Il était une fois... l'Homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Il était une fois.

Il était une fois…
l'Homme

Titre original Il était une fois…
l'Homme
Genre Série d'animation
Création Albert Barillé
Production PROCIDIS
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine FR3
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 26
Durée 26 minutes
Diff. originale avril 1978 – inconnu

Il était une fois… l'Homme est une série télévisée française d'animation en 26 épisodes de 26 minutes créée par Albert Barillé pour les studios Procidis et diffusée initialement à partir d'avril 1978 sur FR3.

Cette série de vulgarisation scientifique et historique retrace l'histoire de l'humanité en 26 épisodes de 26 minutes, en mettant l'accent sur l'histoire de l'Europe. Cette série connut un grand succès qui incita Albert Barillé à produire d'autres séries du même genre et avec les mêmes personnages récurrents.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Il était une fois… l'Homme raconte l'histoire de l'humanité, des origines de la vie jusqu'à la fin du XXe siècle. Les principales étapes historiques sont abordées en mettant en scène une cellule familiale, mélangeant les grands points de l'histoire et de la vie quotidienne. Outre les commentaires hors-champ, une horloge, dotée de deux yeux, de deux bras et parfois d'une bouche, permet de se repérer dans la chronologie en indiquant la date correspondant aux événements évoqués. La plupart des personnages historiques héritent de l'apparence et d'une partie du caractère de différents personnages prédéfinis (voir section suivante).

Personnages[modifier | modifier le code]

Le design des personnages est réalisé par le dessinateur Jean Barbaud.

  • Maestro : Le Sage. Personnage le plus âgé de la cellule familiale. Il y est l'incarnation typique d'un grand érudit, curieux de la vie et très intelligent, se prenant souvent les pieds par distraction dans sa barbe abondante. Maestro réalise toutes sortes d'inventions ou d'innovations avec des succès plus ou moins relatifs. Il a pour habitude de distiller ses conseils et ses remarques à Pierre (l'adulte), concernant les actions à entreprendre pour le bien de la communauté. Maestro est l’antithèse du Nabot, qui est en ce qui le concerne un personnage fourbe et malsain. Lors de l'épisode concernant la Renaissance italienne (le Quattrocento), il est flagrant que Maestro est la représentation de Léonard de Vinci alors que le Sage utilise son reflet dans un miroir pour réaliser l'autoportrait à la craie rouge. Cela explique l'emploi d'un terme italien pour le nommer. Il est cependant étonnant qu'il ne soit pas fait de même, par exemple, dans la série traduite en Anglais.
  • Pierre : Père de famille, protecteur et très conservateur des traditions. Il a quelquefois des difficultés relationnelles avec son fils, dont il ne comprend pas toujours le caractère ni la vivacité. Il a cependant conscience de la valeur des connaissances de Maestro.
  • Pierrette : Mère de famille, gardienne du cadre familial. Attentive, intelligente et mesurée, elle permet de ne pas se centrer uniquement sur des personnages masculins.
  • le Gros : Ami de la famille de Pierre, c'est un grand gaillard roux à la force colossale, prêt à protéger ses amis du Teigneux, par la force s'il le faut. Très adroit de ses poings pour frapper le Teigneux, surtout lors du temps jadis.
  • Pierrot : Fils de Pierre et Pierrette. Téméraire, brave, intègre, il veut se surpasser pour que son père soit fier de lui et ne le traite plus avec mansuétude. Le jeune garçon est vif, profondément curieux et très heureux des dires ou des inventions de Maestro.
  • Petite Pierrette : Petite sœur de Pierrot; elle est naïve, caractérielle ou intrépide selon les époques.
  • Petit Gros : Fils du Gros, il veut être aussi fort que son père. Quasi inséparable de Pierrot.
  • le Teigneux : Archétype du méchant brutal et idiot, il tente d'imposer ses idées par la force à défaut d'intelligence. Il se confronte souvent au Gros qui le mate avec ses poings au début de l'Histoire. Pourtant, le personnage parvient presque toujours à devenir supérieur en grade pour les épisodes postérieurs à la Préhistoire et il aime tout particulièrement rendre la vie misérable à Pierre et au Gros, qu'il traite avec beaucoup de mépris et de fourberie.
  • le Nabot : méchant, fourbe et craintif. Il est toujours dans les pattes du Teigneux comme bras droit. Il lui souffle la plupart de ses idées les plus abjectes, mais reste en arrière quand il faut se battre. Il est l'âme damnée de son acolyte.

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. Et la Terre fut…
  2. L'Homme de Néandertal
  3. Le Cro-Magnon
  4. Les Vallées fertiles
  5. Les Premiers Empires
  6. Le Siècle de Périclès
  7. Pax Romana
  8. Les Conquêtes de l'islam
  9. Les Carolingiens
  10. L'Âge des Vikings
  11. Les Bâtisseurs de cathédrales
  12. Les Voyages de Marco Polo
  13. La Guerre de Cent Ans
  14. Le Quattrocento
  15. Le Siècle d'or espagnol
  16. L'Angleterre d'Élisabeth
  17. L'Âge d'or des Provinces-Unies
  18. Le Grand Siècle de Louis XIV
  19. Pierre le Grand et son époque
  20. Le Siècle des Lumières
  21. L'Amérique
  22. La Révolution française
  23. Le Printemps des peuples
  24. Ah, la belle époque
  25. Les Années folles
  26. Il était une fois… la Terre

Particularités du dernier épisode[modifier | modifier le code]

Le dernier épisode Il était une fois… la Terre sort du contexte purement historique en présentant une vision prospective sur le futur de l'humanité. Cet épisode met l'accent sur les conséquences de la pollution, de l'amoncellement des déchets toxiques, de l'épuisement des ressources naturelles et de l'augmentation de la population humaine.

La façon dont ces sujets sont traités est très représentative des préoccupations accentuées par les années 1970, durant lesquelles les pionniers de l'écologie politique s'inquiétaient de l'explosion démographique et de l'explosion de la consommation, s'appuyant sur le rapport du Club de Rome ou les écrits de René Dumont, de Paul Ehrlich et d'autres. La croissance de la société industrielle, qui tend à s'étendre dans le monde entier pour conquérir de nouveaux marchés, y est résumée de façon cinglante : « Il faut former des consommateurs par centaines… par milliers… par centaines de milliers… et tout ça pour que les usines tournent. »

Le narrateur s'inquiète des conséquences environnementales de la croissance industrielle et souligne la dangerosité des conflits sociaux qui pourraient rendre cette situation explosive. Il se prononce donc pour un arrêt de la croissance industrielle, évoquant le rapport du Club de Rome de 1972, et pour un arrêt de la croissance démographique : les personnages plaident pour une limitation des naissances à la hauteur du nombre de décès de manière à stabiliser la population humaine. Cependant, les estimations démographiques faites (7 milliards en 2010, 14 milliards en 2040, 28 milliards en 2070) ne correspondent plus aux projections actuelles (soit une baisse de la population à partir de 2050, soit une lente augmentation pour atteindre 15 milliards en 2100).

Mais la série est peu optimiste quant à la sagesse humaine : tandis que les mises en garde des experts se multiplient (« Mais qui les écoute ? »), les conseillers des dirigeants répètent inlassablement : « Tout va très bien, Monsieur le Président, tout va très bien, tout va très bien, tout va très bien ! » Finalement, l'humanité est détruite dans une guerre totale, et seuls survivent quelques astronautes, cosmonautes ou taikonautes, hommes et femmes. Dans leurs vaisseaux spatiaux, ils attendront désormais que la Terre redevienne habitable, ce qui préfigure la série suivante d'Albert Barillé, Il était une fois... l'Espace.

Cet épisode anticipe également certains aspects de la situation actuelle (urbanisation, surconsommation des ressources, pollution de l'air et de l'eau). Sa présentation des enjeux est très marquée par les interrogations nées après les années 1960 : l'explosion démographique et la prolifération nucléaire étaient alors au cœur des discussions. Mais l'essentiel de la réflexion actuelle sur le développement durable, voire sur la décroissance, est déjà là : l'épuisement des ressources, en particulier du pétrole, et les émissions massives de gaz à effet de serre liées à la croissance industrielle mettent concrètement l'humanité en danger autant que les armes de destruction massive présentes dans le monde entier.

Difficultés et réussites de la vulgarisation historique[modifier | modifier le code]

Il pourrait être reproché à la série une vision manichéenne de l'Histoire, avec des personnages récurrents incarnant le bien opposé au mal. En réalité, et au contraire, lorsque des guerres sont évoquées, Pierre et le Gros n'ont pas pour ennemis le Teigneux et le Nabot mais d'autres Pierre et le Gros du camp antagoniste (cf. épisode sur la Première Guerre mondiale ou celui sur l'Islam.).

La série prend le parti-pris de parler à au moins trois reprises d' « An 0 », une première fois dans la chronologie chrétienne, une seconde par rapport à l'Islam, une troisième fois dans le dernier épisode pour évoquer l'accroissement démographique. Or il existe une polémique sur le concept d'année zéro, les historiens n'utilisant pas l'année 0 (voir l'article dédié). D'autres polémiques sont possibles sur le traitement de certaines périodes : dans l'épisode Le siècle de Périclès, il est dit par exemple qu'avec le déclin de la Grèce classique, la civilisation s'arrête pour 2000 ans, jusqu'à la Renaissance. Le Moyen Âge est donc réduit au rang de période obscure. Il est à noter que ce point de vue, considéré comme un peu caricatural aujourd'hui, a cependant été longtemps partagé par beaucoup d'historiens. Le Moyen Âge est revalorisé depuis quelques années, mais la série datant des années 1970, elle ne reflète évidemment pas cette évolution récente. Certaines périodes ou civilisations enfin peuvent sembler négligées (Civilisations chinoise, de l'Indus et précolombienne, etc.) au profit de l'histoire récente de l'Europe. Mais il est vrai que la série est une production européenne, ce qui peut expliquer ce travers.

La vulgarisation des faits historiques implique également des simplifications parfois importantes. Plusieurs grandes découvertes de l'Humanité sont attribuées au hasard (même s'il est vrai que la sérendipité, fait de réaliser des découvertes sur des sujets qui n'étaient pas l'objet de la recherche, est effectivement un facteur important de la Science). De plus, la volonté de simplification est le reflet du souci d'adaptation à un public d'enfants - certaines références, notamment à L'Origine des espèces de Charles Darwin, paraissent d'ailleurs encore assez difficilement accessibles pour les plus jeunes, malgré ce souci de simplicité. Cependant, la série parvient parfois à remettre certains épisodes dans leur véritable cadre historique (par exemple, découverte du fait que la Terre est ronde, correctement attribué à Ératosthène) alors que la croyance courante les place le plus souvent à une autre époque (Galilée et Copernic, dans le même exemple). La série a également vulgarisé très tôt certaines théories, notamment celles concernant l'extinction du Crétacé et l'extinction des hommes de Néandertal durant la Préhistoire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Générique[modifier | modifier le code]

Le générique est une adaptation de la Toccata et Fugue en ré mineur de Johann Sebastian Bach par le compositeur japonais Yasuo Sugiyama. La fin du générique où la Terre explose a été coupée lors de la récente diffusion sur la chaîne Gulli. En Espagne, le générique est une chanson interprétée par un groupe d'enfants ("Caramelos"), dont le titre est justement "Érase una vez el Hombre" ( = il était une fois l'Homme). En allemand, le générique commence avec les questions d'un enfant: "Qu'est-ce-qui était ici il y a mille ans? Pourquoi les roues peuvent rouler? Les nuages sont-ils plus rapides que le vent? Autant de question a un enfant", avec une réponse qui s'oppose totalement à l'esprit du dessin animé: "Mais l'enfant laisse donc ces QUESTIONS; pour cela tu es encore trop jeune. Tu es loin d'y être. Ces choses peuvent prendre du temps..." Puis, la réponse... "Qu'est-ce-que le temps?": "Un instant. Un coup d'horloge. Mille ans sont un jour.".

Voix[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Bien que la société de production Procidis soit française, de nombreux pays ont participé à la réalisation de cette série. Dans l'ordre des crédits :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Soleil d’Or, meilleure émission pour la jeunesse 1979

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • Il était une fois… l'Homme - Volume 1 : Des origines de l'homme… aux premières pyramides (18 septembre 2000) ASIN B000050XR3
  • Il était une fois… l'Homme - Volume 2 : Des premiers empires… à Charles Martel (18 septembre 2000) ASIN B000051S92
  • Il était une fois… l'Homme - Volume 3 : Des Carolingiens… à Marco Polo (6 juin 2004) ASIN B0000501WH
  • Il était une fois… l'Homme - Volume 4 : De la guerre de cent ans… à Élisabeth Ire (9 octobre 2000) ASIN B0000501WI
  • Il était une fois… l'Homme - Volume 5 : L'Âge d'or des provinces unies / Le Siècle de Louis XIV / Pierre le Grand et son époque / Le Siècle des lumières / L'Amérique (6 juin 2004) ASIN B00005A3XP
  • Il était une fois… l'Homme - Volume 6 : 1789-1814 : la Révolution française / Le Printemps des peuples / Ah, la Belle Époque : de 1900 à 1914 / Les Années … / Il était une fois la Terre : et demain ? (12 mars 2001) ASIN B00005A3XQ
  • Il était une fois… l'Homme - L'intégrale (24 octobre 2005) ASIN B00005EB23

Encyclopédie BD[modifier | modifier le code]

Chaque épisode a été repris sous la forme d'un volume BD d'une trentaine de pages. Les illustrations extraites du dessin animé sont commentées et explicités par des textes didactiques. L'ensemble de la collection a été éditée par Fabbri-Hachette en collaboration avec FR3. Numéros ISBN (sur la page 4)

  • T1 : 2 87787-107-X 2e trim 91
  • T2 : 2 87787-119-3 2e trim 91
  • T3 : 2 87787-122-3 2e trim 91
  • T4 : 2 87787-123-1 2e trim 91
  • T5 : 2 87787-128-2 2e trim 91
  • T6 : 2 87787-129-0 2e trim 91
  • T7 : 2 87787-130-4 2e trim 91
  • T8 : 2 87787-135-5 2e trim 91
  • T9 : 2 87787-136-3
  • T10 : 2 87787-145-2 3e trim 91
  • T11 : 2 87787-146-0
  • T12 : 2 87787-149-5 3e trim 91
  • T13 : 2 87787-150-9
  • T14 : 2 87787-154-1 4e trim 91
  • T15 : 2 87787-156-8
  • T16 : 2 87787-157-6
  • T17 : 2 87787-158-4
  • T18 : 2 87787-159-2
  • T19 : 2 88399-182-0
  • T20 : 2 87787-161-4
  • T21 : 2 87787-166-5
  • T22 : 2 87787-167-3
  • T23 : 2 87787-170-3
  • T24 : 2 88399-183-9
  • T25 : 2 87787-177-0
  • T26 : 2 87787-178-9
  • T27 : 2 87787-182-7
  • T28 : 2 87787-183-5
  • T29 : 2 88399-184-7
  • T30 : 2 88399-185-5
  • T31 : 2 87787-186-X
  • T32 : 2 87787-187-8
  • T33 : 2 87787-188-6
  • T34 : 2 87787-189-4
  • T35 : 2 87787-190-8
  • T36 : 2 87787-191-6
  • T37 : 2 87787-192-4
  • T38 : 2 87787-193-2
  • T39 : 2 87787-194-0
  • T40 : 2 87787-195-9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]