Iliouchine Il-10

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Iliouchine Il-10
{{#if:
Iliouchine Il-10 chinois.
Iliouchine Il-10 chinois.

Constructeur Drapeau : URSS Iliouchine
Rôle Avion d'attaque au sol et de lutte antichar
Statut Retiré du service
Premier vol 18 avril 1944
Mise en service 1944
Date de retrait 1972
Nombre construits 6 166 exemplaires (dont les machines construites sous licence)
Équipage
Un pilote et un observateur-mitrailleur.
Motorisation
Moteur Mikouline AM-42
Nombre 1
Type moteur à 12 cylindres en V
Puissance unitaire 1 450 ch
Dimensions
Il-10 Silh.jpg
Envergure 11 06 m
Longueur 11 08 m
Hauteur 4 18 m
Surface alaire 30 00 m2
Masses
À vide 4 680 kg
Maximale 6 535 kg
Performances
Vitesse de croisière 310 km/h
Vitesse maximale 530 km/h
Plafond 4 000 m
Rayon d'action 800 km
Armement
Interne Un mélange de canons de 20 et 23 mm, de mitrailleuses de 7.62 et 17,7 mm suivant les versions.
Externe Jusqu'à 500 kg de bombes, roquettes RS-82,

L'Iliouchine Il-10 est un avion d'attaque au sol soviétique[1] conçu durant la Seconde Guerre mondiale et ayant participé aux opérations de la Guerre froide. Il a été construit sous licence tchécoslovaque par Avia[2] sous la désignation de B-33. Il est connu également sous son nom de code OTAN de Beast.

Historique[modifier | modifier le code]

Développements[modifier | modifier le code]

Suite à l'échec de l'avion de chasse Il-1 le bureau d'études de Sergueï Iliouchine décida de développer un nouvel avion d'attaque, un Sturmovik[3] dans la nomenclature soviétique, afin de remplacer les Il-2 et Soukhoï Su-2. Il reprenait certains éléments[4] de l'Il-1, tout en devant biplace.

Tirant les enseignements de l'utilisation des prédécesseurs de l'avion[2], les designers et ingénieurs renforcèrent la structure contre les tirs venant du sol, et notamment ceux des canons de la DCA, notamment au niveau des ailes et du cockpit. Ils renforcèrent également les blindages du poste de tir arrière de l'observateur, notamment contre les chasseurs tirant de derrière l'avion. Le train d'atterrissage principal a également été renforcé[2] avec des carénages dépassant des arêtes de voilure.

Le moteur Mikouline a également été protégé par des blindages, tandis que la casserole d'hélice était elle aussi construite de manière à résister aux tirs[2]. L'hélice tripale était construite en métal. Pour permettre une meilleure communication le pilote et son observateur disposaient d'un système propre, similaire à un interphone[2].

C'est dans cette configuration que le prototype a réalisé son vol inaugural le 18 avril 1944. Les premiers exemplaires de série sortirent d'usine en août 1944. Par rapport à ses prédécesseurs l'Il-10 présentait de nettes améliorations.

Production[modifier | modifier le code]

En Union soviétique[modifier | modifier le code]

Une première version a été développée durant la Seconde Guerre mondiale avec un armement interne se composant de deux canons de calibre 23 mm et de deux mitrailleuses de calibre 7,62 mm tirant en position de chasse (c'est-à-dire vers l'avant) et montés dans les ailes. Un canon mobile, servi par l'observateur, d'un calibre de 20 mm protégeait l'avion contre les tirs provenant de l'arrière et du dessus. Cet avion pouvait emporter jusqu'à 500 kg de bombes en points externes. Il pouvait emporter deux armes de 250 kg, ou quatre de 100 kg, ou bien encore six de 50 kg.

En 1946 une seconde version, souvent appelée d'après-guerre[2] avait été créée, les principales modifications se situaient au niveau de son armement. Si les deux canons de 23 mm avaient été conservés, les mitrailleuses avaient disparu, tandis que le canon mobile arrière avait laissé la place à une mitrailleuse de calibre 12,7 mm, ayant une meilleure cadence de tir. Outre la charge de bombes inchangée ces Iliouchine Il-10 pouvaient emporter et tirer quatre roquettes antichars à haute vélocité RS-82[2].

Dès 1950 les Iliouchine Il-10 furent modifiés pour permettre l'emport et le tir de nouvelles roquettes RS-132, des armes dites HEAT au pouvoir de destruction accru.

Une version biplace d'entraînement fit également son apparition en tant qu'Il-10U[2].

En Tchécoslovaquie[modifier | modifier le code]

En 1951 l'avionneur tchécoslovaque Avia entreprit la construction sous licence de l'avion. Il fut alors connu sous la désignation de B-33. Si extérieurement rien ne différenciait les deux avions, c'est au niveau du cockpit qu'il fallait chercher les différences principales. Ainsi les inscriptions en écriture latine[2] avaient fait leur apparition, en lieu et place de celles en alphabet cyrillique, et certains indications avaient également été réécrites, les numéros de série des différentes pièces notamment. La version tchécoslovaque de l'Il-10U était connue comme CB-33.

En service[modifier | modifier le code]

S'il ne fut utilisé que durant les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale contre les armées du IIIe Reich[2], prouvant notamment son efficacité contre la chasse allemande[4] et notamment les Focke-Wulf Fw 190 de la Luftwaffe. Contre les forces japonaises les Il-10 furent engagés lors de l'invasion de la Mandchourie en août 1945. Là ils procédèrent principalement à des missions de harcèlements contre les fantassins nippons. Dans la baie de Rasŏn les Il-10 engagèrent certains bâtiments de guerre japonais.

Mais c'est surtout durant la guerre de Corée que les Il-10 furent principalement utilisés au combat[3] tant pour des missions antichars, que pour contrer les forces terrestres américaines, et les navires légers de l'US Navy. Mais ceux que les Occidentaux avaient baptisés Beast (la bête en anglais) étaient devenus des cibles prioritaires pour l'US Air Force et ses chasseurs comme le North American F-86 Sabre. L'Il-10 était notamment vu comme une arme psychologique[2] contre le moral des troupes américaines.

La Chine quant à elle utilisa ses Il-10 et B-33 jusqu'en 1972, devenant ainsi l'ultime pays à retirer du service ses monomoteurs, les remplaçant par des avions de construction indigène Nanchang Q-5.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

L'Iliouchine Il-10 dans le monde.

Versions[modifier | modifier le code]

Différences entre les version d'attaque au sol et d'entraînement.

Versions soviétiques[modifier | modifier le code]

  • Iliouchine Il-1 : Prototype de chasseur à l'origine du programme.
  • Iliouchine Il-10 : Version de série biplace d'attaque au sol.
  • Iliouchine Il-10U : Version de série biplace d'entraînement.

Versions tchécoslovaques[modifier | modifier le code]

  • Avia B-33 : Version de série biplace d'attaque au sol.
  • Avia CB-33 : Version de série biplace d'entraînement.

Préservation[modifier | modifier le code]

Avia B-33

Différents Avia B-33 et Iliouchine Il-10 sont préservés dans des musées dans le monde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.aviationsmilitaires.net/display/aircraft/191
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Encyclopédie Toute l'aviation, Éditions Atlas,‎ 1993
  3. a et b Edouard Chemel, Chronique de l'aviation, Editions Chronique,‎ 1991 (ISBN 2-905969-51-2)
  4. a et b William Green, Le grand livre des chasseurs, Céliv,‎ 1997 (ISBN 2-86535-302-8)
  5. http://www.muzeumwp.pl/
  6. http://www.chn-am.com/

Sur les autres projets Wikimedia :