In Tenebris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
In Tenebris
Auteur Maxime Chattam
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Michel Lafon
Date de parution 2003
Chronologie
Précédent L'Âme du mal Maléfices Suivant

In tenebris est un thriller écrit par Maxime Chattam, publié en 2003 aux éditions Michel Lafon.

L'histoire se déroule en janvier 2002 à New York et dans ses environs, pendant un hiver très enneigé. Une inspectrice de police et un détective privé, ancien policier, cherchent à percer le mystère de disparitions massives.

Ce livre, qui constitue le deuxième volume de la Trilogie du mal, remet en scène Joshua Brolin, personnage principal de l’opus L'Âme du mal.

Résumé[modifier | modifier le code]

En plein hiver 2002, une jeune femme traverse totalement nue en courant les rues de New York, comme si elle voulait fuir un danger imminent. Prise en main par la police, un examen médical montre qu’elle a été scalpée.

Spécialisée dans les disparitions, l’inspectrice Annabel O’Donnel mène l’enquête avec l’aide de son collègue et non moins ami, Jack Thayer. Très vite, ils repèrent le bâtiment où était retenue captive la malheureuse. Annabel s’y précipite, se retrouve confrontée au tortionnaire, Spencer Lynch, qu’elle blesse grièvement au cours d'une courte fusillade.

La fouille des lieux met au grand jour les clichés de soixante-sept personnes signalées disparues depuis les dernières années. Annabel comprend que son enquête ne fait que commencer, elle détient peut-être la clé d'une succession massive d'enlèvements.

Apparaît alors Joshua Brolin, à présent détective privé, engagé pour retrouver une jeune femme, Rachel Faulet. Celui-ci propose à Annabel de joindre leurs efforts dans leurs investigations qui révèleront peu à peu de macabres indices.

Les personnages[modifier | modifier le code]

  • Joshua Brolin : ancien policier spécialisé dans le profilage criminel, il est à présent détective privé. Engagé par le couple Faucet pour retrouver leur fille Rachel, il contacte Annabel O’Donnel, afin de proposer son aide dans l’enquête des disparitions massives. Joshua n’a pas changé : perspicace, tenace, celui-ci déploie des trésors d’intelligence dans sa traque des criminels. Joshua montre son côté séducteur : il charme Annabel et va rapidement s’en faire une véritable amie. Leur complicité grandissante leur permettra de surmonter leurs épreuves.
  • Annabel O’Donnel : inspectrice de police chargée des disparitions, celle-ci est hantée par la disparition de Brady, son époux, survenue un an auparavant, maintenant malgré tout l’espoir de le retrouver. Courageuse, parfois à la limite de l’inconscience, elle prend à cœur l’enquête qui la mène sur la piste d’un groupe de trois personnes qui ont bâti une véritable entreprise d’enlèvements de personne. Elle donne très vite sa confiance à Joshua, comprenant que ce dernier n’a que pour seul but de retrouver Rachel.
  • Jack Thayer : collègue et supérieur d’Annabel, dont il est très proche. Très compatissant envers elle depuis la mystérieuse disparition de son mari, il lui remonte le moral par ses plaisanteries et son comportement digne d’un grand frère protecteur. Il n’en reste pas moins un policier très efficace sur lequel Annabel peut en permanence compter.
  • Spencer Lynch : premier membre de la secte Caliban découvert par Annabel, alors qu’il avait enlevé et torturé Julia Claudio. Grièvement blessé par Annabel au cours d’une fusillade, il détient dans son misérable antre toute une série d’indices qui lance complètement l’enquête.
  • Julia Claudio : femme scalpée retrouvée dans les rues de New York, point de départ du roman. Traumatisée, elle ne sera malheureusement d’aucune aide pour Annabel.
  • Franklin Lewitt : prêtre de l’église d’où a disparu la jeune Meredith Powner. Interrogé par Joshua, il n’apporte rien à l’enquête, si ce n’est qu’il identifie Spencer Lynch. Nerveux, il garde pour lui l’étrange apparition de sang sur un des vitraux.
  • Michael Woodbine : capitaine et chef du commissariat (precinct) de police dont dépend Annabel. Homme autoritaire, il n’en couvre pas moins ses effectifs, même lorsque Annabel commet l’imprudence d’entrer chez Lynch.
  • Brett Cahill : inspecteur de police, il supervise les équipes qui investissent et fouillent les caches de Lynch et Shapiro. Il accompagne par la suite l’agent Keel, bien que n’approuvant presque pas ses méthodes.
  • Fabrizio Collins : inspecteur de police, chargé d’identifier les personnes photographiées.
  • Bo Attwel: inspecteur de police, formant le duo d’identification des victimes avec Collins.
  • Lucas Shapiro : le deuxième membre de la secte Caliban. Autrefois compagnon de cellule de Lynch, il travaille dans un abattoir, ce qui lui permet de couvrir ses macabres pratiques. Particulièrement cruel et sadique, il pousse sa sœur à étrangler une de ses victimes.
  • Janine Shapiro : sœur de Lucas, complètement à la merci de celui-ci. Interpellée par la police et longuement interrogée après la mort de son frère, elle finit par craquer et donne des informations à l’agent Keel. Employée dans l’église du père Lewitt, elle répandait le sang des victimes sur un des vitraux, en signe d’expiation.
  • John Wilkes : ancien pompiste à la retraite habitant la ville de Clinton en Pennsylvanie. Par l’intermédiaire de son ami Arnold McGarth, il orientera Jack et Annabel sur une nouvelle piste, celle du wagon où sont entreposés une soixantaine de squelettes.
  • Sam Tuttle : shérif du comté de Montague, il amènera Jack et Annabel à la voie ferroviaire sur laquelle se trouve le wagon macabre. Un homme qui prend très au sérieux son travail.
  • Mae Zappe : grand-mère d’Annabel, amatrice de vaudou, qui aidera Joshua en l’introduisant à la Cour des Miracles.
  • Nemek : accompagnateur de Joshua dans la Cour des Miracles, mandaté par Mae Zeppa.
  • Saphir : un bien brave chien découvert par Joshua en fouillant l’ancien temple de la secte Caliban, qui devient très vite son fidèle compagnon.
  • Niel Keel : agent du FBI, qui intervient sur la fin de l’enquête pour en obtenir seul les lauriers. Il mène l’opération d’encerclement de la maison de Robert Fairziak, au cours de laquelle ce dernier est abattu par les SWAT.
  • Robert Fairziak, dit « Bob » : le soi-disant chef de la secte Caliban, autrefois le tueur du marais, il est abattu lors d’une opération des SWAT.
  • Eric Murdoch : shérif de la ville de Philipsburg, le véritable Caliban, qui manipule et dirige les trois membres de la secte. Il tuera Jack Thayer pour capturer Annabel, avant d’être abattu par Joshua. Intelligent et cruel, cet homme se livre au cannibalisme en se disant victime de la société de consommation. Il a alors recruté Fairziak pour en faire le soi-disant gourou de la secte, lequel en fera de même avec Lynch et Shapiro.
  • Rachel Faulet : jeune femme enceinte que recherche Joshua. Elle est enlevée et séquestrée par Murdoch, elle est finalement sauvée par Joshua et Annabel.
  • Taylor Adams : adolescente de dix-sept ans enlevée puis envoyée par Murdoch avec une enveloppe qu’il a épinglée sur sa poitrine à l’attention d’Annabel.

L’histoire[modifier | modifier le code]

Prologue[modifier | modifier le code]

Un avion explose au-dessus du Colorado en avril 1997, tuant plus de trois cents personnes, dont Harvey Morris, agent du FBI. Morris était chargé de l'affaire dite du « tueur des marais », en Caroline du Nord, il voulait rencontrer Eric Murdoch qui habitait le même village que le tueur, Robert Fairziak. L’enquête est alors stoppée net.

Première partie (chapitres 1 à 7)[modifier | modifier le code]

Julia Claudio, jeune femme d’origine hispanique, court à perdre haleine dans les rues de New York comme pour fuir un danger imminent. Totalement nue, elle est retrouvée dans un parc. La police sur les lieux apprend qu’elle a été scalpée, un morceau de son crâne lui a été coupé.

Annabel O’Donnel est alors chargée de l’affaire. Épaulée par son collègue et ami Jack Thayer, elle découvre assez rapidement l’endroit où la jeune femme était retenue prisonnière : un vieux bâtiment en travaux. Elle s’introduit et y découvre une cache, dans laquelle elle se retrouve face à Spencer Lynch. Une fusillade éclate, Annabel blesse grièvement Spencer Lynch.

La fouille des lieux commence : soixante-sept photos de personnes diverses sont affichées sur un mur. Dans une baignoire flottent les restes de deux femmes. Enfin, sur un mur, un étrange psaume y est inscrit en latin, louant un certain Caliban.

Deuxième partie (chapitres 8 à 36)[modifier | modifier le code]

Faisant un lien entre sa propre enquête et celle d’Annabel, Joshua se présente à elle. Celle-ci le reconnaît rapidement, Joshua ayant fait la une des journaux après l’affaire Milton Beaumont à Portland. Elle accepte ainsi de l’aider et lui donne des informations sur les trois victimes de Spencer. Se mettant immédiatement au travail, Joshua n’établit cependant aucun point commun entre elles.

Prenant cette affaire de disparitions massives au sérieux, la police de New York se mobilise, dépêchant d’autres inspecteurs pour soutenir Jack Thayer et Annabel. Un nouvel indice est mis au jour : une carte postale à destination de Spencer Lynch. Il y est écrit un message initiatique à Lynch, le défiant de trouver dans la famille John Wilkes un certain JC115, dans un endroit proche du Delaware. L’auteur signe « Bob ». La police confirme que toutes les personnes sur les photos sont enregistrées dans le fichier des personnes disparues, certaines depuis plusieurs années. Tous sont des hommes et des femmes de tous âges et origines différentes. Enfin, l’examen médical de la survivante, Julia, indique qu’un étrange tatouage était écrit sur son épaule : 67 – (3).

Joshua se concentre alors sur la première femme enlevée par Lynch : Meredith Powner. Il retrace son emploi du temps du jour de sa disparition : elle se rendait souvent dans une église où elle était très appréciée de son entourage. Sur les lieux, Joshua interroge alors le père Lewitt, il apprend que Spencer s’asseyait toujours à la même place et ne rencontrait personne. Joshua attend alors d’être seul pour inspecter la place en question : il remarque des bouts de ruban adhésif sous un banc, indiquant que Spencer venait dans ce lieu de culte pour y chercher voire transmettre des messages.

Entre-temps, l’équipe d’Annabel identifie le motif de la carte postale, Boonton, ville minière de l’état du New Jersey. Cette même carte révèle des traces de verre utilisé pour la fabrication de vitrail.

Un nouveau et horrible meurtre est commis, le cadavre d’une femme gisant dans la neige est aperçu dans la ville de Larchmont, à proximité de New York. A la nuque de la victime, a été tracé un tatouage identique à ceux trouvés sur les personnes photographiées. Annabel et Jack se précipitent pour finalement confirmer ce qu’ils redoutaient : le corps a été mutilé. Mais un autre détail attire l’attention du coroner : des sarcomes de Kaposi, affirmant que la jeune femme avait le sida. L’analyse de ses parties génitales montre qu’elle a subi des violences sexuelles, l’autopsie confirmera même des actes de torture avant qu’elle ne soit étranglée par des mains de petite taille.

Larry Salhindro, ami de Joshua, l’informe que Lynch avait partagé sa cellule avec Lucas Shapiro, lequel est sorti de prison depuis pour s’installer à New York. Une nouvelle piste s’ouvre à Joshua qu’il exploite aussitôt en allant à sa rencontre dans un marché aux viandes. Shapiro ne se montre pas convaincant, éveillant puis amplifiant les soupçons de Joshua, lequel se conforte dans l’idée que Shapiro est bien lié à la secte Caliban. Joshua prévient alors Annabel que dès que Shapiro partira travailler le lendemain, il ira rapidement fouiller sa maison. D’abord réticente, Annabel écoute finalement son instinct d’inspectrice : la piste et les éléments de Joshua sont crédibles.

Le lendemain, Joshua met son plan à exécution, il s’introduit chez Shapiro, dont la propriété est composée d’une maison et d’un hangar, abritant un immense frigo où repose un cadavre humain. Joshua entre dans la maison et découvre que la sœur de Shapiro, Janine, vit sous la complète domination de son frère. Joshua met la main sur des cassettes audio qui ont enregistré les suppliques et les cris de personnes visiblement torturées par Shapiro, soulignant sa personnalité perverse et sadique. Joshua découvre une cache secrète dans laquelle sont fixées les mêmes photos que chez Lynch, preuve absolue que Shapiro est mêlé aux disparitions. Enfin, Joshua repère des notes manuscrites de Shapiro. L’une d’elles dévoile la hiérarchie de la secte dirigée par le mystérieux « Bob », Lynch et Shapiro étant ses lieutenants. Une seconde mentionne une facture concernant un temple.

Alors que Brolin fouille la maison, Annabel s’impatiente et décide d’entrer chez Shapiro pour enjoindre Joshua de sortir. Elle passe d’abord dans le hangar et y aperçoit le cadavre. Shapiro surgit mais ne parvient pas à neutraliser la détective, elle ouvre le feu, faisant fuir Shapiro. Entendant le coup de feu, Joshua sort immédiatement de la maison. Commence une véritable course poursuite dans les rues de New York, Joshua et Annabel se mettant en chasse de Shapiro. Ce dernier blesse légèrement Annabel, mais il est finalement abattu par Joshua lors d'un échange de coups de feu.

Une fois son cadavre trouvé, la maison de Shapiro est immédiatement perquisitionnée par la police qui croit qu’il a été abattu dans un règlement de compte. Les découvertes de Joshua et Annabel deviennent autant de preuves qui permettent à l’enquête de progresser. Janine est interpellée, mais elle s’enfonce dans un profond mutisme. La taille de ses mains la trahissent : c’est bien elle qui a étranglé la malheureuse junkie séropositive. Mais elle n’apporte rien aux enquêteurs.

Jack Thayer décide d’emmener Annabel avec lui pour rencontrer un homme nommé John Wilkes habitant à Clinton, en Pennsylvanie. Pompiste retraité, celui-ci dément avoir un membre de sa famille dont les initiales du prénom sont JC. Mais il fournit une indication : John Wilkes est le nom d’un train, lequel a été retiré du service depuis 40 ans, ce que confirme un de ses amis : JC115 signe le 115e kilomètre depuis la ville de Jersey City. Annabel et Jack se précipitent dans le comté de ce point, Montague, et demandent l’aide du shérif, Sam Tuttle, qui les y conduit, malgré les épouvantables conditions météorologiques. Ils arrivent non sans mal à ce point pour faire face à un wagon abandonné qu’ils ouvrent aussitôt : il contient une soixantaine de squelettes abandonnés, offrant un spectacle macabre de mort.

Troisième partie (chapitres 37 à 75)[modifier | modifier le code]

Au moment où Thayer et O’Donnel, horrifiés, tombent nez à nez avec le charnier dans le wagon, Joshua s’active toujours autant à New York. Il retrouve l’auteur de la facture manuscrite : il s’agissait d’un homme peu scrupuleux qui louait un entrepôt désaffecté à Shapiro dans le quartier Red Hook, qu’il va immédiatement visiter et inspecter. Il ramasse un petit bout de papier qui parle de la Cour des Miracles à New York, où s’est rendu Bob en compagnie d’une personne nommée Malicia Bents. Une silhouette bouge dans le dos de Joshua : il s’agit d’un brave chien totalement inoffensif, immédiatement adopté par le détective qui le baptise Saphir.

L’esprit secoué, Annabel revient à New York, elle est tirée de son sommeil par l’inspecteur Cahill. Il lui annonce qu’une jeune femme nue a été retrouvée non loin du wagon, une enveloppe destinée à Annabel épinglée à son mamelon. La jeune femme, Taylor Adams, avait été enlevée, elle a été libérée par Bob, son bourreau. Le message dans l’enveloppe est sans ambiguïté : il intime Annabel d’arrêter son enquête, sinon Bob exécutera les personnes qu’il détient. Il joint à ce message une photo d’une famille qu’il vient récemment d’enlever : un couple et leurs trois enfants.

L’identification des squelettes dans le wagon commence, certaines des personnes disparues en font partie. Joshua vit désormais dans la crainte que Rachel soit parmi elles, mais il ne relâche pas ses efforts, voulant identifier Malicia Bents. Son ami Larry lui confirme qu’elle est inconnue, mais elle est sous le coup de poursuites par l’US Postal, le service des postes américaines. Cette mystérieuse inconnue recevait des paquets qui contenaient des organes humains. Mais son expéditeur n’existait pas, tous les paquets étaient cependant expédiés depuis Phillipsburg.

Annabel rentre à New York, très fatiguée. Joshua lui parle de ses dernières avancées, Annabel lui propose alors de le présenter à Mae Zeppa, sa grand-mère qui semble connaître la Cour des Miracles. Joshua accepte et se rend chez elle. Mae Zeppa accepte de le faire entrer dans la Cour des Miracles, en le confiant à Nemek. Pendant ce temps, Annabel contacte le shérif Murdoch de Philipsburg pour y poursuivre son enquête. De nouveaux éléments indiquent que cette ville contient toute la clé de l’énigme : elle était le point de départ de l’ancienne ligne ferroviaire, les premières disparitions s’y sont d'ailleurs déroulées.

Retournant chez elle, Annabel découvre un peu plus tard qu’elle a été visitée pendant qu’elle se douchait. Le mystérieux Bob lui a laissé une cassette de caméscope, qu’il a enregistrée peu de temps avant, alors qu’Annabel se lavait. Il lui laisse un message avec des phalanges qu’il a coupées de la main d’un enfant, afin de se venger de la découverte du wagon.

Le FBI entre alors dans l’affaire, l’agent Keel en est chargé. Il se concentre sur Janine, qui finit par craquer. Elle indique que son frère avait eu un rendez-vous avec Bob, qu’elle n’a jamais vu. Keel fouille alors dans les affaires de Shapiro et découvre l’endroit de la rencontre, un bar à la ville de Montague. Bob est alors démasqué : Robert Fairziak, connu pour être le tueur du marais en Caroline du Nord. Un agent du FBI enquêtait sur lui, mais l’avion qui le transportait explosa en vol quelques années auparavant. L’intervention des SWAT se solde par la mort de Fairziak, qui avoue dans son dernier souffle qu’il avait mangé les personnes qu’il avait kidnappées. La fouille de la maison confirme ce fait macabre : une famille est prisonnière dans le sous-sol, un petit garçon ayant des doigts sectionnés. Il s’agit de la famille enlevée quelques jours plus tôt.

Guidé par Nemek, Joshua entre dans le labyrinthe des sous-sols de New York et parvient à la Cour des Miracles, lieu où nombre d’informations circulent tant qu’on y met l’argent. Il parvient à mettre au jour les véritables intentions de Bob : il vend des organes humains. Soudoyant un faussaire, Joshua découvre enfin qui est Malicia Bents : un homme déguisé en femme, qui plus est, travaille dans la police. Joshua comprend que Bob n’est pas le vrai Caliban, une quatrième personne se cache derrière lui. Toute cette affaire semble cacher un trafic d’organes humains. Caliban a littéralement manipulé ses acolytes en se faisant passer pour un dieu. Joshua saisit le sens du faux nom Malicia Bents, il s'agit d'un autre anagramme en anglais : « Caliban, it’s me ».

Joshua prévient alors Annabel, logée par le shérif Murdoch. Alors qu’elle raccroche, toutes les lumières s’éteignent, Annabel est subitement assommée. Elle reprend ses esprits dans un cachot, en compagnie de plusieurs autres personnes, les survivants des disparus.

Retournant ces nouvelles informations dans sa tête, Joshua comprend que la ville de Phillipsburg est bien la clé de l’affaire, notamment l’ancienne ligne ferroviaire. En cherchant sur Internet, Joshua apprend qu’un ancien musée ferroviaire utilisait le modèle de la carte postale envoyée à Lynch, mais ce musée a fermé, racheté alors. Lorsqu’il lit le nom du dernier acquéreur, son sang ne fait qu’un tour : le shérif Murdoch.

N’ayant plus de nouvelles d’Annabel, Joshua part aussitôt à Phillipsburg à bride abattue vers le musée, qui est bien le lieu de détention des personnes disparues. Murdoch, fier de sa nouvelle prise, explique à Annabel qu’il déteste la société de consommation telle qu’elle est. Il est alors devenu cannibale et a goûté à toutes les personnes qu’il a fait enlever par Fairziak. Ces personnes n’avaient effectivement aucun lien : il voulait goûter à des personnes de tout âge, d’origine ethnique différente d’où cet échantillonnage. Rachel Faucet est toujours vivante : comme elle habite dans la région de Murdoch, il avait appris qu’elle est enceinte. Il eut alors l'irrépressible envie de goûter à elle. Murdoch avoue non sans fierté que c’est bien lui qui s’est introduit chez Annabel pour la filmer et pour déposer les phalanges coupées du garçonnet.

Joshua arrive entre-temps au musée, découvre et s’empare de l’arme d’Annabel. Il voit alors les cellules des malheureuses victimes prisonnières et tombe nez à nez avec Murdoch qui manque de le blesser avec une pioche. Ils se retrouvent dans une pièce où est attachée Rachel, Murdoch pose son arme sur sa tempe. Annabel, enfermée dans une cellule derrière Murdoch, intervient de façon héroïque : elle passe son bras au travers des barreaux et saisit son tortionnaire par les cheveux. Joshua en profite immédiatement : il fait feu, sa balle traverse le crâne de Caliban qui s’effondre alors. Rachel et Annabel sont sauvées. Malheureusement, Jack Thayer est mort : il a été tué par Murdoch quelques secondes avant qu’il n’assomme Annabel. L’affaire est alors terminée, Annabel mentant pour couvrir son nouvel ami, Joshua : elle déclare que Caliban lui a avoué avoir tué Shapiro.

Annabel et Joshua se séparent alors à l’aéroport international de LaGuardia, le cœur lourd, tout en se promettant de se revoir. Une idylle prend forme entre eux. Beaucoup de choses les rapprochent, ils l’ont chacun compris pendant ces plusieurs jours de coopération.

Les deux personnages centraux de l’histoire : Joshua et Annabel[modifier | modifier le code]

Profondément meurtri lors du précédent épisode, L'Âme du mal, Joshua a quitté la police pour devenir détective privé. Il semblerait que la notoriété douloureusement acquise lors de l’arrestation de Milton Beaumont lui ait permis d’être connu. Ainsi, il apparaît dans cette histoire, engagé pour retrouver une jeune femme disparue aux alentours de New York. Il se présente directement devant Annabel O’Donnel pour lui proposer de joindre leurs efforts. Joshua a cependant évolué : il prend part à deux fusillades pendant lesquelles il ôte la vie de son adversaire, ce qui lui apporte un côté expéditif qu'on ne lui connaissait pas. La courte dispute avec Annabel après avoir abattu Shapiro souligne sa sensibilité... mais aussi sa maîtrise : il efface ses traces avant de fuir.

Annabel, femme d’origine afro-américaine, ressemble en plusieurs points à Joshua : elle souffre terriblement de la disparition de Brady, son mari (qui a été abattu par son collègue Jack Thayer dans le roman "La promesse des ténèbres") et n’a que son travail pour échapper à son fantôme, bien qu’elle conserve l’espoir de le retrouver. Courageuse, volontaire, elle sait s’entourer de bons amis, mais cherche invariablement quelqu’un à qui elle peut vraiment se confier. Bien que Jack Thayer soit son ami, il n’en reste pas moins son supérieur direct, ce qui dresse entre eux une barrière. Bien évidemment, c’est Joshua Brolin qui répondra à ce besoin.

Les nombreux points communs et leurs propres malheurs les amènent à se rapprocher et surtout à se soutenir. Brolin charme Annabel dès leur première entrevue, mais il se montre compatissant dès qu’il apprend le fardeau de sa collègue. La confiance de l’un envers l’autre ne cessera de grandir, si bien qu’ils se sauvent mutuellement. Annabel couvrira Joshua alors que celui-ci a abattu Shapiro au cours d'une fusillade, tandis que Joshua découvre la prison d’Annabel et la sauve d’un bien funeste destin.

Les petites attentions de Joshua envers sa nouvelle amie sont multiples : il la met sans arrêt au courant de ses découvertes, tout comme il la rassure souvent. L’épisode où ils se retrouvent à l’hôtel de Joshua est assez amusant : Joshua lui prépare un bain et lui fait monter une collation, tout en la poussant à se reposer ensuite.

Mais ils se séparent, chacun retrouvant sa solitude et ses fantômes… mais avec la ferme intention de se revoir.

Le cannibalisme[modifier | modifier le code]

Toute l’intrigue du roman repose sur le cannibalisme et l'anthropophagie. Eric Murdoch, qui est le véritable cerveau et meneur de la secte Caliban, s’inspire du tueur du marais Robert Fairziak, qui avait tué une vingtaine de personnes. Plutôt que de l’arrêter, il se rapproche de lui tout en lui avouant une admiration et lui propose de joindre leurs destinées. Un duo terrible naît, une longue série de disparitions commence : des enfants, des femmes, des hommes, tout les sépare : âge, origine ethnique, corpulence, rang social. Tous ne sont que de denrées alimentaires aux yeux de leurs deux bourreaux, convaincus que leurs différences permettraient sans doute d’isoler un archétype plus savoureux que les autres.

L’auteur utilise à merveilles cette horreur, sans cependant tomber dans le piège d’en faire trop. Cette atrocité est équilibrée par l’équipe d’Annabel et le duo que forment Annabel et Joshua. Lorsque Joshua questionne le faussaire Ed, la raison semble être un trafic d’organes… mais la vérité est bien loin pour le lecteur.

La société de consommation semble être montrée du doigt, notamment celle des États-Unis, réputée pour son gaspillage et ses excès. Eric Murdoch explique à Annabel son dégoût pour cette société, il préfère la viande humaine, lui donnant un sentiment de puissance, ce qu’il inspire réellement aux Shapiro et à Lynch.

Des affaires de cannibalisme ont défrayé la chronique :

  • En janvier 2006, la Suède est ébranlée par l’affaire Lennart Personn : cet homme est arrêté après avoir tué ses deux sœurs. Après avoir bu leur sang, il a mangé une partie du corps de l’une d’elles. La violence des deux meurtres fut équivoque : Anna Norell et Camilla Lifvendhal furent chacune poignardées par plusieurs dizaines de coups de couteau ;
  • En 2001, dans la ville de Rotenburg (Allemagne), un cannibale, Armin Meiwes, est arrêté après avoir tué une victime consentante pour manger son sexe. Il avait soigneusement découpé d’autres morceaux de son corps afin de les conserver ;
  • L’affaire Issei Sagawa suscita l’émotion en France en 1981 : ce Japonais d’une trentaine d’années tue une jeune néerlandaise, Renée Hartevelt, la découpe et la mange petit bout par petit bout.

Parmi les œuvres traitant du cannibalisme, vient au premier rang le film culte Le Silence des agneaux, oscar du meilleur film 1991. Le film est l’adaptation du livre de Thomas Harris mettant au-devant de la scène le personnage du docteur Hannibal Lecter, psychiatre cannibale.

Conclusion[modifier | modifier le code]

L'auteur signe un nouveau succès. Ne changeant nullement son style, à savoir des courts chapitres, alternant des évènements qui s'enchaînent rapidement avec des petits moments de répit. L'ambiance dans un hiver enneigé et très rigoureux alourdit l'ambiance.

Articles connexes[modifier | modifier le code]