Ignicoccus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ignicoccus est un genre d'archées de la famille des Desulfurococcaceae qu'on trouve dans les sources hydrothermales sous-marines. Ces microorganismes ont été découverts en 2000 près de Kolbeinsey, au nord de l'Islande. Ils se développent dans un intervalle de températures de 70 à 98 °C, avec un optimum autour de 90 °C. Ils produisent leur énergie métabolique par réduction du soufre élémentaire en sulfure d'hydrogène H2S en utilisant l'hydrogène H2 comme donneur d'électrons[2],[3].

Il s'agit de cellules cocciformes d'environ 2 μm à surface lisse avec une membrane externe mais pas de couche S. La structure de leur enveloppe cellulaire n'avait jamais été observée auparavant, avec une membrane plasmique, un périplasme large de 20 nm à 400 nm avec des vésicules liées à la membrane, et une membrane externe épaisse d'environ 10 nm semblable à celle des bactéries à Gram négatif. Cette dernière contient de nombreuses particules individualisées d'environ 8 nm de diamètre, rassemblées de façon irrégulière sur la surface, ainsi que des pores d'environ 24 nm de diamètre entourés de petites particules d'environ 12 nm de diamètre arrangées en anneaux de 130 nm de diamètre formant des agrégats comprenant jusqu'à huit de ces particules[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Référence NCBI : Ignicoccus (en)
  2. (en) Harald Huber, Michael J. Hohn, Reinhard Rachel, Tanja Fuchs, Verena C. Wimmer et Karl O. Stetter, « A new phylum of Archaea represented by a nanosized hyperthermophilic symbiont », Nature, vol. 417,‎ 2 mai 2002, p. 63-67 (lire en ligne) DOI:10.1038/417063a PMID : 11986665
  3. (en) Huber H, Burggraf S, Mayer T, Wyschkony I, Rachel R, Stetter KO Ignicoccus gen. nov., a novel genus of hyperthermophilic, chemolithoautotrophic Archaea, represented by two new species, Ignicoccus islandicus sp nov and Ignicoccus pacificus sp nov. and Ignicoccus pacificus sp. nov, Int J Syst Evol Microbiol. 2000 Nov;50 Pt 6:2093-100
  4. (en) Rachel R, Wyschkony I, Riehl S, Huber H, « The ultrastructure of Ignicoccus: evidence for a novel outer membrane and for intracellular vesicle budding in an archaeon », Archaea, vol. 1, no 1,‎ mars 2002, p. 9–18 (lien PubMed Central?, lire en ligne) DOI:10.1155/2002/307480 PMID : 15803654