Gamyo Épinal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Image Club d'Épinal)
Aller à : navigation, rechercher

Gamyo Épinal

Description de l'image Logo GamYo.png.
Fondé en 1906
Siège 2 Quai Colonel Serot
BP14 88000 Épinal
France
Patinoire (aréna) Patinoire de Poissompré
(1 424 places)
Couleurs       Orange
      Noir
      Blanc
Ligue Équipe 1 : Ligue Magnus
Équipe 2 : Division 3
Capitaine Flag of Canada.svg Maxime Ouimet
Capitaines adjoints Flag of France.svg Yannick Offret
Flag of Slovakia.svg Jan Plch
Entraîneur-chef Flag of France.svg Stéphane Barin
Entraîneur(s) associé(s) Flag of France.svg Nicolas Martin
Flag of France.svg Sébastien Beaulieu
Flag of Canada.svg Véronique Ouimet
Directeur général Flag of France.svg Anthony Maurice
Président Flag of France.svg Claude Maurice
Équipe(s) affiliée(s) ICE Amateurs
Reims
Amnéville
Site web gamyoepinal.com
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la saison à venir, voir :
Saison 2015-2016 des Gamyo Épinal
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la saison dernière, voir :
Saison 2014-2015 des Gamyo Épinal

Les Gamyo Épinal sont un club de hockey sur glace français basé dans les Vosges, évoluant en Ligue Magnus qui est le plus haut niveau national français.

Implantée à Épinal depuis 1906, l'équipe a connu plusieurs dénominations successives avant de prendre le nom Gamyo Épinal en 2014 via un contrat de naming. Installé en Élite française depuis 2003 le club est présidé depuis 1997 par Claude Maurice.

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts du hockey à Épinal (1906-1970)[modifier | modifier le code]

Les débuts du patinage à Épinal
Département des Vosges où se situe la ville d'Épinal

L’ancêtre des Gamyo Épinal naît en décembre 1906 et s’appelle alors Sports d’hiver spinaliens (SHS), dans la mesure où elle regroupe aussi bien des adeptes du patinage artistique que ceux du hockey sur glace. Tout ce petit monde se rejoint alors sur l’étang de Poissompré (appelé comme cela à cause de la multitude de poissons qu’il abritait) qui est à leur disposition durant les mois froids. À cette époque, il n’est pas question de rivaliser avec les vrais pays de hockey comme le Canada ou les pays nordiques, mais plutôt de s’amuser entre amis et se détendre. Une première scission entre patineurs et hockeyeur a lieu en 1909. Durant les années qui suivent et jusqu’en 1968, des transformations arrivent telles que l’installation d’une buvette, puis d’une piste de glace semi-artificielle et de sanitaires en dur le tout entretenu par Lucien Grandclaude[4]. C’est sur ces installations que l’idée de former la première équipe de hockey sur glace d’Épinal émerge pour devenir une réalité en 1968. La création de cette première équipe composée entre autres de Jean Monvoisin et Lucien Grandclaude marque la montée en puissance de cette discipline à Épinal, aidée en cela par la création d’une patinoire artificielle.

La nouvelle patinoire et les premiers succès (1970-1979)[modifier | modifier le code]

En 1969, profitant d'une mutation professionnelle à Nancy, le joueur de Boulogne-Billancourt Jean-Paul Hennet devient le premier homme fort du hockey spinalien. Il inscrit le club dans le championnat de la Ligue de l'Est et prend les rênes de l'équipe première alors que la patinoire n'est pas encore terminée. En effet, grâce à l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 1968 par la ville de Grenoble, l'opération « Cent patinoires » est lancée. Celle-ci a pour but de construire cent patinoires partout en France afin de favoriser la pratique des sports de glace. C'est ainsi que le 3 décembre 1970, les portes de la nouvelle patinoire d'une capacité officielle de 1 200 places (la capacité réelle étant de 1 500 places) bâtie sur l’étang asséché de Poissompré ouvrent et le 20 décembre, la nouvelle infrastructure est inaugurée par les hautes autorités communales, préfectorales et départementales. À cette occasion, les hockeyeurs spinaliens s'imposent face à leurs homologues strasbourgeois sur le score de 4-2[5]. Lors de cette saison 1970-1971, Hennet, qui a connu la première division, finit meilleur buteur de la Ligue de l'Est. Très vite, Épinal s'impose comme un des favoris de son championnat régional face à Belfort, Mulhouse, Nancy, Metz, Colmar, Besançon, Dijon ou encore Strasbourg. Ces rivalités régionales sont propices à l'essor du hockey sur glace dans la cité des Images. À cette période, le public est déjà nombreux à venir assister aux matchs se déroulant sur la glace de Poissompré. Le club recense alors pas moins de 383 licenciés. Après deux échecs consécutifs en finale face à Dunkerque en 1977 (4-4 à Épinal puis 5-3 dans le Nord)[6] et face à la réserve grenobloise en 1978 (deux défaites 6-3 puis 4-3)[7] c'est en 1979 que l’équipe d’Épinal décroche son premier titre national, celui de champion de France de division 2 en écartant Asnières puis Dunkerque en séries éliminatoires avant de s'imposer en finale face à Nice. L'équipe spinalienne est alors composée de joueurs formés au club par Jean-Paul Hennet et emmenée par la première vedette nord-américaine d'Épinal, le canadien Brad Neville. Les hockeyeurs spinaliens réussissent faire match nul 4-4 sur la côte d'Azur avant de s'imposer 7-3 au retour à Poissompré[8] ce qui permet à l'équipe d'être sacrée championne de France de Nationale C et d'accéder à l'échelon supérieur, la Nationale B. Les premières vedettes du hockey à Épinal s'appellent alors Pierre Aubert, Jean-Paul Peltier, Laurent Gaspard, Didier Froment, Denis Claudé, les frères jumeaux Jean-François et Éric Bardy et le gardien Christian Nadobny. Ceux-ci sont rejoints par le rémois Patrick Adin[9].

Première accession à l’Élite (1979-1982)[modifier | modifier le code]

En 1979, Épinal découvre la Nationale B dans la poule Nord. Cette poule est dominée par le club d'Amiens qui s'appuie sur de nombreux jeunes joueurs évoluant au sein de l'équipe de France junior et sur Dave Henderson, futur sélectionneur de l'équipe de France[10]. Le club spinalien est alors reversé dans une poule de maintien qu'il remporte pour continuer à évoluer une deuxième saison au sein du second échelon national[11]. Cette deuxième saison voit Épinal progresser encore : les spinaliens gagnent la poule Sud grâce à un dernier succès 6-3 face à Dijon devant 2 000 personnes réunis à Poissompré[12]. Cependant, dans la poule de promotion/relégation réunissant les 4 derniers de Nationale A et les vainqueurs des 2 poules de Nationale B, Épinal ne résiste pas face à ses adversaires mieux armés techniquement et tactiquement. L'équipe finit 5e sur 6, Meudon déclarant forfait après 3 matchs[13]. Les dirigeants font ensuite venir l'ancien sélectionneur de l'équipe de France, Pete Laliberté qui donne au hockey spinalien une nouvelle dimension : c'est en effet le premier vrai entraîneur qui exerce à Épinal. Il impose une préparation d'avant-saison et une rigueur de travail inédite au club jusqu'alors. Gilles Saint-Germain et Philippe Decock, deux internationaux qui débarquent de Tours viennent renforcer l'attaque et le dernier rempart est Patrick Partouche, ex-tourangeau lui aussi. Pour remplacer Joseph Fernald, blessé dès le début de saison, le club engage l'un des meilleurs attaquants de Nationale A, le canadien Normand Pépin venu de Megève. L'équipe adopte alors un jeu très canadien : défense de fer et jeu très physique où les bagarres foisonnent. Poissompré devient « la hantise de toutes les équipes lorsque celles-ci se déplacent dans l'enfer d'Épinal » dit alors Patrick Partouche. Celui-ci dit avoir rejoint la Cité des Images à 24 ans « parce qu'il régnait et règne toujours un esprit hockey ». Malgré une défaite controversée, qui instaure des rapports tendus entre les deux clubs, à Briançon (7-1) où l'équipe se voit refuser l'accès à la glace par les dirigeants haut-alpins la veille du match, Épinal accède une nouvelle fois à la poule de promotion/relégation en compagnie de Briançon[14]. Après avoir battu les pensionnaires de l'élite Lyon, 5-4, et Caen, 5-1 à domicile, les spinaliens sont en tête de la poule à l'issue des matchs aller. La phase retour est plus compliquée et les Épinal se retrouvent 4e et premier non-promu, à égalité de points avec le 3e, Lyon mais accusant une moins bonne différence de points (+6 contre +7) avant la dernière journée. Mais grâce à une large victoire 10-3 contre Valenciennes conjuguée à une défaite lyonnaise face à Briançon, Épinal accède à la Nationale A, l'élite du hockey français[15]. Le 6 février 1982 le club de hockey spinalien devient le premier club sportif vosgien, tout sport confondus, à rejoindre l'élite nationale[16].

Premier passage dans l'Élite (1982-1984)[modifier | modifier le code]

Les premiers pas en Nationale A sont difficiles pour Épinal. En effet, Normand Pépin, en attente de naturalisation, ne peut pas commencer le championnat avec ses partenaires qui s'inclinent face à Gap à la Blache, 6 buts à 10, dans un match où le jeune joueur de 18 ans, Jérôme Campiglia devient le premier buteur d'un club vosgien en élite nationale. La première victoire intervient lors de la 3e journée : à cette occasion la patinoire de Poissompré accueille le club de Viry pour son premier match de l'Élite et Épinal s'impose 5-3. Normand Pépin obtient sa naturalisation seulement 2 jours avant la quatrième journée qui voit Épinal s'imposer à domicile face à Lyon 5-1. À domicile, devant 1 200 spectateurs de moyenne, Épinal fait match nul 2-2 contre à Tours lors de la cinquième journée grâce à un doublé de Bernard Meslier puis bat Amiens 8-5 et Briançon 9-1 avant de perdre 3-4 contre Grenoble. La phase aller est une réussite pour Épinal qui occupe alors la 8e place qualificative pour la phase finale mais la phase retour est bien plus compliquée : les clubs alpins dominent largement les vosgiens qui arrivent malgré tout battre Megève 5-2 ou encore Lyon 5-0. Les Spinaliens échouent à la 9e qui les oblige à disputer la poule de promotion/relégation[17]. Le maintien est finalement acquis grâce à un total de 9 victoires pour 4 défaites et 1 nul[18].

Le club obtient donc le droit de jouer pour une deuxième saison consécutive en Nationale A. Cependant Pete Laliberté, devenu trop cher, doit quitter l'équipe. Marcel Dumais, arrive de Saint-Gervais pour occuper le rôle d'entraîneur-joueur. La saison démarre par un déplacement à Gap finalement annulé pour cause de brouillard. Le premier match se dispute finalement au pied du mont Blanc face à Saint-Gervais où le départ de Marcel Dumais n'a pas été digéré. Cette première opposition se solde par une défaite 9-4 alors que Patrick Adin, auteur d'un triplé, avait égalisé à la 52e minute. Il faut attendre la 6e journée pour voir les spinaliens remporter leur premier match de la saison, à domicile face à Tours (11-4). Un match marqué par un quintuplé de Marcel Dumais et un triplé de Normand Pépin. Cette deuxième saison est plus difficile que la première et l'enchaînement de défaites fait perdre du public au club qui ne compte plus que 700 spectateurs pour assister au dernier match de la saison, une défaite 6-4 face à Caen. Les Vosgiens, derniers du classement, doivent alors passer une nouvelle fois par la poule de promotion/relégation[19]. Dans une poule où Lyon déclare forfait à la suite de problèmes financiers, les Spinaliens terminent 4e, et se maintiennent de justesse en Nationale A, grâce à une meilleure différence de but et en s'imposant lors de la dernière journée face à Caen (13-4) : ils ne devancent les Caennais qu'à la différence de buts (+7 contre -7)[20]. Malgré ce maintien sportif, le club qui a de sérieux soucis financiers est ensuite contraint de déposer le bilan.

Période de reconstruction (1984-1989)[modifier | modifier le code]

1984 à 1986[modifier | modifier le code]

Le club est contraint de redémarrer en Nationale C, le troisième et dernier échelon national. Pour commencer sa nouvelle histoire, il prend le nom d'Association pour le renouveau des sports de glace d'Épinal (A.R.S.G.E.). L'équipe voit le départ de la quasi-totalité de ses joueurs et seul quelques-uns restent comme Gilles Durand qui déclare : « Quand le club a déposé le bilan après les deux premières saisons en élite, j'ai eu des propositions pour partir. Je n'ai pas voulu car à ce moment-là, on ne pouvait pas vivre du hockey. »[21]. Lui, les frères Bardy et Denis Claudé deviennent les cadres du club qui joue dans un championnat à 4 aux côtés de l'entente Metz/Amnéville, de Besançon et de la réserve de Strasbourg. L'équipe remporte 5 victoires contre une défaite 4-3 à domicile contre Metz/Amnéville et se qualifie pour la finale nationale[22] mais décline l'invitation et n'y participe pas. Lors de la saison 1985-1986, Épinal se voit proposer un simple tournoi à 3 avec Besançon et l'entente Metz/Amnéville. Un parcours sans faute permet au club de participer à la finale nationale[23]. Épinal remporte le tournoi organisé à Poissompré face à Reims 5-4, Cherbourg 23-2 et Le Vésinet 10-4 ce qui lui permet de disputer la finale de Nationale C face à Morzine. Une première victoire à domicile 7-5 puis une victoire 4-3 à Morzine permet au club de devenir champion de France de division 3 et d'accéder à la Nationale 2[24].

Saison 1986-1987[modifier | modifier le code]

Andreas Farkas et le président Ghislain Mérenne

Pour la saison 1986-1987, Épinal embauche l'entraîneur Tchécoslovaque de Chamonix Yvan Guryca. L'international hongrois Andreas Farkas devient, à 32 ans, le troisième hockeyeur hongrois à jouer en dehors de son pays et le premier en France (les deux autres jouant en R.F.A.) en rejoignant l'A.R.S.G.E.. L'équipe est engagé dans la poule Norde de Nationale 2 aux côtés d'Angers, Courbevoie, Le Vésinet, Poitiers, Reims, Valenciennes et de l'équipe réserve des Français Volants de Paris. Après un bon début de saison qui voit les spinaliens s'imposer lors de leurs deux premiers matchs (5-1 face à Courbevoie puis 3-10 à Valenciennes). Après une première défaite face à Angers (2-7), le club enregistre le retour au jeu à 35 ans de Jean-Paul Peltier pour renforcer un effectif limité. Cet apport bénéfique permettra d'enchaîner 4 victoires consécutives et de conclure la phase aller avec 6 victoires et 1 défaite. La phase retour est plus compliquée avec 4 défaites, toutes à l'extérieur (3-2 à Courbevoie, 6-1 à Angers, 6-5 à Paris face aux Français Volants, 9-2 à Reims) contre 3 victoires. Ce bilan final de 9 victoires et 5 défaites permet à Épinal de terminer à la 2e place finale et d'accéder logiquement à la poule de promotion en compagnie de Reims, Angers et Courbevoie. Une poule qui verra les spinaliens concéder 2 nuls à l'extérieur (3-3 à Reims et à Angers), empocher 2 victoire (6-3 face à Reims et 11-0 face à Courbevoie) et être défait 2 fois (4-0 à Courbevoie et 1-2 face à Angers). Épinal conclue donc sa saison à la deuxième place de la poule de promotion loin du leader Angers qui a gagné tout ses matchs à l'exception d'un seul, face à Épinal conclu par un match nul[25]. Le hongrois Andreas Farkas termine la saison avec 93 points en 24 matchs.

Photo d'équipes des étoiles légendaires de la LNH

Parallèlement les spinaliens disputent la Coupe de France. Si le premier match prévu voit finalement Le Vésinet déclarer forfait, les spinaliens se qualifient ensuite au bénéfice d'une victoire étriquée face à Poitiers (7-6). Au tour suivant les hommes d'Yvan Guryka se voit offrir un nouveau match à domicile face au leader invaincu de leur championnat: Angers. Le match se déroule le 14 février et se termine par un exploit spinalien avec une victoire 6-5, ce qui sera la seule défaite angevine de toute la saison. En 1/32e de finale le tirage au sort désigne Deuil-la-Barre, club de Nationale 3, comme adversaire, à nouveau à Poissompré. Privé d'Andreas Farkas pour ce match du fait de leur supériorité hiérarchique, les spinaliens trébuche face au club nordiste en s'inclinant 2-3 sur un but à la 58e minute de Lendenmat.

Durant la trêve internationale de janvier 1987, Épinal accueille une étape de la tournée européenne des «étoiles légendaires» de la LNH. Après des victoires à Feldkirch et Innsbruck (Autriche) et à Berne (Suisse) cette équipe composée de grands joueurs de la LNH à la retraite comme le gardien Gary Smith ou le centre Garry Peters qui comptabilisent au total plus de 10 000 matchs en LNH et 36 Coupe Stanley vient s'imposer 7-13 à Poissompré dans un match d'exhibition sans contacts arbitré par Maurice Richard.

1987 à 1989[modifier | modifier le code]

En 1987-1988, l'équipe repart pour une nouvelle saison en Nationale 2 achevée à la deuxième place de la poule nord dominée par Reims, et par une qualification pour une nouvelle phase finale[26]. Lors de celle-ci, Épinal finit dernier[27]. En 1988-1989 l'effectif est rajeuni : Guryka, Farkas et les frères Bardy quittent le club et le Canadien Gatien Dumoulin devient le nouvel entraîneur-joueur. Il marque un tiers des buts de l'équipe qui finit à la quatrième et dernière place qualificative pour la phase finale de la poule nord[28]. Malgré une sixième place lors de cette poule finale, le club profite du retrait de Dijon pour accéder à la Nationale 1B, le deuxième échelon national[29].

La légende Bob Gainey (1989-1990)[modifier | modifier le code]

Photographie couleur de l'équipe 1989-90 d'Épinal sur la glace de Poissompré
Photo d'équipe 1989-90

Au début de la saison 1989-1990, Épinal réalise l'un des plus gros transferts de l'histoire du hockey français avec la signature de Bob Gainey. Le 12 juillet 1989, le journal La Liberté de l'Est annonce que la signature de Bob Gainey, capitaine des Canadiens de Montréal, quintuple vainqueur de la Coupe Stanley et quadruple vainqueur du Trophée Frank J. Selke à Épinal est imminente. Des contacts ont été établis entre les deux partis depuis plusieurs mois et le joueur est venu visiter la ville en compagnie de sa femme. Le 18 juillet, ce même journal annonce que le joueur a officiellement signé. Autre nouvelle officialisé ce jour: la promotion administrative du club au deuxième échelon national. À propos de cette arrivée, Gatien Dumoulin dit en juillet 1989 à La Liberté de l'Est : « voir Gainey à Épinal, c'est comme si vous annonciez que Michel Platini allait signer dans un petit club amateur. Impossible ». Pourtant le président Latour réalise là un tour de force. Gainey, qui souhaite prendre du recul par rapport à la LNH, fait affluer de très nombreux sponsors pour payer son salaire. La municipalité et son maire Philippe Séguin participent pour 1 million de francs. Le club accueille également la télévision canadienne, venue découvrir au plus près le phénomène. Malgré tout, le début de saison est compliqué pour le club qui débute par deux défaites à domicile contre Angers 5-0 et à Chamonix 13-3[30].

Photographie noir et blanc de Bob Gainey sur la patinoire
Bob Gainey sous le chandail spinalien

Bob Gainey qui avait disputé ces deux rencontres en tant que défenseur, reprend son poste habituel en attaque pour emmener son équipe à la 4e place finale, qualificative pour la phase finale[31]. Une phase finale conclue également à la 4e place[32]. Cette phase finale n'offre pas de promotion puisque dès la saison suivante : l'Élite devient la Ligue nationale, un championnat à 8 fermé dont l'accession se fait uniquement sur dossier. Cette saison 1989-1990 reste comme une saison pas comme les autres pour Épinal, devenu le centre éphémère du hockey français grâce au passage de Bob Gainey au sein du club. La star repart dès la saison suivante en LNH comme entraîneur en chef des North Stars du Minnesota[33] avec qui il atteint la finale de la Coupe Stanley dès sa première saison sur le banc[34]. Le 16 novembre 2002, Bob Gainey revient pour la première fois à Épinal. Après avoir reçu une standing ovation de la part des spectateurs de Poissompré, dont certains anciens coéquipiers du club, le député-maire Michel Heinrich annonce le futur baptême de la patinoire de Poissompré en patinoire Bob-Gainey[35].

Les difficultés financières (1990-1997)[modifier | modifier le code]

Saison 1990-1991[modifier | modifier le code]

La saison suivante fait rentrer Épinal dans un certain anonymat ce qui n'empêche pas le club de nourrir des ambitions avec un recrutement qui doit lui permettre de jouer les premiers rôles en division 1, le second échelon national. L'équipe enregistre le retour de Jérôme Campiglia et les arrivées du tourangeau Raphaël Marciano, des Brainçonnais Alain Pivron et Nicolas Marck ainsi que du villardien Nicolas Ligeon entraînés par Frédéric Favre. Cependant une péripétie intervient dès le début de cette nouvelle saison : les licences des joueurs n'arrivent pas à temps si bien que la victoire 6-1 contre Anglet, acquise lors de la 7e journée, est annulée et le club perd 5-0 sur tapis vert[36]. Après cet épisode ayant entraîné un menace de boycott d'Épinal, le club trouve son rythme de croisière, emmené par le défenseur tchèque Jan Reindl qui était encore capitaine du HC Sparta Prague et champion de Tchécoslovaquie quelques mois auparavant[37]. Après leur deux défaites initiales, les spinaliens ne perdent plus aucun match sur la glace avant la 22e et dernière journée du championnat[36]. Cette série amène l'équipe à la 2e place du classement, à égalité de points avec le leader Viry-Châtillon, en possédant la meilleure défense du championnat[38]. En séries, l'équipe se débarrasse d'Anglet en quart de finale grâce à un match nul 6-6 à l'aller en Aquitaine puis un victoire 5-2 au retour à Épinal. Les Caennais sont les adversaires de la demi-finale. Après un match nul 9-9 obtenu en Normandie une semaine plus tôt, les deux équipes se retrouvent à égalité 3-3 dans les dernières minutes du match retour. Alors que les prolongations semblent inévitables, Raphaël Marciano gagne un ultime engagement pour remiser derrière sur Alain Pivron dont le tir trompe Gervasoni, le gardien caennais, à 3 secondes de la fin du temps réglementaire devant 1 800 spectateurs. En finale les Spinaliens perdent ensuite contre le vainqueur de la saison régulière, Viry-Châtillon[39].

Saison 1991-1992[modifier | modifier le code]

Photographie couleur du banc de l'équipe en 1991-92
Le banc spinalien lors de la saison 1991-1992

À la fin de la saison 1990-1991, la Ligue nationale voit les équipes de Grenoble, des Français volants, de Bordeaux et de Tours déposer le bilan et seules 4 équipes survivent : Rouen, Briançon, Reims et Amiens[40]. Pour retrouver une ligue élite à huit clubs, la fédération oblige Viry-Châtillon, Épinal et Clermont-Ferrand à jouer en Ligue nationale alors qu'un quatrième club, Chamonix, est volontaire pour y jouer[41]. La première partie de championnat est compliquée pour les trois « volontaires désignés » : Épinal termine dernier, Viry avant-dernier et Clermont antépénultième[42]. À l'issue de cette première phase, les deux derniers doivent descendre à l'échelon inférieur, la Nationale 1, et les six autres doivent disputer la poule finale. Clermont, déjà en dépôt de bilan, refuse de participer à la poule finale et Viry est contraint de le remplacer[43]. Épinal dispute la deuxième phase de son championnat en Nationale 1 où il termine à la 2e place, juste derrière le grand favori, Bordeaux[44]. À la fin de la saison, le président Robert Cabrit annonce qu'il prévoit de réduire la masse salariale, par précaution. Le député-maire Philippe Séguin se veut également rassurant dans la presse locale : « Le hockey français vit au-dessus de ses moyens et il faut limiter les dépenses. Certes Épinal a des difficultés mais ce n'est rien par rapport à d'autres, et son déficit cumulé est le plus bas de tous. Sans m'immiscer dans les affaires du club, je ne peux donner tort aux dirigeants de vouloir équilibrer recettes et dépenses. »[45] Le club doit malgré tout à nouveau déposer le bilan à l'intersaison 1992.

Saison 1992-1993[modifier | modifier le code]

Photographie de l'équipe 1992-93 d'Épinal remerciant ses supporters à la fin de la saison sur la glace de Poissompré
L'équipe 1992-1993 remercie ses supporters en fin de saison

C'est donc en Nationale 2 qu'Épinal dispute la saison 1992-1993. L'effectif est amoindri par rapport à la saison précédente mais certains cadres sont malgré tout restés au club : Alain Pivron, Raphaël Marciano, Michel Célestin et Jan Reindl[46]. Ceux-ci doivent encadrer, avec l'entraîneur Patrick Mavré, le jeune effectif essentiellement spinalien monté par le nouveau président Jean-Claude Hoff. Le nombre de cadets et juniors spinaliens sélectionnés en équipes nationales atteint des sommets tant le réservoir de jeunes formés par le club est grand. Reversés dans une poule difficile avec deux autres équipes qui viennent de déposer le bilan, Caen et Clermont, et les Albatros de Brest, la jeune équipe finit à la 4e place sur 6 de sa poule de qualifications[47]. En poule de classement, Épinal domine son championnat en compagnie de Clermont qui prend la première place grâce à une meilleure différence de points particulière[48]. La saison est endeuillée par le décès au printemps de l'entraîneur Patrick Mavré qui est alors remplacé par le défenseur Jan Reindl[49].

Saisons 1993-1994 à 1995-1996[modifier | modifier le code]

La poule des Spinaliens en 1993-1994 est moins relevée et leurs adversaires les plus sérieux sont les Français Volants. Après une première phase conclue juste derrière ces derniers[50], la montée, encore possible, se joue au dans la dernière minute du dernier match de championnat à Poissompré, face à Lyon où deux lyonnais se télescopent pour offrir le but de la victoire à Alain Pivron. Grâce à la réforme des championnats, les Spinaliens accèdent à la Nationale 1B, deuxième échelon national[49],[51]. La saison 1994-1995 est celle des paradoxes pour Épinal. Si à domicile les vosgiens sont irrésistibles, il en est tout autre à l'extérieur où rien ne fonctionne[52]. La responsabilité de Jan Reindl, pour sa première saison en tant qu'entraîneur à temps plein, est engagée et il démissionne de son poste en décembre. La poule de maintien est ensuite survolée par les Spinaliens sous l'égide du nouvel entraîneur, le serbe Dušan Ilić[53]. La saison suivante, voit l'arrivée des défenseurs Mike Baumann et Jarkko Laiho et de l'attaquant valenciennois Stanislas Solaux[54] et l'équipe finit la première phase de championnat à la seconde place de la poule nord-ouest. Elle est qualifiée pour la poule finale où elle termine la quatrième place[55]. En fin de saison, la fédération décide cependant d'élargir l'Élite et promeut Épinal en Nationale 1A.

Saison 1996-1997[modifier | modifier le code]

Les « Renards » n'étant pas armés financièrement pour ce championnat voient l'effectif s'affaiblir considérablement[56]. Les Spinaliens terminent avec seule victoire et font un match nul[57]. Avec une moyenne de plus de 8 buts encaissés par match, le public déserte Poissompré ce qui diminue encore les recettes et entraîne des retards de salaire. Dans ce contexte, les jeunes obtiennent plus de temps de glac. Après la première phase terminée à la dernière place, Épinal dispute la poule de relégation en compagnie de Lyon, Megève et Gap. Avec 6 défaites en autant de matchs et 56 buts encaissés, l'équipe redescend au deuxième échelon national et évite de justesse un nouveau dépôt de bilan malgré un déficit cumulé estimé à 1,7 millions de francs[57].

Les Dauphins, le renouveau du hockey spinalien (1997-2003)[modifier | modifier le code]

1997 à 1999[modifier | modifier le code]

La saison 1997-1998 sera celle de la rupture pour l'équipe. La couleur originelle du club est abandonnée au profit du bleu-blanc-rouge. Le surnom des « Renards » adopté un an plus tôt est également changé, au profit des « Dauphins ». Le nouveau président, Claude Maurice, est décidé à faire d'Épinal un grand club formateur et lance pour cela un Pôle France[58]. Dans ce contexte, la jeunesse arrive donc au pouvoir. L'équipe termine la première phase de championnat à la 5e place et rate la poule finale pour deux points[59]. Les « Dauphins » terminent avant-dernier de la poule de relégation devant les Français Volants[60]. Le club repart pour une nouvelle campagne en Nationale. Après un début de saison en demi-teinte, Christian Bozon abandonne la charge du coaching au profit de Dušan Ilić. Le club doit à nouveau disputer la poule de relégation[61] qu'il finit à la 3e place et lui permet de disputer une troisième saison en Nationale 1[62].

1999 à 2001[modifier | modifier le code]

Alors que la dette du club s'efface progressivement, le président Claude Maurice opère à un changement radical dans la politique du club : le recrutement se tourne vers l'étranger et notamment vers l'Europe de l'Est. Les arrivées en défense des Finlandais Tommi Åkerlund et Rami Carlstedt, du Tchèque Vladimír Domin et du Slovaque Jozef Držík renforce un secteur très critiqué lors des saisons précédentes et l'attaque voit les renforts du finlandais Jussi Haapasaari et du tchèque Tomáš Myšička[63]. Ce recrutement permet au club de réaliser une bonne saison solide terminée à la 4e place synonyme de poule finale[64]. Après un bon début de poule finale les ultimes espoirs de demi-finale s'envolent à Briançon dans un match où le vainqueur prenait la 4e et dernière place qualificative pour la demi-finale[65]. La saison 2000-2001 est donc porteuse d'espoirs dans les Vosges. l'effectif reste stable malgré quelques départs. Le changement principal est à trouver sur le banc de touche où Jan Reindl quitte ses fonctions. Il est alors remplacé par Raphaël Marciano qui devient entraîneur-joueur. Après un début de saison morose, le club profite du dépôt de bilan de Lyon pour se renforcer en recrutant l'Estonien Mihail Kozlov et le Slovaque Radoslav Regenda. Épinal enregistre alors une série de 6 victoires consécutives pour se qualifier pour la poule finale[66]. Une poule où Épinal met fin à une série de 8 défaites consécutives face au rival mulhousien par une victoire 5-4 à domicile puis une deuxième à Mulhouse[67]. La rivalité ne s'arrête pas là les deux équipes s'affrontent en demi-finale. Épinal se déplace pour le match aller sans Mihail Kozlov, appelé en sélection nationale. Haapasaari inscrit un doublé mais doit quitter la glace suite à une charge mulhousienne et Épinal perd 3-2. Le match retour est perdu sur le même score puis le match pour la 3e place est gagné par Saint-Gervais[67]. La carrière de joueur de Raphaël Marciano s'arrête alors après 11 ans et plus de 400 points au club[68].

2001 à 2003[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2001-2002 qui voit l'arrivée de deux anciens mulhousiens, Cyrille David et Roman Trebatický, et du Tchèque Karel Kadlec, l'équipe possède la 3e attaque du championnat de Division 1 mais termine à la 5e place[69]. Avec l'absence de Mulhouse, Épinal se trouve un nouveau rival avec le voisin Besançon, entraîné par Alain Pivron[70] qui se solde par deux défaites en championnat 6-2 dans les Vosges[71] puis 4-1 dans le Doubs, ainsi que par une élimination en Coupe de France. Les séries sont l'occasion de nouvelles retrouvailles entre les deux clubs ; Besançon obtient le match nul 5-5 à Épinal en égalisant à 30 secondes de la fin du match[72] puis Épinal en fait de même en infériorité numérique pour obtenir une prolongation en mort-subite. Après une première période de 5 minutes vierge de but et alors que l'arbitre veut procéder à une séance de tirs de pénalités, le président Claude Maurice objecte le règlement et on procède à une seconde période de prolongation. Haapasaari exploite alors un rebond sur un tir de Trebaticky pour qualifier son équipe[73]. Épinal est ensuite éliminé en demi-finale par Dijon puis battu par Tours pour la 3e place. À l'inter-saison Maurice décline l'invitation de la fédération de rejoindre l'Élite dans le nouveau « Super 16 ». Épinal joue à nouveau en Division 1 sans Jozef Držík, Guillaume Chassard et Jussi Haapasaari partis respectivement à Besançon, Mulhouse et Dunkerque. La première phase de championnat au sein de la poule nord, marquée par la visite de Bob Gainey venu assister à la victoire de son ancien club face à Asnières 7-4[35], est conclue à la deuxième place derrière Strasbourg[74]. En Coupe de France, les Dauphins battent Dunkerque[75] et Dijon[76] pourtant supérieur hiérarchiquement, avant de perdre face à Angers[77], également membre du Super 16. Lors de la poule finale, Épinal remporte 11 victoires contre 1 nul et 2 défaites[78] et accède à l'Élite du hockey français, 7 ans après l'avoir quitté.

Installation dans l'Élite (2003-2009)[modifier | modifier le code]

Saison 2003-2004[modifier | modifier le code]

Après avoir négocié avec la fédération et obtenu une subvention fédérale, le président Claude Maurice estime que son club a les moyens d'intégrer le Super 16 sans risquer un nouveau dépôt de bilan. Le club perd sa vedette Tomáš Myšička et son gardien Rémi Caillou, obligeant les dirigeants à lui trouver un successeur. Celui-ci sera Stanislav Petrík, Slovaque et premier gardien non-français de l'histoire du club. Dès son premier match dans l'ambiance survoltée de Poissompré qui accueille ce jour là le grand rival mulhousien, il démontre toutes ses capacités. L'équipe pâtit d'une improductivité offensive chronique et ne doit son salut qu'à son gardien dont les prouesses « petrikéennes », avec l'aide du « ministre de la défense » Vladimír Domin, tiennent l'équipe à bout de bras. Après une première phase dans la poule est conclue à une prometteuse 5e place, devancé par Villard à la différence de but particulière (défaite 3-2 a.p à Épinal[79], match nul 3-3 a.p au retour à Villard[80]), les « Dauphins » doivent passer par la poule de relégation. Le maintien est assuré par deux victoires face à Dunkerque (5-3 à Dunkerque[81] et 5-3 à Épinal[82]).

Saison 2004-2005[modifier | modifier le code]

Le départ de Vladimír Domin à l'inter-saison et le mauvais recrutement font passer le club par une saison régulière noire où, malgré l'aide de Steve Gainey, fils de Bob et venu trouver du temps de jeu pendant le lock-out NHL, Épinal ne gagnera que 4 fois pour 1 nul et 23 défaites. Le manque de caractère, voire de professionnalisme de l'équipe (à l'image de l'ancienne gloire Mikhaïl Kozlov licencié au printemps pour ivresse sur la voie publique). Christophe Ribanelli tentera de pousser un coup de gueule d'un match à Dunkerque en refusant de remonter sur la glace pour le troisième tiers-temps, sans effet[83]. L'entraîneur Raphaël Marciano sera une des victimes de cette saison et laissera sa place au nouveau retour de Jan Reindl. Dernier du championnat, Épinal se voit contraint de repasser par la poule de maintien, en compagnie de Clermont et Dunkerque. Après avoir obtenu le nul 2-2 a.p. à Clermont[84] et après avoir perdu deux fois contre Dunkerque (4-1 dans les Vosges[85] puis 3-2 dans le Nord[86], les « Dauphins » obtiennent leur maintien en s'imposant 6-3 dans un « match de la mort » contre Clermont à Poissompré[87]. Parallèlement, sous l'impulsion de Djamel Bouhadouf, une structure amateur indépendante du club se créer pour permettre aux « cireurs de banc » de disposer d'un temps de glace en Division 3 mais aussi aux jeunes de profiter d'un environnement où ils ne sont plus dénigrés.

Saison 2005-2006[modifier | modifier le code]

Les dépôts de bilan de Mulhouse et Tours obligent la fédération à refonder le championnat Élite en le faisant passer à 14 clubs sous le nouveau nom de Ligue Magnus. Profitant de ces dépôts de bilan, Épinal attire le slovaque Ján Plch qui venait juste de signer en faveur des « Scorpions » mais également Ján Šimko et Ľubomír Duda, arrivant de Tours et Luc Mazerolle Lionel Simon (premier joueur de champ français recruté depuis 2001) débarquant de Clermont. Le Suédois Joakim Nilsson prend place sur le banc alors que le capitaine Frédéric Dehaëne quitte l'effectif. Le club voit également le retour de l'ancien chouchou de Poissompré Jussi Haapasaari. Fort de ce recrutement, Épinal réalise une saison régulière achevée à la 11e place lui permettant de découvrir pour la première fois de son histoire les play-offs de l'Élite. Une découverte qui se fait à Poissompré face aux Pingouins de Morzine-Avoriaz. Après avoir pourtant ouvert du score par Roman Trebaticky, les Dauphins se retrouvent menés 4-2. C'est alors le moment choisi par Jussi Haapasaari pour inscrire un triplé et donner la victoire aux siens[88]. La victoire 5-2 dans les Alpes[89] qualifiera l'ICE pour les quarts de finale. Des quarts de finale où Épinal affronte Amiens. Après un premier match arraché par les « Gothiques » grâce à l'égalisation de Laurent Gras à 1 minute et 13 secondes du terme de la rencontre et au but décisif de ce même Laurent Gras 14 secondes à peine après le début des prolongations[90], les Spinaliens subissent à nouveau la loi des picards lors du deuxième match (défaite 5-1)[91]. Le troisième match, disputé cette fois à Poissompré, voit à nouveau Amiens l'emporté en prolongations (4-3[92]) et éliminé les vosgiens. Ce match sera le dernier sous le maillot spinalien de Roman Trebaticky.

Saison 2006-2007[modifier | modifier le code]

Finale de la Coupe de France 2007 à Bercy

Pour le remplacer et compléter la ligne de la nouvelle star Ján Plch et de Ján Šimko, Épinal recrute le centre tchèque Michal Petrák qui accompagne son compatriote, l'autre recrue phare de cette intersaison, le défenseur Jan Boháček. La saison 2006-2007 marque une très légère progression au niveau du classement de la saison régulière puisque le club finit 10e avant de se finir éliminer en 2 petits matchs lors des play-offs par Chamonix[93] (3-2 a.p. à Épinal[94] et 4-2 à Chamonix[95]. Cependant cette saison est toutefois marquée par un formidable parcours en Coupe de France qui voit les Dauphins disputer la première finale de cette compétition au Palais omnisports de Paris-Bercy devant une affluence record de 12 215 spectateurs. Les spinaliens doivent cependant s'incliner face aux Ducs d'Angers sur le score de 4-1[96].

Saison 2007-2008[modifier | modifier le code]

L'intersaison suivante voit revenir Shawn Allard au club, au poste d'entraîneur-joueur en remplacement du suisse Pierre-Yves Eisenring. L'arrivée du Finlandais Ilpo Salmivirta et du Canadien Stéphane Gervais dynamite le power play spinalien. Après un début de saison prometteur, la belle dynamique vosgienne est cassée par la blessure du maître à jouer Ján Plch lors de la réception des Dragons de Rouen à Poissompré au soir de la 19e journée de championnat (défaite 5-1[97]. Le retour de l’ailier slovaque redonne un nouvel élan aux Dauphins qui finissent la saison régulière en progressant encore d'un rang au classement final, à la 9e place. Le premier tour des play-offs s'annonce prometteur pour les spinaliens grâce au retour en grande forme de Plch et Petrík. Malheureusement, le dernier rempart de la défense se blesse à la veille du premier match de la série contre Dijon. Le back-up Franck Constantin est alors propulsé dans l'arène au moment le plus décisif de la saison. Le premier match de la série est perdu à Poissompré 5-4 malgré une belle remontée (Épinal était mené 5-1 au début du troisième tiers-temps)[98]. Le second match, en Bourgogne, fut également perdu (4-2)[99] et les spinaliens furent éliminés sans avoir eu vraiment leurs chances à cause de la blessure de leur gardien.

Saison 2008-2009[modifier | modifier le code]

L'effectif pour la saison suivante reste stable malgré quelques ajustements pour stabiliser l'équipe avec notamment le Suédois Alexander Sundqvist et le gardien finlandais Eero Väre venu pour installer une concurrence avec Petrík. La saison se révèle excellente pour les « Dauphins » avec des quarts de finale dans les deux coupes et une excellente sixième place au terme de la saison régulière, correspondant au meilleur résultat jamais enregistré par le club. Cette 6e place donne l'avantage de la glace au premier tour des play-offs contre Chamonix. Un avantage dont tireront profit les joueurs de Shawn Allard en s'imposant à deux reprises sur leur glace de Poissompré (8-5[100] puis 6-3[101]) après avoir perdu au pied du Mont-Blanc (5-2). La belle saison spinalienne prendra fin en quarts de finale contre Rouen avec une série perdu 3 manches à 0 (6-3 et 7-1 à l'Ile Lacroix, 4-1[102] à Poissompré).

Fermeture de la patinoire (2009-2011)[103],[2],[104][modifier | modifier le code]

Saison 2009-2010[modifier | modifier le code]

La belle saison de l'ICE engendra une vague de départs dont ceux de Stéphane Gervais pour Briançon et de Ilpo Salmivirta pour Rouen et de l'emblématique entraîneur Shawn Allard. Pour le remplacer, les dirigeants font confiance au suédois Tommy Anderson. Jussi Haapasaari fait quant à lui un nouveau retour dans la Cité des Images. Alors que le début de championnat est compliqué (4 défaites consécutives), la communauté de communes Épinal-Golbey pris la décision de fermer définitivement la patinoire de Poissompré. En effet, un diagnostic d'un bureau d'études indiqua que la charpente intérieur menaçait de s'effondrer à tout moment[105]. Une structure provisoire de 500 places fut mise en place afin que les sports de glisse ne disparaissent pas de la Cité des Images dès la mi-novembre 2009[106]. Le début de saison virait au cauchemar lorsque et, à l'heure de la trêve internationale de novembre les « Dauphins » étaient bons derniers du classement en comptant 7 défaites en 7 matchs. Le coach Tommy Andersson fut limogé et remplacé par l'Italo-Canadien Santino Pellegrino qui eut la mission d'obtenir le maintien en fin de saison. Quatre mois plus tard, le pari de maintenir Épinal en Ligue Magnus fut gagné par le nouveau coach. Pour beaucoup les « Dauphins » accédaient miraculeusement aux play-offs où ils auraient à rencontrer Grenoble au premier tour. Malgré le redressement spectaculaire opéré en saison régulière, les spinaliens ne purent rien faire face aux grenoblois qui se qualifièrent en reportant la série 2 matchs à 0 (3-1 à Épinal puis 4-1 à Grenoble[2]).

Saison 2010-2011[modifier | modifier le code]

Pour entamer la saison 2010-2011, les dirigeants spinaliens firent confiance au sauveur Santino Pellegrino. Comme pour tenter un symbole, Stéphane Gervais fit son retour, après avoir tenté en vain de s'imposer à Briançon alors que Stanislav Petrik fit ses bagages pour le Kazakhstan, remplacé devant le filet par le drafté NHL Loïc Lacasse[107]. Devant, le club recruta le canadien Maxime Boisclair afin de muscler l'attaque. Devant toujours évoluer dans le « hangar » de la patinoire provisoire, appelé aussi « Poissompré bis », cette équipe des « Dauphins » fut capable à la fois de battre les cadors du championnat (Amiens, Rouen, Grenoble et Angers sont tombés cette saison-là contre Épinal) mais capable aussi de piètre performances comme la déroute subie à Rouen avec une défaite 17-4[108], la plus importante depuis le début de l'ère du président Maurice. L'équipe terminera sur une inespérée 6e place à la fin de la saison régulière avec 33 points, nouveau record du club. Alors qu'Épinal pouvait prétendre à des play-offs tout aussi réussis, l'ICE fut sortie au premier tour par Strasbourg 2 manches à 1 (défaite 4-1 à Strasbourg[109] puis victoire 3-2 à Épinal[110] et défaite 2-0 à Épinal[111]). La saison spinalienne prenait fin brutalement. Tout comme l'histoire de l'ICE dans la patinoire provisoire.

Le renouveau de la patinoire (2011-2014)[modifier | modifier le code]

Saison 2011-2012[modifier | modifier le code]

La nouvelle enceinte est inaugurée le 4 septembre 2011[112] par le député-maire d’Épinal Michel Heinrich et le maire de Golbey Jean Alémani, en présence du préfet des Vosges Dominique Sorain et du sénateur Jackie Pierre. Les « Dauphins » prennent donc possession de leur nouvel instrument de travail au début de la saison 2011-2012. Fort de sa dernière saison régulière, le club compte bien progresser encore grâce à cette nouvelle enceinte. Misant sur la continuité dans l'effectif avec l'apport du centre canadien Toby Lafrance et de Chad Lacasse, frère de Loic, le gardien de l'équipe. Cependant cet effectif ne réussit pas à faire aussi bien que la saison précédente et conclut la saison régulière à la 10e position. Au premier tour des play-offs, les « Dauphins » affrontent des Brûleurs de loups de Grenoble irrésistibles dans la deuxième partie de saison. S'inclinant de peu sur le score de 5-3 lors du premier match à Pôle Sud lors du match 1[113],[114] puis sur le même score le lendemain lors du match 2[115],[116], les Spinaliens se retrouvent dos au mur, condamnés à l'exploit. Le portier spinalien, défaillant jusque là, se mua en homme du match pour entretenir l'espoir lors du match 3 pour une victoire 4-3[117],[118]. Le match 4 sera l'occasion pour les « Dauphins » d'offrir un match 5 décisif à leurs supporters grâce à une victoire 6-2 devant un public nombreux dans le nouveau Poissompré[119],[120]. La Patinoire Polesud de Grenoble fut alors le théâtre d'un match 5 épique. Avec une défense réduite à sa plus simple expression (seulement 4 joueurs valides), les spinaliens, emmenés par leur capitaine Fabien Leroy ils livreront un match héroïque, arrachant la prolongations à quelques minutes de la fin avant de perdre durant la séance des tirs au but (2-2 a.p., 1 t.a.b.)[121],[122] à 0 devant de nombreux partisans ayant fait le déplacement.

Saison 2012-2013[modifier | modifier le code]

Santino Pellegrino reste l'entraîneur de l'équipe. Après un début de saison où le club occupe pour la première fois de son histoire la première place du championnat Élite et obtenant sa qualification pour les quart de finales de la Coupe de la Ligue, les résultats se dégradent à partir de fin octobre. Ceci conduit à la démission de l'entraîneur Santino Pellegrino au cœur de l'hiver et son remplacement par le germano-canadien Alex Stein pour la fin de saison[123].

Malgré l'apport de ce dernier, l'équipe termine 12e de la saison régulière et obtient sa place en séries éliminatoires de justesse. Après avoir éliminé le voisin dijonnais, les Dauphins éliminent Chamonix en quart de finale pour accéder pour la première fois de son histoire aux demi-finales du championnat Élite. L'aventure spinalienne s'arrête à ce stade de la compétition, éliminé par les 1er de la saison régulière, les Ducs d'Angers.

Gabriel Girard et Danick Bouchard (auteur de 10 buts et 12 assistances en 11 matchs) sont élus dans l'équipe-type des séries de la Ligue Magnus[124].

Saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Suite à la non-reconduction de l'entraîneur Alexander Stein le club engage le canadien Claude Bouchard pour le remplacer sur le banc de l'équipe.

Alors que la reconstruction de l'équipe est quasiment terminée après une vague de départs importants, la CNSCG invalide les comptes du club au cœur de l'été. Cette sanction entraîne le départ du nouveau coach ainsi que de la recrue Sébastien Bisaillon. Le club sera finalement validé quelques semaines plus tard après avoir signé un Contrat d'Objectif Financier obligeant le club a réaliser un bénéfice de 121 000€ au cours de la saison.

L'équipe termine finalement la saison régulière du championnat à la 8e place avant d'être sorti au premier tour des séries éliminatoires par les Chamois de Chamonix en perdant la série 3 matchs à 0. Auparavant les Dauphins avaient été éliminés en quart de finale des deux coupes nationales par les Ducs d'Angers.

A l'issue de la saison, les dirigeants annoncent que l'objectif de réaliser un bénéfice de 121 000€ est réussi avec une bénéfice total de 131 000€.

Les Gamyo (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Lors d'une soirée de la présentation de la saison 2014-2015 organisée le 4 juillet 2014, les dirigeants annoncent un changement radical ; le nom du club est abandonné au profit d'un nouveau nom issu d'un naming : les Gamyo Épinal. Les couleurs changent également passant du bleu et blanc au orange, blanc et noir. Un nouveau logo est également introduit[125].

Saison 2014-2015[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2014-2015 des Gamyo Épinal.

L'entraîneur aurait du initialement être l'américain Dan Brooks mais celui-ci fait volte-face en signant un contrat à Berne. Le club engage alors l'un des grands noms du hockey français : Philippe Bozon, premier français à avoir joué en LNH[126].

Les Gamyo terminent 8e de la saison régulière. Ils sont éliminés en demi-finale de Coupe de la Ligue face à Grenoble et en quart de finale de Coupe de France face à Rouen. En séries éliminatoires du championnat, ils éliminent successivement Strasbourg 3-2, Rouen 3-1, Angers 3-2 mais s'inclinent en finale face à Gap 4-3 après avoir mené 3-1.

A l'issue de ces séries éliminatoires, le défenseur Maxime Moisand et l'attaquant Grégory Beron sont nommé dans la première équipe-type des séries tandis que le gardien Andrej Hocevar, le défenseur Vojtech Kloz et l'attaquant Jan Plch sont nommé dans la seconde équipe-type[127].

Saison 2015-2016[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2015-2016 des Gamyo Épinal.

Le 5 mai à l'occasion du match entre l'Équipe de France et l'Autriche comptant pour le Championnat du monde, l'entraîneur Philippe Bozon, qui commente les matchs pour la chaîne télévisée Sport+, annonce en direct à l'antenne qu'il ne sera plus l'entraîneur d'Épinal, invoquant des « objectifs sportifs personnels et du club qui ne correspondent pas »[128].
Lors d'une conférence de presse organisée le 14 mai, le club annonce la nomination de Stéphane Barin au poste d'entraîneur en chef[129].

Équipes liées au Gamyo[modifier | modifier le code]

ICE Amateurs[modifier | modifier le code]

Créé en 1997 afin de protéger le hockey mineur spinalien de problèmes financiers rencontrés par l'équipe professionnelle, l'Image Club d'Épinal amateurs (ICEA) est le club chargé de la formation des jeunes et de la gestion des équipes seniors amateurs. L'ICEA engage des équipes en U9, U11, U13, U15, U18 et en trophée loisirs. Jusqu'à la saison 2013-2014 elle engageait également une équipe en D3 mais faute de joueurs, cet engagement à dû s'arrêter.

Équipe réserve[modifier | modifier le code]

L'engagement d'une seconde équipe réserve senior spinalienne en Championnat de France fut épisodique dans l'histoire du hockey à Épinal. En 2004, sous l'impulsion de Djamel Bouhadouf et de Nicolas Martin et après 7 ans d'inactivité, une équipe réserve est relancée[130]. Active jusqu'en 2014 elle obtient dans un premier temps des résultats mitigés[131]. Mais elle se voit renforcée en 2012 et elle voit ses résultats s'améliorer. C'est ainsi que lors de la saison 2013-2014 les amateurs spinaliens se hissent jusqu'au carré final de Division 3[132] grâce notamment à leur capitaine Guillaume Chassard qui finit meilleur pointeur du championnat et des séries éliminatoires. À l'été 2014, faute de joueurs, l'équipe réserve est obligée de cesser ses activités.

Phenix de Reims[modifier | modifier le code]

Depuis la saison 2013-2014 le hockey spinalien s'est associé avec le club de Reims pour permettre à ses joueurs de bénéficier des structures rémoises et de gagner du temps de jeu tout en renforçant les équipes rémoises. C'est le cas pour Martin Charpentier, Maxime Martin ou encore Kevin Pernot.

Galaxians d'Amnéville[modifier | modifier le code]

Afin de régler des soucis d'effectifs dans certaines catégories, les deux clubs s'associent depuis plusieurs années afin de permettre l'engagement en championnat d'équipes de jeunes constitués de joueurs venant des deux clubs[133]. À l'été 2014 et suite à l'arrêt de l'engagement d'une équipe en Division 3 à Épinal, cet accord évolue et des joueurs spinaliens vont renforcer l'équipe senior amnévilloise évoluant en Division 2.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Arrivée des supporters mulhousiens à Poissompré

Épinal entretient une rivalité avec plusieurs clubs du fait de la proximité géographiques de ceux-ci. Ces rivalités ont toujours dépendues de la fréquence de matchs entre les clubs. Parmi celles-ci existe la rivalité avec les Séquanes de Besançon, l'Étoile noire de Strasbourg ou encore avec les Ducs de Dijon. Cependant la plus grande rivalité est celle qui oppose les Dauphins d'Épinal aux Scorpions de Mulhouse ayant pour conséquences des matchs très animés à la fois sur la glace et dans les tribunes[134].

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1979 : champion de France de division 2
  • 1981 : champion de France de division 1
  • 1986 : champion de France de division 3
  • 2003 : champion de France de Nationale 1
  • 2015: vice-champion de France de Ligue Magnus

Bilan Sportif[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les différents maillot du club[modifier | modifier le code]

  • Couleurs actuelles :
    • Domicile : bas orange et noir, short noir, maillot orange et noir.
    • Extérieur : bas blanc et orange, short noir, maillot blanc et orange.
    • Coupes : bas noir et rouge, short noir, maillot noir et rouge.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités[modifier | modifier le code]

Effectif[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Joueur de l'Image Club Épinal.
Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif[135],[136]
No Nom Nat. Position Arrivée
+031, Hočevar, AndrejAndrej Hočevar Drapeau : Slovénie Gardien de but 2013
+033, Mauffrey, PierrePierre Mauffrey Drapeau : France Gardien de but Formé au club
+039, Ravel, NicolasNicolas Ravel Drapeau : France Gardien de but Formé au club
+003, Ouimet, MaximeMaxime OuimetC Drapeau : Canada Défenseur 2012
+008, Goulet, AlainAlain Goulet Drapeau : Canada Défenseur 2014
+009, Charpentier, MartinMartin Charpentier Drapeau : France Défenseur Formé au club
+011, Baazzi, AzizAziz Baazzi Drapeau : France Défenseur 2014
+012, Slovak, PeterPeter Slovak Drapeau : Slovaquie Défenseur 2005
+019, Ganz, NathanNathan Ganz Drapeau : France Défenseur Formé au club
+028, Susanj, GasperGasper Susanj Drapeau : Slovénie Défenseur 2012
+050, Kloz, VojtechVojtech Kloz Drapeau : République tchèque Défenseur 2014
+090, Moisand, MaximeMaxime Moisand Drapeau : France Défenseur 2014
+004, Kara, VincentVincent Kara Drapeau : France Attaquant 2014
+010, Martin, MaximeMaxime Martin Drapeau : France Attaquant Formé au club
+014, Plch, JánJán PlchA Drapeau : Slovaquie Attaquant 2005
+015, Rapenne, AnthonyAnthony Rapenne Drapeau : France Attaquant Formé au club
+016, Leonelli, NicolasNicolas Leonelli Drapeau : Suisse Attaquant 2014
+018, Ograjensek, KenKen Ograjensek Drapeau : Slovénie Attaquant 2014
+021, Valier, PeterPeter Valier Drapeau : France Attaquant 2014
+023, Offret, YannickYannick OffretA Drapeau : France Attaquant 2011
+025, Beron, GrégoryGrégory Beron Drapeau : France Attaquant 2014
+040, Petrák, MichalMichal Petrák Drapeau : République tchèque Attaquant 2006
+057, Hordelalay, Pierre-CharlesPierre-Charles Hordelalay Drapeau : France Attaquant 2013
+080, Le Blond, MathieuMathieu Le Blond Drapeau : France Attaquant 2014
+092, Kuralt, AnžeAnže Kuralt Drapeau : Slovénie Attaquant 2013

Encadrement[modifier | modifier le code]

  • Entraîneur : Stéphane Barin (France)
  • Entraîneur adjoint-préparateur physique : Nicolas Martin (France)
  • Entraîneur power skating: Véronique Ouimet (Canada)
  • Entraîneur des gardiens: Sébastien Beaulieu (France)
  • Team leader : Yvan Charpentier (France)
  • Manager général : Anthony Maurice (France)
  • Président : Claude Maurice (France)
  • Responsable logistique : Guillaume Laroche (France)
  • Responsable logistique adjoint : Thierry Regnon (France)

Les capitaines[modifier | modifier le code]

Liste des capitaines[137],[138]
Période Nom des joueurs Nationalité
1945-1948 Munier Grandclaude Drapeau de la France France
1948-1952 Jules Weiller Drapeau de la France France
1952-1953 Lucien Grandclaude Drapeau de la France France
1953-1969 Jean Monvoisin Drapeau de la France France
1969-1971 Jean-Paul Henet Drapeau de la France France
1971-1972 Jean-Jacques Philippe Drapeau de la France France
1972-1976 Jean-Paul Peltier Drapeau de la France France
1976-1977 André Camate Drapeau de la France France
1977-1980 Jean-Paul Peltier Drapeau de la France France
1980-1983 Patrick Adin Drapeau de la France France
1983-1989 Jean-Louis Durand Drapeau de la France France
1989-1990 Frédéric Favre Drapeau de la France France
1990-1991 Jérôme Campiglia Drapeau de la France France
1991-1992 Raphaël Marciano Drapeau de la France France
1992-1993 Cyril David Drapeau de la France France
1993-1997 Patrick Pommier Drapeau de la France France
1997-2001 Raphaël Marciano Drapeau de la France France
2001-2005 Frédéric Dehaëne Drapeau de la France France
2005-2007 Guillaume Chassard Drapeau de la France France
2007-2010 Ján Plch Drapeau de la Slovaquie Slovaquie
2010-2011 Guillaume Chassard Drapeau de la France France
2011-janv.2013 Fabien Leroy Drapeau de la France France
janv.2013-2014 Steven Cacciotti Drapeau de l'Italie ItalieDrapeau du Canada Canada
2014- Maxime Ouimet Drapeau du Canada Canada

Les entraîneurs[modifier | modifier le code]

Liste des entraîneurs[138]
Période Nom des joueurs Nationalité
1945-1948 Munier Grandclaude Drapeau de la France France
1948-1952 Jules Weiller Drapeau de la France France
1952-1967 Lucien Grandclaude Drapeau de la France France
1967-1969 Lacoste et Lannoy Drapeau de la France France
1969-1972 Jean-Paul Henet Drapeau de la France France
1972-1973 Patrick Mavre Drapeau de la France France
1973-1974 Jean-Jacques Philippe, André Camate et Jean-François Bardy Drapeau de la France France
1974-1975 Michel Weinstein et Jean-François Bardy Drapeau de la France France
1975-1976 Loudon Owen
1976-1977 Bill Jackson
1977-1978 Ian Berry
1978-1979 Brad Neuville
1979-1981 Patrick Mavre et Patrick Adin Drapeau de la France France
1981-1983 Gaëtan "Pete" Laliberté Drapeau du Canada Canada
1983-1985 Marcel Dumais Drapeau du Canada Canada
1985-1986 Michel Laforest Drapeau de la France France
1986-1987 Ivan Guryka Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
1987-1989 Gatien Dumoulin Drapeau du Canada Canada
1989-1990 Bob Gainey Drapeau du Canada Canada
1990-1992 Denis Aubry et Frédéric Favre Drapeau de la France France
1992-1993 Patrick Mavré et Jan Reindl Drapeau de la France France et Drapeau de la République tchèque République tchèque
1993-1994 Jan Tlacil et Jan Reindl Drapeau de la France France et Drapeau de la République tchèque République tchèque
1994-janv 1995 Jan Reindl Drapeau de la République tchèque République tchèque
janv 1995-1996 Dušan Ilić Serbie Serbie
1996-1997 Dany Gelinas Drapeau de la France France
1997-1998 Christian Bozon Drapeau de la France France
1998-1999 Dušan Ilić Serbie Serbie
1999-2000 Jan Reindl Drapeau de la République tchèque République tchèque
2000-2005 Raphaël Marciano Drapeau de la France France
2005 Jan Reindl Drapeau de la République tchèque République tchèque
2005-2006 Joakim Nilsson Drapeau de la Suède Suède
2006-2007 Pierre-Yves Eisering Drapeau de la Suisse Suisse
2007-2009 Shawn Allard Drapeau du Canada Canada
2009-nov 2009 Tommy Andersson Drapeau de la Suède Suède
nov 2009-janv 2013 Santino Pellegrino Drapeau du Canada CanadaDrapeau de l'Italie Italie
janv 2013-juin 2013 Alex Stein Drapeau du Canada CanadaDrapeau de l'Allemagne Allemagne
juin 2013-2014 Raphaël Marciano Drapeau de la France France
2014-2015 Philippe Bozon Drapeau de la France France
2015- Stéphane Barin Drapeau de la France France

Les présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents[138]
Période Nom
1948-1952 Munier Grandclaude
1952-1953 Jules Weiller
1953-1964 Fernand Prudhomme
1964-1967 M.Marchal
1967-1969 André Tavernier
1969-1972 Claude Bardy
1972-1978 André Tavernier
1978-1979 M.Clairacque
1979-1980 Gérard Libine
1980-1981 Gérard Libine et Pierre Aubert
1981-1982 Pierre Aubert
1982-1983 Claude Campiglia
1983-1985 Willmann et Pascal Treiber
1985-1986 Claude Bardy et Ghislain Merenne
1986-1988 Ghislain Merenne
1988-1989 Gilles Varin
1989-1991 Michel Latour
1991-1992 Robert Cabrit
1992-1995 Jean-Claude Hoff
1995-1997 Ghislain Mérenne
Depuis 1997 Claude Maurice

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les joueurs ayant le plus joué pour le club[modifier | modifier le code]

Cette section présente les 10 joueurs ayant joués le plus grand nombre de matchs dans l'histoire du club[139]:

No  Joueurs Nationalité Parties jouées Buts Passes Points
1 Guillaume Chassard Drapeau de la France France 364 138 135 273
2 Ján Plch Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 360 203 310 513
3 Peter Slovak Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 339 3 60 63
4 Guillaume Papelier Drapeau de la France France 327 24 30 54
5 Michal Petrák Drapeau de la République tchèque République tchèque 324 152 278 430
6 Raphaël Marciano Drapeau de la France France 244 189 209 398
7 Kévin Benchabane Drapeau de la France France 201 4 10 14
8 Nicolas Martin Drapeau de la France France 196 18 27 45
9 Ján Šimko Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 190 89 92 181
10 Anthony Maurice Drapeau de la France France 188 27 28 55

En italique: joueurs encore en activité au club

Les meilleurs pointeurs[modifier | modifier le code]

Cette section présente les 10 meilleurs pointeurs de l'histoire du club[139]:

No  Joueurs Nationalité Parties jouées Buts Passes Points
1 Ján Plch Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 360 203 310 513
2 Michal Petrák Drapeau de la République tchèque République tchèque 324 152 278 430
3 Raphaël Marciano Drapeau de la France France 244 189 209 398
4 Guillaume Chassard Drapeau de la France France 364 138 135 273
5 Roman Trebatický Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 140 137 99 236
6 Alain Pivron Drapeau de la France France 98 109 83 192
7 Ján Šimko Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 190 89 92 181
8 Jussi Haapasaari Drapeau de la Finlande Finlande 145 72 83 155
8 Cyrille David Drapeau de la France France 149 80 74 154
10 Stéphane Gervais Drapeau du Canada CanadaDrapeau de la France France 165 42 95 137

En italique: joueurs encore en activité au club

Les meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Cette section présente les 10 meilleurs buteurs de l'histoire du club[139]:

No  Joueurs Nationalité Parties Jouées Buts Passes Points
1 Ján Plch Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 360 203 310 513
2 Raphaël Marciano Drapeau de la France France 244 189 209 398
3 Michal Petrák Drapeau de la République tchèque République tchèque 316 152 278 430
4 Guillaume Chassard Drapeau de la France France 364 138 135 273
5 Roman Trebatický Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 140 137 99 236
6 Alain Pivron Drapeau de la France France 98 109 83 192
7 Ján Šimko Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 190 89 92 181
8 Cyrille David Drapeau de la France France 149 80 74 154
9 Jussi Haapasaari Drapeau de la Finlande Finlande 145 72 83 155
10 Karl Piquemal Drapeau de la France France 143 54 47 101

En italique: joueurs encore en activité au club

Les meilleurs assistants[modifier | modifier le code]

Cette section présente les 10 joueurs ayant réalisés le plus d'assists de l'histoire du club[139]:

No  Joueurs Nationalité Parties jouées Buts Passes Points
1 Ján Plch Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 360 203 310 513
2 Michal Petrák Drapeau de la République tchèque République tchèque 324 152 278 430
3 Raphaël Marciano Drapeau de la France France 244 189 209 398
4 Guillaume Chassard Drapeau de la France France 364 138 135 273
5 Roman Trebatický Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 140 137 99 236
6 Stéphane Gervais Drapeau du Canada CanadaDrapeau de la France France 165 42 95 137
7 Ján Šimko Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 190 89 92 181
8 Alain Pivron Drapeau de la France France 98 109 83 192
9 Jussi Haapasaari Drapeau de la Finlande Finlande 145 72 83 155
10 Cyrille David Drapeau de la France France 149 80 74 154

En italique: joueurs encore en activité au club

La patinoire[modifier | modifier le code]

La patinoire de Poissompré est la patinoire accueillant tous les hockeyeurs spinaliens depuis la création du Sport d'hiver spinalien en 1906. Le nom de Poissompré vient du nom de l'étang qui se trouvait à l'emplacement de l'actuel patinoire et sur lequel les premiers coups de patins ont été donnés dans la Cité des Images et dont les eaux étaient jadis poissonneuses[9]. La première patinoire artificielle est inaugurée en 1970 et peut alors accueillir officiellement 1 200 personnes (un match contre Dijon atteindra les 2 300 spectateurs)[140]. En octobre 2009, après 29 ans de service, la patinoire spinalienne est définitivement fermée par arrêté préfectoral pour des raisons de sécurité. Un bureau d'études a en effet réalisé un diagnostic de la charpente intérieure, révélant que celle-ci menaçait de s'effondrer à tout instant[105]. Pour pallier ce manque, la communauté de communes d'Épinal-Golbey installe rapidement une structure provisoire, appelée « Poissompré bis » pouvant accueillir 500 personnes et installée sur le parking de la désormais défunte patinoire de Poissompré[106]. Il est alors décidé de démolir l'ancienne structure pour rebâtir une nouvelle patinoire au même emplacement. C'est ainsi que le 4 septembre 2011[112] le « Nouveau Poissompré » est inauguré. D'une capacité de 1 424 places assises et moderne, Poissompré 2 est donc la nouvelle maison de l'ICE[141]

Supporters[modifier | modifier le code]

Supporters spinaliens à Grenoble
Logo des GénératYon Cannibales

Autrefois comparé au stade Stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne l'ambiance régnant à la patinoire de Poissompré est réputée comme l'une des plus fervente du hockey français, Patrick Partouche déclarant que la patinoire était « la hantise de toutes les équipes quand elles se déplacent dans l'enfer d'Épinal »[142]. Aujourd'hui il existe deux groupes de supporteurs :

  • Les Crazy Boys, occupant la tribune C de la patinoire ;
  • Génératyon Cannibales, qui a pour but de faire renaître les anciens "Cannibales Verts", occupant la tribune B de la patinoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chapitre VII - Une montée mieux préparée », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  2. a, b et c « Championnat de France 2009/10 : Ligue Magnus », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  3. « Championnat de France 2010/11 : Ligue Magnus », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  4. La liberté de l’Est
  5. « Championnat de France 1970/71 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  6. « Championnat de France 1976/77 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  7. « Championnat de France 1977/78 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  8. « Championnat de France 1978/79 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  9. a et b « Épinal Chapitre I - De l'étang gelé à la glace artificielle », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 24 août 2013)
  10. « Championnat de France 1979/80 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  11. « Championnat de France 1979/80 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  12. « Championnat de France 1980/81 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  13. « Championnat de France 1980/81 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  14. « Championnat de France 1981/82 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  15. « Championnat de France 1981/82 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  16. « Chapitre II - Les "années folles" - En vert et contre tous », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 8 juillet 2014)
  17. « Championnat de France 1982/83 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  18. « Championnat de France 1982/83 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  19. « Championnat de France 1983/84 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  20. « Championnat de France 1983/84 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  21. « Épinal - Chapitre III - Première crise de croissance », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 24 août 2013)
  22. « Championnat de France 1984/85 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  23. « Championnat de France 1985/86 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  24. « Championnat de France 1985/86 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  25. « Championnat de France 1986/87 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  26. « Championnat de France 1987/88 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  27. « Championnat de France 1987/88 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  28. « Championnat de France 1988/89 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  29. « Championnat de France 1988/89 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  30. « Championnat de France 1989/90 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  31. « Championnat de France 1989/90 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  32. « Championnat de France 1989/90 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  33. « Fiche staff de Bob Gainey », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  34. http://en.wikipedia.org/wiki/1990%E2%80%9391_NHL_season#Playoffs
  35. a et b « Épinal - Asnières (16 novembre 2002) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  36. a et b « Championnat de France 1990/91) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  37. « Fiche Jan Reindl », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  38. « Championnat de France 1990/91) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  39. « Championnat de France 1990/91) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  40. « Championnat de France 1990/91 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  41. « Championnat de France 1991/92 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  42. « Championnat de France 1991/92 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  43. « Championnat de France 1991/92 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  44. « Championnat de France 1991/92 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  45. « Épinal - Chapitre IV - Bob Gainey, un extraterrestre dans les Vosges », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 24 août 2013)
  46. « Fiche Épinal 92/93 », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  47. « Championnat de France 1992/93 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  48. « Championnat de France 1992/93 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  49. a et b « Épinal Chapitre V - Espoirs... et désespoirs », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  50. « Championnat de France 1993/94 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  51. « Championnat de France 1993/94 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  52. « Championnat de France 1994/95 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  53. « Championnat de France 1994/95 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  54. « Fiche Épinal 95-96 », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  55. « Championnat de France 1995/96 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  56. « Fiche Épinal 96-97 », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  57. a et b « Championnat de France 1996/97 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  58. « Épinal Chapitre VI - Nouvelle politique, nouvelle donne », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  59. « Championnat de France 1997/98 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  60. « Championnat de France 1997/98 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  61. « Championnat de France 1998/99 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  62. « Championnat de France 1998/99 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  63. « Fiche Épinal 99-00 », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  64. « Championnat de France 1999/2000 : Nationale 1 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  65. « Championnat de France 1999/2000 : Nationale 1 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  66. « Championnat de France 2000/01 : division 1 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  67. a et b « Championnat de France 2000/01 : division 1 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  68. « Fiche Raphaël Marciano », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  69. « Championnat de France 2001/02 : division 1 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  70. « Fiche Besançon 01-02 », sur http://www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  71. « Épinal - Besançon (15 décembre 2001) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  72. « Epinal - Besançon (6 avril 2002) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  73. « Besançon - Épinal (13 avril 2002) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  74. « Championnat de France 2002/03 : division 1 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  75. « Dunkerque - Épinal (9 novembre 2002) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  76. « Épinal - Dijon (14 décembre 2002) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  77. « Épinal - Angers (18 février 2003) », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  78. « Championnat de France 2002/03 : division 1 », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 27 août 2013)
  79. « Épinal - Villard-de-Lans (11 octobre 2003) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  80. « Villard-de-Lans - Épinal (29 novembre 2003) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  81. « Dunkerque - Épinal (24 janvier 2004) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  82. « Épinal - Dunkerque (13 mars 2004) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  83. « Épinal - Dunkerque (15 janvier 2005) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  84. « Clermont-Ferrand - Épinal (19 mars 2005) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  85. « Épinal - Dunkerque (2 avril 2005) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  86. « Dunkerque - Épinal (9 avril 2005) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  87. « Épinal - Clermont-Ferrand (12 avril 2005) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  88. « Épinal - Morzine-Avoriaz (7 mars 2006) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  89. « Play-off Ligue Magnus 2005-2006 », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  90. « Amiens - Épinal (14 mars 2006) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  91. « Amiens - Épinal (15 mars 2006) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  92. « Épinal - Amiens (17 mars 2006) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  93. « Play-off Ligue Magnus 2006-2007 », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  94. « Épinal - Chamonix (24 février 2007) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  95. « Chamonix - Épinal (27 février 2007) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  96. « Compte-rendu du match de hockey sur glace Épinal - Angers (14 février 2007) », sur hockey365.celeonet.fr (consulté le 30 avril 2012)
  97. « Épinal - Rouen (5 janvier 2008) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  98. « Épinal - Dijon (1er mars 2008) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  99. « Dijon - Épinal (4 mars 2008) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  100. « Épinal - Chamonix (27 février 2009) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  101. « Épinal - Chamonix (28 février 2009) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  102. « Épinal - Rouen (6 mars 2009) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  103. « Chapitre VII - Une montée mieux préparée », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  104. « Championnat de France 2010/11 : Ligue Magnus », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  105. a et b « Hockey sur glace - Épinal : patinoire fermée ! », sur hockeyhebdo.com (consulté le 26 août 2013)
  106. a et b « Épinal veut rebondir », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  107. « Fiche de Loïc Lacasse sur Eliteprospects », sur www.eliteprospects.com (consulté le 26 août 2013)
  108. « Rouen - Épinal (Ligue Magnus, 17e journée) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  109. « Strasbourg - Épinal (Ligue Magnus, premier tour, match 1) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  110. « Épinal - Strasbourg (Ligue Magnus, premier tour, match 2) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  111. « Épinal - Strasbourg (Ligue Magnus, play-offs, premier tour, match 3) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  112. a et b (fr) [Magazine 100 % Vosges no 43 (25 août 2011)]
  113. « Grenoble - Épinal — 24 fev 2012 20:00 », sur hockeyfrance.com (consulté le 30 mars 2013)
  114. « Grenoble - Épinal (Ligue Magnus, play-offs, 1er tour, match 1) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  115. « Grenoble - Epinal — 25 fev 2012 20:00 », sur hockeyfrance.com (consulté le 30 mars 2013)
  116. « Grenoble - Épinal (Ligue Magnus, play-offs, 1er tour, match 2) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  117. « Épinal - Grenoble — 28 fev 2012 20:15 », sur hockeyfrance.com (consulté le 30 mars 2013)
  118. « Épinal - Grenoble (Ligue Magnus, play-offs, 1er tour, match 3) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  119. « Épinal - Grenoble — 29 fev 2012 20:15 », sur hockeyfrance.com (consulté le 30 mars 2013)
  120. « Épinal - Grenoble (Ligue Magnus, play-offs, 1er tour, match 4) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  121. « Grenoble - Épinal — 03 mar 2012 20:00 », sur hockeyfrance.com (consulté le 30 mars 2013)
  122. « Grenoble - Épinal (Ligue Magnus, play-offs, 1er tour, match 5) », sur www.passionhockey.com (consulté le 26 août 2013)
  123. « Changement de Coach », sur www.ice-epinal.com (consulté le 26 août 2013)
  124. Marc Branchu, « L'équipe-type des play-offs 2013 », sur www.passionhockey.com,‎ (consulté le 10 mai 2013)
  125. « UNE NOUVELLE PAGE S’OUVRE POUR LE HOCKEY SPINALIEN », sur gamyoepinal.com/,‎ (consulté le 5 juillet 2014)
  126. « Philippe Bozon nouvel enraîneur des Gamyo Épinal ! », sur http://www.gamyo.com (consulté le 23 juillet 2014)
  127. « Les équipes-types des play-offs de Ligue Magnus », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 17 avril 2014)
  128. « Bozon et Épinal : clap de fin ! », sur http://www.vosgesmatin.fr (consulté le 6 mai 2015)
  129. « STÉPHANE BARIN NOUVEL ENTRAINEUR DES GAMYO EPINAL », sur http://www.gamyoepinal.com (consulté le 18 mai 2015)
  130. « Championnat de France 2013/14 : division 3 », sur passionhockey.com,‎ (consulté le 25 octobre 2014)
  131. « Résultats France Division 3 », sur passionhockey.com,‎ (consulté le 25 octobre 2014)
  132. « Chapitre VII - Une montée mieux préparée - La gueule de bois », sur passionhockey.com,‎ (consulté le 25 octobre 2014)
  133. « Epinal : Résultats du week-end », sur hockeyhebdo.com,‎ (consulté le 31 octobre 2010)
  134. « Epinal: Résumé ICE 3-2 Mulhouse », sur http://www.mylorraine.com (consulté le 5 juillet 2014)
  135. « Effectif », sur www.gamyoepinal.com (consulté le 9 août 2014)
  136. « Effectif », sur www.eliteprospects.com (consulté le 5 juillet 2014)
  137. « Team Captaincy History-Epinal », sur www.eliteprospects.com (consulté le 27 août 2013)
  138. a, b et c « HISTORIQUE - EPINAL », sur www.liguemagnus.com (consulté le 17 décembre 2013)
  139. a, b, c et d « Franchise All-Time High - Epinal », sur www.beta.eliteprospects.com (consulté le 12 octobre 2014)
  140. http://fr.wikipedia.org/wiki/Patinoire_de_Poissompr%C3%A9
  141. « Découvrez le nouvel antre des Dauphins d'Épinal ! », sur http://www.hockeyhebdo.com (consulté le 27 août 2013)
  142. « Chapitre II - Les "années folles" », sur http://www.passionhockey.com (consulté le 6 juillet 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :