Iapydes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 48′ N 16° 00′ E / 45.8, 16 ()

Iapydes
(ou Iapodes)

Description de cette image, également commentée ci-après

L'Illyrie au Ve s. av.J.C.

Populations significatives par région
Autres
Langues

indo-européenne

Ethnies liées

Celtes

Les Iapydes (en grec, "Ιάποδες"), aussi connu comme Iapodes, Giapides ou Japydes, étaient un peuple ancien de langue indo-européenne qui habitait l'intérieur de la région située à l'est de l'Adriatique, au nord du territoire des Liburnes et à l'est de la péninsule d'Istrie, dans le triangle compris entre les rivières Colapis (Kupa) et Oeneos (Una) et la chaîne de montagnes du Baebios (Alpes de Velebit), qui les séparait des Liburnes côtiers. Leur territoire couvrait donc l'arrière-pays de la Croatie moderne et la vallée de la rivière Una en Bosnie-Herzégovine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La documentation archéologique confirme leur présence dans ces pays au moins depuis le IXe siècle avant J.-C. et pour plus d'un millénaire. Les documents anciens, cependant, sont plus pauvres sur eux que sur les populations côtières adjacentes (Liburnes, Dalmates, etc.) qui ont eu des contacts maritimes plus fréquents avec les anciens Grecs et Romains. Les Iapydes ont connu leur expansion territoriale maximale et l'apogée de leur développement entre le VIIIe siècle et le IVe siècles avant notre ère. Lorsqu'ils ont occupé la plupart des vallées montagneuses de l'intérieur entre le bassin de la Pannonie et la côte Adriatique, ils étaient en fréquent conflit avec les Liburnes au sud. Du point de vue ethnique, ils étaient un mélange de Celtes et d'Illyriens de Pannonie, avec un fort élément vénète. Ils ont été finalement complètement celtisés.

La romanisation du pays des Iapydes commence avec la victoire de Caius Sempronius Tuditanus en 129 av. J.-C.[1]. Par la suite, les Iapydes se révoltent et sont définitivement soumis par Auguste lors de sa campagne en Illyrie[2].

Muséologie[modifier | modifier le code]

Voir les collections du Musée archéologique de Zagreb.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tite-Live, Periochae, LIX.
  2. Tite-Live, Periochae, CXXXI ; Tibulle, IV, 1, 107-110. Voir Attilio Degrassi, Il confine nord-orientale dell'Italia romana, Berne, 1954, pp. 29 et 37.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Attilio Degrassi, « Richerche sui limiti della Giapidia », repris dans Scritti vari di antichità, II, Rome, 1962.

Voir aussi[modifier | modifier le code]