Germano-Canadiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Germano-Canadiens
Deutschkanadier
German Canadian

Populations significatives par région
Population totale 3 203 330 (2011)[1]
Autres
Régions d’origine

Allemagne, Suisse alémanique, Autriche, Pays-Bas, Belgique, Russie

Langues

Anglais, français, allemand

Religions

Protestantisme, catholicisme et judaïsme

Ethnies liées

Allemands, Germano-Américains

Les Germano-Canadiens sont des citoyens du Canada qui ont des origines allemandes.

Le recensement canadien de 2006, qui a abouti à environ 3 179 425 Canadiens d'origine ethnique allemande. Seule une petite fraction de Germano-Canadiens sont les descendants d'immigrants venus de l'Allemagne actuelle. Beaucoup d'autres sont venus de la population allemande en Europe de l'Est et la Russie (comme les Allemands de la Volga), avec un nombre important d'allemands de Suisse et des Pays-Bas. Certains viennent aussi de l'Autriche. Un autre groupe était le plus grand des allemands ethniques qui sont venus au Canada après avoir passé un temps considérable aux États-Unis. L'immigration et de la population allemande au Canada est l'un des plus grand et le plus important de dans les Amériques, ainsi que les États-Unis, le Brésil et l'Argentine. En outre, le Canada a le troisième plus importante population allemande hors de l'Allemagne dans le monde, derrière les États-Unis et le Brésil[2].

Histoire de l'immigration[modifier | modifier le code]

Un petit nombre d'Allemands sont venus en Nouvelle-France avec les Français. Cependant, la première grande ronde de l'immigration allemande au Canada a commencé en Nouvelle-Écosse au 18ème siècle. Beaucoup d'Allemands avaient servi dans l'armée britannique et a choisi de s'installer dans la nouvelle terre. Beaucoup d'autres sont arrivés comme quelques-uns des protestants étrangers. Ces protestants continentaux ont été invités à venir à la Nouvelle-Écosse afin de contrer les nombreux Acadiens de confession catholique. Cette ruée a commencé autour de 1751 et jusqu'à aujourd'hui, la côte sud de la Nouvelle-Écosse est rempli avec les noms des villes allemandes, prénoms et des églises luthériennes.

La révolution américaine était un groupe encore plus grand d'immigrants allemands au Canada. Les descendants des Allemands représentent un pourcentage significatif des Loyalistes de l'Empire-Uni. Pour vaincre la révolution, et plus tard la défense de l'Amérique du Nord britannique de lui, les Britanniques ont utilisé un grand nombre de mercenaires allemands. Beaucoup d'entre eux ont choisi de s'installer au Canada une fois leurs conditions de service expiration. Plusieurs mercenaires allemands Brunswick Regiment établis au Québec, au sud-ouest de Montréal et au sud de la ville de Québec[3].[Ce passage est incompréhensible.].

Le plus grand groupe qui a fui les États-Unis ont été les mennonites dont le pacifisme a été l'objet de discrimination aux États-Unis. Ils ont déménagé à ce qui est maintenant le sud-ouest de l'Ontario, s'installant autour de Berlin, Ontario (maintenant connu sous le nom de Kitchener et de Waterloo). Ce grand groupe a également attiré de nouveaux immigrants en provenance d'Allemagne, environ 50 000 du total dans la région depuis des décennies[4].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les Germano-Canadiens protestants développé l'Église luthérienne toujours en respectant les traditions et la culture canadienne. Dans le comté de Waterloo, en Ontario, avec des éléments d'Allemands qui sont arrivés après 1850, les Églises luthériennes ont joué un rôle important dans la vie religieuse, communautaire, social et culturel. Après 1914, l'anglais est devenu la langue préférée pour des sermons et des publications. En l'absence d'un séminaire, les églises ont formé leurs propres ministres, mais il n'y avait pas de division doctrinale dans les années 1860. Tandis que les protestants anglophones promu l'Evangile social et de l'interdiction, les luthériens se démarquait[5].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

La population de l'Ouest à partir de 1896, a attiré le plus grand nombre d'immigrants allemands, principalement d'Europe de l'Est.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Statistique Canada, « Enquête nationale auprès des ménages de 2011 : Tableaux de données » (consulté le 23 avril 2014)
  2. (en) 2001 Canadian Census gives 2,742,765 total respondents stating their ethnic origin as partly German, with 705,600 stating "single-ancestry".
  3. Lehmann (1986) p 371
  4. Lehmann (1986) passim
  5. Wilfrid H. Heick, "Becoming an Indigenous Church: The Luthern Church in Waterloo County, Ontario," Ontario History, Dec 1964, Vol. 56 Issue 4, pp 249-260