Impact environnemental du transport routier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
À Shanghai, le smog est presque quotidien, et la voiture en est une des principales causes
L'automobile mue par moteur à explosion est source de nombreux impacts différés, via le réseau routier qu'elle nécessite notamment. Ce dernier est facteur de fragmentation écologique et paysagère (ici aux États-Unis)
Dans le monde, malgré les progrès de la motorisation, l'automobile joue un rôle croissant en matière d'effet de serre et de pollution de l'air
Le plomb, très toxique (facteur de saturnisme), est peu à peu interdit dans l'essence, mais pas partout.
Il persiste dans les batteries et dans les masselottes d'équilibrage de roues (ici trouvés sur les routes)
La vapeur d'eau rejetée par le pot d'échappement lorsque le moteur est froid est souvent utilisée pour symboliser les rejets polluants des véhicules à moteur. Elle est souvent acide et associée à divers polluants gazeux (COV) ou particulaires
Camion dont le pot d'échappement émet une épaisse fumée noire visiblement polluante. La cause de telles émissions est souvent un manque d'entretien du moteur.
L'apparition des filtres à particules, en complément du pot catalytique devrait contribuer à diminuer la pollution particulaire des moteurs diesels. Ils doivent être périodiquement régénérés par brûlage des suies, souvent avec l'aide de catalyseurs intégrés dans le filtre
En termes d'émissions globales, l'amélioration des moteurs et échappements est négativement compensée par l'accroissement rapide du nombre de véhicules en circulation.
En outre, des véhicules plus anciens et plus polluants circulent plus nombreux dans les pays pauvres et en développement

Les impacts environnementaux des transports routiers sont nombreux [1].
Ils regroupent les impacts directs et indirects (éventuellement des séquelles, par exemple du plomb dans l'essence) des véhicules (durant tout leur cycle de vie), et ceux des infrastructures routières. Ils sont locaux (ex : bruit) ou globaux (par exemple sur l'atmosphère planétaire, ce qui nécessite, comme l'a souhaité l'Union européenne, une approche harmonisée et une coopération inter-États, la pollution ne s'arrêtant pas aux frontières et certains pays étant victimes d'une position géographique faisant qu'ils sont traversés par des flux routiers internationaux[2]. L'exposition aux oxydes d'azote semble aussi problématique, mais pourrait peut-être en fait révéler une fragilisation précoce des poumons par les particules ultrafines [3]. Cette pollution à des effets différés, à moyen et long terme [4]

Les impacts concernent l'air, l'atmosphère planétaire et le climat et les microclimats, l'eau, les sols, la flore, la faune et la fonge, l'intégrité éco-paysagère, le bruit et la santé publique[5] (problèmes pulmonaires et cardiovasculaires[6] surtout, mais pas uniquement). L'exposition à la pollution particulaire automobile, comme le tabagisme, est un prédicteur de surmortalité [7] et de cancer de l'enfant[8].

Le plus connu du public est la pollution atmosphérique due aux gaz d'échappements, qui cause des maladies respiratoires et contribue au réchauffement de la planète[9].

Selon Jean-Marc Jancovici se basant sur les données de 1999 de l'IEA, le transport routier est responsable de 18 % de la production de CO2[10].

Principaux impacts[modifier | modifier le code]

Avec les appareils de chauffage domestique, l'automobile est devenue le principal responsable des smogs urbains, devenus chroniques dans les grandes capitales asiatiques.

Selon l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale (AFSSE), la pollution atmosphérique, liée pour près d'un tiers aux rejets polluants des voitures[11], serait responsable chaque année du décès de 6 500 à 9 500 personnes en France. Et dont le nombre de décès attribuables aux particules fines en 2002, dans la population urbaine de plus de 30 ans, par cause de mortalité, et pourcentage attribuable par rapport au nombre total de décès en 1999.

Début 2009, en France lors des pics de pollution de début 2009, l’exposition à 3 polluants de l'air (NO2,ozone et PM-10) a été « significativement » corrélée à une surmortalité [12]

4,9 % à 11 % de décès survenant dans cette catégorie d'âge [60-69 ans] sont attribuables à la pollution étudiée, à savoir celle due aux particules fines, dont le transport routier est le second émetteur [13],[14],[15] ce nombre de décès ne s'applique qu'au quart de la population française ; à savoir la population urbaine de plus de 30 ans. Le phénomène est donc sous-estimé lorsqu'on le présente ainsi. Les pourcentages attribuables (entre 5 et 10 %, selon les classes d'âge), seraient à privilégier puisqu'ils se rapportent au nombre total de décès.

Outre des impacts directs tels que la mortalité animale par collision avec les véhicules, les transports motorisés ont des impacts indirects (via les routes, la fragmentation écopaysagère et la pollution, dont la pollution lumineuse, les polluants émis lors des incendies de véhicules, ou certains accidents routiers) sur l'environnement. Certains polluants de l'air affectent aussi durablement la santé humaine, dont celle des centaines de victimes de saturnisme chronique (des enfants surtout [16],[17],[18]) ou de personnes porteurs des séquelles de saturnisme infantile dans les pays et régions où l'adjonction de plomb dans l'essence n'est pas interdite ou ne l'a été que récemment. Et d'autres impacts directs ou indirects sont probables ou émergents. Même une route non-fréquentée peut être fragmentante. Par exemple, l'escargot forestier commun Arianta arbustorum semble refuser de traverser une route imperméabilisée[19] ou même une piste non-imperméabilisée de 3 m de large[19], alors qu'il traverse sans aucun problème un chemin de 30 cm bien enherbé[19]. Les populations de cet escargot séparées par des routes goudronnées à circulation importante peuvent donc être isolées les unes des autres (fragmentation écopaysagère, fragmentation forestière)[19].

Les effets de cette fragmentation sont plus importants dans les paysages très anthropisés[20]. Beaucoup d'améliorations semblent possibles en termes de gestion restauratoire des accotements par exemple pour la flore et minimiser les fragmentations par des écoducs sur le réseau existant[20] et pas uniquement sur les nouvelles routes.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Avant même d’avoir roulé 1 mètre sur une route et d’émettre des gaz d’échappement pour une voiture fonctionnant à l’essence, au diesel ou de consommation d’électricité pour les voitures électriques, l’automobile aura déjà considérablement dégradé l’environnement, en énergie grise de par sa fabrication , par :

L’extraction des matières premières pour la fabrication de l’automobile :

Il faut également prendre en compte toutes les étapes de transports, qui sont source de pollution, qui va du transport des matières premières jusqu’aux usines de transformation des matières premières, puis le transport des produits transformés, jusqu’aux usines de fabrication des automobiles, et les transports des automobiles jusqu’aux lieux de ventes.

Rien qu’en France, la surface de quatre usines qui fabriquent des automobiles : Usine Renault de Flins, Usine PSA de Rennes, Usine PSA de Poissy, Usine PSA de Sochaux, représentent environ 2'000 terrains de foot. Toute usine, outre sa fabrication, a besoin de machines, d’outils, de mobiliers, d’ordinateurs, de papier, qui doivent eux même être fabriqués, transportés, entretenus et recyclés, ainsi que des besoins en électricité, chauffage, climatisation, eau, pour faire fonctionner l’usine. Parmi les principales étapes de fabrication d’une automobile, il y a : l’emboutissage, la tôlerie, la peinture, le montage (ajout du moteur, des sièges, pneus, boîte de vitesse, etc.).

Entretien et réparation[modifier | modifier le code]

L’entretien d’une voiture est également source de pollution et d’énergie. L’entretien concerne notamment le remplacement de : la Batterie au plomb, (une batterie est hautement toxique), des pneus, de l'huile moteur, du liquide des circuits de refroidissement et de freinage, du filtre à huile et des filtres à air, des balais d'essuie-glace, des plaquettes de frein, des ampoules. L’entretien concerne également le lavement de l'automobile et des produits de nettoyage qui y sont utilisés ainsi que le besoin d’électricité pour le passage de l’aspirateur.

Lorsque l’automobile a subi des dégâts à la suite d'un accident, il faut remplacer les parties cassées. L'électronique dans l'automobile, est aussi une source de maintenance et réparation, voire de remplacements.

Recyclage[modifier | modifier le code]

Automobile abandonnée
Automobile abandonnée

Quand les automobiles ne sont pas abandonnées dans la nature ou dans des décharges de voitures comme c’est le cas dans certains pays qui n’ont pas une politique de recyclage des automobiles, et qui, par la décomposition des éléments toxiques de l'automobile, mettent en péril les sols et les nappes phréatique, les automobiles subissent le recyclage d'une partie de ses éléments. Parmi les déchets dangereux, on trouve  : batterie au plomb, huile moteur, filtre à huile, liquide de frein et de liquide de refroidissement, , fluides de climatisation, éléments pyrotechniques utilisés dans les coussins gonflables de sécurité (« airbags ») ou les prétensionneur de ceinture, pneus, des pare-chocs, des pare-brise, des éléments de carrosserie[21].

En terme d’impact sur l’environnement, il est donc préférable pour l’environnement, de continuer à rouler avec une automobile d’une ancienne génération plus polluante, voire d’acheter une automobile d'occasion, tant qu’elle peut rouler, qu'elle fonctionne et qu'elle puisse être réparée, que de vouloir acquérir une automobile neuve, qui émettrait moins de Dioxyde de carbone, dans un souci illusoire d’écologie, car la fabrication d’une nouvelle automobile, est plus polluante, que de continuer à rouler avec une automobile déjà existante.

Polluants[modifier | modifier le code]

Ce sont tous les altéragènes biologiques, physiques ou chimiques libérés dans l'environnement par les moteurs, les pots d'échappement, la climatisation, le fonctionnement des véhicules ou issus de leur usure, construction et fin de vie. Pour de raisons pratiques, on les classe souvent en deux catégories :

ceux dont la mesure est obligatoire pour l'homologation des véhicules. Ils sont dits PPR (« polluants réglementés ») ;
les autres polluants, dont la mesure n'est pas obligatoire, et qui sont dits PNR (pour « polluants non-réglementés »).

Elle est liée au type de véhicule, à la qualité du moteur et à celle du carburant et des pots catalytiques ou filtres, à la charge transportée [1]. La vitesse est aussi un paramètre très important ; Ainsi quand Rotterdam a - en 2002 - limité (de 120 km/h à 80 km/h sur 3,5 km) et surveillé la vitesse sur la section de l'autoroute A13 traversant le quartier d'Overschie, les taux de NOx ont chuté de 15 à 20 %, les PM10 de 25 à 30 % et le monoxyde de carbone (CO) de 21 %. Les émissions de CO2 ont diminué de 15 %, et le nombre d'accidents de 60 % (- 90 % pour le nombre de morts), avec le bruit divisé par 2 [22]. Elle est aussi liée au type de conduite.

Le démarrage à froid est également source de pollution plus importante. Les redémarrages rapides aux stops et aux feux de signalisation routière tripleraient les émissions de CO2 aux carrefours urbains lorsque la circulation est peu fluide [23].

Polluants réglementés[modifier | modifier le code]

Oxydes d'azote (NOx)[modifier | modifier le code]

À l'origine des « pics de pollutions », les oxydes d'azote sont directement dangereux pour la santé humaine [24],[25]. Ils sont majoritairement émis par le secteur des transports, dont les véhicules automobiles, responsable de la Pollution de l'air. Ceci est particulièrement vrai pour les moteurs diesels dont les Pot catalytiques sont inopérants pour les NOx de Pot d'échappement. Les pots d'échappement libèrent ainsi dans l'air des radicaux peroxydés, en particulier de type peroxyacétyle, qui se combinent avec le NO2 pour former du nitrate de peroxyacétyle (appartenant à une « famille de molécules mutagènes mises en causes dans la pollution acide » affectant les poumons, mais aussi impliqués dans les phénomènes dits de « pluies acides » dégradant les forêts). L'acétaldéhyde et l'acétone présents dans l'air sont des précurseurs photochimiques du peracétylnitrate (PAN) [1]. Les nitrates, très solubles dans l'eau (et donc dans les eaux météoritiques) sont un puissant facteur d'eutrophisation de l'environnement.

En Europe, l'union européenne, les gouvernements et constructeurs, contrairement au Japon, n'accorde pourtant pas à ce jour une importance prioritaire à ce polluant dans la lutte contre la pollution automobile, mais concentrent souvent leurs discours sur le CO2 et le réchauffement climatique.

Dioxyde de carbone (CO2)[modifier | modifier le code]

Le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre, il n'est pas à proprement parler un polluant atmosphérique.

La quantité de CO2 produite par un moteur dépend uniquement de la quantité de carburant consommée (et du type de carburant) : la quasi-totalité des atomes de carbone contenue dans le carburant se transforme en CO2 (voir combustion). La consommation moyenne des véhicules neufs diminue de 0,1 litre par an depuis 1995, pour atteindre en 2005 environ (152 geq CO2/km en 2005), mais tous les véhicules n'étant pas neufs, un véhicule en circulation émettait en 2004 une moyenne de 208 grammes-équivalent (geq) CO2/km, selon l'IFEN, en France. Par contre les émissions par véhicule, à vitesses et conditions égales, sont plus importantes aux États-Unis (voitures plus lourdes et puissantes) ou dans certains pays pauvres (modèles anciens).[réf. nécessaire]

En 2004-2005, les automobiles émettant le moins de CO2 sont des voitures électriques, automobiles hybrides, GPL ou à Moteur Diesel[26] :

(Mais les Diesel émettent plus de particules cancérigènes que les voitures à essence [réf. nécessaire]). Mais par contre les moins émettrices de CO2 sont :

  • La Toyota Prius 75 (104 g/km) ;
  • La Daihatsu Cuore (109 g/km) ;
  • La Smart Fortwo ou City-Coupé à essence (113 g/km).

Les Ferrari 360 Modena et 550 Maranello atteignent respectivement 440 et 558 g, alors que la Bentley Arnage culmine à 456 g. Chez BMW, le 4×4 X5 (335 g) est devancé par la berline M5 (346 g) et le roadster Z8 (358 g). Une Lexus RX 400h, un véhicule tout terrain d'habitude critiqué pour des taux de CO2 importants, ne rejette quant à lui que 188 g, et cela grâce à l'utilisation intelligente et autonome de deux moteurs électriques combinés à un puissant V6 thermique essence (le « H » signifiant « hybride ») [réf. nécessaire]. Ces chiffres sont donnés pour des véhicules neufs, dont les performances peuvent se dégrader rapidement en cas de mauvais usage ou entretien.

En France, en 2005-2006, le total des émissions nationales de CO2 aurait diminué (de moins de 1 %), pourtant, celles induites par les voitures particulières ont augmenté de 17 % de 1990 à 2004, devenant responsables de 14 % des émissions françaises. Le transport par voiture et avion sont ceux dont l'usage augmente le plus : la distance annuelle parcourue par le parc automobile français a augmenté de 30 % de 1990 à 2004, malgré les hausses de prix des carburants. Le « budget transport » des ménages a quintuplé depuis 1960, représentant en 2005, 15 % du budget du ménage moyen (5140 €), devançant celui de l’alimentation (4980 €), alors qu'en 1960, il lui était 2,5 fois inférieur. [réf. nécessaire]

Dans le même temps, le parc de véhicules des ménages est passé de 27 à 30 millions de véhicules, dont l'âge moyen est passé de 5,8 à 7,6 ans[27]. 29,7 millions de voitures de particuliers et 5,5 millions de véhicules utilitaires légers, dont environ la moitié assure un usage de véhicule de particulier, circulaient en France en 2004, pour 47 millions de conducteurs qui roulent de plus en plus en raison de l’éloignement croissant entre l’habitat et le lieu de travail ou de loisirs et services. Le kilométrage annuel moyen était de 12.843 par véhicule en 2004.[réf. nécessaire] (ce qui est moins que les 15.717 km/véhicules légers en 2003 relevés en Belgique en 2003 [28]).

Le poids moyen des véhicules neufs vendus augmente : il est passé de 900 kg en 1984 à 1250 kg en 2004, pour une puissance moyenne gagnant 38 % en 20 ans, [réf. nécessaire] ce qui s'est traduit par une consommation accrue de ressources et plus d’émissions de GES lors du transport des matières premières et pièces lors de la fabrication et de leur utilisation. L'Ademe notait que 167 modèles émettant moins de 120 geq CO2/km étaient homologués en France en 2005, mais qu'ils n'ont concerné qu'à peine 15 % des ventes. Une comparaison entre deux voitures (le poids cité concerne la voiture la plus légère de la gamme C1 et de même pour les autres voitures):

  • La Citroën AX commercialisée à partir de 1986 pèse 640 kg et la Citroën C1 commercialisée à partir de 2005 pèse 790 kg soit 23 % de plus en 19 ans
  • La Peugeot 106 (1991) pèse 795 kg et la Peugeot 107 (2005) pèse 790 kg, la stabilité du poids est très rare en 14 ans
  • La Renault Clio I (1990) pèse 790 kg et la Renault Clio III (2005) pèse 1090 kg soit 38 % de plus en 15 ans
  • La Peugeot 405 (1987) pèse 1020 kg et la Peugeot 407 (2004) pèse 1400 kg soit 37 % de plus en 17 ans.

La climatisation augmente la consommation énergétique et utilise encore souvent des produits à risque pour l'ozone, ou à effet de serre. Elle concerne 38 % du parc automobile français (2004) et 70 % des véhicules neufs achetés (2003). En 2004, l’essentiel des émissions de HFC dues aux transports est imputable aux automobiles selon l'IFEN [29].

Vers 2005, l'automobile était devenue responsable d'environ un tiers des émissions mondiales de CO2, accusée d'être le principal responsable de l'échauffement de la planète, en raison de l'effet de serre qu'il provoque. Seulement, il ne faut pas oublier que les usines de toutes sortes, dont celles qui produisent les métaux et les biens d'équipement automobiles occasionnent un autre tiers des émissions de CO2 et le reste est dû à l'Industrie agroalimentaire[30].

L'Union européenne a engagé sur ce sujet une négociation avec les associations de constructeurs automobiles, au terme de laquelle ces derniers ont pris des engagements pour réduire les émissions polluantes des véhicules mis sur le marché. Les constructeurs se sensibilisent de plus en plus de l'impact écologique des automobiles: plusieurs proposent une motorisation hybride essence/électricité (Toyota, Honda, …). Le 21 août 2007, le constructeur nippon Nissan a annoncé que tous ses modèles seront désormais équipés d'une jauge d'efficience énergétique permettant l'optimisation de la consommation de carburant [31].

Certains pays taxent les véhicules les plus polluants. Certaines villes comme Londres réduisent la circulation par une Écotaxe à payer en centre-ville, quelle que soit la voiture. En Allemagne où selon L’ONG Deutsche Umwelthilfe la pollution de l’air tue prématurément 75 000 personnes par an, à Berlin, Cologne et Hanovre, depuis janvier 2008 les véhicules (mêmes étrangers) les plus polluants doivent se signaler par une vignette rouge, jaune ou verte et ont interdiction de circuler en centre-ville, l'absence de vignette coûtant 40 euros et le retrait d'un point du permis de conduire. Une vingtaine de villes allemandes pourraient rapidement adopter ce système (dont Stuttgart et Munich)[32].

La plupart des pays européens ont adopté le système de l'étiquette énergie CO2, système d'indexation éprouvé sur nos réfrigérateurs par exemple[33]. Cette étiquette est destinée à caractériser les véhicules neufs offerts à la vente en présentant la classe du véhicule sur une échelle s'étalant de A à G. La classification peut varier suivant les pays ; en France, elle est basée sur des valeurs fixes où par exemple la classe A correspond aux véhicules dont les émissions sont inférieures à 100 g CO2/km. Selon l'ADEME, la moyenne des émissions des véhicules neufs vendus en 2005 atteint 152 g/km de CO2, soit la catégorie D.

Dès le 1er juillet 2006, une nouvelle taxe s'ajoute au prix de la carte grise. Pour les voitures dont les émissions de CO2 sont supérieures à 200 g/km, est exigé le versement d'une taxe de 2 € par gramme jusqu'à 250 g/km. Au-delà, le tarif passe à 4 € par gramme de CO2. Cette taxe s'applique à la vente de véhicules neufs ainsi qu'à celle de véhicules d'occasion fabriqués après juin 2003.

À partir du 1er janvier 2008, une nouvelle Écotaxe fait son apparition qui remplace la précédente. Elle touche les véhicules neufs commandés à partir de mi-décembre 2007 et livrés en 2008, ainsi que les véhicules d'occasions achetés à l'étranger, et importés en France après le 1er janvier 2008. Dans ce dernier cas, la taxe est réduite de 10 % par année d'ancienneté du véhicule. Cette nouvelle taxe n'en est pas vraiment une car les véhicules peu polluants se voient offrir un bonus écologique, les taxes prélevées sur les véhicules les plus polluants servant à payer les bonus des véhicules propres.

Emission CO2 Prime / Malus
0 à 60g/km Prime 5000€
61 à 95g/km Prime 1000€
96 à 115g/km Prime 500€
116 à 125g/km Prime 100€
126 à 155g/km -
156 à 160g/km Malus 200€
161 à 195g/km Malus 750€
196 à 245g/km Malus 1600€
plus de 245g/km Malus 2600€

Paradoxalement, les véhicules considérés comme « verts » ayant des motorisations bi-carburant sans plomb / E85, ne bénéficient pas de la prime. Au contraire, ils reçoivent tous un malus car leurs émissions de CO2 sont relevées dans une utilisation au sans plomb.

Monoxyde de carbone[modifier | modifier le code]

La production de monoxyde de carbone (CO) par un moteur est due à une trop faible quantité d'air admis pour brûler l'essence injectée dans le cylindre avant la combustion. Le CO est un poison sanguin à faible dose, c'est principalement ce gaz provoque la mort lors des suicides par inhalation de gaz d'échappement. Un véhicule motorisé moderne aux normes, bien réglé et bien utilisé ne produit que d'infimes quantités de CO par kilomètre parcouru. Les systèmes d'échappement catalytiques ont beaucoup réduit ces émissions, mais contrairement à une idée répandue, ils ne stockent pas de particules de carbone, ni ne fonctionnent à froid (au démarrage) : il leur faut du temps pour « chauffer » et ainsi activer la catalysation.
De plus, avec le temps des particules de métaux lourds du groupe du platine (les catalyseurs) se détachent de leur support, et sont perdus en quantité significative [34],[35] avec les gaz d'échappement au fur et à mesure que les pots catalytiques vieillissent, ou quand les voitures roulent sur de mauvaises routes [36],[37],[38],[39],[40],[41],[42],[43].

Particules (des suies aux nanoparticules)[modifier | modifier le code]

Les véhicules émettent des particules en suspension (PM) qui sont essentiellement des hydrocarbures imbrûlés (HC). Ces particules sont classées selon leur diamètre ; des suies aux nanoparticules par ordre décroissant.

Les moteurs diesel émettent des particules d'imbrûlés (suies et particules plus fines), source de maladies respiratoires et de cancer selon des études épidémiologiques[44]. Diminuer la dépendance à l'automobile serait aussi un moyen d'améliorer la santé et le climat rappelait l'OMS en 2009[45].

Les imbrûlés provoquent chez l'humain, des affections des voies respiratoires et des allergies. Ils sont les autres précurseurs à la formation de l'ozone. En tant qu'hydrocarbures jouant le rôle de solvant, ils peuvent faciliter le transport d'autres polluants vers le sang via les poumons.

Les émissions de suies ont été grandement réduites grâce aux injecteurs à haute pression et aux filtres à particules. Ces derniers ont obligé à mettre sur le marché du gazole contenant moins de soufre, ce qui a diminué la pollution acide. Une amélioration serait d'y ajouter du carburant synthétique comme pour l'Audi R10 [réf. nécessaire].

Pour les émissions de particules, et le benzène, le transport routier est actuellement devancé par le bois énergie en France, mais en ville, il en serait la première source avec certaines chaudières[réf. souhaitée].

Émissions nationales de quelques polluants (% en masse) pour l'année 2011 (rapport SECTEN - avril 2013)[46]
PM2,5 PM1,0 HAP
Bois énergie 42,9 58,6 56,8
Transport routier 18,5 18,7 30,0
PM2,5 = particules fines, de taille inférieure à 2,5 µm - PM1,0 = particules très fines - HAP = Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques[47].
Selon le rapport SECTEN, le principal secteur émetteur de benzène en 2011 est le résidentiel/tertiaire (48,4% des émissions) en particulier du fait de la combustion du bois, suivi du transport routier avec 18,7%.
Les hydrocarbures aromatiques (HAP et benzène) sont véhiculés par les particules solides jusqu'au plus profond du système respiratoire[48].

Benzène[modifier | modifier le code]

Le plomb de l'essence permettait d'augmenter le taux de compression, par élévation de l'indice d'octane et il améliorait la lubrification du moteur. Trop toxique, il a été remplacé par des additifs contenant du benzène. Ce benzène n'est normalement pas rejeté après la combustion. Il est en revanche volatil lorsqu'il est exposé à l'air, comme pendant l'approvisionnement à la pompe.
Bien que cancérigène et mutagène, il est réputé présenter un risque négligeable pour l'automobiliste. Il augmente cependant le risque de cancer pour les travailleurs de l'industrie pétrolière, les pompistes et les personnes vivant au voisinage des stations-service.

Dioxyde de soufre SO2[modifier | modifier le code]

Dans les pays où le taux de soufre des carburants est peu ou pas limité, c'est un des principaux responsables des pluies acides.

Plomb[modifier | modifier le code]

C'est une pollution qui est en forte réduction dans les pays riches et dans tous les pays où le plomb est interdit dans l'essence. Néanmoins le plomb n'est ni biodégradable, ni dégradable ; il faut environ 20 ans pour l'éliminer de l'organisme (voir article saturnisme) ; et les séquelles neurologiques du saturnisme chez l'enfant peuvent perdurer toute la vie de l'individu.
Dans les pays et régions où l'adjonction de plomb dans l'essence n'est pas interdite, une large proportion (entre 65 et 99 % des enfants vivant des zones à risque, et environ 50 % même parmi ceux moins exposés) seraient intoxiqués au plomb de manière chronique[49]. L'introduction de l'essence sans plomb dans les pays développés s'est en effet rapidement traduite par une diminution environ de moitié de la plombémie chez les adultes citadins, pourtant moins sensibles à l'absorption de plomb que les enfants[50].

Polluants non réglementés[modifier | modifier le code]

Le contrôle de leurs émissions n'est pas obligatoire pour l'homologation des véhicules en Europe [51] ;

Pots catalytiques[modifier | modifier le code]

Les catalyseurs à trois voies des véhicules à essence (C0, NOx et HC) peuvent aussi perdre leur efficacité dans certaines circonstances ;

  • Ils ne fonctionnent pas à froid. De plus, des études ont clairement montré que la montée en température d'un moteur froid varie considérablement, tout comme la « durée des émissions de démarrage à froid (sur environ 6 km) » [52] et « les taux d'émissions excédentaires [52] » caractérisant les conditions de démarrage à froid, selon le type de véhicule et sa technologie, mais aussi selon « le comportement des conducteurs et le type de polluant considéré » [52].
  • Ils fonctionnent mal s'ils ont été « pollués » (les chimistes parlent d' empoisonnement du catalyseur) par un carburant qui ne leur convient pas (essence contenant des traces de plomb par exemple), par la production à haute température de phosphate de Cérium, qui inhibe la catalyse [53]. D'autres contaminants sont « naturellement » présents en faible quantité dans les pots catalytiques (P, Ca, Zn, Pb, Cr, Ni, Fe, Cd et Cu, et peuvent aussi affecter leur fonctionnement [53]).
  • Un véhicule léger catalysé émet proportionnellement plus de polluants quand il est chargé ou quand il tracte une lourde charge [54] ou
    quand le moteur est fortement sollicité, généralement en forte accélération ou à vitesse élevée. On parle alors de « phase débouclée du moteur ». Lors de celle-ci, du carburant est fourni en excès afin d'abaisser la température des gaz d'échappement et de protéger les pièces du moteur.
    [réf. nécessaire].
    Les directives et normes européennes [55],[56],[57] impose aux véhicules léger un test dit UEDC (Extra Urban Driving Cycle) qui a été ajouté après le quatrième cycle urbain ECE pour tester le véhicule à une vitesse plus élevée que celle autorisée en ville. Mais la vitesse maximale du cycle UEDC imposée par le test n'est que de 120 km/h (alors que 130 km/h sont autorisés sur autoroutes en France et bien plus sur certaines autoroutes allemandes)
  • Les véhicules motorisés, pour être homologués au regard des normes européennes de limitation de la pollution, sont testés sur bancs en conditions presque optimales, et leurs performances en conditions réelles[58] et notamment en conditions inhabituelles et plus encore en condition ou dégradées ne sont pas affichées par les fabricants. Par exemple, bien que l'UTAC soit en France équipée pour tester des véhicules en chambre climatique à des températures externes variant de -20 à +40 °C[59], pour l'homologation officielle, le véhicule doit être à une température de 20 à 30 °C au démarrage[59] (ce qui est très éloigné des conditions hivernales des régions froides ou tempérées). Durant les essais pour homologation, la climatisation du véhicule ne doit pas fonctionner (or, on l'utilise de plus en plus), et ce dernier ne doit pas être testé en condition difficile telles que fortes pentes ou grand froid [59] ou forte chaleur (conditions pourtant fréquentes dans une partie significatives de l'Europe, et lors des migrations estivales, en hiver vers la montagne et en été vers la mer) ; pour des raisons de standardisation et simplification, la norme européenne impose qu'avant l'essai, le véhicule ait séjourné dans un local où la température reste sensiblement constante entre +20 et +30 °C. Ce conditionnement doit durer au moins six heures et il est poursuivi jusqu'à ce que la température de l'huile du moteur et celle du liquide de refroidissement (s'il existe) soit à ± °C de celle du local. Ces essai ne sont pas représentatifs de ce qui se passe en période de canicule [59] où les véhicules sont souvent de plus surchargés lors des départs et retours estivaliers. Le test d'homologation impose que le véhicule ne soit pas chargé ni en situation de traction (par exemple d'une caravane), alors que des études ont clairement montré que le poids du véhicule influait considérablement sur ses émissions [54]). Et les seuls équipements en service dans le véhicule doivent être uniquement ceux qui sont nécessaires au fonctionnement du véhicule pour l'exécution de l' essai normalisé européen (utilisé pour homologuer tout véhicule depuis 1997...).

Inversement, une conduite économe et une circulation bien régulée [60] permet de diminuer les émissions unitaires (et la consommation de carburant)[61], par véhicule.

Forte modification des polluants[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début des années 2000, les comportements polluants des moteurs et l'efficacité relative des pots catalytiques étaient de mieux en mieux connus des autorités, mais uniquement en conditions standardisées de laboratoire ou de banc d'essai. Ils l'étaient moins bien en condition réelle de conduite urbaine, et moins encore en condition d'effort pour les moteurs (monter une pente, ou la descendre avec frein-moteur par exemple).
Faute de données scientifiquement étayées publiés par les constructeurs (de véhicules ou moteurs), et faute d'études indépendantes, d'importantes incertitudes persistaient encore au début des années 2000 concernant la relation entre les changements de la conduite (variation de vitesse du véhicule, et variations de puissance demandées au moteur par le conducteur) et les émissions de polluants automobiles [62].

Pour clarifier la question, des chercheurs de l'Université de Berkeley ont profité d'un long double tunnel autoroutier californien à 4 % de pente, où la vitesse diminue naturellement aux heures de pointe. Ils y ont mesuré en continu les émissions de CO, NOx et d'hydrocarbures non méthaniques (NMHC pour les anglophones) des automobiles, pour les étudier au regard de 2 facteurs : la vitesse et la puissance demandée au moteur, et selon que les voitures montaient ou descendaient la pente (Rem: en Californie où est situé ce tunnel, les pots catalytiques sont obligatoires depuis 1975). Les résultats ont confirmé que les tests d'homologation pouvaient assez fortement sous-estimer les émissions des véhicules en condition réelle [62] ;

- Pour les émissions de CO : Dans le sens de la descente, elles variaient de 16 à 34 grammes de CO par litre d'essence consommée. Mais elles doublaient dans la montée (27 à 75 g L-1).
À vitesse modérée, descendre ou grimer la pente se traduisait par une émission de CO comparable.
Le doublement d’émission de CO dans la montée, n’apparaissait que pour les véhicules roulant vite. Ces résultats étaient inattendus car la montée de la pente de 4 % se faisait avec un moteur sollicité à régime moyen [62]. Or, selon lors des test d'homologation et de certification des émissions, tels qu’imposés aux États-Unis ou en Europe (sur banc d'essai à rouleaux, en condition dite de « cycle urbain »), un moteur tournant à régime modéré émet bien moins de CO que ce qui était constaté dans lors de l'expérience.
- Pour les émissions de NOx : Contrairement aux observations faites pour le CO, la teneur en NOx des gaz d'échappement augmentait dans la montée, même à bas régime du moteur (par rapport à la conduite en descente). Les émissions de NOx augmentent plus fortement avec la vitesse du véhicule quand celui-ci monte, mais pas aussi fortement que n’augmente le taux de CO [62].
- Dans le sens de la montée  ; les émissions de CO et de NOx étaient à la fois des fonctions de la vitesse du véhicule et la puissance spécifique. Aucun de ces deux paramètre (vitesse, puissance) n'était à lui seul prédictif des émissions [62].
- Dans le sens de la descente (où se manifeste l’effet frein-moteur) : contrairement à ce qui se passe pour le CO et le NOx (selon cette étude), et contrairement aux résultats rapportés pour les NMHC antérieurement par Pierson et al. (Atmos. Environnement. 1996, 30, 2233-2256), les émissions de NMHC par unité de carburant consommé dans la descente ont été dans le tunnel plus de 3 fois plus élevé que les émissions de NMHC des véhicules gravissant la pente [62].
- L'unité de mesure  ; L’unité considérée pour les indicateurs a une importance : En périodes de pointe, les taux d'émission de CO et NOx variaient plus selon conditions de conduite du véhicule quand ils sont exprimés par unité de distance parcourue, plutôt que par unité de combustible brûlé. Inversement, les taux normalisé d'émissions de HCNM par rapport à la distance parcourue ont été à peu près constant dans la montée comme dans la descente [62].

Impacts environnementaux[modifier | modifier le code]

La construction d’une route a de nombreux impacts sur les espèces et leurs habitats :

Les impacts sont nombreux et complexes. Ils varient selon le contexte et sont atténués ou au contraire amplifiés selon la manière dont la route est positionnée, construite, gérée et surtout selon ses impacts secondaires. Ils ne sont pris en compte et qu'imparfaitement et depuis peu (La Loi française sur les études d'impacts ne date que de 1976).

Types[modifier | modifier le code]

Au début de l'apparition de l'automobile (ici à Cairns, en 1900), la plupart des routes étaient encore des chemin de terre damés ou empierrés. La circulation était rare et ces voies avaient probablement peu d'impact en termes de fragmentation écologique.
Route transeuropéenne E20 (ici au Danemark), très circulante et facteur de fragmentation écopaysagère
Les chantiers modernes ont un impact profond sur le sol et le sous-sol et sur les nappes superficielles
Construction autoroutière (en Allemagne). La technique du délai/remblai est facteur d'un morcellement supplémentaire d'une nature qui était ici relativement bien conservée.
Le passage en tunnel ou viaduc permet de conserver des continuums écopaysagers et de préserver certains corridors biologiques)
Le viaduc est coûteux, a un impact visuel important, mais il conserve presque aussi bien que le tunnel la continuité écologique des territoires, dont ici la rivière, sa ripisylve et les corridors forestiers (A2, Autriche, 2005).
Le tunnel, mieux que la tranchée couverte permet de conserver des zones de paysages intactes, mais il est plus cher à construire, à entretenir, et plus dangereux, qu'une simple route.
Des néo-milieux, tel ce talus, accueillent parfois des espèces pionnières devenues rares ou des orchidées. Une espèce de plante sur deux peut en France être trouvée sur des bords de routes. Une gestion différentiée peut les favoriser.
Malgré des efforts de paysagement et renaturation, bretelles et voies secondaires contribuent encore à fragmenter le continuum écopaysager (Allemagne, juin 2005).

La construction des réseaux routiers a de nombreux impacts sur les espèces et leurs habitats :

  • Consommation d'espace via les carrières de granulats et le transport de matériaux, puis destruction d'habitats par l'occupation de l'espace routier, les terrassements, le drainage, ou par modifications induites de l'usage du sol (remembrements, délocalisation d'activités..);
  • Consommation d'énergie fossile l'enrobé est composé de 4 à 6 % de bitume dont la fabrication nécessite un chauffage à 140 °C à 170 °C (700 MJ/tonne, selon l'USIRF). 1 km d'autoroute 2 x 2 voies couverte d'un enrobé de 20 cm (moyenne basse) consomme 35 tonnes de bitume et 10,8 tonnes d'équivalent pétrole pour sa fabrication. On teste depuis peu pour les enrobés un liant végétal et un enrobé utilisable à moindre température, consommant 20 à 25 % d'énergie en moins ;
  • Dégradation du milieu par les pollutions induites (par la fabrication de l'infrastructure, puis à cause du trafic routier, et aussi via l'usage des désherbants et du salage ou encore lors de chantier de réparation et entretien ou encore à la suite de pollutions accidentelles) ;
  • Mortalité de la faune (écrasée ou blessée par collision avec les véhicules ; c'est l' « effet Roadkill » avec par exemple en France environ 23 500 coûteuses collisions par an avec de grands ongulés ((« toutes voies et espèces confondues »), ce phénomène augmentant avec le nombre de grands ongulés : le nombre d'accident est ainsi passé en France d'environ 3 700 collisions au recensement de 1984-1986 à 23 500 collisions/an selon les chiffres disponibles en 2008 (soit environ 6 fois plus, taux corrélé à celui de l'augmentation des populations de cervidés) pour un coût qui atteindrait 115 à 180 millions d’euros vers 2005 ; voir l'article détaillé Roadkill)[64] ;
  • Mortalité animale par prédation augmentée en bordure des axes routiers par « effet-lisière » ou « effet de bordure » (un des effets de la fragmentation écologique, les lisières artificielles et bordures dégagées de routes favorisant la circulation et l'« efficacité » de certains prédateurs, tout en augmentant la vulnérabilité de leurs proies [65],[66],[67]
  • Modifications microclimatiques au-dessus et en bordure des routes ;
  • Pollution lumineuse portant atteinte à la diversité biologique en troublant les rythmes chronobiologiques fondamentaux synchronisés par l'alternance jour/nuit. De plus, l'éclairage routier est un piège mortel pour certaines espèces ou, au contraire, il repousse les espèces « lumifuges ».

L'impact sur la biodiversité vient surtout de la perte d'intégrité éco-paysagère induite par la fragmentation croissante du paysage. Ce morcellement est un phénomène récent et nouveau dans l'histoire planétaire du Vivant. Ses effets sont complexes et incertains sur le moyen et long termes, mais on observe déjà, entre autres, des effets de « barrières écologique », d'insularisation écopaysagère (diminution de la taille et du nombre des « taches » de nature + augmentation des distances entre ces « taches »), etc., au détriment de la diversité biologique.

Alors que les bermes routières (et les déplacements humains et de véhicules) favorisent la diffusion de quelques espèces ubiquistes invasives (Renouée du Japon, colza, éventuellement transgéniques par exemple, en Europe), la plus grande partie de la faune et une partie de la flore subissent un appauvrissement génétique ou finit par disparaître en raison de l'insularisation écologique induite par les routes et l'agriculture. On observe une diminution des espèces rares, endémiques ou spécifiques à un milieu au profit d'espèces communes, ubiquistes ou devenant invasives.

Une route et son fond-de-couche constituent une barrière infranchissable pour la quasi-totalité de la faune, y compris souvent pour des espèces capables de voler, et plus encore pour les organismes du sol. En effet, en modifiant très localement mais fortement certaines conditions du milieu telles que température, hygrométrie, luminosité, exposition au vent et aux prédateurs, tranquillité, nature du sol, etc.) chaque route et un milieu tout à fait hostile pour la plupart des espèces.

La circulation perturbe la faune riveraine et les migrations d'autres espèces que les oiseaux. Le bruit (dont ultra- et infrasons inaudibles pour l'humain), les vibrations, les odeurs ou l'éclairage piègent, alertent ou font fuir de nombreuses espèces parmi les reptiles, les amphibiens, les chauves-souris, etc. Pour les animaux qui osent traverser les routes, la mortalité par collisions est également un facteur important de perte de biodiversité[68],[69].

Bitume[modifier | modifier le code]

Le goudron frais présente une toxicité intrinsèque. En particulier, il émet des HAP soupçonnés d'être cancérigènes et/ou mutagènes. (Voir § « Toxicité, santé environnementale » de l'article Bitume)

Les routes et aires de stationnement occupent maintenant dans les pays développés une part considérable du territoire. Par exemple pour les seuls États-Unis, cette surface équivaut à la moitié de la surface de l'Italie.

Ceci a plusieurs conséquences environnementales :

  • Imperméabilisation: cette surface bitumée laisse ruisseler des eaux qui se chargent de divers polluants (dont de nombreux métaux et les sels de déneigement)[70] ,[71]
    Dans les pays riches, des bassins de rétention et des bassins d'orages accumulent ou pré-traitent les eaux très polluées qui peuvent y décanter avant de rejoindre le réseau hydraulique, mais l'eau ainsi interceptée n'alimente plus la nappe, contribuant aux inondations. Dans les pays pauvres, les eaux polluées gagnent généralement directement les nappes, marais, cours d'eau ou puits.
    Une partie des polluants passe néanmoins dans l'air (benzène, micro-particules..) mais retombe (en grande partie à 25–30 m du bord de route) et s'infiltre en partie dans le sol (métaux lourds) ou ruisselle avec l'eau pluviale.
  • Albédo et micro-climat : Au soleil, le bitume noir diminue très fortement l'albédo du sol ; Le goudron et la route accumulent de la chaleur, qu'ils restituent la nuit, contribuant à produire un microclimat de type aride, qui renforce la barrière écologique que sont les routes pour la microfaune, hormis pour quelques espèces (salamandres après la pluie ou reptiles qui sont attirés par la route pour s'y réchauffer, ce qui les rend plus vulnérables encore à la mortalité animale due aux véhicules.
  • Pollutions: Notamment lors des accidents, divers fluides (huiles, carburants, contenus de batteries, antigel, liquide de frein, mercure de contacteurs, etc.) s'infiltrent et polluent peu à peu et parfois gravement le sol et les nappes phréatiques. Lors d'incendie de véhicules ou de pneus, le goudron peut aussi brûler en émettant une fumée noire a priori toxique. Une réduction de certains risques serait possible par le remplacement par des systèmes électriques, une récupération de l'énergie dans un circuit de vapeur ou une meilleure efficacité et des produits moins toxiques. Le sous-sol des stations essences en fin de vie est généralement pollué. Ils peuvent en France à ce titre être intégrés dans les bases de données relatives aux sols pollués (BASIAS et BASOL).

Peinture routière[modifier | modifier le code]

La peinture routière a un impact sur l'environnement. Sur les routes, figurent des signalisations peintes sur le bitume, telle que ligne continue, ligne discontinue, ligne continue d'arrêt, ligne discontinue de « Cédez le passage » passage piéton, flèches, place de parc, etc. qui doivent être peinte et repeinte régulièrement après usure, à la suite du passage des véhicules. Outre la fabrication de la peinture, il y a la fabrication des récipients qui contiennent la peinture, qui deviennent ensuite des déchets après usage, la fabrication et l'entretien des machines qui répandent la peinture au sol, ainsi que les pinceaux.

Panneau de signalisation et feux de circulation[modifier | modifier le code]

La fabrication des Panneaux de signalisations routières, installés sur les routes, ainsi que la fabrication et l'entretien des feux de circulation ainsi que l'électricité qu'ils consomment, ont également un impact sur l'environnement.

Impacts secondaires[modifier | modifier le code]

Par leurs effets induits, les infrastructures routières bouleversent les paysages. Les routes sont en effet souvent suivies de remembrements ou encouragent une intensification de l'agriculture, la périurbanisation ou l'exode rural, conduisant à une artificialisation croissante du territoire, au détriment des écosystèmes ou agro-systèmes traditionnels. Ce phénomène est constaté jusque dans les forêts tropicales ou les routes présentées comme moyens de désenclavement et de développement sont sources d'accélération de la destruction des forêts. Au Brésil la BR-136 de 1770 km est surnommée autoroute du Soja. Les scieries s'y sont alignées au fur et à mesure que les grands et petits propriétaires ou des occupants illégaux coupaient la forêt en repoussant les populations amérindiennes au profit de monocultures de Soja. 80 % des déboisements amazoniens ont lieu à moins de 50 km d'une route. Les conséquences des routes sont encore plus destructrices que les routes elles-mêmes. La forêt de Guyane a sans doute été protégée par le fait que longtemps elle n'a eu qu'une seule route côtière (RN1) et aucun grand port. Elle dispose maintenant d'un axe routier transamazonien Est-Ouest (RN2).

Routes consommatrices de matériaux[modifier | modifier le code]

La construction et l'entretien des routes, même avec la technique de déblais/remblais, consomme des matériaux pour sa sous-couche (déchets toxiques plus ou moins bien inertés parfois), des granulats, des dérivés du pétrole (bitume, carburant, pesticides…), de la chaux hydraulique et/ou du ciment comme liant pour la couche roulante, ou pour les ouvrages d'art, etc. Leur production, leur transport et mise en œuvre par des engins lourds, le terrassement la pose des couches consomment de grandes quantités d’énergie, et émettent des polluants dans l’air, les eaux, les sols et génèrent des déchets (pour partie valorisables et plus ou moins valorisés). Des accords, décrets ou dérogation permettent à certaines industries (métallurgie, incinérateurs et centrales thermiques en particulier) de recycler certains déchets (stériles, crasses, mâchefers, cendres..) sous ou dans les routes, avec parfois certaines prescriptions (produits inertés, hors des zones inondables, humides ou habitées).

Impacts hydrauliques[modifier | modifier le code]

Les infrastructures routières sont le plus souvent imperméables. Le dessous des routes modernes est damé est stabilisé par mélange de terre et de chaux et ciment, constituant une épaisse semelle presque aussi dure que du béton. La route et sa semelle interrompent donc l'infiltration de l'eau vers les nappes et parfois la circulation horizontale des eaux de ruissellement mais aussi de la nappe superficielle. L'eau est de plus polluée dans son parcours sur les routes et à leurs abords, dont par le sel et le plomb relictuel de l'époque où l'essence était riche en plomb.

Les routes ont souvent fait l'objet de terrassements, accompagnés d'un drainage et de la création de fossés qui ont aussi modifié l'hydraulique naturelle ou antérieure des sites concernés, ainsi que les flux amont-aval. Les routes ont souvent exacerbé les inondations et sécheresses. Certaines routes ou la déforestation qu'elles ont imposées ou permises sont responsables de coulées de boues, d'effondrements ou de glissements de terrain. Les franchissements de cours d’eau se calibraient autrefois sur la crue centennale, mais les pratiques agricoles et peut-être les changements climatiques ont exacerbé la fréquence et la gravité des crues auxquelles les routes et ponts ne résistent pas toujours.

Poussière et aérosols d'origine routière[modifier | modifier le code]

En Amazonie et sur le plateau des Guyanes, le sol contient souvent et naturellement plus de mercure que la moyenne des sols tempérés. En saison des pluies, les routes latéritiques produisent de la boue, et en saison sèche beaucoup de poussière.
Les bas-côtés utilisés par les piétons, vélos, animaux sont en zone tropicale souvent également poussiéreux
Sur sol poudreux et sec, même la traction animale est source d'envols significatifs de poussière
Ici, en Gambie, en saison sèche les arbres sont rougis par la poussières latéritique jusqu’à plus de 5 mètres de hauteur (South river street, Gambie)

Une étude a estimé en France (A11 - Nantes - 24 000 véhicules/jour) qu'une autoroute de taille moyenne (25 000 véhicules/jour) produisait environ une tonne de matières en suspension par km et par an (1 km d'autoroute = 2 hectares), dont 25 kg d'hydrocarbures, 4 kg de zinc, 1/2 kg de plomb [72]; Le sablage et salage représentant lui un apport de matière de 5 à 10 t/km[72]. Une partie des polluants aériens sont retrouvés dans les eaux d'assainissement pluviales [73].

Dans les pays ou régions du monde où les voies ne sont pas asphaltées, les pistes sont de terre damée, empierrées ou recouverte de gravillon. Elles sont souvent drainées par des fossés ou surélevées pour échapper aux effets des pluies. Le passage de véhicules fréquemment surchargés y défonce le sol, provoquant dès qu’il fait sec d'incessants envols et réenvols de poussière. Ces envols de poussières sont bien plus important que ceux causés par le transport traditionnel (marche, traction animale, pirogue…). En zone de forêt tropicale et équatoriale humides, les routes sont presque toujours les axes qui permettent la déforestation et l'exportation des produits cultivés (ou élevés) sur des sols souvent fragiles et sensibles à l'érosion [réf. nécessaire]

Plusieurs effets inattendus de ce phénomène sont apparus, dont peut-être une contribution à la disparition des coraux : Ces derniers peuvent localement souffrir des retombées de poussières provenant des routes constituées de coraux morts concassés, mais aussi des retombées d'énormes quantités de poussières mises en suspension dans l'air à partir de l'Afrique saharienne et sub-saharienne ensuite transportées par les vents et qui retombent en mer très loin de leur source. Cette poussière peut modifier la turbidité de l'eau et inhiber le développement du corail en provoquant une maladie dite Maladie de la bande noire [74]. Aux Caraïbes et en Floride, les récifs coralliens meurent en lien avec ces aérosols (fig. 11.4 du Guide de Beucher [74]).
Des études ont aussi corrélé les envols massifs de poussières de zones arides et certaines épidémies, dont de méningite survenues au Sahel (Thomson, 2006 837) ; Ainsi, aux Caraïbes, 30 % environ des bactéries trouvées dans les aérosols désertiques peuvent communiquer une maladie aux plantes, animaux ou humains [74]. Le nombre d'asthmatiques sur les îles Barbades a été multiplié par 17 de 1973 à 2010, et les marées rouges observées au large de la Floride sont également corrélés avec de forts taux d'aérosols [74]. La voiture n'est pas directement à l'origine de cette poussière, mais les routes sont des axes majeurs de pénétration et d'exploitation de milieux autrefois extensivement utilisés par l'Homme (C'est autour des route et à partir d'elles que les déboisements se font, par le feu notamment, puis cultures sur brûlis, source de fumées, envols de cendres puis de poussière à partir des sols dégradés).

Ailleurs, la route, et les véhicules motorisés qu’elle supporte, sont une source locale - à la fois directe et indirecte - d’empoussièrement de l’air. Ceci est notamment vrai dans les pays où les routes sont peu goudronnées, mais pas uniquement. Les grandes villes dépensent des sommes considérables pour le nettoyage des surfaces supportant le trafic de véhicules et de leurs abords parfois (balayeuses, arroseuses, machines à aspirer, balayeurs...).

Nature et toxicité des poussières d’origine routière[modifier | modifier le code]

Elles forment dans l’air un mélange complexe de particules métalliques, minérales et biologiques, toxiques et pathogènes pour certaines. Les parts respectives de ces produits et leur composition varient selon les contextes, de même que la taille des particules.

La poussière routière contient :

  • des éléments végétaux ; ce sont notamment des pollens et fragments de pollens, des feuilles mortes et autres végétaux plus ou moins décomposés ou plus ou moins finement fragmentés), des spores de mousses et fougères, des microalgues, des graines tombées des arbres ou apportées par le vent ou l'eau, ou tombées des camions, chariots, etc.
  • des éléments d’origine animale ; ce sont d'innombrables minuscules fragments de cadavres d’insectes et d’animaux tués par collision avec les véhicules, des poils, plumes et squames provenant de diverses espèces d'animaux, ou encore des excréments (fientes d'oiseaux, crottins de chevaux, d'ânes, mulets, baudets, bouses de vaches sacrées là où ils circulent sur les routes, excréments de troupeaux voyageant sur les bords de routes, et dans certaines grandes villes, excréments de chiens...
  • des bactéries et quelques microorganismes, donc ceux participant à la décomposition de la matière organique présente sur les routes ;
  • des particules d’origine fongiques (moisissures, mycéliums et spores de champignons) ;
  • des particules métalliques (rouille, fragments métalliques, traces de nombreux métaux (notamment dans les zones industrielles et urbaines) [75] ;
  • des particulies minérales : La part minérale comprend des poussières et particules apportées par le vent, perdues par des camions non bâchés ou provenant des bas-côtés, dont une fraction de micro ou nanoparticules particules minérales.
    Ces dernières proviennent notamment de la dégradation du substrat routier (usure due au roulement) ou des bas-côtés, mais aussi de l’usure des pneus et des garnitures de freins ou d’autres pièces mobiles des véhicules ;
  • des hydrocarbures et corps gras perdus par les moteurs ;
  • des suies contenant aussi des hydrocarbures et métaux perdus par les pots d’échappement. Les suies contiennent habituellement du noir de carbone et environ 50 % d’ hydrocarbures (HAP) et traces de métaux.
  • une charge minérale provenant de l'environnement et de l'usure du substrat routier. Quand ce dernier est très dégradé et qu'on a utilisé utilisé des centres d'incinération, de centrales à charbon ou des déchets métallurgiques dans le fond de couche routière, les poussières sont susceptibles de contenir des métaux lourds et divers polluants (organochlorés par exemple). En montagne ou dans les pays froids, les pneus cloutés ou garnis de chaîne dégradent la couche superficielle des routes, parkings, etc. contribuant à l'empoussièrement estival des routes. En ville, de très nombreux fragments de verre cassé peuvent s'accumuler dans les anfractuosité de la route et être remobilisés lors des tempêtes ou de certaines formes de nettoyage (souffleuses notamment).

Une partie de cette poussière est soulevée et régulièrement remises en suspension par les turbulences induites par les véhicules [76],[77] ou par le vent lorsqu’il est important et que la route est sèche. Les poussières aériennes et aérosols routiers sont plus densément présents dans l’air quand il y a une route que quand il n’y en a pas. Ils sont plus présents encore quand cette route est fréquentée par de nombreux véhicules que quand elle ne l’est pas. Sous la pluie, ou si la route est mouillée, il n’y a plus de poussière en suspension dans l’air, mais elles sont alors en partie passées dans les « embruns » et les plus fines d'entre-elles peuvent former des aérosols aéroportés plus ou moins loin, et que l'on peut inhaler.

Partout où les véhicules sont nombreux et où les routes ne sont pas asphaltées, l’empoussièrement dû à la dégradation des chaussées et à la circulation peut être important.

À titre d'exemple, une étude scientifique conduite à Hyderabad en Inde (ville de 3.7 millions d’habitants en 2005) a montré que la poussière routière (PM10 et PM2.5, désignant respectivement les particules de moins de 10 et 2,5 microns) contribuait pour 33 % de la pollution totale de l'air de cette ville, soit presque autant que la pollution par les véhicules (48 % dans cette même ville, au moment de l’étude), le reste provenant de la combustion de biomasse et de charbon (cuisson, chauffage de l’eau…) [78],[79]. Toutefois dans ce cas, dans la poussière perdue par les routes non asphaltées, les poussières ultrafines étaient nettement moins représentées que les PM10 (19 à 30 % des PM10 de l’air provenaient des routes, contre « seulement » 5 à 6 % des PM2,5 plus dangereuses [79]). Cette étude a par ailleurs permis de montrer qu’en Inde aussi, les taux de platine, palladium et rhodium étaient très anormalement présents dans la poussière routière [80], bien qu’en moins grande quantité que dans les grandes villes occidentales [81],[82]. Les échantillons de poussière contenaient de 1,5 à 43 ng/g de platine 1,2 à 58 ng/g de palladium, et 0,2 à 14,2 ng/g de Rhodium [80]. Ces taux sont très supérieures à ceux du sol naturel puisque l’abondance des métaux du groupe du Platine dans la croûte terrestre est très basse ; inférieure à 1 ng/g [83],[84]) et ils étaient les plus élevés dans les échantillons de poussière des carrefours et près des feux de circulation et là où le trafic est important et irrégulier (par rapport aux voies faiblement circulées [80]. La corrélation des 3 métaux (Pt, Pd et Rh) et une association avec Zr, Hf et Y indiquent une origine commune qui ne semble pouvoir être que les pots catalytiques [80]. (dont on peut supposer qu’ils perdent d’autant plus de catalyseurs que les routes sont en mauvais état ou que les voitures roulent avec d’incessant freinages et accélérations, arrêts et redémarrages. Ces métaux platinoïdes sont de nouveaux contaminants de l’air, qui « s'accumulent dans l'environnement et suscitent des inquiétudes sur la santé humaine et les risques écologiques[80]. »

En outre, là où la circulation est importante, une partie importante de cette poussière peut être constituée de très petites particules (nanoparticules notamment [85],[86]) et d'allergènes en partie finement dégradés et donc susceptibles de profondément pénétrer les poumons.

Santé et sécurité[modifier | modifier le code]

Les autoroutes font l'objet de mesures particulières de sécurité routière, que les pays cherchent à homogénéiser.

En 1969, environ 200 000 personnes sont mortes dans des accidents de la route[87] et environ 540 000 En 2003[88]. Les jeunes conducteurs, piétons, cyclistes, enfants, personnes âgées sont particulièrement vulnérables. Selon une étude l'OMS publiée en 2009, les accidents de la route sont la première cause de mortalité des jeunes de 10 à 24 ans[89]. Le permis de conduire, les limitations de vitesse, la lutte contre l'alcoolisme, les contrôles, les progrès imposés aux constructeurs et des améliorations de conception du réseau routier visent à améliorer la sécurité routière.

On a commencé dans les années 1990 a mieux étudier (progrès méthodologiques[90],[91] notamment pour les études de cohorte, et grâce aux progrès de la mesure (métrologie[92])) les liens entre santé et pollution de l'air urbain, dont aux États-Unis où l'on observait une augmentation plus rapide de morbidité (cancers notamment) près des zone de trafic routier intense[93]. De même la mortalité augmentait dans les villes américaines là où le trafic augmentait[94]. En France qui a la particularité d'avoir une flotte diesel plus importante qu'ailleurs, et où l'essence plombée était cause avérée de problèmes de saturnisme [95] et peut le rester là où le plomb dans l'essence reste autorisé où là où il n'a que récemment été interdit [il faut environ 20 ans à l'organisme humain pour éliminer 80 % du plomb accumulé dans les os (les os fixent de 90 à 95 % du plomb absorbé) ; De nombreuses études ont montré dès les années 1970 que les agents de la circulation étaient fortement affectés par la pollution automobile. Par exemple, après 45 jours de travail aux carrefours routiers d'Alexandrie, les agents, comparés à un groupe d'ouvriers du textile du même âge et de même niveaux d'enseignement présentaient des plombémies très élevées, et des résultats moins bons aux tests psychomoteurs (dans cette étude la plombémie moyenne de ces agents était de 68,28 ± 13,22 µg/dl (soit plus de deux fois le taux maximal acceptable qui à cette époque et dans ce pays était fixé à 30,00 µg/dl[96]). Tous les symptômes neuro-comportementaux détectés chez ces agents pourraient être attribués au plomb [96]. Le taux de plomb sanguin des habitants a rapidement diminué dans les pays qui ont interdit le plomb dans l'essence, ce qui n'est pas le cas en Chine, et dans certains pays tels que le Nigeria où l'essence reste très plombée. Ailleurs, le benzène (mutagène et cancérigène) qui a remplacé le plomb, ou les métaux toxiques du groupe du platine perdus par les pots catalytiques, sont la source de nouvelles pollutions chroniques, qui peuvent affecter la santé.

La pollution automobile et routière est désormais reconnue comme une cause certaine de l'augmentation de certains cancers. En 2013, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) classe les particules fines diesel comme un cancérigène certain pour l’homme[44].

Par ailleurs, une étude européenne intitulée "CAFE CBA : Baseline analysis 2000 to 2020"[97] indique que les seules particules fines du diesel seraient responsables chaque année en France du décès de 42 090 personnes[98].

Au début des années 2000, alors qu'on observe un accroissement de certains cancers, grâce à d'importantes études de cohortes[99] conduites jusqu'en Suède[100] et Norvège[101], plus personne ne conteste l'importance de la circulation automobile comme étant l'un des facteurs majeurs de dégradation de la santé publique [102],,[103],[104] et des constats identiques sont faits dans toutes les grandes villes européennes[105],[106] grâce à de programmes de monitoring de la santé[107]. Résoudre ce problème impliquerait que les gouvernements fassent des choix forts en matière d'alternative au presque « tout-routier » comme le préconise le rapport Boiteux (2001) en France[108].

La santé reproductive peut aussi être affectée ; Une étude [109] récente a montré que la pollution automobile pouvait contribuer à la délétion de la spermatogenèse humaine ; Ainsi, les employés de péage autoroutier exposés aux oxydes d'azote produisent des spermatozoïdes en nombre normal, mais significativement moins mobiles et moins fécondants. Les sujets ayant le plus de plomb dans leur organisme avaient en plus des spermatozoïdes moins nombreux [109]. Les auteurs ont conclu que l'inhalation d'oxyde d'azote et de Plomb nuisait à la qualité du sperme [109]. La proximité de routes ou autoroutes augmente le risque de faible poids de naissance du bébé, et de naissance prématurée, avec en moyenne un temps de gestation réduit de 4,4 % (soit près de 2 semaines) pour les mères habitant à moins de 400 mètres d'une route fréquentée. De plus, les fœtus sont plus petits dans les zones de pollution atmosphérique[110].
Une étude a durant 2 ans (2004, 2005), à Los Angeles, porté sur 100 000 naissances issues de mères résidant à moins de 6 kilomètres d'une station de mesure de la qualité de l'air ; De 6 à 21 % de prématurés en plus ont été constatés chez les mères les plus exposées au carbone organique, carbone élémentaire, benzène et nitrate d'ammonium. Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP, tels que vapeurs d'essence ou fioul, contenus de gaz pots d'échappement ou de chaudières) augmente le risque jusqu'à 30 %. L'étude a bien montré que le nitrate d'ammonium (aussi issu des engrais chimiques) est aussi un facteur de risque de naissance prématurée, comme les PM 2,5. Une augmentation du risque d'asthme et d'autres problèmes, des maladies cardiovasculaires[111],[112], de l'autisme et d'autres effets sur la santé ont été notés chez personnes les plus exposées dans la zone la plus exposée, entre Long Beach à Los Angeles-Est[113].

Les cyclistes sont parfois très exposés, mais globalement en meilleure santé. On a montré[114],[115] à Ottawa (Ontario, Canada) que les cyclistes roulant les grands axes aux heures de pointe comptent parmi les plus exposés, présentant même dans ce cas des irrégularités cardiaques dans les heures suivant l'exposition à la pollution automobile (après une heure de vélo pour des cyclistes adultes et « en bonne santé »)[116]. Outre les particules[117], notamment issues des moteurs diesel[118] et l'ozone[119], les dioxides d'azote semble impliqué, au moins chez les personnes sensibles [120] dont les personnes âgées[121],[122]. En zone très polluée, des expositions brèves (quelques minutes à moins d'une heure) suffisent à déclencher des effets sub-cliniques[123]
Plus le cycliste est proche de l'échappement plus il risque d'inhaler des nano ou microparticules pouvant se loger profondément dans les poumons[124] (cause à long terme de crises cardiaques[125], asthmes et hospitalisations pour maladies pulmonaires[126]) voire passer dans le sang et traverser la barrière hémato-encéphalique en affectant le système nerveux[127]. En s'éloignant de l'échappement, les particules très fines tendant à former des amas de particules se longeant moins profondément et plus facilement expulsées avec le mucus pulmonaire, c'est pourquoi les pistes cyclables séparées de la route ou de petites barrières physiques peuvent améliorer la santé des cyclistes[127]. Une étude faite en 2010 aux Pays-Bas a montré que pédaler dur augmente le rythme et l'amplitude respiratoire et l'inhalation de particules. Souvent le cycliste est en outre exposé plus longtemps que les motards ou automobilistes pour un trajet équivalent en distance[127]. En s'additionnant, ces facteurs font que certains cyclistes sont soumis à une exposition élevée aux polluants. Pourtant bien que plus exposés, les études ne montrent pas clairement de risque accru d'inflammation bronchique chez les cyclistes, peut être en raison du caractère sportif de cette activité, laissant penser que les avantages l'emportent sur les inconvénients en termes de santé[128]. Une autre étude a même montré que les conducteurs automobiles avaient plus de problèmes respiratoires que les cyclistes et qu'ils sont finalement dans leur habitacle plus exposés qu'eux aux composés organiques volatils des gaz d'échappement, notamment en situation d'embouteillage et de « stop and go »[127]. Cependant l'exposition à l'air pollué aggrave la perception fausse que le vélo est plus dangereux que la voiture[129]. Les chercheurs encouragent la création de pistes cyclables hors des zones de circulation dense, surtout pour les enfants, les personnes âgées, les enfants et les mères enceintes. Une étude sur les pistes cyclables de Portland (Oregon) a montré qu'une séparation de la voie principale par des bacs végétalisés et pas seulement par une bande de peinture blanche a nettement diminué l'exposition des cyclistes à la pollution de l'air[127]. Une autre étude (belge) sur la pollution routière a montré qu'éloigner un vélo ne serait-ce que de quelques mètres de la route donne des différences mesurables d'exposition[127]. Les particules ultrafines se comportent un peu comme des gaz et proviennent surtout des pots d'échappements et de l'usure des pneus, des pièces mécaniques et de la route, ce qui explique que leur taux est relativement homogène sur les grands axes[130] ; leur taux ne diminue que qand il y a du vent et selon la température de l'air (stagnation en cas d'inversion atmosphérique, ou remontée dans la colonne d'air), alors que les particules plus grosses PM(10) sont plus fréquentes près des chantiers ou là où de la poussière est remuée et diminuent quand il pleut[130] ; On manque encore de données sur les effets de certains nouveaux polluants tels que les particules de platinoïdes ou d'osmium perdues par les pots catalytiques.

Les enfants sont comparativement aux adultes plus sensibles à la plupart des polluants. Et les scientifiques pensent de plus en plus que beaucoup de maladies respiratoires chroniques de l'adulte ont leur origine dans la petite enfance [131], certains enfants pouvant de plus être génétiquement plus vulnérables à la pollution. Les enfants vivant près d'une route fréquentée risquent plus que la moyenne de développer certaines pathologies (affections respiratoires notamment). En moyenne, plus ils vivent ou ont récemment vécu près d'une route fréquentée, plus leur débit respiratoire maximum est diminué, et plus ils font de dyspnée chronique [132]. Même si les jeunes enfantes ou personnes âgées[133] sont plus sensibles à la pollution routière, Plusieurs études ont montré que le système cardiovasculaire de jeunes adultes en bonne santé étaient également affectés par la pollution particulaire [134].

Depuis les années 1980, la pollution automobile a évolué en quantité et en qualité ; le plomb a fortement diminué dans l'air, mais le benzène, l'ozone, les NOX ont augmenté, et de nouveaux métaux sont récemment apparus (platinoïdes des catalyseurs perdus par les pots catalytiques). Des modèles de dispersion de la pollution permettent maintenant de croiser des données sur le trafic et ses conditions, avec la topographie, la météorologie locale et la pollution de fond. Modélisée avec précision, la pollution de l'air urbain est effectivement corrélée au risque d'allergie et d'asthme infantile ; une étude française a porté sur 6 683 enfants de 9 à 11 ans (n'ayant pas déménagé durant les 3 ans précédant l'étude et fréquentant 108 écoles choisies au hasard dans 6 collectivités françaises). Pour ces enfants, l'asthme était significativement associé à l'exposition au benzène, au SO2, aux PM10, aux oxydes d'azote (NOx) et au CO. Les cas d'eczéma (sur la durée de vie, comme dans la dernière année) était significativement positivement associés au benzène, PM10, NO2, NOx et de CO. La rhinite allergique était associée (pour la durée de vie) aux PM10, alors que la sensibilisation aux pollens était associée à l'exposition au benzène et aux PM10. Dans ce panel, pour les 2 213 enfants ayant vécu au même endroit depuis leur naissance, le risque d'asthme était surtout associé au benzène, alors que le risque de sensibilisation aux pollens était associé à une exposition accrue aux COV (composés organiques volatils]) et aux PM10 [135].

La population étant de plus en plus urbaine, elle est plus exposée à la pollution routière et en particulier à la pollution particulaire. Au début des années 2000, on estimait que la seule exposition aux microparticules en Europe (UE-25) y réduisait l'espérance de vie moyenne de neuf mois, ce qui est un impact comparable à celui des accidents de la route [136]. Diminuer la pollution automobile aurait d'importants bénéfices pour la santé[137] en Europe, comme aux États-Unis[138] et sur d'autres continents.

Routes et paysages[modifier | modifier le code]

Ici (Danemark), l'aménageur a cherché à préserver la continuité écologique de la zone humide traversée par la route

La route entretient une relation ambiguë et parfois paradoxales avec le paysage. Le paysage est de plus une notion qui a d'ailleurs beaucoup évolué depuis deux siècles.
Les infrastructure de transport transforment et fragmentent les continuums écopaysagers, pour mieux le faire découvrir. Ainsi, au XVIIIe siècle, la route a participé à une nouvelle approche du « paysage » avec la création de « routes pittoresques », routes de montagnes et autres « corniches »... On a depuis créé les autoroutes des estuaires, les routes du vin, la voie sacrée de Verdun, etc. en mettant en scène pour le voyageur l'espace qui s'offrait à lui. Localement, on éclaire de nuit des falaises, des rochers ou les arbres. Ailleurs, ce sont des successions de plates-bandes et de ronds-points fleuris ou « paysagés ».

Selon l'époque ou ses concepteurs-aménageurs, la route tranche, s'affiche ou au contraire cherche à se fondre dans le paysage qui serait le produit de la nature et/ou du travail de l'homme : rizières, cultures en terrasses, bocages et chemins creux, « haies »... Pour certains, les routes modernes « défigurent » le paysage, pour d'autres elles en sont un élément devenu incontournable, y compris au sens propre, ajoutent les écologues, pour les animaux qui trouvent là un réseau croissant et de plus en plus densément maillé de barrières écologiques.

Coûts[modifier | modifier le code]

Cette pollution a des couts humains et sanitaires, qui ont aussi une traduction économique. Ainsi en Europe, l'AEE a estimé en 2012 que malgré les progrès de la motorisation et des pots catalytique, le nombre de véhicules et de kilomètres parcourus a tellement augmentée que « La pollution due à la circulation reste nocive pour la santé dans de nombreuses régions d'Europe »[139] en 2013 que la seule pollution émise par les camions coute environ 45 milliards d’euros par an à la collectivité en termes sanitaires [140]. La tarification routière pour les poids lourds pourrait mieux intégrer ces effets selon l'Agence, avec des taxes plus élevées pour les camions plus polluants et un meilleur report modal et transport intermodal[140].

Route et développement durable[modifier | modifier le code]

Le développement continu et privilégié du réseau routier semble atteindre ses limites notamment avec l'engorgement des grands centres urbains et des grands axes interurbains dans le monde entier. Ce modèle routier est de plus en plus présenté comme incompatible avec le développement durable. Il fait dans le monde l'objet d'investissements très supérieurs à ceux mis en place pour le train, la voie d'eau. Dans le cas français, l'investissement dans le domaine routier représente les 2/3 de l'investissement total dans les transports [141]; à l'opposé, l'investissement ferré (passagers et marchandises) représente moins de 1/4 des investissements. Tous les pays riches en infrastructures routières, en canaux et moindrement ferroviaires sont concernés. En 2011, pour l'Agence européenne de l'environnement (AEE)[142], la fragmentation écologique par les routes est l'une des premières causes de régression de la biodiversité en Europe ; fortement aggravée depuis le début des années 1990, avec de graves conséquences pour la faune et la flore.
L'AEE appelle à multiplier le nombre d'écoducs, y compris sur les routes anciennes pour permettre aux animaux de se déplacer. L'AEE recommande aussi de détruire des routes anciennes ou dont le trafic est en baisse, plutôt que d'en construire de nouvelles... au profit du train et d'alternatives. L'Agence européenne recommande aussi de planifier des contournements près des zones faunistiquement importantes au lieu de continuer à construire des routes et voies ferrées les unes à côté des autres[142].

En dépit de l'augmentation des prix de l'énergie et du temps perdu dans les embouteillages, les alternatives au « tout-routier » peinent à se développer dans un monde depuis 50 ans conçu pour favoriser la voiture et le camion, où les vrais coûts économiques, sociaux et environnementaux du transport ne sont pas mesurés. La route représentait encore en 2005 une part importante du déplacement des biens et personnes, parfois sans alternative à court terme. Une partie du monde économique et politique considère encore la voiture comme nécessaire au développement économique (le troisième pilier du développement durable) si l'on évolue vers la voiture propre [143], ce qui ne règle pas la question des routes en termes de fragmentation écologique.

Une partie non négligeable des déplacements ne semblent pas envisageables à court terme par d'autres modes de transport, notamment si l'on se réfère au coût des infrastructures nécessaires. En revanche, des progrès sont faits et peuvent se poursuivre en termes d'intermodalité, de transport urbain, ou de maîtrise de la périurbanisation et de soutien au vélo. Des projets de villes HQE, de villes ou quartiers sans voiture, ou le transport en commun gratuit sont localement expérimentés ou en projet, mais restent rares.

C'est aussi l'usage que l'on fait de la route qu'il faut revoir : le transport en commun par bus nécessite une route, mais il est l'un des meilleurs en termes de « rendement » énergétique. Il peut même tendre vers un « transport propre », certains modèles de bus étant fabriqués pour fonctionner avec des énergies moins polluantes (électricité grâce aux batteries qu'on peut retrouver dans des bus électriques ou des bus utilisant le gaz naturel ou encore le GPL). Le covoiturage est aussi une des bonnes pratiques de plus en plus encouragée.

Information en temps réel et prospective[modifier | modifier le code]

En 2012, 8 villes françaises disposent d'une plate-forme de modélisation fournissant des cartes (16 cartes pour Lille pour le jour même, le lendemain et le surlendemain, avec une maille jusqu'à 15 m sur 15 m) de prévision par polluants à partir des mesures enregistrées par les stations de mesure, la météo et les modèles nationaux et régionaux. Dans certains cas, un outil de zoom permet de connaître les taux probables, l'indice de la qualité de l’air voire d’identifier les sources probables de pollution.

Perspectives[modifier | modifier le code]

Le développement routier a crû de manière exponentielle sur la Terre depuis la fin du XIXe siècle, facteur d'un développement qui ne semble pas durable car générant de graves problèmes de réchauffement climatique, pollution de l'air, santé et sécurité. Dans les pays émergents, les routes sont facteurs de déforestation, de braconnage et sur leurs bords les animaux de bât et le bétail sont souvent victimes de collision avec des véhicules. Sans que cela ait été l'intention de leurs concepteurs, les routes contribuent de fait au pillage des ressources naturelles et notamment à l'épuisement du pétrole.

Il est très rare qu'on détruise des routes au profit d'un autre mode de transport, mais un concept de routes dites HQE (c'est-à-dire de Haute qualité environnementale) semble émerger (en France avec le CSTB, sur une idée lancée par le Conseil général du Nord), après que quelques opérations de défragmentation écologique par construction d'écoducs aient (parfois vainement) tenté de réduire leur impact. Ces mesures sont encore rares et compensatoires, plutôt que restauratoires. Le mouvement Carfree vise notamment à traiter cette question, en particulier au travers de la mise place d'écoquartiers, des projets de villes sans voitures (Carfree cities[144]) [145].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Paul Degobert, 1992 ; Automobile et pollution ; Ed : Technip, Paris, 1992,ISBN 2-7108-0628-2 Accès à l'ouvrage via Google Livre. Ouvrage écrit à la demande de l'Institut français du pétrole alors que l'Europe allait imposer les pots catalytique sur la plupart des véhicules neufs
  2. Atkinson R.W., Anderson H.R., Sunyer J., Ayres J., Baccini M., Vonk J.M., Boumghar A., Forastiere F., Forsberg B., Touloumi G., Schwartz J. and Katsouyanni K. (2001). « Acute effects of particulate air pollution on respiratory admissions : results from APHEA 2 project. Air pollution and health : a European Approach. » Am J Respir Crit Care Med 164: 1860-1866.
  3. Seaton A. and Dennekamp M. (2003). « Hypothesis : ill health associated with low concentrations of nitrogen dioxide - an effect of ultrafine particles ? » Thorax 58: 1012-1015.
  4. Zanobetti A., Schwartz J., Samoli E., Gryparis A., Touloumi G., Peacock J., Anderson H.R., Le Tertre A., Bobros J., Celko M., Goren A., Forsberg B., Michelozzi P., Rabczenko D., Hoyos S.P., Wichmann H.E. and Katsouyanni K. (2003). « The temporal pattern of respiratory and heart disease mortality in response to air pollution. » Environmental Health Perspectives 111(9): 1188-1193
  5. Haug H., Sostrand P., Lovik M. and Langard S. (2001). « Correspondence - Public health and air pollution. » The Lancet 357: 70-71.
  6. Le Tertre A., Medina S., Samoli E., Forsberg B., Michelozzi P., Boumghar A., Vonk J.M., Bellini A., Atkinson R., Ayres J.G., Sunyer J., Schwartz J. and Katsouyanni K. (2002). « Short-term effects of particulate air pollution on cardiovascular diseases in eight European cities. » J Epidemiol Community Health 56(10): 773-779.
  7. Pope C.A., Thun M.J., Namboodiri M.M., Dockery D.W., Evans J.S., Speizer F.E. and Heath C.W. (1995). « Particulate air pollution as a predictor of mortality in a prospective study of U.S. adults. » Am J Respir Crit Care Med 151: 669-674
  8. Reynolds P., Von Behren J., Gunier R.B., Goldberg D.E., Hertz A. and Smith D. (2002). « Traffic patterns and childhood cancer incidence rates in California, United States. » Cancer Causes Control 13(7): 665-673
  9. Charles Raux, Les permis négociables dans le secteur des transports, France, Transports Recherche Innovation, coll. « Le Point sur »,‎ 1er février 2007, 98 p. (ISBN 978-2-11-006441-7, présentation en ligne)
  10. page de sur les gaz à effet de serre, Jean-Marc Jancovici
  11. Selon le rapport technique n°7 de l'Agence européenne de l'environnement du 28 juillet 2008, en anglais, intitulé Annual European Community LRTAP Convention emission inventory report 1990–2006; le transport routier est responsable de plus d'un tiers des émissions de NOX et CO. La participation des transports routiers à la pollution atmosphérique varie fortement selon les polluants de l'air. Néanmoins la prépondérance du transport routier à la pollution atmosphérique est soulignée par le rapport : « Sources that were identified as being common key categories for six of the seven main pollutants were Road transportation, Manufacturing industries and construction, National navigation (shipping) Agriculture/forestry/fishing and Residential. The importance of the Road transportation category in terms of the contribution it makes to total EU‑27 emissions is clear — it is the most significant source of NOX, CO, and NMVOCs, and the second most important source for PM10 and PM2.5 emissions. », sixième page
  12. étude InVS, 3 février 2009, Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut national de veille sanitaire (InVS). Liens à court terme entre la mortalité et les admissions à l'hôpital et les niveaux de pollution atmosphérique dans neuf villes françaises / Short term links between mortality and hospitalisations, and air pollution levels in nine French cities
  13. Annual European Community LRTAP Convention emission inventory report 1990–2006 Impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine
  14. cette page du site de l'Afsset
  15. Le rapport souligne, via l’article de 2003 de Philippe Hubert « Pour un meilleur usage du risque attribuable en santé environnementale », « que de nombreuses incompréhensions proviennent d’une méconnaissance des notions de « décès attribuables » ou « fractions attribuables », dont la simplicité n’est qu’apparente. » Enfin, en juin 2005 l'Afsset indiquait que « l'utilisation d’un autre indicateur de l’impact des particules, exprimé sous la forme de la perte d’espérance de vie, est une approche recommandée au niveau européen dans le cadre des projets en appui au programme CAFE (Clean Air for Europe). »
  16. Le saturnisme infantile ou « l'épidémie silencieuse ». BIE Bulletin d'information épidémiologique, Réf. 159401 ; vol. 49, Toulouse : S.C.H.S (éditeur), 1998/01, (4 p.), tabl., 5 réf., FRA MALTAS-PREVOST (C.) Accès à l'article
  17. Isabelle Tratner, 2003, Children lead poisoning: what progress in 20 years ? (La lutte contre le saturnisme infantile: quels progrès en vingt ans ?) Volume 19, numéro 8-9, août-septembre 2003, p. 873-877 ; SRMS: Société de la revue médecine/sciences et Éditions EDK ; (ISSN 0767-0974) (imprimé) et 1911-0561 pour la version numérique (Résumé)
  18. Xiao-ming Shen, John F. Rosen, Di Guo et Sheng-mei Wu, « Childhood lead poisoning in China » ; Science of the Total Environment, no 181, 1996 (Résumé en anglais), consulté 2010/11/13
  19. a, b, c et d Baur, A. & Baur, B. (1990) Are roads barriers to dispersal in the land snail Arianta arbustorum ? . Can J. Zool. 68, 613-617. (Résumé)
  20. a et b J E Underhill, P G Angold, Effects of roads on wildlife in an intensively modified landscape, Dossiers environnement, 1999, 8(1): 21-39, 10.1139/a00-003 Environmental Reviews, 1999, 8(1): 21-39, 10.1139/a00-003 (Résumé)
  21. http://www.recyclermavoiture.fr/
  22. Rapport de l'Agence européenne de l'environnement, Climate for a transport change, EEA, 2008, page 21/56
  23. Communiqué du 13 août 2010 repris par le JDLE (Thérèse Rosset) puis par l'APPA
  24. Pollution atmosphérique et santé
  25. Fiche explicative sur les oxydes d'azote
  26. E missions de CO2 par type de carburant - Source: ADEME
  27. CCFA
  28. Rapport Annuel Mobilité, 2004 (fédération belge de l'Automobile et du Cycle), consulté 2010/11/13
  29. IFEN, 29 mai 2007, Fiche Les Français doivent changer leurs habitudes pour réduire la pollution citant aussi le rapport 2006 de l'Institut français de l'environnement (Rapport sur l'état de l'environnement en France, Ifen, 2006), consulté 2010/11/13
  30. Répertoire des véhicules en fonction de leur production de CO2.
  31. Les Échos, 22 août 2007
  32. Article Les voitures très polluantes bannies de trois villes allemandes (04/01/2008), Voir)
  33. Cette étiquette a été présentée en France le 9 mai 2006 par Nelly Olin, Ministre de l’Écologie et du Développement durable.
  34. Sonja Zimmermann & Bernd Sures ; 2004 ; Significance of platinum group metals emitted from automobile exhaust gas converters for the biosphere Sonja Zimmermann and Bernd Sures (Résumé, et 1ère page de l'article) ; Environmental Science and Pollution Research Volume 11, Number 3, 194-199, DOI: 10.1007/BF02979675
  35. Sebastien Rauch, Bernhard Peucker-Ehrenbrink, Luisa T. Molina, Mario J. Molina, Rafael Ramos, and Harold F ; Platinum Group Elements in Airborne Particles in Mexico City. Hemond Environmental Science & Technology ; 2006 40 (24), 7554-7560
  36. F. Alt, A. Bambauer, K. Hoppstock, B. Mergler and G. Tölg ; Platinum traces in airborne particulate matter. Determination of whole content, particle size distribution and soluble platinum ; Fresenius' Journal of Analytical Chemistry ; Volume 346, Numbers 6-9, 693-696, DOI:10.1007/BF00321274 ; (Springerlink)
  37. Rudi Schierl ;Environmental monitoring of platinum in air and urine  ; Microchemical Journal, Volume 67, Issues 1-3, December 2000, Pages 245-248, doi:10.1016/S0026-265X(00)00068-0 (Résumé)
  38. Sebastien Rauch, Harold F. Hemond, Bernhard Peucker-Ehrenbrink, Kristine H. Ek, and Gregory M. Morrison ; Platinum Group Element Concentrations and Osmium Isotopic Composition in Urban Airborne Particles from Boston, Massachusetts, Environmental Science & Technology ; 2005 39 (24), 9464-9470
  39. Cicchella D., De Vivo B. and Lima A ; [Palladium and platinum concentration in soils from the Napoli metropolitan area], Italy: possible effects of catalytic exhausts, The Science of the Total Environment, 308: 121-131, online 21 February 2003.
  40. Andreas Limbeck, Christoph Puls, and Markus Handler ; [Platinum and Palladium Emissions from On-Road Vehicles in the Kaisermühlen Tunnel (Vienna, Austria)] ; Environmental Science & Technology ; 2007 41 (14), 4938-4945
  41. Mariella Moldovan, Sophie Veschambre, David Amouroux, Bruno Bénech et Olivier F. X. Donard ; Platinum, Palladium, and Rhodium in Fresh Snow from the Aspe Valley (Pyrenees Mountains, France) ; Environ. Sci. Technol., 2007, 41 (1), p. 66–73 ; DOI:10.1021/es061483v, Résumé online 2006/12/02
  42. Carlo Barbante, Audrey Veysseyre, Christophe Ferrari, Katja Van De Velde, Christine Morel, Gabriele Capodaglio, Paolo Cescon, Giuseppe Scarponi et Claude Boutre ; http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/es000146y [Greenland Snow Evidence of Large Scale Atmospheric Contamination for Platinum, Palladium, and Rhodium] ; Environ. Sci. Technol., 2001, 35 (5), pp 835–839 ; DOI:10.1021/es000146y
  43. Sebastien Rauch, Harold F. Hemond, Carlo Barbante, Masanori Owari, Gregory M. Morrison, Bernhard Peucker-Ehrenbrink & Urban Wass ; Importance of Automobile Exhaust Catalyst Emissions for the Deposition of Platinum, Palladium, and Rhodium in the Northern Hemisphere ; Environmental Science & Technology 2005 39 (21), 8156-8162
  44. a et b Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) classe les particules fines diesel carcinogènes certains pour l’homme , sur e-cancer.fr le 10 septembre 2013, consulté le 22 février 2014
  45. OMS | L’amélioration de la santé passe par la réduction du carbone et communiqué afférant. L'OMS dispose à la suite d'une résolution de l’Assemblée mondiale de la Santé, d’un http://www.who.int/globalchange/health_policy/wha_eb_documentation/fr/index.html programme visant à protéger la santé face au changement climatique]
  46. [PDF] Rapport SECTEN du CITEPA ; voir la section « Analyse selon les différentes énergies » pour les calculs sur le bois.
  47. Somme des HAP tels que définis par la CEE-NU : benzo(a)pyrène, benzo(b)fluoranthène, benzo(k)fluoranthène et indéno(1,2,3-cd)pyrène.
    Ces 4 HAP sont tous des cancérogènes confirmés (voir la toxicité des HAP).
  48. ([PDF], 11 pages) Épuration des polluants issus de la combustion domestique du bois, étude du CSTB - p. 216 (archivé par Internet Archive).
  49. (en) Xiao-ming Shen, John F. Rosen, Di Guo et Sheng-mei Wu, « Childhood lead poisoning in China », Science of the Total Environment, no 181,‎ 1996
  50. Claudine Parayre, « Le saturnisme », sur Haut Conseil de la Santé Publique
  51. « Analyse physico-chimique - Essais interlaboratoires PNR sur véhicule», UPAC, consulté 2010/11/13
  52. a, b et c Robert Joumard, Robert Vidon, Christophe Pruvost, Patrick Tassel and Gérard De Soete ; Évolution des émissions de polluants des voitures particulières lors du départ à froid ; Science of The Total Environment Volume 169, Issues 1-3, 8 July 1995, Pages 185-193 Transport and Air Pollution doi:10.1016/0048-9697(95)04647-J (résumé en anglais)
  53. a et b C. Larese, F. Cabello Galisteo, M. López Granados, R. Mariscala, J. L. G. Fierro, M. Furió & R. Fernández Ruiz ; Deactivation of real three way catalysts by CePO4 formation (Désactivation de la catalyse à trois voies par formation de phosphate de Cérium)) ; Applied Catalysis B: Environmental Volume 40, Issue 4, 28 February 2003, Pages 305-317 doi:10.1016/S0926-3373(02)00161-3
  54. a et b Jean-Pierre Roumegoux ; Calcul des émissions unitaires de polluants des véhicules utilitaires, Original Research Article, Science of The Total Environment, Volume 169, Issues 1-3, 8 July 1995, pages 205-211 (Résumé))
  55. Directive 70/156/CEE amendée en dernier lieu par la Directive 2007/46/CE relative aux véhicules de transport de personnes (catégorie M), de marchandises (catégorie N) et leurs remorques (catégorie O)
  56. Directive 2002/24 CE relative aux cyclomoteurs, motocyclettes, tricycles et quadricycles (catégorie L)
  57. Directive 2003/37 CE relative aux tracteurs agricoles et à leurs remorques (catégories T, C et R)
  58. M. Andre, D. Hassel, A. J. Hickman and R. Joumard ; Cycles de conduite réalistes pour la mesure des émissions de polluants et consommation des véhicules légers sur banc à rouleaux ; The Science of The Total Environment ; Volume 134, Issues 1-3, 25 June 1993, Pages 171-187 ; doi:10.1016/0048-9697(93)90349-B
  59. a, b, c et d Émissions de polluants, de CO2, et mesure de la consommation sur véhicule, consulté 2010/11/13
  60. Michel André, Daniel Olivier, Christophe Pruvost ; Impact de l'amélioration de la régulation du trafic sur la consommation d'énergie et les émissions de polluants des véhicules légers ; Science of The Total Environment, Volume 169, Issues 1-3, 8 July 1995, pages 273-282 (Résumé)
  61. Jean-Pierre Roumegoux ; Calcul des émissions unitaires de polluants des véhicules utilitaires ; Science of The Total Environment, Volume 169, Issues 1-3, 8 July 1995, pages 205-211 (Résumé)
  62. a, b, c, d, e, f et g Andrew J. Kean, Robert A. Harley et Gary R. Kendall ; Effects of Vehicle Speed and Engine Load on Motor Vehicle Emissions ; Environ. Sci. Technol., 2003, 37 (17), pp 3739–3746 ; American Chemical Society; 2003/07/23 ; DOI:10.1021/es0263588 (Résumé)
  63. Ball, J.E., Jenks, R. & Aubourg, D. (1998) An assessment of the availability of pollutant constituents on road surfaces. Sci. totcil Environ. 209. 243-254. (résumé)
  64. Vincent Vignon, Hélène Barbarreau ; Collision entre véhicules et ongulés sauvages, Quels coûts économiques ? Une tentative d'évaluation ; Nature et société, faune sauvage n° 279/février 2008
  65. Burkey, T. V. 1993. Edge effects in seed and egg predation at two neotropical rainforest sites. Biological Conservation 66: 139-143
  66. May, S. A. et T. W. Norton. 1996. Influence of fragmentation and disturbance on the potential impact of feral predators on native fauna in Australian forest ecosystems. Wildlife Research 23: 387-400.
  67. Boulet, M. et M. Darveau. 2000. Depredation of artificial bird nests along roads, rivers, and lakes in a boreal Balsam Fir, Abies balsamea, forest. Canadian Field-Naturalist 114(1): 83-88.
  68. N. de Saadeler, J.M. Fauconnier, G. Kustjens, G. Berthoud, R.J. Cooper, Études relatives au transport et à la diversité biologique et paysagère (Sauvegarde de la nature n° 132) ; Editions Conseil de l'Europe ; 2003-O1-01 ; 134 pages, ISBN 978-92-871-5277-0 (Lien)
  69. Code de pratiques sur la prise en compte de la diversité biologique et paysagère dans les infrastructures de transport (Sauvegarde de la nature n° 131), Editions Conseil de l'Europe, 85p., ISBN=978-92-871-5114-8 (Lien)
  70. Legret M., Le Marc, C. and Demare, D. (1997). Pollution des eaux de ruissellement de chaussées autoroutières, L’autoroute A11 près de Nantes. Bull. Labo. Ponts et Chaussées 211, 101–115
  71. Pagotto, C. (1999). Étude sur l'émission et le transfert dans les eaux et les sols des traces métalliques et des hydrocarbures en domaine routier. PhD. Thesis, Poitiers University, France.
  72. a et b La qualité de l'eau et assainissement en France : Rapport de l'OPECST n° 2152 (2002-2003) de M. Gérard MIQUEL, fait au nom de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (PDF, 2,2 Moctets), déposé le 18 mars 2003, Voir Annexe 8 - L'eau de pluie sur les autoroutes et les aéroports ; Audition de MM. Georges RAIMBAULT et Michel LEGRET, Directeurs de recherche au Laboratoire central des Ponts & Chaussées (LCPC) de Nantes (février 2002), consulté 2011/02/27
  73. Durand, C. (2003). Caractérisation physico-chimique des produits de l’assainissement pluvial. Origine et devenir des métaux traces et des polluants organiques Ph.D. Thesis, Poitiers University, France
  74. a, b, c et d Florent Beucher Manuel de Météorologie tropicale, Météo-France, 2010] voir graphique et explication de la page 7/46 du PDF (p 685 de la publication originale), consulté 2010/11/13
  75. Peter A. Tanner, Hoi-Ling Ma et Peter K. N. Yu ; « Fingerprinting Metals in Urban Street Dust of Beijing, Shanghai, and Hong Kong » ; Environmental Science & Technology 2008 42 (19), pp 7111–7117 (Résumé)
  76. Article de ScienceDaily ; Article relatif à des travaux de recherche du California Institute of Technology sur les allergènes présents dans la poussière soulevée sur les routes par les véhicules (30 novembre 1999) ; That « Eat My Dust » bumper sticker on the car in front of you may be closer to the truth than you realized.. L’autocollant « Mange ma poussière » collé sur la voiture que vous suivez, est peut être plus proche de la vérité que vous ne le pensiez. Les recherches menées par des scientifiques de l'Institut de Technologie de Californie montrent que la poussière des routes soulevée par le passage du trafic peut être une source d'allergènes aéroportés
  77. Ann G. Miguel, Glen R. Cass, M. Michael Glovsky, et Jay Weiss ; « Allergens in Paved Road Dust and Airborne Particle » ; Environ. Sci. Technol., 1999, 33 (23), pp 4159–4168 ; Publication Date (Web): October 26, 1999 (Article) ; DOI: 10.1021/es9904890 (Résumé)
  78. K. Srinivas Reddy, City pollution: road dust is villain, Hyderabad : Maintain the roads well and you can reduce air pollution by one third in Hyderabad ; étude réalisée par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), la Banque mondiale (BM), le US National Renewable Energy Laboratory et l’appui du Desert Research Institute, de Reno (Nevada) et l’Andhra Pradesh Pollution Control Board ( Hyderabad, Inde)
  79. a et b Alan Gertler, Judy Chow, Johann Engelbrecht, Collin Green, Sarath Guttikunda, Ramani Koppaka, Dasari Prasad, Monisha Shah, and Katherine Sibold ; « Sources of PM2.5 and PM10 in Hyderabad, India » ; US Environmental Protection Agency (EPA, Washington, DC, USA), 11 pages, consulté 2010/11/17
  80. a, b, c, d et e Ramavati Mathur, V. Balaram, M. Satyanarayanan, S. S. Sawant and S. L. Ramesh ; juin 2010, Anthropogenic platinum, palladium and rhodium concentrations in road dusts from Hyderabad city, India ; Environ Earth Sci ; DOI :10.1007/s12665-010-0597-0 ; publié en ligne : 2010/06/15 ; Article intégralement consultable en ligne, en anglais) ou en version PDF téléchargeable
  81. Charlesworth SM, Lees JA (1999) The distribution of heavy metals in deposited urban dusts and sediments, Coventry, England. Environ Geochem Health 21:97–115
  82. Charlesworth SM, Everett M, McCarthy R, Ordonez A, de Miguel E (2003) A comparative study of heavy metal concentration and distribution in deposited street dusts in a large and a small urban area: Birmingham and Coventry, West Midlands. UK Environment International 29:563–573
  83. Wedepohl KH (1995) The composition of the continental crust. Geochim Cosmoc him Acta 59:1217–1232 (Résumé)
  84. R. L. Rudnick et S. Gao ; Composition of the Continental Crust, PDF, 64 p, Article integral, voir notamment pages 16-17
  85. Chih-Chung Lin, Shui-Jen Chen,and Kuo-Lin Huang, Wen-Ing Hwang, Guo-Ping Chang-Chien, Wen-Yinn Lin « Characteristics of Metals in Nano/Ultrafine/Fine/Coarse Particles Collected Beside a Heavily Trafficked Road » ; Environmental Science & Technology 2005 39 (21), pp 8113–8122 (Résumé)
  86. Nicolas Bukowiecki, Peter Lienemann, Matthias Hill, Renato Figi, Agnes Richard, Markus Furger, Karen Rickers, Gerald Falkenberg, Yongjing Zhao, Steven S. Cliff, Andre S. H. Prevot, Urs Baltensperger, Brigitte Buchmann et Robert Gehrig ; « Real-World Emission Factors for Antimony and Other Brake Wear Related Trace Elements : Size-Segregated Values for Light and Heavy Duty Vehicles » ; Environmental Science & Technology 2009 43 (21), pp 8072–8078 (Résumé)
  87. J. Ho, « La mortalité due aux accidents de la route dans le monde », Population, 26e année, n° 2, 1971, p. 381. [lire en ligne]
  88. Jean Chapelon, « Les accidents de la circulation dans le monde et leurs conséquences », Annales des mines, novembre 2003, p. 16-20. [lire en ligne] [PDF]
  89. « Accidents de la route, suicide et affections maternelles, principales causes de mortalité chez les jeunes », Communiqué de presse de l'Organisation mondiale de la santé, 11 septembre 2009.
  90. Glorennec P, Quénel P. et al. (1999). Evaluation de l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine : guide méthodologique. Institut de veille sanitaire, France: 48 pages.
  91. Pascal L., Cassadou S, Declercq C., Eilstein D, Fabre P., Filleul L, Franke F., Lefranc A., Le Tertre A., Medina S., Nunes C., Pascal L., Prouvost H., Zeghnoun A., Quénel P. (2003). Evaluation de l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine : actualisation du guide méthodologique. InVS, Saint Maurice: 31 pages.
  92. Houdret J.L., Mathe F., Dybiak R. et Angotzi C. (décembre 2002). Métrologie des particules : Programme pilote national de surveillance des particules PM10 et PM2,5. Étude n°5, partie 1. Ecole des Mines de Douai, Département Chimie et Environnement, Douai : 26 pages.
  93. Beeson W.L., Abbey D.E. and Knutsen S.F. (1998). « Long-term concentrations of ambient air pollutants and incident lung cancer in California adults : results from the Ashmog study. » Environmental Health Perspectives 106(12): 813-822.
  94. Dockery D.W., Pope C.A., Xu X. et al. (1993). An association between air pollution and mortality in sux US cities. N Engl J Med 329: 1753-1759.
  95. Quenel P, Cassadou S, Declercq C, Prouvost H et al. Surveillance des effets sur la santé liés à la pollution atmosphérique en milieu urbain. Étude multicentrique sur 9 villes Françaises. Institut de Veille Sanitaire mars 1998.
  96. a et b N. S. Ahmed; K. S. El-Cendy; A. KH. El-Refaie; S. A. Marzouk; N. S. Bakry; A. H. El-Sebae; S. A. Soliman ; Assessment of Lead Toxicity in Traffic Controllers of Alexandria, Egypt, Road Intersections  ; Archives of Environmental Health: An International Journal, Volume 42, Issue 2 April 1987, pages 92 - 95 ; doi:10.1080/00039896.1987.9935802 (Résumé)
  97. CAFE CBA : Baseline analysis 2000 to 2020, sur cafe-cba.org avril 2005, consulté le 22 février 2014.
  98. Les particules fines causent-elles vraiment 42 000 morts par an en France ?, sur lemonde.fr le 6 mars 2013, consulté le 22 février 2014
  99. ex : Hoek G., Brunekreef B., Goldbohm S., Fischer P. and van der Brandt P.A. (2002). « Association between mortality and indicators of traffic-related air pollution in the Netherlands : a cohort study. » The Lancet 360: 1203-1209.
  100. Nyberg F., Gustavsson P., Järup L., Berglind N., Jakobsson R. and Pershagen G. (2000). « Urban air pollution and lung cancer in Stockholm. » Epidemiology 11(5): 487-495.
  101. Nafstad P., Haheim L.L., Oftedal B., Gram F., Holme I., Hjermann I. and Leren P. (2003). « Lung cancer and air pollution : a 27 year followup of 16 209 norwegian men. » Thorax 58: 1071-1076
  102. Bellander T. (2001). « Correspondence - Public health and air pollution. » The Lancet 357: 69-70
  103. Lewis A.C. and Lewis M.B. (2001). « Correspondence - Public health and air pollution. » The Lancet 357: 70
  104. Brunekreef B. and Holgate S.T. (2002). « Air pollution and health. » The Lancet 360: 1233- 1242.
  105. Cassadou S, Declercq C, Eilstein D, D’Helf M, Fabre P, Filleul L, Jusot JF, Lefranc A., Le Tertre A, Pascal L, Prouvost H, Medina S. (octobre 2003). APHEIS Evaluation de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans 26 villes européenne. Synthèse des résultats européens et résultats détaillés des villes françaises issus du rapport paru en octobre 2002. Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice:143 pages.
  106. Künzli N., Kaiser R., Medina S., Studnicka M., Chanel O., Filliger P., Herry M., Horak F., Puybonnieux-Texier V., Quénel P., Schneider J., Seethaler R., Vergnaud J.C. and Sommer H. (2000). « Public-health impact of outdoor and traffic-related air pollution : a European assessment. » The Lancet 356: 795-801.
  107. Cassadou S, Campagna D., Declercq C., Eilstein D, Filleul L, Le Tertre A., Medina S., Nunes C., Pascal L., Prouvost H., Saviuc P., Zeghnoun A., Quénel P. (2002). Programme de surveillance Air et Santé - 9 villes, phase II Revue de synthèse. InVS, Saint Maurice: 23 pages
  108. Boiteux M. (2001). Transports : choix des investissements et coût des nuisances. Rapport remis au Commissariat général du plan :323 pages.
  109. a, b et c Michele De Rosa, Stefano Zarrilli, Luigi Paesano, Umberto Carbone, Bartolomeo Boggia, Mario Petretta, Antonella Maisto, Francesca Cimmino, Giancarmelo Puca, Annamaria Colao, and Gaetano Lombardi ; Traffic pollutants affect fertility in men ; Hum. Reprod. (2003) 18(5): 1055-1061 doi:10.1093/humrep/deg226 ; résumé
  110. Busy roads around pregnant woman's home increases likelihood of premature birth of baby, publié 2011-04-07
  111. Brook R.. 2008. Cardiovascular effects of air pollution. Clin Sci (Lond) 115:175–187
  112. Brook R, Rajagopalan S, Pope A, Brook JR, Bhatnagar A, Diez-Roux AV, et al. 2010. Particulate matter air pollution and cardiovascular disease: an update to the scientific statement from the American Heart Association. Circulation 121:2331–2378
  113. Marla Cone et « Environmental Health News », pour le Scientific american, U.S. Neighborhoods Struggle with Health Threats from Traffic Pollution, Government scientists are investigating the connection between air pollution and an array of health effects, including asthma, heart disease and autism, 2011-10-11
  114. Weichenthal S, Kulka R, Dubeau A, Martin C, Wang D, Dales R 2011. Traffic-Related Air Pollution and Acute Changes in Heart Rate Variability and Respiratory Function in Urban Cyclists. Environ Health Perspect 119:1373-1378.
  115. Adar SE, Gold DR, Coull BA, Schwartz J, Stone PH, Suh H. 2007. Focused exposures to airborne traffic particles and heart rate variability in the elderly. Epidemiology 18:95–103.
  116. Brett Israel et Environmental Health News, [Air Pollution Triggers Heart Risk for Cyclists In big cities, cyclists breathe an array of pollutants from exhaust-spewing cars and trucks], in American scientist (2011-07-07)
  117. Chuang KJ, Chan CC, Su TC, Lin LY, Lee CT. 2007. Associations between particulate sulphate and organic carbon exposures and heart rate variability in patients with or at risk for cardiovascular diseases. J Occup Environ Med 49:610–617
  118. Peretz A, Kaufman JD, Trenga CA, Allen J, Carlsten C, Aulet MR, et al. 2008. Effects of diesel exhaust inhalation on heart rate variability in human volunteers. Environ Res 107:178–184
  119. Fakhri AA, Ilic LM, Wellenius GA, Urch B, Silverman F, Gold DR, et al. 2009. Autonomic effects of controlled fine particulate exposure in young healthy adults: effect modification by ozone. Environ Health Perspect 117:1287–1292
  120. Chan CC, Chuang KJ, Su TC, Lin LY. 2005. Association between nitrogen dioxide and heart rate variability in a susceptible population. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil 12:580–586
  121. Creason J, Neas L, Walsh D, Williams R, Sheldon L, Liao D, et al. 2001. Particulate matter and heart rate variability among elderly retirees: the Baltimore 1998 PM study. J Expo Sci Environ Epidemol 11:116–122
  122. Luttmann-Gibson H, Suh HH, Coull BA, Dockery DW, Sarnat SE, Schwartz J, et al. 2006. Short-term effects of air pollution on heart rate variability in senior adults in Steubenville, Ohio. J Occup Environ Med 48:780–788.
  123. Jacobs L, Nawrot TS, de Geus B, Meeusen R, Degraeuwe B, Bernard A, et al. 2010. Subclinical responses in healthy cyclists briefly exposed to traffic-related air pollution: an intervention study. Environ Health 9:64–71.
  124. Strak M, Boogaard H, Meliefste K, Oldenwening M, Zuurbier M, Brunekreef B, et al. 2010. Respiratory health effects of ultrafine and fine particle exposure in cyclists. Occup Environ Med 67:118–124.
  125. Peters A, von Klot S, Heier M, Trentinaglia I, Hormann A, Wichmann HE, et al. 2004. Exposure to traffic and the onset of myocardial infarction. N Engl J Med 351:1721–1730
  126. Chan CC, Chuang KJ, Shiao GM, Lin LY. 2004. Personal exposure to submicrometer particles and heart rate variability in human subjects. Environ Health Perspect 112:1063–1067.
  127. a, b, c, d, e et f Brett Israel, Exhaust-ing ride for cyclists: Air pollutants trigger heart risk, 2011 Environmental Health Sciences. 2011-07-06
  128. de Hartog JJ, Boogaard H, Nijland H, Hoek G. 2010. Do the health benefits of cycling outweigh the risks ? Environ Health Perspect 118:1109–1116
  129. Int Panis L, de Geus B, Vandenbulcke G, Willems H, Degraeuwe B, Bleux N, et al. 2010. Exposure to particulate matter in traffic: a comparison of cyclists and car passengers. Atmos Environ 44:2263–2270.
  130. a et b Thai A, McKendry I, Brauer M., Particulate matter exposure along designated bicycle routes in Vancouver, British Columbia ;Sci Total Environ. 2008 Nov 1;405(1-3):26-35. Epub 2008 Aug 12.
  131. Manuel Soto-Martinez ; Review Series: What goes around, comes around: childhood influences on later lung health?: Relationship between environmental exposures in children and adult lung disease: The case for outdoor exposures ; Chronic Respiratory Disease, August 2010; vol. 7, 3: pp. 173-186., first published on October 9, 2009 (Résumé en anglais)
  132. M Wjst, P Reitmeir, S Dold, A Wulff, T Nicolai, E F von Loeffelholz-Colberg, E von Mutius ; Road traffic and adverse effects on respiratory health in children; BMJ 1993; 307 : 596 doi: 10.1136/bmj.307.6904.596 (Published 4 September 1993) ; Résumé) Cette étude a porté sur 7 445 jeunes Allemands munichois (de 9 à 11 ans n'ayant pas déménagé dans les 5 ans précédant l'étude). 6 537 de ces enfants ont été médicalement examinés, avec 4 678 questionnaires et 4 320 tests de fonction pulmonaire, dont les résultats ont été rapportés aux données de trafic automobile local (de 7 000 à 125 000 véhicules/24 h). Les troubles respiratoires étaient plus fréquents chez les enfants plus exposés à la circulation (alors que la réponse à l'air froid n'augmentait pas). La dyspnée chronique augmentait plus encore, mais la prévalence de l'asthme et de la bronchite chronique n'avaient pas dans ce cassignificativement augmenté
  133. Schwartz J, Litonjua A, Suh H, Verrier M, Zanobetti A, Syring M, et al. 2005. Traffic-related pollution and heart rate variability in a panel of elderly subjects. Thorax 60:455–461
  134. Riediker M, Cascio WE, Griggs TR, Herbst MC, Bromberg PA, Neas L, et al. 2004. Particulate matter exposure in cars is associated with cardiovascular effects in healthy young men. Am J Respir Crit Care Med 169:934–940
  135. étude INSERM/PRIMEQUAL-PREDIT ; C. Pénard-Morand, C. Raherison, D. Charpin, C. Kopferschmitt, F. Lavaud, D. Caillaud, and I. Annesi-Maesano ; Long-term exposure to close-proximity air pollution and asthma and allergies in urban children ; Eur Respir J 2010 36:33-40; published ahead of print 2010, doi:10.1183/09031936.00116109 (Résumé)
  136. Amann, M., Bertok, I., Cofala, J., Gyarfas, F., Heyes, C., Klimont, Z., Schöpp, W., et Winiwarter, W. (2005). Baseline Scenarios for the Clean Air for Europe (CAFE) Programme. International Institute for Applied Systems Analysis, Laxenburg. Cette étude est citée par le rapport GEO-4 de l'ONU, p 265/174 de la version française)
  137. Künzli N. (2002). « The public health relevance of air pollution abatement. » Eur Respir J 20: 198-209.
  138. National Research Council (2002). Estimating the public health benefits of proposed air pollution regulations. Washington DC, The National Academies Press.
  139. AEE (2012) La pollution due à la circulation reste nocive pour la santé dans de nombreuses régions d'Europe, communiqué du 27/11/2012, consulté 2013-03-22
  140. a et b AEE (2013), [Réduire les 45 milliards d’euros de coûts sanitaires générés par la pollution atmosphérique causée par les camions], communiqué du 28/02/2013, consulté 2013-03-22
  141. http://carfree.free.fr/index.php/2011/02/27/sauvons-le-fret-ferroviaire-elements-de-synthese/
  142. a et b European Environment Agency, Landscape fragmentation in Europe ; Joint EEA-FOEN report, 2011 — 87 pp. — 21 x 29.7 cm ;ISBN 978-92-9213-215-6 ; EEA Report series: ISSN 1725-9177 ; doi:10.2800/78322, coécrit avec l'Office fédéral suisse pour l'environnement (=Foen)
  143. Définition et implications du concept de voiture propre, avec quelques statistiques illustrées, consulté 2010/11/13
  144. Carfree cities
  145. Environnement-magazine, La qualité de l’air lillois en cartes 2012-02-22, et exemple

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cohen A.J. (2003). Air pollution and lung cancer : what more do we need to know ? Thorax* (en) APHEIS–3 (juillet 2004). Health impact assessment of air pollution and communication strategy – Third year report 2002-2003. InVS, Saint-Maurice : 124 pages.
  • (en) DAEI/SES-Insee, 2004, Les trafics et les transports / II . 2 – Le bilan de la circulation ; Les comptes des transports en 2003 ; publié en juin 2004.
  • (en) Health Effects Institute accountability working group (2003). Assessing health impact of air quality regulations : concepts and methods for accountability research. Boston MA, HEI: 99.
  • (en) Hoek G., Fischer P., van der Brandt P.A., Golbohm S. and Brunekreef B. (2001). « Estimation of long-term average exposure to outdoor air pollution for a cohort study on mortality. » J Expo Anal Environ Epidemiol 11: 459-469.
  • (en) Künzli N., Kaiser R., Medina S., Studnicka M., Oberfeld G. and Horak F. (1999). Health costs due to road traffic-related air pollution : an impact assessment project of Austria, France and Switzerland - Air pollution attributable cases : technical report on epidemiology. Bern, WHO-Europe: 76.
  • (en) Sansalone J.J., Buchberger S.G. (1997). Partitioning and first flush of metals and solids in urban highway runoff. Journal of Environmental Engineering ASCE 123, 134 – 143 (Résumé en anglais).
  • (en) OMS (2003a). Health aspects of air pollution with particulate matter, ozone and nitrogen dioxide. Bonn, OMS : 57.
  • (en) OMS (2003b) - European centre for environment and Health.: Health Impacts of transportrelated air pollution : 1st draft. Bonn, OMS : 177.
  • (en) OMS (2003c). Input report on air pollution. Specificities of children. Workshop 3 - The PEP project : Transport-related health impacts and their costs and benefits with a particular focus on children. La Haye, OMS
  • (en) Zuurbier M, Hoek G, Oldenwening M, Lenters V, Meliefste K. , ven den Hazel P, et al. 2010. Commuters’ exposure to particulate matter air pollution is affected by mode of transport, fuel, type and route. Environ Health Perspect 118:783–789

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pope C.A., Burnett R.T., Thun M.J., Calle E.E., Krewski D., Ito K. and Thurston G.D. (2002). « Lung cancer, cardiopulmonary mortality, and long-term exposure to fine particulate air pollution. » JAMA 297(9): 1132-1141