Il Giovedi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Il Giovedi

Titre original Il Giovedi
Réalisation Dino Risi
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie dramatique
Sortie 1964
Durée 100 minutes environ

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Il Giovedi (en français Le Jeudi) est un film italien réalisé par Dino Risi et sorti en 1964.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un jeudi du mois de septembre à Rome. Un jeune collégien de huit ans, Robertino, élevé par une gouvernante suisse, lie connaissance avec son père naturel, Dino, un homme endetté et entretenu par une maîtresse. Au fil de la journée, l'enfant et l'adulte finissent par se rapprocher...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Il Giovedi
  • Réalisation : Dino Risi
  • Scénario : Castellano et Pipolo (Franco Castellano et Giuseppe Maccia), D. Risi
  • Photographie : Alfio Contini - Noir et Blanc
  • Décors : Alberto Baccianti, Riccardo Domenici
  • Costumes : Danda Ortona
  • Montage : Gisa Radicchi Levi
  • Musique : Armando Trovaioli
  • Pays d'origine : Drapeau de l'Italie Italie
  • Production : Isidoro Broggi, Renato Libassi, Marcello Girosi pour DDL et Centerfilm
  • Durée : 100 minutes environ
  • Dates de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

  • Après avoir établi qu'Il Giovedi coïncidait avec la période la plus fructueuse de Dino Risi, se plaçant entre Il sorpasso et I mostri, Jean A. Gili note que si le film passe pour une œuvre secondaire, Risi, lui, a souvent affirmé qu'il aimait celle-ci « particulièrement, une œuvre tendre dont l'humour cerne les travers du quotidien et souligne les médiocrités d'une vie ordinaire. »[1]
  • Tourné largement en extérieurs, « là où le cinéaste peut donner libre cours à son goût de l'observation ironique », Il Giovedi est, à vrai dire, « un film de metteur en scène : à partir des indications ténues d'un scénario minimaliste, Risi joue sur la gamme des sentiments qui s'instaurent entre un adulte et un enfant. »[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La fausse banalité du quotidien, in : Positif, n°613, Mars 2012.
  2. J.-A. Gili : op. cité