l'Hôtel du Parlement, cassant sur son chemin les fenêtres du bureau du Montreal Pilot, le seul journal de langue anglaise qui soutient l'administration dans la ville.

Incendie du 25 avril 1849
John Henry Walker

Arrivés sur les lieux, les émeutiers cassent les fenêtres de l'Assemblée législative alors en pleine session. Un comité composé de tous les membres présents dans la Chambre d'assemblée était alors toujours occupé à débattre d'un projet de loi « pour amender les lois relatives aux cours de juridiction civile en première instance, dans le Bas-Canada »[27]. La dernière chose inscrite au journal de l'Assemblée législative le 25 avril est :

« M. Johnson a pris le fauteuil du comité ; et après y avoir siégé quelque temps, les délibérations du comité ont été interrompues par des volées continuées de pierres et autres projectiles lancés de la rue, à travers les fenêtres, dans l'édifice de l'assemblée législative, ce qui a forcé le comité à se lever, et les membres à ce retirer, pour leur sûreté, dans les corridors adjacents, d'où M. l'Orateur et les autres membres ont presqu'immédiatement été obligés de se retirer et d'abandonner l'édifice, auquel on avait mis le feu au-dehors. — Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada, 25 avril, 1849[27]. »

Après avoir cassé les carreaux des fenêtres et les réverbères à gaz à l'extérieur, un groupe entre dans l'édifice et commence à saccager la salle de l'Assemblée législative. Toujours d'après son propre récit, Alfred Perry affirme que lui, Augustus Howard et Alexander Courtney tentent d'ouvrir la porte de l'édifice parlementaire, mais n'y arrivent pas[28]. Quelqu'un ordonne alors d'aller chercher un camion de pompiers. Lui et le notaire John H. Isaacson se servent de l'échelle de 35 pieds du camion pour enfoncer la porte du parlement. Il entre dans l'édifice avec un petit groupe et continue jusqu'à la porte de la Chambre d'assemblée. Un certain O'Connor s'interpose devant les hommes pour leur interdire l'entrée, mais Perry l'écarte en lui assénant un coup avec le manche de la hache qu'il tient à la main. Les émeutiers prennent le contrôle de la pièce malgré la résistance de quelques députés (Sanfield Macdonald, Blake, Aylwin, Price) et du sergent d'armes Chrisholm[29].

Un des émeutiers s'assoit sur le fauteuil de l'Orateur où se trouvait Morin quelques minutes plus tôt et prononce la dissolution de la Chambre d'assemblée. On saccage la pièce pendant que d'autres émeutiers investissent la Chambre du Conseil législatif. Parmi les actes de vandalisme rapportés, on mentionne la destruction des pupitres et des sièges, le piétinement de la toile du tableau de Louis-Joseph Papineau qui était accroché au mur à côté d'un tableau de la reine Victoria, dans le couloir. Perry prétend avoir mis le feu lui-même en atteignant d'une brique un lustre alimenté au gaz suspendu au plafond alors qu'il visait l'horloge située au-dessus du fauteuil de l'Orateur. L'horloge, dont le tic-tac lui tombe apparemment sur les nerfs, indiquait selon lui 21 h 40[30]. D'autres sources, dont certains journaux de l'époque, croient que l'incendie est déclenché par les émeutiers qui de l'extérieur lancent les torches transportées par plusieurs personnes depuis le Champ-de-Mars.

Les conduites de gaz ayant été brisées à l'intérieur comme à l'extérieur, le feu se répand très rapidement. Perry et Courtney sortent de l'édifice emportant avec eux la masse d'armes cérémonielle de la Chambre d'assemblée qui était posée sur le bureau devant le fauteuil de l'Orateur[31],[note 4]. La masse est ensuite confiée à Allan MacNab à l'hôtel Donegana[32],[note 5].

Tout l'édifice du marché Sainte-Anne s'envole en fumée. Le feu se propage à quelques édifices adjacents, dont une maison, des entrepôts de commerce et l'hôpital général des Sœurs grises[33]. Les émeutiers ne laissent pas les pompiers lutter contre les flammes qui dévastent le parlement, mais n'interviennent pas contre ceux qui s'occupent des autres édifices.

Les pertes matérielles[modifier | modifier le code]

Après l'incendie du 25 avril 1849
John Henry Walker

L'incendie consume les deux bibliothèques parlementaires, et une partie des archives et documents publics du Haut-Canada et du Canada-Uni. Plus de 23 000 volumes appartenant aux collections des deux bibliothèques partent en fumée[34]. À peine 200 livres sont sauvés des flammes par James Curran[35]. Le marché Sainte-Anne est complètement dévasté. Quatre personnes, le colonel Wiley, un écossais du nom de McGillivray, employé du parlement, l'oncle de M. Todd, de la librairie du parlement, et Sandford Flemming[36], qui deviendra un ingénieur célèbre, sauvent le portrait de la reine Victoria accroché dans le couloir menant à la chambre basse[37] que l'on transporte ensuite à l'Hôtel Donegana. L'édifice et tout ce qu'il renfermait était assuré pour une valeur de 12 000 £. Les assureurs refuseront de payer, le feu étant d'origine criminelle.

Les deux bibliothèques et les archives se trouvaient réunies dans l'Hôtel du Parlement depuis 1845[38]. Au début de la session de 1849, celle de l'Assemblée législative compte plus de 14 000 volumes et celle du Conseil législatif plus de 8 000[39]. Les collections provenaient des bibliothèques des anciens parlements provinciaux du Bas-Canada et du Haut-Canada, fusionnés en un seul par la Loi de l'Union en 1840. La province du Haut-Canada, fondée en 1791, voit son parlement de York incendié au cours de la Guerre de 1812[40]. Le parlement est itinérant de 1814 à 1829. Un édifice permanent est finalement construit en 1832[40]. En conséquence, ses bibliothèques ne sont pas très considérables et ne fournissent que quelques centaines d'ouvrages[41] à la nouvelle bibliothèque. La majeure partie des volumes provenait en effet du parlement du Bas-Canada, particulièrement de la bibliothèque de l'Assemblée législative, constituée de plusieurs milliers de volumes et ouverte au public depuis 1825[41]. Les pertes furent estimées à plus de 400 000 CAD[42].

En vue de reconstruire la bibliothèque parlementaire, le gouvernement envoie le bibliographe George-Barthélemy Faribault en Europe. Il dispose d'un crédit de 4 400 £ pour acheter des volumes à Paris et à Londres[43]. Comble de malheur, deux ans à peine après sa reconstruction, la bibliothèque du parlement du Canada-Uni est à nouveau détruite dans un incendie le 1er février 1854[43]. Cette fois, les flammes détruisent la moitié des 17 000 volumes de la bibliothèque logée dans l'Hôtel du Parlement de Québec depuis 1852[44].

Le calendrier parlementaire est évidemment affecté par l'événement inattendu du 25 avril. Dès le lendemain de l'incendie, l'Assemblée législative se réunit exceptionnellement dans le halle de l'édifice du Marché Bonsecours, à 10 h, sous la protection de soldats britanniques[note 6]. Ce jour-là, les députés n'accomplissent rien sauf nommer un comité chargé de faire rapport sur les projets de lois détruits dans l'incendie. Le rapport en question est déposé une semaine plus tard le 2 mai 1849[45]. Lafontaine n'était pas présent ce matin-là, car il assistait au mariage de son associé en droit l'avocat Amable Berthelot, qui épousait la fille adoptive du juge Bédard[46]. Le Conseil législatif se réunit dans la sacristie de la Trinity Church le 30 avril.

Premières arrestations[modifier | modifier le code]

Quatre des orateurs du rassemblement du Champ-de-Mars, James Moir Ferres, rédacteur en chef et principal propriétaire du journal The Gazette, William Gordon Mack, avocat et secrétaire de la British American League, Hugh E. Montgomerie, marchand, Augustus Heward, marchand et courtier, ainsi que le chef des pompiers, Alfred Perry — cinq personnes en tout — sont arrêtés sous inculpation d'incendie volontaire (arson) tôt le matin du 26 avril[47] par le juge de paix William Ermatinger[48]. Une foule s'amasse devant le poste de police, qui loge au marché Bonsecours. Perry est transféré du Palais de justice à la prison du fauboug de Québec vers midi[49], escorté par une compagnie de soldats et poursuivi par la foule. Il va rejoindre les quatre autres personnes arrêtées et incarcérées plus tôt.

Lafontaine, dans son rôle de procureur général, conseille au juge de paix Ermatinger de relâcher les prisonniers[50]. Le samedi 28, ils sont remis en liberté sous cautionnement[51]. Un cortège d'omnibus et de cab les transporte en triomphe de la prison jusqu'au portique de la Bank of Montreal, sur la Place d'Armes où ils prennent la parole pour remercier la foule de son appui[50].

Poursuite de la violence jusqu'en mai[modifier | modifier le code]

Le soir du 26 avril, un groupe d'hommes vandalise les demeures des députés Hinks, Wilson et Benjamin Holmes au Beaver Hall[42],[52]. Des hommes vandalisent la maison de Louis-Hippolyte La Fontaine, rue de l'Aqueduc dans le faubourg Saint-Antoine, et incendient ses écuries. Le feu se propage à sa maison, mais personne ne se trouve à l'intérieur à ce moment. Le feu est éteint par un détachement de soldats[52], mais pas sans avoir endommagé la bibliothèque privée du politicien. De retour en ville les hommes cassent les vitres de la pension de famille où résident Baldwin et Price[53] et aussi celles de l'auberge de l'irlandais McNamee[54], deux édifices qui forment les encoignures de la rue du cimetière catholique[46]. Ils s'en prennent également à la maison du solliciteur général M. Drummond sur la rue Craig et celle du Dr Wolfred Nelson, située à l'intersection des rues Saint-Laurent et Petite Saint-Jacques[46].

Des chefs conservateurs dont font partie George Moffatt et Gugy convoquent à nouveau une assemblée populaire des « Amis de la paix » sur le Champ-de-Mars le vendredi 27 avril à 14 h[46]. On tente de calmer la population et on propose des solutions pacifiques à la résolution de la crise. Il est résolu en assemblée d'envoyer une pétition à la reine la priant de démettre le gouverneur de ses fonctions et de désavouer la loi du 25 avril.

Confronté à des émeutiers qui agressent des citoyens et endommagent leurs propriétés, le gouvernement prend la décision de lever une force policière spéciale. Le matin du 27, les autorités informent la population que les hommes qui se rendront à 18 h au dépôt de l'ordonnance sur la rue du Bord-de-l'Eau y recevront des armes. Quelque 800 hommes, principalement des Canadiens de la ville et des banlieues et des immigrants Irlandais de Griffintown, s'y rendent et 500 à 600 constables[50] sont armés et casernés près du marché Bonsecours[22]. Alors qu'on distribue des pistolets et des armes blanches, des émeutiers apparaissent et leur lancent des pierres et tirent quelques coups de feu. Les hommes nouvellement armés ripostent et blessent trois de leurs assaillants[50]. Lors d'une assemblée populaire sur la Place du Castor en soirée, le général Gore prend la parole et disperse la foule en jurant sur son honneur que les nouveaux constables seront désarmés dès le lendemain matin[50]. C'est effectivement ce qui se produit. La force qui devait agir sous les ordres des juges de paix de la ville est démobilisée moins de 24 heures après avoir été armée.

Une partie du 71e régiment équipé de deux canons est mobilisé pour repousser un groupe d'hommes armés marchant en direction du marché Bonsecours. Les soldats bloquent la rue Notre-Dame près du marché Jacques Cartier. Le colonel Gugy s'interpose encore une fois pour dissuader les émeutiers[55].

Le 28 avril, un samedi, les députés réunis au Marché Bonsecours nomment un comité spécial[note 7] responsable de rédiger une adresse au gouverneur par laquelle l'Assemblée législative déplore les actes de violence des derniers jours et donne son appui au gouverneur pour faire respecter la loi et maintenir la paix publique. Les députés votent l'adresse à 36 contre 16[56].

Les milieux conservateurs britanniques n'acceptent pas le geste du gouverneur Elgin. Les membres de la Thistle Society se réunissent et votent en faveur du retrait de son nom de la liste des bienfaiteurs[57]. Le 28 avril, c'est la St. Andrew's Society qui le raye de la liste des membres[58].

Le dimanche 29, jour du sabbat chrétien, la ville de Montréal reste calme et on ne rapporte aucun incident.

Le lundi 30 avril, le gouverneur et son escorte de dragons quittent sa résidence de Monklands en banlieue pour se rendre à l'Hôtel du Gouvernement qui loge au Château Ramezay de la rue Notre-Dame[59] à Montréal afin d'y recevoir, à 15 h 00, l'adresse de la Chambre d'assemblée votée le 28. À son entrée sur la rue Notre-Dame vers 14 h 30, des manifestants lancent des roches et des œufs contre la voiture qui le transporte et l'escorte armée qui le protège. Il est hué par les uns et applaudit par les autres tout le long de son trajet sur cette rue. Les députés, sous escorte eux aussi, rejoignent le gouverneur au Marché Bonsecours en montant la ruelle Saint-Claude[60].

Après la cérémonie de présentation de l'adresse, le gouverneur et son escorte s'en retournent à Monklands en empruntant la rue St-Denis pour éviter le conflit avec la foule qui manifeste contre sa présence. Le stratagème ne fonctionne pas et le cortège du gouverneur est intercepté au coin des rues Saint-Laurent et Sherbrooke par une foule qui attaque à nouveau en lançant des pierres. Le frère du gouverneur, le colonel Bruce, est sérieusement blessé par une pierre qui l'atteint à la tête[23]. Le colonel Ermatinger et le capitaine Jones sont également blessés[61].

Ce jour-là, Elgin écrit au secrétaire colonial Earl Grey et suggère que s'il ne parvient pas à redonner la confiance de sa neutralité face aux partis, qu'il serait peut-être dans l'intérêt du gouvernement britannique de le remplacer par quelqu'un qui ne serait pas détesté par une importante partie de la population[62]. Le secrétaire colonial croit au contraire que son remplacement serait néfaste car il aurait pour effet d'encourager ceux qui s'opposent violemment et illégalement à l'autorité de son gouvernement, qui reçoit l'entier appui du cabinet de Westminster[63].

Le 10 mai, on rapporte des agressions contre la délégation torontoise de l'Hôtel Têtu qui vient porter une adresse de soutien au gouverneur.

Au Parlement impérial[modifier | modifier le code]

Image de The Illustrated London News, 19 mai 1849.

Le parti conservateur député Allan MacNab et Cayley à Londres au début de mai[64] dans le but de faire pression sur le bureau colonial pour qu'il destitue le gouverneur et pour déposer au Parlement du Royaume-Uni les pétitions demandant que la loi d'indemnisation soit désavouée par la Reine. Le gouvernement député de son côté le ministre Francis Hinks qui quitte Montréal le 14 mai[65] pour représenter le point de vue du gouverneur, du son Conseil exécutif, de la majorité des députés dans l'Assemblée législative, de même que de la majorité des conseillers législatifs, auprès des parlementaires du Royaume-Uni. L'ancien secrétaire colonial William Ewart Gladstone, du parti conservateur, se range derrière l'opposition canadienne et exerce son influence en leur faveur.

Le 14 juin, John Charles Herries, député conservateur de la Chambre des communes pour la circonscription de Stamford, soumet une motion afin de désavouer la loi sanctionnée le 25 avril par le gouverneur Elgin. Cependant, le gouverneur du Canada-Uni reçoit l'appui autant du chef du gouvernement John Russell, du secrétaire colonial Henry Grey, 3e comte Grey, que du chef de l'opposition Robert Peel. Le 16 juin, la Chambre des communes rejette la motion de Herries par une majorité de 141 voix[66].

Le 19 juin, Lord Brougham soumet une résolution à la Chambre des lords visant à suspendre la loi du 25 avril jusqu'à ce qu'elle soit amendée afin de garantir qu'aucune personne ayant participé à la rébellion contre le gouvernement ne soit compensée. La motion est défaite à 99 contre 96[67].

Deuxième vague d'arrestations[modifier | modifier le code]

Le 15 août, le matin, arrestation de John Orr, Robert Cooke, John Nier fils, John Ewing et Alexander Courtney. Les hommes sont accusés d'être responsable de l'incendie du parlement. Tous sont libérés sous cautionnement sauf Courtney[68]. Le transfert de l'accusé du palais de justice à la prison ressemble à celui du 26 avril. Une foule, déterminée à délivrer Courtney, attaque l'escorte militaire qui accompagne sa voiture. C'est à la pointe des baïonnettes qu'on les repousse[68].

Un rassemblement se forme à la tombée de la nuit (après 20 heures), devant l'hotêl Orr, sur la rue Notre-Dame. On entreprend d'ériger des barricades de trois à quatre pieds en arrachant les pavés de la chaussée des rues Saint-Gabriel et Notre-Dame. Les autorités sont informées et un détachement du 23e régiment vient défaire le travail avant qu'on ait pu armer les barricades. Une partie des rebelles à l'autorité décide alors d'attaquer Lafontaine et Baldwin.

Le soir vers 22 heures, quelque 200 émeutiers attaquent la résidence du co-Premier ministre Lafontaine[69], qui est chez lui ce soir-là[70]. Vers 17 heures, il apprend qu'une rumeur court dans la ville à l'effet que sa maison sera attaquée. Vers 18 ou 19 heures, il envoie une note au capitaine Wetherall pour l'informer de cette rumeur. À peu près au même moment, des amis arrivent d'eux-mêmes pour l'aider à défendre sa propriété. Parmi ces personnes se trouvent Étienne-Paschal Taché, C.-J. Coursol, Joseph Beaudry, Moïse Brossard, Harkin, et quelques autres. Il y a échange de coups de feu. Les émeutiers retraitent avec sept blessés dont William Mason, fils de forgeron de la rue Craig, qui meurt de ses blessures le lendemain[69]. La cavalerie commandée par le capitaine Sweeney arrive en retard et manque toute l'action[71].

La presse des tories fait un grand cas du décès de Mason et le 18 août une grande procession funèbre déambule sur les rues Craig, Bonsecours et Saint-Paul et sur la place Jacques-Cartier, avant de se rendre au cimetière anglais[71].

Une enquête sur les circonstances de la mort de Mason est ouverte par les coroners Jones et Coursol. Lafontaine est appelé à témoigner devant jurés à l'hôtel Cyrus, sur la place Jacques Cartier, le 20 août à 10 heures. Alors qu'il se trouve à l'intérieur, des hommes répandent de l'huile dans l'escalier de l'hôtel et y mettent le feu. On évacue l'édifie et Lafontaine sort sous la protection d'une garde militaire[71].

Transfert de la capitale à Toronto[modifier | modifier le code]

Le 9 mai, Sherwood, député de Toronto, propose à la Chambre d'assemblée de déplacer la capitale à Toronto et à Québec, en alternance. Après débats au sein du parlement, la décision est prise de déménager la capitale de Montréal à Toronto. La proposition est adoptée à 34 contre 29[72]. Le 30 mai, le Parlement du Canada-Uni est prorogé jusqu'au 9 août par le général William Rowan sur ordre du gouverneur général Elgin qui ne veut plus sortir de Monklands[64]. Une proclamation du gouverneur fait l'annonce du déménagement le 14 novembre. Le parlement, qui est toujours prorogé, n'est convoqué à Toronto que le 14 mai 1850 pour l'ouverture de la troisième session du troisième Parlement du Canada-Uni[73].

Contrairement à Montréal, Toronto est une ville homogène sur le plan linguistique. L'anglais est la langue commune de tous les principaux groupes ethniques et religieux. Par comparaison, le Montréal du temps du gouverneur Metcalfe (1843-1845) se composait de 27 908 Canadiens[note 8] et 15 668 immigrants des Îles britanniques[note 9],[74],[75]. Le portrait est semblable dans l'ensemble du comté de Montréal[76].

Fouilles archéologiques (2011-2013 )[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son projet d'expansion, Pointe-à-Callière, Musée d'Histoire et d'Archéologie de Montréal, a entrepris de fouiller le site de l'ancien marché Sainte-Anne. Durant la campagne 2011, les fondations ont été mises au jour une première fois, ainsi que des milliers d'artefacts. Ceux-ci incluent plusieurs objets retrouvés dans la couche de l'incendie de 1849 dont des lunettes et un ensemble de thé. Lors de la poursuite des fouilles en 2013, les archéologues ont retrouvé les restes d'une dizaine de livres calcinés durant l'incendie. Les archéologues ont même été en mesure de déterminer que l'un d'eux était en français[77].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit de l'Acte pour pourvoir au paiement des réclamations provenant de la rébellion et de l'invasion dans le Haut-Canada, et pour approprier les droits sur les licences d'auberges à des usages locaux, 8 Vic., chap. 72
  2. Pour le Haut-Canada: Robert Baldwin (co-Premier ministre et procureur général), Francis Hincks (inspecteur général), Malcolm Cameron (commissaire adjoint des Travaux publics), Robert Baldwin Sullivan (secrétaire de la province), James Hervey Price (commissaire des terres de la couronne), William Hume Blake (solliciteur général)
    Pour le Bas-Canada: James Leslie (président du Conseil exécutif), Thomas Cushing Aylwin (solliciteur général), Louis-Hippolyte La Fontaine (co-Premier ministre et procureur général), René-Édouard Caron (président du Conseil législatif), Louis-Michel Viger (receveur-général) et Étienne-Paschal Taché (commissaire des Travaux publics), députés du Canada-Est, Leacock, p. 283.
  3. La résolution principale, qui concerne l'introduction d'un projet de loi d'indemnisation, est adoptée à 48 contre 23
  4. Au sujet de la masse cérémoniale utilisée dans la présente Chambre des communes du Canada, voir http://www.parl.gc.ca/information/about/process/house/report2005/ph7-f.htm
  5. MacNab était l'ancien Orateur de la Chambre, remplacé par Morin après la prise de pouvoir des réformistes car ce dernier était bilingue.
  6. Un nouveau marché Sainte-Anne, conçu par l'architecte George Browne, sera construit en 1851, sur le même site que l'ancien.
  7. Le comité spécial se compose de Boulton, Baldwin, Drummond, Merritt et Cauchon.
  8. 19 045 franco-canadiens, majoritairement catholiques et 8 863 anglo-canadiens, majoritairement protestants
  9. 3 161 d'Angleterre, 2 712 d'Écosse, 9 795 d'Irlande

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Coupal, « Le Parlement brûle ! », Montréal Clic, sur ville.montreal.qc.ca, Centre d'histoire de Montréal (Ville de Montréal),‎ 11 avril 2006 (consulté le 11 janvier 2009)
  2. Allin et Jones 1912, p. 19.
  3. Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada depuis le 28ème jour de novembre 1844, jusqu'au 29me jour de mars, 1845 [...], Montréal, L. Perrault,‎ 1845, 504 p. (lire en ligne), p. 313.
  4. Leacock 1907, p. 307.
  5. Royal 1909, p. 290
  6. a et b Leacock 1907, p. 308.
  7. Leacock 1907, p. 311
  8. Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada, depuis le 25me jour de février, jusqu'au 23me jour de mars, 1848 […], Montréal, E.J. Barker,‎ 1848, 462 p. (lire en ligne), p. 16.
  9. Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada depuis le 18e jour de janvier jusqu'au 30e jour de mai […], Montréal, L. Perrault,‎ 1849, 443 p. (lire en ligne), p. 95.
  10. Dent 1881, p. 153.
  11. Turcotte, p. 101.
  12. Johnson et Widgington 2002, p. 117.
  13. Deschênes 1990, p. 159.
  14. Johnson et Widgington 2002, p. 118.
  15. Turcotte, p. 101-102.
  16. Turcotte, p. 102.
  17. Royal 1909, p. 305
  18. Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada depuis le 18e jour de janvier jusqu'au 30e jour de mai […], Montréal, L. Perrault,‎ 1849, 443 p. (lire en ligne), p. 109.
  19. Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada depuis le 18me jour de janvier jusqu'au 30me jour de mai…, p. 143
  20. Bell 1999.
  21. Leacock 1907, p. 319.
  22. a et b Canada papers relative to the affairs of Canada, p. 23
  23. a et b Elgin et Walrond 1872, p. 82
  24. Lacoursière 1995, p. 46
  25. « s:fr:La disgrâce de la Grande-Bretagne consommée! »
  26. Deschênes 1990, p. 108
  27. a et b Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada depuis le 18me jour de janvier jusqu'au 30me jour de mai…, p. 262
  28. Deschênes 1990, p. 109
  29. Deschênes 1990, p. 110-112
  30. Deschênes 1990, p. 112.
  31. Deschênes 1990, p. 113.
  32. Deschênes 1990, p. 114.
  33. Royal 1909, p. 311
  34. Deschênes 1990, p. 93
  35. Deschênes 1990, p. 95.
  36. History of Montreal, p. 168
  37. Canadian scientists and inventors, p. 61
  38. Gallichan 1991
  39. Gallichan 1991, p. 318
  40. a et b Gouvernement de l'Ontario, « Histoire des édifices parlementaires de l'Ontario », Gouvernement de l'Ontario, 15 janvier 2009, consulté le 31 décembre 2009
  41. a et b Gallichan 1991, p. 92
  42. a et b Le Canada sous l'Union, 1841-1867, p. 112
  43. a et b Yvan Lamonde, « Faribault, Georges-Barthélemi », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, consulté le 31 décembre 2009
  44. ANQ, « La Bibliothèque de l'Assemblée nationale : L'historique », Assemblée nationale du Québec, 2004-08-12, consulté le 31 décembre 2009
  45. Appendice du huitième volume des journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada, depuis le 18e jour de janvier jusqu'au 30e jour de mai…, appendice SSSS.
  46. a, b, c et d Papineau 2007, p. 785
  47. Papineau 2007, p. 783
  48. Borthwick 1866, p. 182
  49. Deschênes 1990, p. 65.
  50. a, b, c, d et e Papineau 2007, p. 786
  51. Canada papers relative to the affairs of Canada, p. 24
  52. a et b Royal 1909, p. 312
  53. Leacock 1907, p. 324.
  54. Deschênes 1990, p. 66.
  55. Borthwick 1866, p. 178, 180
  56. Canada papers relative to the affairs of Canada, p. 6
  57. Earl of Elgin, p. 49
  58. Atherton 1914, p. 167
  59. Lord Elgin, p. 74
  60. Papineau 2007, p. 787
  61. Royal 1909, p. 315
  62. Elgin et Walrond 1872, p. 86
  63. Elgin et Walrond 1872, p. 87
  64. a et b Royal 1909, p. 319
  65. Leacock 1907, p. 327
  66. Lord Elgin, p. 78
  67. 1849 British Debate on the Rebellion Losses Bill
  68. a et b Berthelot et Massicotte 1924, p. 87
  69. a et b Berthelot et Massicotte 1924, p. 89
  70. Déposition à l'enquête du coroner sur la mort de William Mason, 20 août 1849, dans Louis-Hippolyte Lafontaine. Correspondance générale. Tome III., p. 169
  71. a, b et c Berthelot et Massicotte 1924, p. 90
  72. Royal 1909, p. 317
  73. Journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada depuis le 14e jour de mai jusqu'au 10e jour d'aout ...
  74. Deschênes 1990, p. 72
  75. Appendice du cinquième volume des journaux de l'Assemblée législative de la Province du Canada, depuis le 20me jour de mars, jusqu'au 9me jour de juin, 1846 + Sherry Olson, « Ethnic partition of the work force in 1840s Montreal », dans Labour/Le Travail, printemps 2004, consulté le 31 décembre 2009
  76. Statistique Canada., « 1844 - Recensement du Bas-Canada », Statistique Canada, 2009-09-09, consulté le 31 décembre 2009
  77. http://www.pacmusee.qc.ca/fr/actualites/decouverte-majeure-sur-le-site-de-fouilles-du-parlement-du-canada-uni

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

Ouvrages, articles

  • Jean-Paul Bernard. « Émeutes de Montréal », dans L'Encyclopédie canadienne. La fondation Historica, 2008.
  • David Mills. « Bill des indemnités », dans L'Encyclopédie canadienne. La fondation Historica, 2008.
  • Éric Coupal. « Le Parlement brûle ! », Centre d'histoire de Montréal, Ville de Montréal, 11 avril 2006
  • Alain Roy. Le Marché Sainte-Anne, le Parlement de Montréal et la formation d'un état moderne : un lieu d'échanges, des événements marquants, une époque charnière : étude historique, Montréal : Direction de Montréal, 93 f. [rapport présenté à l'Institut d'histoire de l'Amérique française pour le Ministère de la culture et des communications du Québec, Direction de Montréal]
  • Kirk Johnson et David Widgington, Montréal vu de près, XYZ editeur,‎ 2002, 156 p. (ISBN 9782892613278, lire en ligne).
  • J.-Jones Bell, « L'incendie de l'Hôtel du Parlement en 1849 », Bulletin de la bibliothèque de l'Assemblée nationale, vol. 28, no 1-2,‎ avril 1999 (lire en ligne) (disponible aussi sur Vigile.net) [traduction d'un article du Canadian Magazine,vol. XX, n° 6, April 1903, p. 501-507 par Marie Auger] (en ligne: source).
  • Jean Chartier, « L'année de la Terreur », Le Devoir,‎ 21 avril 1999 (lire en ligne).
  • Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec. de 1841 à 1896. Tome 3,‎ 1995 (lire en ligne), p. 41-58
  • Gilles Gallichan, « Notre désastre d'Alexandrie », dans Livre et politique au Bas-Canada, 1791-1849, Sillery, Septentrion,‎ 1991, 519 p. (ISBN 9782921114608, lire en ligne), p. 318.
  • Gaston Deschênes, Une capitale éphémère. Montréal et les événements tragiques de 1849, Sillery, Les éditions du Septentrion,‎ 1990, 160 p. (ISBN 289448139X, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Lacoursière, Claude Bouchard et Richard Howard, Notre histoire. Québec-Canada. Vers l'autonomie intérieure. 1841-1864, vol. 6,‎ 1965 (lire en ligne), p. 507-514.
  • Lionel Groulx. « L'émeute de 1849 à Montréal », dans Notre maître, le passé : (troisième série), Montréal : Librairie Granger frères limitée, 1944, 318 p. [paru dans Ville, ô ma ville en 1942]
  • Joseph Royal, Histoire du Canada, 1841-1867, Montréal, Beauchemin,‎ 1909, p. 525 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis-Philippe Turcotte, Le Canada sous l'Union, 1841-1867, Québec, Presses du Canadien, 92-1xx p. (lire en ligne), « II ». Document utilisé pour la rédaction de l’article

Témoignages et comptes rendus d'époque

  • Amédée Papineau, Journal d'un Fils de la liberté,‎ 2007, p. 781-801 [dates du journal: 29 avril au 21 août 1849] [reproduit dans Gaston Deschênes. Une capitale éphémère. Montréal et les événements tragiques de 1849, pp. 135-151] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hector Berthelot et Édouard-Zotique Massicotte, « Exploit des tories en 1849 — La mort de Mason — Incendies », Le bon vieux temps, Montréal, Librairie Beauchemin, vol. 2,‎ 1924, p. 87-91 [paru initialement le 11 mars 1885 dans La Patrie] (en ligne) [reproduit dans Gaston Deschênes. Une capitale éphémère. Montréal et les événements tragiques de 1849].
  • Alfred Perry. « Un souvenir de 1849 : Qui a brûlé les édifices parlementaires? », dans Gaston Deschênes. Une capitale éphémère. Montréal et les événements tragiques de 1849, pp. 105-125 [traduction de « A Reminiscence of '49. Who burnt the Parliament Buildings? », dans Montreal Daily Star. Carnival Number,, février 1887]
  • William Rufus Seaver. « Les confidences du marchand Seaver à son épouse », dans Gaston Deschênes. Une capitale éphémère. Montréal et les événements tragiques de 1849, pp. 127-134 [traduction de la lettre datée du 25 avril 1849, reproduite dans Josephine Foster. «  The Montreal Riot of 1849 », Canadian Historical Review, 32, 1 (March 1951), p. 61-65]
  • James Moir Ferres. Extra du 25 avril 1849 du quotidien The Montreal Gazette, [traduit en français dans Joseph Royal. Histoire du Canada, 1841-1867, Montréal : Beauchemin, 1909, p. 308-310] [reproduit dans Gaston Deschênes. Une capitale éphémère. Montréal et les événements tragiques de 1849, pp. 101-104]

Documents parlementaires

  • Province du Canada. Premier rapport des commissaires nommés pour s'enquérir des pertes occasionnées par les troubles durant les années 1837 et 1838, et des dommages qui en sont résultés, 1846 (en ligne)
  • Province du Canada. Rapport des commissaires nommés pour s'enquérir de la cause de l'incendie qui a détruit l'Hôtel du Parlement, le premier février 1854, et des circonstances s'y rattachant. Québec : Imprimerie de Louis Perrault, 1854. 59 p. (J.W. Dunscomb et Olivier Fiset, Écuyers, Commissaires, Geo. Futvoye, Écuyer, Secrétaire.)
  • Assemblée législative de la Province du Canada. Debates of the Legislative Assembly of United Canada, 1841-1867, Montréal : Presses de l'École des hautes études commerciales, 1970, volume 8 (1849).

Autres

En anglais[modifier | modifier le code]

Ouvrages, articles

  • Jean-Paul Bernard. « Montreal Riots », dans The Canadian Encyclopedia. La fondation Historica, 2008.
  • David Mills. « Rebellion Losses Bill », dans The Canadian Encyclopedia. La fondation Historica, 2008.
  • Josephine Foster. « The Montreal Riot of 1849 », Canadian Historical Review, 32, 1 (March 1951), p. 61-65 [1]
  • William Henry Atherton, Montreal, 1535-1914, vol. II, Chicago, S. J. Clarke,‎ 1914 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Stephen Leacock, Baldwin, Lafontaine, Hincks: Responsible Government. (Chapter X), Toronto, Morang & Co.,‎ 1907 (lire en ligne), p. 305-334.
  • George McKinnon Wrong. The Earl of Elgin, Londres : Methuen & Co., 1905, pp. 21-88 (Chapter II) (en ligne)
  • J. Jones Bell. « Burning of the Parliament Buildings at Montreal in 1849 », dans Canadian Magazine, vol. XX, n° 6, April 1903, p. 501-507
  • John Douglas Borthwick, History of the Montreal prison from A.D. 1784 to A.D. 1886: Containing a Complete Record of the Troubles of 1837-1838, Burning of the Parliament Buildings in 1849, the St. Alban's Raiders, 1864, the Two Fenian Raids of 1866 and 1870 [...], Montreal, A. Periard, bookseller, publisher and importer,‎ 1866 (lire en ligne), chap. XIV, p. 174-183
  • Joseph Edmund Collins. Life and Times of the Right Honourable Sir John A. Macdonald, Toronto : Rose Publishing Company, 1883, pp. 114-134 (Chapter VII) (en ligne)
  • Alexander Mackenzie, The Life and Speeches of Hon. George Brown, Toronto, Globe Printing Company,‎ 1882 (lire en ligne), chap. III, p. 18-21
  • John Charles Dent, The Last Fory Years; Canada Since the Union of 1841, vol. II, Toronto, G. Virtue,‎ 1881 (lire en ligne), « XXVI, XXVII, XXVIII », p. 143-155, 156-171, 172-191. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • William Henry Withdrow, A Popular History of the Dominion of Canada, Boston, B. B. Russell,‎ 1878 (lire en ligne), p. 406-412

Témoignages et comptes rendus d'époque

  • James Bruce Elgin et Theodore Walrond, Letters and Journals of James, Eighth Earl of Elgin, Londres, John Murray,‎ 1872 (lire en ligne), p. 70-99, Gutenberg.
  • James Bruce Elgin et Henry George Grey. The Elgin-Grey Papers, 1846-1852, J.O. Patenaude, Printer to the King, 1937
  • Alfred Perry. « A Reminiscence of '49. Who burnt the Parliament Buildings? », dans Montreal Daily Star. Carnival Number,, février 1887 (en ligne)
  • William Rufus Seaver. « Rev. Wm. Seaver to his wife, 25-27 April » dans Josephine Foster. « The Montreal Riot of 1849 », Canadian Historical Review, 32, 1 (March 1951), p. 61-65
  • James Moir Ferres. Extra du 25 avril 1849 du quoditien The Montreal Gazette (en ligne)
  • The Montreal Pilot. The Montreal Pilot Extra: Speeches and Papers Relating to Rebellion Losses, Montreal 26th February, 1849, Montreal : The Pilot, 1849, 38 p.
  • Portraits of Five Gentlemen: Who Were Unjustly Imprisoned by an Arbitrary Administration in Consequence of Presuming, at a Public Meeting, to Express Their Disapprobation of that Administration's "Indemnity Act," for Rewarding Traitors, and Putting a Premium on Rebellion, 1849 [2]

Documents parlementaires

  • James Bruce Elgin. Canada, Papers Relating to the Removal of the Seat of Government, and to the Annexation Movement Presented to both Houses of Parliament by Command of Her Majesty, 15th April,1850, Londres : W. Clowes and Sons, 1850, 24 p. (en ligne)
  • Legislative Assembly of the Province of Canada. An Act to provide for the Indemnification of Parties in Lower Canada whose Property was destroyed during the Rebellion in the years 1837 and 1838, 1849 (en ligne)
  • Province of Canada. First Report of the Commissioners Appointed to Inquire into the Losses occasioned by the Troubles during the Years 1837 and 1838, and into the Damages arising therefrom, 1846 (en ligne)
  • Province of Canada. Report of the Commissioners appointed to inquire into the cause of fire at the parliament buildings, on the 1st of February 1854 and the circumstances connected therewith., R. Campbell, 1854, 59 p.
  • Legislative Assembly of the Province of Canada. Debates of the Legislative Assembly of United Canada, 1841-1867, Montréal : Presses de l'École des hautes études commerciales, 1970, volume 8 (1849).
  • Parlement du Royaume-Uni. Hansard's Parliamentary Debates, Volume CVI (June 12 to July 6), Londres : G. Woodfall & Son, 1849, pp. 189-283 (en ligne)
  • British Debate on the Rebellion Losses Bill of Canada
  • Rebellion Losses Bill (Hansard)

Autres

  • Inconnu. « The Canadas: How Long Can We Hold Them? », dans The Dublin University Magazine, Volume XXXIV, No. CCI (September 1849), pp. 314-330 (en ligne)
  • A Canadian Loyalist. The Question Answered, "Did the Ministry Intend to Pay Rebels?": In a Letter to His Excellency the Right Honourable the Earl of Elgin and Kincardine, K. T., Governor General of British North America, &c. &c. &c., Montréal : Armour & Ramsay, 1849, 24 p. [Attribué à Hugh E. Montgomerie et Alexander Morris dans A Bibliography of Canadiana, Dent. The Last Forty Years, vol. 2, p. 143.]
  • George M. Allin et Jones, Annexation, Preferential Trade, and Reciprocity; An Outline of the Canadian Annexation Movement of 1849-50, with Special Reference to the Questions of Preferential Trade and Reciprocity, Westport, Conn., Greenwod Press,‎ 1912, 398 p. (présentation en ligne).
  • Richard Feltoe. A Gentleman of Substance/ The Life and Legacy of John Redpath (1796-1869), chapitres 8 et 9, pp. 75-88 (aperçu)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]