Ilia Tchavtchavadzé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ilia Tchavthavadzé
Élie le Juste

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ilia Tchavtchavadzé

Nom de naissance Ilia Tchavthavadzé
Activités Écrivain, poète, journaliste, avocat, dirigeant, personnage publique ...
Naissance 27 octobre 1837
Kvareli Drapeau de la Géorgie Géorgie
Décès 30 août 1907
Tsitsamaouri Drapeau de la Géorgie Géorgie
Langue d'écriture géorgien
Mouvement Réalisme, Fiction historique
Genres Roman, poésie, discours, article ...

Signature

Signature de Ilia Tchavthavadzé  Élie le Juste

Ilia Tchavtchavadzé (en géorgien ილია ჭავჭავაძე, canonisé par l'Église orthodoxe géorgienne sous le nom de saint Élie le Juste, 27 octobre 1837 - 30 août 1907) fut une éminente figure de la nouvelle littérature géorgienne, un célèbre bienfaiteur public, juriste, dirigeant du mouvement national de libération de la Géorgie en 1861-1907.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1837 en Kvareli (Géorgie de l'Est). En 1857, il fut diplômé du 1er Gymnasium classique de Tbilissi (études secondaires). En 1861, Ilia Tchavtchavadzé obtient son diplôme de la Faculté de Droit de l'université de Saint-Pétersbourg (Russie).

Il fut l'auteur d'un nombre dremarquable d'œuvres de littérature géorgienne (L'Ermite, Le Fantôme, Est-ce que l'Humain est un Homme ?!, La Veuve d'Otarashvili, Kako le Voleur, etc.) et d'importants articles de presse. À partir de 1863, Ilia Tchavtchavadzé devient le fondateur et le rédacteur en chef des périodiques public et politique Sakartvélos Moambé (1863-1877) et Ivéria (1877-1905).

En plus de ses œuvres décrites ci-avant, il fut aussi le fondateur et dirigeant de plusieurs organisations publiques, de culture et d'éducation (Société pour la diffusion de la littérature parmi les Géorgiens, Banc de la noblesse, Société d'art dramatique, Société historico-ethnographique de Géorgie, etc). Il fut aussi un traducteur de littérature britannique. Ses œuvres littéraires principales ont été traduites et publiées en français, anglais, allemand, polonais, ukrainien, biélorusse, russe et d'autres langues. Entre 1906 et 1907, il fut membre du Conseil d'État (Gosudarstvennaya Duma) de l'Empire russe. Son grand éclectisme l'amena à être aussi membre du Comité caucasien de la Société Géographique de Russie, de la Société d'Ethnographie et d'Anthropologie de l'université de Moscou, de la Société des Orientalistes de Russie, de la Société littéraire Anglo-Russe (Londres), etc.

Le 30 août 1907 Ilia Tchavtchavadzé fut assassiné par des bolchéviques géorgiens. En 1987, il fut canonisé par l'église Orthodoxe et Apostolique de Géorgie.

Il est enterré au panthéon de Mtatsminda.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Importantes publications des œuvres d'Ilia Tchavtchavadzé :

  • Georgische Dichter traduit et compilé par Arthur Leist, Dresden-Leipzig, 1887 (Poèmes d'Ilia Tchavtchavadzé et d'autres poètes géorgiens, en allemand)
  • L'Ermite par le Prince Ilia Tchavtchavadzé. Traduit du géorgien par Marjory Wardrop, Londres, 1895

Liens externes[modifier | modifier le code]