Idéalisme (relations internationales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Idéalisme.

En relations internationales, l’idéalisme promeut une diplomatie ouverte et multilatérale, régulée par le droit international et les organisations internationales. Une première théorie de l'idéalisme est énoncée par Emmanuel Kant dans Vers la paix perpétuelle.

Woodrow Wilson, auteur des 14 points et initiateur de l'idée de la Société des Nations, a proposé un ordre international fondé sur les principes de l'idéalisme au lendemain de la première Guerre mondiale. Le plus souvent le terme d’idéalisme se réfère aux idéalistes de l'entre-deux guerres : Alfred Zimmern, David Mitrany, James Shotwell, Gilbert Murray, Graham Wallas. Pour Donald Markwell, l'idée des libéraux classiques que le libre-échange promeut la paix peut également être vue comme une forme d'idéalisme[1].

Selon l'école idéaliste, la finalité de la politique étrangère doit être le respect des valeurs morales, des droits de l'Homme. Le but de cette école est la paix. Pour éliminer la menace de guerre, il faut passer par une diplomatie ouverte et un désarmement général. Les conflits doivent être résolus par des procédures de règlement pacifique comme la négociation. Cette théorie est aussi appelée « théorie légaliste ».

Après la Première Guerre mondiale, cette approche a conduit à la Société des Nations (SDN). Toutefois, après la Deuxième Guerre mondiale, la théorie réaliste a pris le dessus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Markwell, 2006, p. 13

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Donald Markwell, 2006, John Maynard Keynes and International Relations, Oxford University Press.