In the Loop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Looper.

In the Loop

Description de l'image  In the Loop.jpg.
Réalisation Armando Iannucci
Scénario Armando Iannucci
Jesse Armstrong
Simon Blackwell
Tony Roche
Acteurs principaux
Sociétés de production BBC Films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie noire
Politique
Satire
Sortie 2009
Durée 106 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

In the Loop est une satire britannique réalisée par Armando Iannucci, sortie en 2009. Le film est dérivé de la série télévisée The Thick of It, créée en 2005 par Iannucci.

Il décrit à travers une vision loufoque mais pleine d'observations réelles comment le camp des pacifistes a perdu la bataille de la guerre d'Irak. Le spin doctor Malcolm Tucker est inspiré d'Alastair Campbell, le conseiller en communication de Tony Blair entre 1997 et 2003[1].

« To be in the Loop » signifie en anglais « être dans le coup » ou « être au courant », en référence aux difficultés de communication et aux imbroglios du scénario.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À l'approche d'une éventuelle invasion en Irak, les services politiques britanniques et américains se sont lancés dans de complexes tractations diplomatiques.

Malcolm Tucker, directeur de la communication pour le Premier ministre britannique, dissèque comme chaque matin les interventions des membres du gouvernement dans les médias. Mais alors qu'il écoute celle de Simon Foster, ministre d'État au développement international, il entend celui-ci dire au détour d'une phrase que la « guerre est imprévisible ». Fonçant au ministère, il croise Toby Wright, le nouvel assistant du ministre, et dont c'est le premier jour au développement international. L'arrivée de Malcolm provoque une véritable tempête, et Toby fait rapidement les frais de ses phrases assassines, lancées aussi bien contre le ministre que contre lui même, ou contre la directrice de la communication, Judy Molloy. Les consignes sont claires : « il faut tenir la ligne politique, toute opinion divergente n'a pas lieu d'être, surtout de la part d'un ministre d'État ».

Une fois Malcolm reparti, Toby parvient à faire inviter Simon Foster au Foreign Office (ministère des affaires étrangères britannique) où il pourra assister au sommet britanno-américain en présence notamment de Karen Clark, sous-secrétaire d'État américaine à la diplomatie. Le sommet ne se déroule pas réellement comme prévu puisque Toby a oublié de prévenir Simon qu'il ne serait qu'un figurant dans la salle. Qu'à cela ne tienne, les journalistes attendant au dehors seront une bonne occasion pour Simon de suivre la ligne politique. Mais en voulant répondre de manière imagée et métaphorique, le ministre déclare que « pour marcher sur le chemin de la paix, il faut être prêt à gravir la montagne du conflit... » Aussitôt relayée en boucle par les chaines d'informations, sa nouvelle saillie lui vaut un torrent d'insultes de la part de Tucker qui hésite désormais à laisser Simon Foster participer officiellement au comité stratégique de Karen Clark à Washington DC.

Quelques jours plus tard, c'est cependant chose faite, et Simon s'embarque avec Toby pour l'Amérique, sans vraiment savoir ce qu'il va y dire, et qui va t-il réellement rencontrer. Sur place, Toby retrouve Liza Weld, l'assistante de Karen Clark déjà entrevue à Londres, et auteur d'un rapport particulièrement critique sur une intervention militaire au Moyen-Orient. Il divulgue par erreur l'existence du comité stratégique à la presse, le « comité de guerre » étant censé être secret, et bientôt la situation devient extrêmement confuse, tout le monde voulant désormais en être membre. Les protagonistes font à cette occasion la connaissance de Linton Barwick, sous-secrétaire d'État à la politique et fervent partisan de l'intervention militaire. Celui-ci fait tout pour court-circuiter Karen Clark et son allié, le général Miller, quitte pour cela à utiliser les paroles malheureuses de Simon, ou à modifier les rapports qui lui sont défavorables. Malcolm Tucker lui même, arrivé peu de temps après Toby et Simon, fait chou blanc à la Maison-Blanche, et se retrouve obligé de collaborer avec Linton qu'il déteste.

De retour en Grande-Bretagne, Simon Foster est rappelé à la réalité du terrain alors qu'il siège dans sa permanence du Northamptonshire. Le mur du local menaçant de s'écrouler, la presse s'empare de l'affaire et se déchaine contre le ministre. Pendant que Jamie Macdonald, l'assistant hystérique et colérique de Malcolm, prend l'affaire en main, Toby se fait prendre la main dans le sac par sa compagne suite à l'aventure qu'il a eu à Washington avec Liza Weld. Plus désunie que jamais, l'équipe se rend à Washington pour assister à la réunion de l'ONU qui doit valider le principe de l'intervention au Moyen-Orient.

C'est également l'heure des règlements de comptes puisque suite aux fuites, le document de Liza Weld se retrouve diffusé dans la presse. Les menaces de démission s'accumulent avec coups de théâtre et retournements de veste, et Simon Foster, pourtant farouchement opposé à la guerre, ne peut absolument rien face à la diplomatie de couloir et aux arrangements secrets. Pris dans la nasse, il ne peut empêcher l'intervention d'être votée et doit démissioner après que le mur de sa permanence se soit finalement. écroulé

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film est tiré de la série britannique The Thick of It, créée en 2005 par Armando Iannucci. La plupart des acteurs de la série apparaissent dans le film, mais Peter Capaldi est le seul à reprendre son personnage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]