Il était une fois un merle chanteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Il était une fois un merle chanteur

Titre original იყო შაშვი მგალობელი
Iko shashvi mgalobeli
Réalisation Otar Iosseliani
Scénario Dimitri Eristavi
O. Iosseliani
Acteurs principaux

Guéla Kandelaki

Pays d’origine Drapeau de la Géorgie Géorgie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Sortie 1970
Durée 82 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Il était une fois un merle chanteur (en géorgien : იყო შაშვი მგალობელი, Iko shashvi mgalobeli, en russe : Жил певчий дрозд) est un film soviétique réalisé par Otar Iosseliani, sorti en 1970. Le film, longtemps interdit à l'exportation, n'a été distribué en France qu'en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tbilissi, capitale de la Géorgie. Guia Agladze est timbalier dans l'Orchestre symphonique. Sa vie professionnelle se résume à donner un coup de timbale au début et à la fin d'un concert. Mais, il est distrait et arrive toujours le dernier... Sans cesse en mouvement, toujours sur le point d'être en retard ou de manquer un rendez-vous, Guia vit comme un oiseau sur la branche. Parfaitement insaisissable, on ne sait jamais où le trouver... Il est pourtant doté de multiples dons et son charme est irrésistible. Un jour, destin cruel, pressé comme à l'habitude et troublé par les silhouettes de jolies filles, Guia trouve la mort dans un accident de la circulation...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Il était une fois un merle chanteur
  • Titre original : Iko shashvi mgalobeli
  • Titre en langue russe : Жил певчий дрозд
  • Réalisation : Otar Iosseliani
  • Assistant réalisateur : Avtandil Matchaidze
  • Scénario : Otar Iosseliani, Dimitri Eristavi, Semion Lounguine, Ilya Nousinov, Otar Mekhrichvili, Chermazan Kakichachvili
  • Photographie : Abesalom Maisuradze
  • Décors : Dimitri Eristavi
  • Musique : Taimuraz Bakuradze
  • Son : Tenguiz Nabobachvili
  • Montage : Djoulia Bezouachvili
  • Production : Gruzia Film, Studios Kartouli Filmi (Géorgie)
  • Pays d'origine : Drapeau de l'URSS Union soviétique/Drapeau de la Géorgie Géorgie
  • Format : Noir et blanc, 35 mm - Mono - 35 mm
  • Genre : Comédie dramatique
  • Durée : 82 minutes
  • Date de sortie : 1970
  • Date de sortie en France : 11 décembre 1974

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

« Le film est double, et doublement brillant », estime Jacques Lourcelles[2]. « Côté pile, le côté de l'actualité, il offre le portrait très contemporain du citoyen soviétique » le plus inconsciemment réfractaire au régime dans lequel il vit, écrit-il. « Un être étranger à tout système (...), non par dogmatisme ou par volonté, mais par caractère. »[3]

Guia, le héros du film d' Otar Iosseliani, possède, toutefois, « un charme fou. Sous son regard, Tbilissi prend des faux airs de Naples. Le grand défaut de Guia est l'inexactitude. Il n'a pas le sens du temps. Ou plutôt, il refuse d'obéir à ses ordres. Le temps, pour lui, n'est pas une cage, mais un tapis volant. »[4]

Il était une fois un merle chanteur (c'est le titre d'une chanson populaire), c'est donc aussi, « côté face, le côté de l'éternité, on a la description en mouvement d'un caractère universel, digne d'un portrait de La Bruyère. »[5] « Guia a de quoi inquiéter les anxieux, car il s'apparente au tchoudak (l'original), cher à Vassili Choukchine. »[6]

« Rien de plus méditerranéen que ce film soviétique. On y respire un parfum de nonchalance et d'insolence auquel les ouvrages de la Mosfilm ne nous avaient guère habitués. »[7] « D'une légereté souvent poignante »[8], le film est, néanmoins, volontairement ambigu. « Iosseliani a détruit son sympathique héros pour la clarté de la conclusion : il était une fois un merle chanteur. Voltigeant dans la vie. Il paraissait talentueux, presque indispensable. Et qu'a-t-il créé, laissé aux autres ? (...) La morale est claire. Le balancier nous appelle à songer non à la mort, mais à la vie, à son sens, à son exigence envers chacun. »[9]

Le psychanalyste et Il était une fois un merle chanteur[modifier | modifier le code]

Dans un texte intitulé Le temps obsessionnel, le psychanalyste Daniel Sibony illustre une réflexion sur le temps, à partir du film de Otar Iosseliani. « Un vieux film illustre cet escamotage du temps par un névrosé sympathique. Cela s'appelle Il était une fois un merle chanteur. Le jeune homme est séduisant, même à son insu, avec cet air d'absence qui le fait courir de-ci, de là. (...) Il meurt, on s'en doute, d'un accident de la circulation. Sa montre, après le choc, faisait son tic-tac de toujours, mais elle n'avançait pas. La tige qui convertit en mouvement cette petite agitation s'appelle, paraît-il, la verge d'échappement. L'échappement était donc mort, à l'image du temps que vivait cet homme (...) »[10]

Jean de Baroncelli nous livre, à propos de cette scène tragique, la réflexion suivante : « Cette montre qui se remet en marche, signifie-t-elle que Guia a faussé compagnie à la mort, comme il l'a faussée si souvent à ses maîtres et à ses copains, ou bien - ce qui est plus probable - veut-elle dire que, Guia disparu, le temps a retrouvé ses droits ? Optimistes et pessimistes choisiront la solution qui leur convient. »[11]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Djansug Kakhidze (1936-2002) joue pratiquement son propre rôle. Personnalité reconnue de la vie musicale, il fut chef de l'Orchestre symphonique d'État de Géorgie.
  2. Dictionnaire du cinéma - Les films, Bouquins, Robert Laffont, 1992.
  3. J. Lourcelles, op.cité.
  4. Jean de Baroncelli, in Le Monde, cité dans Le Cinéma géorgien, Cinéma/pluriel, Éditions du Centre Georges-Pompidou, Paris - 1988.
  5. J. Lourcelles, op. cité
  6. in : Positif, avril 1975.
  7. J. de Baroncelli, op. cité.
  8. J. Lourcelles, op. cité.
  9. R. Jurenev : Iskusstvo Kino, 1972, n°8.
  10. cité par Antony Fiant, (Et) le cinéma d'Otar Iosseliani (fut), Éditions L'Âge d'Homme, 2002.
  11. J.de Baroncelli, op. cité.

Lien externe[modifier | modifier le code]