Ice-T

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ice-T

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ice-T en concert à Prague en 2006

Informations générales
Surnom Ice-T
Nom de naissance Tracy Lauren Marrow
Naissance 16 février 1958 (56 ans)
Newark
Activité principale Rappeur, acteur
Genre musical Gangsta rap, pimp rap, rap west coast, rap old school, rap politique, hardcore, rapcore, rap metal, thugcore, gangsta metal
Années actives depuis 1982
Labels Sire Records
Rhyme $yndicate
Atomic Pop
Site officiel icet.com

Ice-T, de son vrai nom Tracy Lauren Marrow, (né le 16 février 1958 à Newark, New Jersey), est un rappeur et acteur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère meurt d'une crise cardiaque alors qu'il n'a que 10 mois et à l'âge de 12 ans, il perd également son père qui succombe lui aussi à une crise cardiaque. Il est alors recueilli par sa tante résidant à Los Angeles en Californie.

Il pratique la Break dance au sein du groupe West Coast Locksmiths. Durant son adolescence passée à l'école secondaire de Crenshaw dans le quartier de South Central, il commence à s'intéresser au rap et également à s'associer aux affaires des gangs locaux (il est affilié au crips sans en être un membre "officiel" ). C'est à ce moment-là qu'inspiré par Iceberg Slim, truand, auteur de livres et de poèmes, il se donne le surnom d’Ice-T[1].

Après avoir été quelques années militaire au sein de la 25e division d'infanterie, et après quelques tentatives infructueuses de promotion de la danse hip-hop, il décide au début des années 1980, sur les conseils de son entourage, d'enregistrer ses premiers singles. Il se fera connaître dans les environs de Los Angeles en tournant avec des artistes tels qu'Afrika Islam ou les New York City Spinmasters, et commencera à s'imposer comme un personnage important dans le milieu du rap West Coast.

Il est marié et partage sa vie depuis 2001 avec le mannequin Coco Austin. Une émission de téléréalité consacrée à leur couple, intitulée Ice Loves Coco, a été lancée en 2011 sur la chaîne de télévision américaine E!.

Carrière[modifier | modifier le code]

Musicale[modifier | modifier le code]

En 1984, il débute une carrière d'acteur avec le film Breakin', film où il apparaît également sur la bande originale avec le titre Reckless écrit par Chris « The Glove » Taylor.

Mais c'est réellement en 1987 que la carrière musicale d'Ice-T prend de l'ampleur. Il signe alors un contrat avec le label Sire Records avec lequel il sort son premier album, Rhyme Pays, qui est un véritable succès. Il fait dès lors partie des pionniers du gangsta rap.

Un an plus tard, Ice-T fonde son propre label, le Rhyme Syndicate, et publie son second album, Power.

En 1989, il sort son troisième album The Iceberg/Freedom of Speech… Just Watch What You Say! dans lequel il dénonce la censure dans le monde de la musique (notamment l'association Parents Music Resource Center).

Ice-T publie, en 1991, son quatrième album, Original Gangster, qui marque sans doute l'apogée de sa carrière. Outre le succès du titre New Jack Hustler, un autre morceau, Body Count, va être le déclencheur d'une nouvelle orientation musicale pour Ice-T.

Le succès de ce titre de rap metal, enregistré avec des musiciens qu'il connaît bien de son école secondaire, va lui ouvrir la route vers un projet parallèle avec ce groupe qu'il baptise Body Count.

Ce groupe sort d'ailleurs son premier opus cette même année, Cop Killer (« tueur de flic »), qui entraîne un véritable scandale en raison des paroles virulentes envers les forces de l'ordre américaines. Les forces de l'ordre ont donc l'ordre de saisir tout album comportant le tube Cop Killer et brûler des milliers d'albums. Ice-T doit rompre son contrat avec la Warner pour ressortir une version censurée de cet album en 1992, avec le nom de Body Count.

En 1993, il participe à la bande originale du film Judgment Night en duo avec le groupe de thrash metal Slayer. À partir de ce moment-là, Ice-T va multiplier les apparitions cinématographiques, tout en gardant un pied dans la musique, puisqu'il enregistrera Home invasion en 1993 ; VI - Return of the Real en 1996 et The Seventh Deadly Sin en 1999. Ces albums ne connaîtront en revanche qu'un succès mitigé par rapport à Original Gangster.

Ice-T continue également sa carrière avec le groupe Body Count, puisque ces derniers publient Born Dead en 1994 et Last Days: Violent Demise en 1997.

En 2006, il sort avec Body Count un quatrième album, Murder 4 Hire, neuf ans après la sortie du troisième opus, et revient sur le devant de la scène rap avec un album solo sorti dans la foulée, Gangsta Rap.

En 2008, il sort Ayaya, avec Filthee et Grand Master Caz, qui devient le générique du PPV de la TNA, Hard Justice.

Cinématographique[modifier | modifier le code]

Ice-T a joué dans une cinquantaine de films, dont New Jack City, Johnny Mnemonic, Que la chasse commence, Destination : Graceland ou Christmas. Il a par ailleurs joué dans la série Players, les maîtres du jeu, et tient actuellement le rôle du policier Odafin Tutuola dans la série New York, unité spéciale.

Discographie[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

Avec Body Count[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • Avec Black Sabbath : sur le morceau The Illusion of Power, dans Forbidden.
  • Avec Motörhead : sur le morceau Born to Raise Hell, notamment avec Whitfield Crane, tiré de l'album Bastards
  • Avec Six Feet Under : sur le morceau One Bullet Left, dans True Carnage.
  • Avec Slayer : sur trois reprises de The Exploited, dans la BO du film Le Jugement de la nuit.
  • Avec 187 (Big B) : plusieurs morceaux sur l'album Furious
  • Avec Icepick : sur le morceau Real Recognizes Real, dans Violent Epiphany, avec les plus grands noms du punk hardcore

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision
Cinéma

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2012 : ICE Mémoires de ma vie de gangster et de ma rédemption, de South Central à Hollywood, coécrit avec Douglas Century, G3J éditeur

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Émission Le Ring, sur France Ô, diffusée le 29/06/2014