Ie (famille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ie.

Ie (?) est un mot japonais désignant littéralement la maison mais, plus généralement, le foyer ou la famille dans sa globalité.

Contrairement aux conceptions occidentales, la famille japonaise n'a pas de limite temporelle ; il existe une unité familiale entre le passé et le futur, englobant les membres actuels mais aussi les membres décédés et même ceux qui ne sont pas encore nés. Dans une tradition commune à la Chine et au Japon, l’ie est aussi conçu « comme un lieu de médiation entre les humains et certaines divinités »[1].

Le concept de l’ie est fortement lié à une dimension de reconnaissance sociale. Bien plus que ses individus, c’est l’ensemble de l’ie, dans sa totalité passée comme future, qui est important pour ses membres. Cette conception du foyer se retrouve également en Chine.

Jusqu'en 1945, l’ie était l'unité de base de la loi japonaise. La plupart des problèmes civils ou criminels impliquait la famille plutôt que l'individu. Lorsqu'un individu commettait une faute, il ne salissait pas que son propre honneur, il déshonorait l'ensemble de sa famille passée et à venir. En effet, tout est consigné dans le koseki, sorte de casier judiciaire familial qui suit la famille ad vitam æternam.

Ce système a été aboli sous l'influence des Américains en 1947 mais il est encore bien vivace dans l'esprit de la majorité de la société japonaise. Par exemple, une faute personnelle commise par un employé peut mettre tout son service dans l'embarras vis-à-vis d'un autre service.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Beillevaire, 1986 : 494