Identity

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Identity (homonymie).

Identity

Titre québécois Identité
Titre original Identity
Réalisation James Mangold
Scénario Michael Cooney
James Mangold
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Konrad Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Sortie 2003
Durée 87 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Identity est un film américain réalisé par James Mangold, sorti en 2003.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Coincées dans un motel par une nuit d'orage, dix personnes sont victimes les unes après les autres d'un mystérieux tueur, dont les motivations semblent troubles.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Par une nuit d'orage, dix personnes - l'actrice Caroline Suzanne, son chauffeur Edward « Ed » Dakota, l’officier de police Samuel Rhodes, le prisonnier qu'il transporte Robert Maine, Paris Nevada, les jeunes mariés Lou et Ginny Isiana et une famille en crise comportant la mère Alice York son second mari George York et le fils Timmy - se retrouvent bloqués pour la nuit dans un vieux motel dirigé par Larry Washington. Ce dernier donne une chambre à chacun d'eux, en commençant par Alice York qui est gravement blessée après s'être fait écraser accidentellement par la voiture d'Ed. Alors que tout le monde est au repos dans une chambre, Caroline disparait. Elle est retrouvée morte par Ed et le policier avec le trousseau de clé de la chambre 10. Croyant qu'il s'agit de l’œuvre du détenu Robert Maine, ils se précipitent à la chambre de ce dernier pour constater sa disparition.

C'est alors la panique générale. Ginny court dans sa chambre après une dispute. Lou la rattrape avant que celle-ci ne s'enferme dans la salle de bain, pleurant et criant à Lou s'arrêter de frapper à la porte. Après un long silence, Ginny sort et découvre avec horreur son jeune mari assassiné, assis dans un coin de la pièce, avec la clé de la chambre 9 dans la main. En redoublant d’efforts, Ed et Samuel attrapent le condamné, le ligotent et demandent à Larry de le surveiller. Cependant, alors que Larry s’absente, le tueur en série est retrouvé mort, avec une clé numéro 8. Après la découverte du corps, Paris s'approche du congélateur où elle découvre un cadavre, qui est en fait celui de l’ancien propriétaire du motel, retrouvé mort par Larry, qui l'a ensuite caché. Alors que Larry tente de s'échapper au volant de sa camionnette, jurant qu'il n'a tué personne, cette affirmation devenant fausse lorsqu'il percute violemment George qui décède devant son beau-fils Timmy. À côté de lui, on découvrira (plus tard) la clé de la chambre 7. En fait, chaque corps est accompagné d'une clé, qui semble représenter un compte à rebours.

Craignant pour leur sécurité, les survivants attachent Larry à une chaise. Il se met à raconter des choses invraisemblables, créant le doute chez Ed, Samuel, Ginny, Timmy et Paris. Timmy s'absente pour aller voir sa mère Alice alors que Paris dit qu'elle croit ce que dit Larry. Mais Samuel n'est pas dupe, et songe à abattre Larry. Ed dit à Ginny et à Timmy de fuir en voiture. Alors que Samuel insulte Ed en disant qu'il refuse que quiconque quitte le motel, une voiture explose derrière eux où Ginny et Timmy périssent, sans qu’on retrouve aucune des deux dépouilles.

Les quatre survivants découvrent que tous les corps ont disparu et qu'il ont tous deux choses en commun : tous sont nés un 10 mai et ont le nom d'un état des États-Unis. Paris découvre aussi que Rhodes est un forçat : il était en voiture avec Robert Maine et l'agent de correction quand Samuel tua le policier et se fit passer pour lui tout en faisant croire que Robert était son prisonnier. Rhodes tente de la tuer, mais elle est sauvée par Larry, qui est à son tour abattu par Rhodes.

Puis, une condamnation est révisée pour un criminel nommé Malcolm Rivers, qui doit être exécuté dans 24 heures. Son avocat et un médecin (Dr Mallick) veulent plaider la folie auprès du juge. Depuis longtemps, le prisonnier souffre d'un cas extrême de trouble dissociatif de l'identité, donnant vie à 10 personnalités distinctes dans sa tête. Mallick « convoque » l'une des personnalités de Malcolm, Ed, révélant au spectateur que les événements dans ce motel se produisent à l'intérieur de l'esprit de Malcolm, chaque facette de la personnalité du malade représentée par un personnage de l'histoire. Mallick explique à "Ed" que les événements de l'hôtel sont le résultat du traitement de Malcolm - les massacres perpétrés sont en fait la tentative de l'esprit de Malcolm de supprimer neuf personnalités pour n'en laisser qu'une. Mallick donne à Ed la mission de faire en sorte que la personnalité hostile soit éliminée pour éviter la peine de mort à Malcolm.

De retour au motel, Ed est persuadé de la culpabilité de Rhodes, et se sacrifie pour sauver Paris en tuant le forçat. Lorsque Mallick démontre que la sombre personnalité est morte, le juge décide de placer Malcolm dans un établissement psychiatrique si Mallick s'occupe personnellement de Malcolm. Alors que Malcolm est entraîné avec Mallick à l'institution, on revient à l'esprit de Malcolm, où on voit que Paris s'est échappée en voiture du motel vers sa ville natale, Frostproof, en Floride et qu'elle a réalisé son rêve de tenir une orangeraie. Mais elle découvre la clé de la chambre n° 1 enfouie sous terre, et au même moment apparaît Timmy derrière elle. Timmy, la véritable personnalité tueuse, avait orchestré tous les décès au motel, et a fait croire qu'il avait été tué dans l’explosion de la voiture. Le film montre une chose inconnue de tous jusqu'à présent : la mort d'Alice, la mère de Timmy, que l'enfant a provoquée en l'étouffant. Il termine sa tâche en tuant Paris.

De retour à la réalité, Malcolm possédé par l'esprit tueur de Timmy, étrangle Mallick alors que la camionnette fait des dérapages et termine sa course sur le bord du chemin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 90 259 000 $ au box-office mondial, dont 52 159 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 28 000 000 $[3]. En France, il a réalisé 316 610 entrées[4].

Il a reçu un accueil critique plutôt favorable, recueillant 62 % de critiques positives, avec une note moyenne de 6,4/10 et sur la base de 169 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[5]. Sur Metacritic, il obtient un score de 64/100 sur la base de 34 critiques collectées[6].

Il a été nommé pour le Saturn Award du meilleur film d'action, d'aventures ou thriller et le prix Bram Stoker du meilleur scénario[7].

Commentaire[modifier | modifier le code]

Le film a de nombreuses similitudes avec le roman d'Agatha Christie Dix petits nègres. Tous d'abord dix personnes qui ne se connaissent pas, mais qui ont un point commun, se retrouvent piégés dans un endroit d'où ils ne peuvent s'enfuir. Puis se font tuer tour à tour pour finalement aboutir sur un twist final.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Titres et dates de sortie sur IMDb
  2. Identity sur The Numbers.
  3. Identity sur Box Office Mojo.
  4. Identity sur JP‘s Box-Office.
  5. Identity sur Rotten Tomatoes.
  6. Identity sur Metacritic.
  7. Awards for Identity sur IMDb.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]