Imam Sahnoun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sahnoun.

Imam Sahnoun, de son vrai nom Sahnoun ibn Saïd ibn Habib at-Tanukhi (سحنون بن سعيد التنوخي), né vers 776[1] et décédé vers 854 (160-240 selon le calendrier musulman), est un juriste malékite de l'école de Kairouan (actuelle Tunisie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Son nom original est Abdel Salam, Imam Sahnoun étant un nom désignant un type d'oiseau en référence à sa rapidité d'esprit. Son père était un soldat originaire de la ville syrienne d'Homs et sa famille prétendait descendre des Tanukhides, une confédération tribale du sud de la péninsule Arabique.

Durant sa jeunesse, Imam Sahnoun étudie sous la direction de penseurs de Kairouan et Tunis, en particulier Ali Ben Ziyad instruit auprès de Mâlik ibn Anas. En 178 de l'hégire, il se rend en Égypte pour étudier auprès d'autres disciples de Malik qui meurt avant que Sahnoun ait eu les moyens financiers de lui rendre visite. Par la suite, il se rend à Médine et étudie auprès d'influents intellectuels, ne retournant en Afrique du Nord qu'en 191 de l'hégire[1].

À l'âge de 74 ans, Imam Sahnoun est nommé cadi d'Afrique du Nord par l'émir aghlabide Aboul Abbas Ier qui règne au nom du calife abbasside. Refusant le poste durant un an, il ne l'accepte qu'après que l'émir ait accepté de lui donner carte blanche en matière judiciaire, y compris si cela impliquait de poursuivre des membres de sa famille et de sa cour. Imam Sahnoun aurait alors déclaré à sa fille Khadija :

« Aujourd'hui, ton père a été tué sans couteau. »

Il était connu comme un homme scrupuleux dans ses jugements et courtois envers les plaideurs et les témoins, mais strict vis-à-vis des hommes de l'entourage du souverain. Il refusa ainsi de leur permettre d'envoyer des représentants à leur place, en cas de jugements, et refusa une requête de l'émir de ne pas interférer dans leurs entreprises illégales.

Imam Sahnoun meurt durant le mois de rajab de l'année 240 de l'hégire. L'entourage de l'émir refuse alors de se joindre aux prières funèbres en raison de sa dureté envers eux. Dans le même temps, la population de Kairouan est très touchée par sa disparition.

Théologie[modifier | modifier le code]

Imam Sahnoun est connu pour sa stricte orthodoxie, au point de refuser de prier derrière un imam motazilite. Il exclut également les sectes hérétiques des mosquées, y compris les ibadites et les motazilites ; il les aurait notamment exclu de la Grande Mosquée de Kairouan[2].

Publications[modifier | modifier le code]

La contribution majeure d'Imam Sahnoun à la connaissance musulmane a été son Al Mudawwana, une compilation des avis juridiques de l'école de Médine énoncés par Mâlik ibn Anas et récoltés après sa mort. Cette compilation et le processus de révision inclut quatre imams mujtahids de l'école malékite : Assad ibn al-Furat, Ibn al-Achab et Abdurrahmane ibn Qasim al-Utaqi et Sahnoun.

Ce texte est connu comme Al Umm, la mère de l'école malékite, et constitue un facteur majeur de l'expansion de celle-ci à travers le Maghreb.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Martijn Theodoor Houtsma, E.J. Brill's first encyclopaedia of Islam, 1913-1936, vol. II, éd. Brill, Leyde, 1987, p. 64
  2. (fr) Robert Brunschvig, Studia Islamica, éd. Maisonneuve et Larose, Paris, 1959, p. 55

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sahnun » (voir la liste des auteurs)