Igor Sikorsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Igor Sikorsky

Description de cette image, également commentée ci-après

Igor Sikorsky vers 1950.

Nom de naissance Igor Ivanovitch Sikorsky
Naissance
Kiev, Empire russe
Décès (à 83 ans)
Easton
Connecticut, États-Unis
Nationalité Ukraine puis américain
Profession Ingénieur
Industriel

Igor Ivanovitch Sikorsky (en russe : Игорь Иванович Сикорский), né le à Kiev et mort le à Easton, dans le Connecticut, est un pionnier russo-américain de l'aviation.

Concepteur du premier avion quadrimoteur et d'un hélicoptère dont la configuration s'est imposée, il est le fondateur de la société Sikorsky Aircraft Corporation en 1923.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et enfance[modifier | modifier le code]

Igor Sikorsky est le plus jeune de cinq enfants d'un père professeur de psychologie et d'une mère médecin mais qui n’exerce pas. Elle assure elle-même l’éducation scolaire d'Igor jusqu'à sa neuvième année, lui communiquant en particulier son admiration pour la vie et l’œuvre de Léonard de Vinci et les romans de Jules Verne. Il fait très tôt ses premières expériences avec des machines volantes et réalise à l'âge de douze ans un petit hélicoptère entraîné par un élastique.

Formation[modifier | modifier le code]

entre 1903 et 1909, il étudie dans le corps des cadets de la Marine de Saint-Pétersbourg mais ne passe pas de diplôme de fin d’études. De 1906 à 1907, il interrompt son cursus pour suivre une formation d’ingénieur à Paris. En 1908, Sikorsky et son père se rendent en Allemagne où il découvre dans un journal une photo d'Orville Wright et de son avion. Il déclara plus tard à propos de cet événement : « En l’espace de 24 heures, je décidai de changer le cours de ma vie. J'étudierais l’aviation. »

Grâce à l’aide financière de sa sœur, il retourne à Paris en 1909 pour étudier l’aérodynamique à l’École technique d'aéronautique, dont le diplôme d'ingénieur lui est délivré seulement en 1927, bien après la fin de ses études. C'est à Paris, à l'époque capitale de l’aviation en Europe, qu'il rencontre plusieurs pilotes français dont Louis Blériot, le premier homme à avoir traversé la Manche en avion. Il retourne à Kiev la même année et commence à faire des expériences avec des machines volantes.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

En 1912, Igor Sikorsky est nommé ingénieur en chef de l'usine balto-russe de wagons de chemins de fer de Saint-Pétersbourg. En 1914, l’université polytechnique de Saint-Pétersbourg lui décerne le grade de docteur honoris causa. Il conçoit un premier avion, le S-6-B qui est commandé par l'armée russe. Parmi ses premiers travaux, on lui doit aussi la conception du premier quadrimoteur Bolchoï Baltiski, dont il est le pilote d’essai lors de son premier vol, le . Pendant la Première Guerre mondiale, les avions de Sikorsky Ilia Mourometz sont mis en œuvre comme bombardiers. En remerciement de sa contribution à l'effort de guerre, Sikorsky est décoré de l’ordre de Saint-Vladimir.

Après 1918, Sikorsky travaille comme ingénieur auprès des forces françaises au cours de la guerre civile russe. Ne voyant que peu de possibilités pour travailler comme constructeur d’avions dans l’Europe ravagée par la guerre, et en particulier en Russie du fait de la révolution et de la guerre civile qui s’ensuit, il émigre aux États-Unis en 1919.

Exil[modifier | modifier le code]

Là, il travaille tout d’abord comme enseignant dans l’attente de trouver un emploi dans l’industrie aéronautique. En 1923, aidé par plusieurs anciens officiers russes, il fonde la société Sikorsky Aero Engineering Company. Le compositeur Sergueï Rachmaninov, l'un de ses principaux soutiens, se présente à lui en signant un chèque de 5 000 dollars, devenant un important investisseur de la société et son vice-président.

Il donne les moyens à René Fonck, ancien As de la Première Guerre mondiale, de traverser l'Atlantique en 1927 grâce au trimoteur Sikorsky S-33. Malheureusement, l'avion alourdi de 13 tonnes d'essence pour la traversée ne parvient pas à décoller du terrain de Roosevelt Field (d'où partira Charles Lindbergh deux semaines plus tard) et sort en bout de piste, fauchant son train d'atterrissage et prenant feu presque instantanément. Des débris de l'appareil, on ressort indemnes in extremis Fonck et son copilote, mais Clavier, le radio, et Islamov, le mécanicien, périssent.

Sikorsky acquiert la citoyenneté américaine en 1928. La même année, sa société est rachetée par United Aircraft, qui fait partie du groupe United Aircraft and Transport Corporation et en devient une filiale réalisant des hydravions à coque tels que le S-42, exploité par Pan Am pour les liaisons transatlantiques et connu aussi sous le nom de Pan Am Clipper.

Sikorsky avait déjà fait des expériences avec des machines de type hélicoptère alors qu’il était encore en Russie. Ses travaux se concrétisent le lors du premier vol du VS-300 (Vought-Sikorsky 300), un appareil équipé d’un rotor principal tripale entraîné par un moteur de 75 ch (56 kW). Son premier vol libre (sans câbles de guidage) a lieu le 13 mai 1940. Le VS-300 n’est pas le premier aéronef à voilure tournante capable de voler mais bien le premier à posséder un seul rotor principal stabilisé par un rotor anticouple, une configuration qui s’imposa par la suite chez la plupart des constructeurs.

Sikorsky Aircraft Corporation, basée à Stratford, est encore aujourd’hui l’un des premiers hélicoptéristes mondiaux. Un petit aéroport situé à proximité a été baptisé Sikorsky Airport.

Postérité[modifier | modifier le code]

Igor Sikorsky est le père de cinq enfants : une fille née à Kiev de son union avec Olga Simkovitch, et quatre fils nés aux États-Unis de son second mariage avec Elisabeth Semion. Son fils aîné, Sergueï, prend la suite de son père dans la société après sa mort en 1972.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sikorsky's autobiography, The Story of the Winged S. (1e éd. 1938 ; remis à jour et réédité jusqu’en 1948)
  • (en) Frank J. Delear, Igor Sikorsky: His Three Careers in Aviation, New York,‎ 1969 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :