Immigration and Nationality Act of 1965

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Immigration and Nationality Acts of 1965 (Lois de 1965 sur l'immigration et la nationalité) sont une série de lois adoptées en 1965, pendant le Civil Rights Movement. Ces lois ont aboli les quotas basés sur la nationalité, en vigueur depuis la Loi d'immigration Johnson-Reed de 1924. Elles furent proposées par Emmanuel Celler, avec le soutien du démocrate Edward Moore Kennedy. Dans les faits, la loi instaura une limitation annuelle du nombre de visas accordés à l'Hémisphère Est à 170 000, avec un maximum de 20 000 par pays du dit hémisphère, et à partir de 1968, l'Hémisphère occidental obtint à son tour un quota de 120 000 immigrés, sur la base d'un système de « premier arrivé, premier servi ». Cependant, il n'existait aucun quota en ce qui concerne le regroupement familial, ce qui signifie que tout personne titulaire d'un visa pouvait rejoindre les États-Unis avec sa famille.