Immigration en Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'immigration en Espagne est, depuis les années 1990, un phénomène de grande importance pour la démographie et l'économie du pays. Selon l'Institut national de la statistique (Espagne), en 2007, 9.93% de la population en Espagne était de nationalité étrangère.

Évolution de l'immigration en Espagne[modifier | modifier le code]

En seulement quelques décennies, l'Espagne est devenu un pays recevant des immigrés, et non plus émettant des émigrés comme c'était le cas auparavant. À partir de 1973, l'émigration des Espagnols commença à baisser en intensité, et le retour au pays de nombreux Espagnols se produisit, suite à la montée des prix dans presque tous les pays environnants. Le retour à la démocratie coïncide alors avec une phase d'équilibre relatif dans les soldes migratoires nets, qui se prolongea jusqu'à la moitié des années 1990.

L'extraordinaire dynamisme qu'a montré l'économie de l'Espagne se trouve à l'origine de la forte croissance de l'immigration étrangère. Depuis l'an 2000, l'Espagne montre un des plus grands taux d'immigration au monde (de trois à quatre fois plus que le taux des États-Unis, huit fois plus que celui de la France et n'a un taux inférieur qu'à ceux de Chypre et Andorre en Europe en proportion) et a été le second pays après les États-Unis à accueillir en grand nombre d'étrangers.