Ibn Yunus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abû'l-Hasan 'Alî ibn Abi Sa'id Abd ar-Rahman ibn Ahmad ibn Yunus al-Sadafi, ou plus simplement Ibn Yunus (né vers 950 (?) — mort en 1009 à Fustât, aujourd'hui Le Caire), mathématicien et astronome égyptien, spécialiste des calculs astronomiques grâce à la trigonométrie, science qu'il a contribué à développer.

Son Œuvre[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages. Son œuvre la plus connue est Al-Zij al-Kabîr al-Hâkimi (La Grande table hakémite, du nom du calife Al-Hakim bi-Amr Allah), table astronomique dont les données servirent à l'élaboration des Tables alphonsines[1]. Dans cette dernière il multiplie les observations (sur les conjonctions des planètes et sur les éclipses) et les calculs[2].

Il développe l'astronomie sphérique à un niveau avancé. Même s'il ne donne aucune indication pour justifier les nombreuse formules qu'il décrit et utilise, il semble qu'il ait obtenu celles-ci par projections plutôt qu'en utilisant la trigonométrie sphérique développée au même moment en Iran et en Irak[3].

Ibn Yunus utilise les fonctions trigonométriques, sinus, cosinus et cotangente ramenées à un rayon de 60 unités, selon les usages de l'astronomie en pays d'Islam[3],[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres traduites en français :
-Traduction partielle de "la grande table" : A. P. Caussin de Perceval, "Le Livre de la Grande Table hakémite. Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale", Paris, Imprimerie de la République, 1804, pp. 16-240.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Salah Ould Moulaye Ahmed, L'apport scientifique arabe à travers les grandes figures de l'époque classique, UNESCO, coll. « Histoire plurielle »,‎ 2004, 274 p. (ISBN 92-3-203975-3, lire en ligne), p. 146-147.
  2. Benoît Patar, Dictionnaire des Philosophes Médiévaux, Les Editions Fides,‎ 2006 (ISBN 9782762127416, lire en ligne), p. 518
  3. a et b David 2008.
  4. L'attribution à Ibn Yunus de la méthode de prostaphérèse (en), qui anticipe l'usage calculatoire des logarithmes pour la transformation de produits en sommes, est erronée selon King 1973, p. 360) et Debarnot 1997, p. 496. Même si Ibn Yunus peut utiliser occasionnellement des transformations apparentées aux formules sin(a).sin(b) = 1/2(cos(a-b)-cos(a+b)) et cos(a).cos(b) = 1/2 (cos(a+b) + cos(a-b)) sur lesquelles repose cette méthode Debarnot 1997, p. 164, on ne peut lui attribuer celles-ci King 1973, p. 360.
  • Halima Ghérari, Les promoteurs de l'esprit scientifique dans la civilisation islamique, Rabat, Publications de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (lire en ligne), p. 40-41
  • (en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « Ibn Yunus », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  • (en) David A. King, « Ibn Yunus' very useful tables for reckoning time by the sun », Archive for History of Exact Sciences, vol. 10, no 3-5,‎ 1973, p. 342–394 (ISSN 0003-9519, DOI 10.1007/BF00412334), réédité in (en) David A. King, Islamic mathematical astronomy, Londres,‎ 1986 (ISBN 086078178X)
  • (en)David A. King, Ibn Yūnus: Abū al‐Ḥasan ʿAlī ibn ʿAbd al‐Raḥmān ibn Aḥmad ibn Yūnus al‐Ṣadafī, Complete Dictionary of Scientific Biography. 2008 lire en ligne.
  • (en)David A. King, Ibn Yūnus, Abū al‐Ḥasan ʿAlī ibn ʿAbd al‐Raḥmān ibn Aḥmad ibn Yūnus al‐Ṣadafī, in Thomas Hockey et al. (eds.). The Biographical Encyclopedia of Astronomers, Springer Reference. New York: Springer, 2007, pp. 573-574 (version courte de l'article précédent) lire en ligne
  • Marie-Thérèse Debarnot, « Trigonométrie », dans Roshdi Rashed et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes, t. 2, Seuil,‎ 1997

Liens externes[modifier | modifier le code]