Ida Rubinstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rubinstein.

Ida Rubinstein

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Ida Rubinstein peint par Antonio de La Gandara.

Nom de naissance Ida Lvovna Rubinstein
Naissance 5 octobre 1885
Kharkov (Empire russe)
Décès 20 septembre 1960 (à 74 ans)
Vence (Alpes-Maritimes, France)
Nationalité Drapeau de Russie Russe

Ida Lvovna Rubinstein (en russe : Ида Львовна Рубинштейн), née à Kharkov (Empire russe, actuellement Kharkiv, en Ukraine) le 5 octobre 1885 et morte à Vence (Alpes-Maritimes) le 20 septembre 1960, est une danseuse et mécène russe, icône de la Belle Époque.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Née dans une famille juive aisée, Ida Rubinstein fut orpheline de bonne heure. Elle reçut une formation rudimentaire au ballet. Sous l'égide de Michel Fokine, elle fit ses débuts en 1909 avec un rôle dans le Salomé d'Oscar Wilde, se déshabillant complètement lors de la Danse des sept voiles.

Serge Diaghilev l'engagea dans les Ballets russes et elle dansa dans le rôle-titre de Cléopâtre au cours de la saison 1909 à Paris. Cette interprétation fut tout à fait remarquable. Les costumes étaient signés Léon Bakst et le final inspira le Souvenir de la saison d'Opéra Russe 1909 du peintre hollandais Kees van Dongen.

Contribution artistique, ballet[modifier | modifier le code]

Rubinstein fut aussi énormément célébrée dans les arts. Son portrait par Valentin Serov en 1910 marque la plus complète réalisation de son style arrivé à maturité. Le sculpteur Art déco Demetre Chiparus produisit une miniature de Rubinstein qui fut peinte par Antonio de La Gandara.

Bisexuelle, Rubinstein commença en 1911 une liaison de trois ans avec la peintre Romaine Brooks, qui composa un saisissant portrait et l'utilisa comme modèle nu pour Vénus.

Rubinstein dansa avec les Ballets russes pendant la saison 1910, se produisant dans Shéhérazade, un ballet basé sur la première histoire des Mille et une nuits, chorégraphié par Michel Fokine et écrit par lui-même et Léon Bakst. Le ballet fut plébiscité à sa première représentation, pour sa sensualité et sa somptueuse mise en scène. De nos jours, il est rarement joué, car il est plus considéré comme une pantomime et son effet orientaliste semble démodé.

En 1911, Rubinstein se produisit dans Le Martyre de Saint Sébastien, dont Gabriele D'Annunzio adapta la pièce pour elle et qui fut mis en musique par Claude Debussy. Ce fut à la fois un triomphe pour son modernisme stylisé et un scandale ; l'archevêque de Paris demanda aux Catholiques de ne pas y assister car Saint Sébastien était représenté par une femme, juive de surcroît.

Après avoir abandonné les Ballets russes, Rubinstein fonda et finança plusieurs compagnies de ballet et travailla avec un nombre important de chorégraphes et de compositeurs, dont Arthur Honegger (elle interprète le rôle de Jeanne d'Arc dans Jeanne d'Arc au bûcher). En 1926 elle interprète le rôle principal dans le mimodrame de Jean Roger-Ducasse Orphée. Elle monta et se produisit dans le Boléro de Maurice Ravel en 1928, organisa des représentations de ballet et continua à danser jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale.

Rubinstein n'est pas considérée comme une ballerine de premier plan, ayant commencé son apprentissage trop tard pour en avoir la possibilité. Elle avait, quoi qu'il en soit, une imposante présence sur scène et une capacité d'action.

Elle fut un important producteur, commandant des œuvres compatibles avec ses compétences, mélangeant la danse au drame et à la construction scénique.

Images et peintures[modifier | modifier le code]

Ida Rubinstein en Hélène de Sparte, par Léon Bakst (1912).

Tableaux de Romaine Brooks

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :