Ignazio Silone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ignazio Silone

Description de cette image, également commentée ci-après

Ignazio Silone

Nom de naissance Secondo Tranquilli
Activités Romancier, dramaturge, essayiste
Naissance 1er mars 1900
Pescina, Abruzzes, Drapeau de l'Italie Italie
Décès 22 août 1978 (à 78 ans)
Genève, Drapeau de la Suisse Suisse
Langue d'écriture Italien
Genres Roman, théâtre, essai

Ignazio Silone, pseudonyme de Secondo Tranquilli, (né le 1er mai 1900 à Pescina, dans les Abruzzes et mort le 22 août 1978 à Genève, en Suisse) est un homme politique et écrivain italien du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ignazio Silone perd une grande partie de sa famille dans le tremblement de terre d'Avezzano en 1915. Il adhère aux Jeunesses socialistes italiennes et en devient le chef. Il dirige le journal du Parti socialiste italien (PSI), Il Lavoratore, à Trieste, dont le siège social est incendié par les fascistes en octobre 1920.

Il adhère ensuite au Parti communiste italien (PCI) en 1921, dont il deviendra l'un des dirigeants dans la clandestinité. Il quitte l'Italie en 1928 pour des missions en URSS, s'installe en Suisse en 1930, où il s'oppose à Staline et prend position pour Trotski et Zinoviev. Il est alors exclu du Parti communiste. Il publie son premier roman, Fontamara. Il ne pourra regagner l'Italie qu'en 1945, où il est élu député (socialiste). Il renonce à la politique, puis crée la revue Tempo presente. Il a pris part aux activités du Congrès pour la liberté de la culture.

Dans les années 1950 il redécouvre les racines chrétiennes de sa culture. De même qu'il est un 'socialiste sans parti' il se déclare 'chrétien sans église', invitant par ses écrits les chrétiens à se libérer des lourdes structures ecclésiastiques et retrouver le socialisme primitif et le partage des biens des débuts de l'Église tel que rapporté dans le livre des Actes des Apôtres. Il est fasciné par la figure du pape des Abruzzes, Célestin V, qui pour revenir à une vie de grande simplicité renonce au pouvoir pontifical et démissionne.

Au début des années 2000, les historiens Mauro Canali[1] et Dario Biocca[2] ont soutenu, à la lumière de documents retrouvés dans les archives fascistes, la thèse d'une activité d'espionnage au profit de la police de l'Italie fasciste. Ce double jeu d'un grand dirigeant du parti communiste aurait provoqué chez lui une grosse dépression, due aussi à la mort de son frère dans les prisons fascistes, et une crise de conscience qui l'ont poussé à abandonner son activité d'espionnage et ses responsabilités politiques, pour uniquement se dédier à son activité littéraire. Giuseppe Tamburrano a quant à lui toujours proclamé l'innocence d'Ignazio Silone[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Fontamara (1930)
    Publié en français sous le titre Fontamara, Paris, Rieder, coll. Les Prosateurs étrangers modernes, 1934 ; réédition, Paris, Grasset, 1949 ; réédition, Paris, Del Duca, 1967 ; réédition d'après le texte italien définitif, Paris, Grasset, 1981 ; réédition, Paris, Grasset, coll. Les Cahiers rouges no 210, 1995
  • Un viaggio a Parigi (1934)
  • Pane e vino (1936)
    Publié en français sous le titre Le Pain et le Vin, Paris, Grasset, coll. Romans étrangers no 10, 1939 ; réédition, Paris, Le Club du livre français, 1950 ; réédition d'après le texte italien définitif, Paris, Del Duca, 1968
  • Il seme sotto la neve (1941)
    Publié en français sous le titre Le Grain sous la neige, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1943 ; réédition, Paris, Grasset, 1950 ; réédition, Paris, Éditions mondiales, 1968
  • Una manciata di more (1952)
    Publié en français sous le titre Une poignée de mûres, Paris, Grasset, coll. Les Cahiers verts no 15, 1953 ; réédition, Paris, Grasset, coll. Les Cahiers rouges no 15, 1953 ; réédition, Paris, Le Club du livre français, 1954 ; réédition, Paris, Del Duca, 1969 ; réédition, Paris, Grasset, Les Cahiers rouges no 21, 1984
  • Il segreto di Luca (1956)
    Publié en français sous le titre Le Secret de Luc, Paris, Grasset, coll. Les Cahiers verts no 40, 1957 ; réédition, Paris, Del Duca, 1970
  • La volpe e le camelie (1960)
    Publié en français sous le titre Le Renard et les Camélias, Paris, Grasset, coll. Les Cahiers verts no 57, 1960
  • L'avventura di un povero cristiano (1968)
    Publié en français sous le titre L'Aventure d'un pauvre chrétien, Paris, Calmann-Lévy, 1968
  • Severina (1971)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Ed egli si nascose (1944)
    Publié en français sous le titre Et il se cacha, Paris, Charlot, 1947
  • L'avventura di un povero cristiano (1969), adaptation scénique du roman éponyme

Essais[modifier | modifier le code]

  • Il Fascismo. Origini e sviluppo (1934)
  • La scuola dei dittatori (1938)
    Publié en français sous le titre L'École des dictateurs, Paris, Gallimard, 1964 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 1313, 1981
  • Memoriale dal carcere svizzero (1942)
  • Uscita di sicurezza (1965)
    Publié en français sous le titre Sortie de secours, Paris, Del Duca, 1966

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mauro Canali, Le spie del regime
  2. Dario Biocca, Silone La doppia vita di un italiano
  3. Giuseppe Tamburrano, Il "caso" Silone