Ilmatar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ilmatar peint par Robert Wilhelm Ekman.

Ilmatar est la déesse primordiale vierge de la mythologie finnoise, associée à l'air. En effet, ilma veut dire l'air et le suffixe -tar désigne une être féminin ou la fille, faisant d'Ilmatar la "fille de l'air"[1]. Elle a été comparée à la Vierge Marie[2].

Elle est la mère de Väinämöinen, le héros principal de l'épopée Kalevala. On apprend dans le chant I du poème qu'Ilmatar, lassée de sa solitude, décide de s'allonger dans la mer et d'être ainsi fécondée par les vagues et le vent. Seulement elle demeure enceinte de Väinämöinen pendant 700 ans. Éprise de douleur, elle prie le dieu Ukko de l'aider à s'en délivrer. Vient un canard qui fait son nid sur le genou d'Ilmatar qui dépasse de la mer, et pond six œufs d'or et un septième de fer. En couvant les œufs il brûle le genou de la vierge qui le secoue et fait disparaitre les œufs dans les vagues et ils se cassent. Les différentes parties des œufs cassés forment la terre, le soleil, la lune, les nuages, le ciel, etc. Dix années s'écoulent et Ilmatar entreprend le modelage du monde, créant avec son corps les différents reliefs. Väinämöinen resta une trentaine d'années de plus dans le ventre de sa mère avant de réussir enfin à en sortir.

Elle réapparait dans le chant V du Kalevala, où l'on apprend qu'elle est morte. Son fils Väinämöinen est rempli de chagrin ayant perdu sa promise, la belle Aïno, et Ilmatar entendant ses pleurs outre-tombe lui conseille pour guérir sa peine d'aller chercher une vierge à Pohjola, où les filles sont plus jolies.

Hommage[modifier | modifier le code]

Ilmatar est l'une des 1 038 femmes dont le nom figure sur le socle de l'oeuvre contemporaine The Dinner Party de Judy Chicago. Elle y est associée à la Déesse primordiale, première convive de l'aile I de la table[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elias Lönnrot (Trad: Jean-Louis Perret), 2009 - Le Kalevala. Champion classiques, p. 678, ISBN 9782745318503
  2. Elias Lönnrot (Trad: Jean-Louis Perret), 2009, p. 21
  3. Musée de Brooklyn - Ilmatar

Lien externe[modifier | modifier le code]